Yémen: Le conseil présidentiel annonce qu’il ripostera à toute nouvelle offensive des Houthis

L'escalade militaire des Houthis coïncide avec le huitième anniversaire de l'intervention militaire de la Coalition pour restaurer la légitimité au Yémen (Photo, Reuters).
L'escalade militaire des Houthis coïncide avec le huitième anniversaire de l'intervention militaire de la Coalition pour restaurer la légitimité au Yémen (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 28 mars 2023

Yémen: Le conseil présidentiel annonce qu’il ripostera à toute nouvelle offensive des Houthis

  • Des représentants internationaux ont condamné les attaques de la milice et ont appelé à la désescalade
  • Le conseil présidentiel s’est engagé à «prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les intérêts publics et lutter contre les groupes terroristes»

AL-MUKALLA: Le conseil présidentiel du Yémen a promis d'affronter les «terroristes» houthis et a appelé à la résistance. Les représentants internationaux ont quant à eux condamné la nouvelle offensive de la milice.

Le conseil, présidé par Rashad al-Alimi, a déclaré que les dernières attaques des Houthis, principalement à Marib et à Shabwa, témoignent du désintérêt de la milice pour la paix. Il a juré d’enrayer sa progression et d'aider les habitants des zones contrôlées par les Houthis à résister à leur domination.

«Le conseil exhorte la communauté internationale à reconnaître la gravité de l'escalade terroriste, ainsi que la livraison continue d'armes iraniennes supplémentaires aux milices et les conséquences désastreuses pour la paix et la sécurité dans le monde», a déclaré le conseil, cité par l'agence de presse SABA.

Sans indiquer de précision quant à son mode d’action, il s’est engagé à «prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les intérêts publics et lutter contre les groupes terroristes».

Le conseil présidentiel, composé de huit membres, subit une pression croissante de la part de l'opinion publique qui réclame des représailles aux attaques des Houthis contre les installations pétrolières dans les provinces de Hadramout et de Shabwa l'année dernière.

Les Houthis ont légèrement progressé à Shabwa et à Marib depuis le début de la semaine dernière, ciblant les forces gouvernementales avec des armes lourdes et des drones explosifs.

Ils se sont emparés de quelques villages dans les districts de Hareb à Marib et de Merkhah al-Ulya à Shabwa. Les troupes gouvernementales ont réussi à les repousser avec l’appui de renforts.

La milice a également tenté d'assassiner le gouverneur de Taiz, Nabeil Shamsan, en attaquant sa voiture avec de l'artillerie et des missiles samedi.

Les ambassadeurs occidentaux présents au Yémen ont condamné ces nouvelles attaques et ont appelé les Houthis à la désescalade et à participer aux efforts visant à mettre fin à la guerre.

Richard Oppenheim, l'ambassadeur britannique, a déclaré que la milice devait «cesser ses actions provocatrices et faire preuve d'un véritable engagement en faveur de la paix au Yémen».

«Nous condamnons les récentes attaques des Houthis à Taiz et à Marib, qui ont fait des victimes, et nous présentons nos condoléances aux familles des victimes», a déclaré Steven Fagin, l'ambassadeur des États-Unis au Yémen.

«Les Houthis doivent cesser d'exacerber les souffrances des Yéménites et œuvrer en faveur du règlement pacifique du conflit», a-t-il ajouté.

Les représentants du gouvernement yéménite affirment que l'intensification des opérations des Houthis coïncide avec le huitième anniversaire de l'intervention militaire de la coalition arabe. La milice cherche ainsi à montrer qu'elle n’est toujours pas vaincue.

«Les Houthis ont profité de l'anniversaire de l'opération Tempête décisive et du ramadan pour démontrer leur puissance», a déclaré à Arab News un responsable du gouvernement yéménite sous couvert d'anonymat.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les astronautes saoudiens de retour sur Terre après une mission spatiale réussie

L’astronaute saoudienne Rayyanah Barnawi utilise la boîte de gants scientifiques pour mener des expériences sur les cellules immunitaires humaines et leur réaction inflammatoire en microgravité. (@astro_rayyanah)
L’astronaute saoudienne Rayyanah Barnawi utilise la boîte de gants scientifiques pour mener des expériences sur les cellules immunitaires humaines et leur réaction inflammatoire en microgravité. (@astro_rayyanah)
Short Url
  • Le voyage de douze heures de la capsule SpaceX Crew Dragon de l’ISS vers la Terre a été suivi en direct par de nombreux citoyens saoudiens
  • Lors de séjour spatial de huit jours, les astronautes ont mené 14 expériences sur la santé humaine et les fluides en microgravité

RIYAD: Les deux astronautes saoudiens Rayyanah Barnawi et Ali al-Qarni, ainsi que les Américains Peggy Whitson et John Schoffner, ont atterri en toute sécurité au large des côtes de la Floride mercredi matin, après avoir achevé avec succès la mission Ax-2, qui a duré huit jours, à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Le voyage de douze heures de la capsule SpaceX Crew Dragon de l’ISS vers la Terre a été suivi en direct par de nombreux citoyens saoudiens, qui ont exprimé leur fierté de voir deux astronautes saoudiens contribuer à la recherche spatiale.

PHOTO
Après dix jours en orbite, la capsule SpaceX Crew Dragon et l’équipage de l’Ax-2 sont revenus sur Terre. (@SpaceX)

 «J’étais plus inquiète en regardant leur retour sur Terre, car j’ai appris qu’il est souvent difficile pour un vaisseau spatial de rentrer dans l’atmosphère terrestre», raconte Rima, une lycéenne de 15 ans basée à Dhahran. «J’ai veillé toute la nuit pour regarder la retransmission en direct de leur arrivée, et cela en valait la peine. Je me suis sentie fière d’être Saoudienne.»

«Je me sens privilégié de vivre dans un pays qui cherche à autonomiser ses citoyens grâce à un soutien continu sous forme d’initiatives, d’ateliers et de bourses, en travaillant jour et nuit pour marquer les pas des Saoudiens dans tous les domaines», déclare Yasser, 34 ans, ingénieur chimiste basé dans la ville industrielle de Joubaïl.

PHOTO
Après dix jours en orbite, la capsule SpaceX Crew Dragon et l’équipage de l’Ax-2 sont revenus sur Terre. (@SpaceX)

La princesse Rima bent Bandar al-Saoud, ambassadrice saoudienne aux États-Unis, a tweeté: «Je suis remplie de fierté en regardant nos astronautes et l’équipage de l’Ax-2 revenir sur Terre sains et saufs après leur voyage à l’ISS au cours duquel ils ont mené des expériences scientifiques qui repousseront les limites de l’innovation scientifique et ont inspiré toute une nation à rêver et à explorer.»

Expériences dans l’espace

Barnawi et Al-Qarni ont réalisé 14 expériences pionnières en microgravité, dont trois à des fins éducatives et pédagogiques, avec la participation de 12 000 étudiants saoudiens dans 47 régions différentes du Royaume.

Ces expériences éducatives, conçues pour inciter les élèves à faire preuve d’esprit critique, visaient à démontrer les différences de comportement des fluides sur Terre et en microgravité, à étudier le comportement aérodynamique de différentes formes de cerfs-volants à bord de l’ISS et à mettre en évidence les effets de l’environnement extérieur de l’espace sur les modes de transfert de chaleur existants.

Lors de l’expérience de transfert de chaleur, les astronautes saoudiens ont montré les réactions qui se produisaient dans l’espace en surveillant un fil qui chauffait et se refroidissait, tandis que les élèves observaient et comparaient les différences avec des expériences contrôlées sur Terre.

«Ces expériences éducatives ont pour but de susciter la curiosité des élèves pour les sciences spatiales, car ils sont les futurs scientifiques, astronautes et ingénieurs saoudiens», a affirmé Michaal Alshemimry, ingénieur aérospatial saoudien et conseiller spécial du PDG de la Commission spatiale saoudienne, lors d’une interview accordée à Al-Ekhbariya.

Parmi toutes les expériences réalisées, 11 étaient axées sur le système nerveux, en particulier sur les tissus, les cellules et les molécules, les cellules immunitaires et sur l’ensemencement des nuages à l’aide d’une technologie d’ensemencement de l’eau. Plusieurs de ces expériences ont été conçues par des scientifiques saoudiens dont les projets ont été emmenés dans l’espace par Barnawi et Al-Qarni.

Barnawi, première femme arabe astronaute et chercheuse en cancérologie qui possède une dizaine d’années d'expérience dans la recherche sur les cellules souches, a mené des expériences sur les cellules immunitaires humaines et sur leur réaction inflammatoire dans un environnement de microgravité.

Ces expériences étaient affiliées à l’Hôpital spécialisé et Centre de recherche du roi Faisal du pays, en coopération avec la Commission spatiale saoudienne. L’objectif était de déterminer la réponse des cellules immunitaires et les effets de certains traitements sur les conditions inflammatoires, de comprendre les changements biologiques qui se produisent dans un environnement de microgravité et l’activité des gènes dans les cellules immunitaires exposées à l’inflammation au fil du temps.

Les expériences ont été réalisées sous la supervision de l’équipe de recherche dirigée par le chef du département des molécules et des chercheurs du roi Faisal. Elles ont été menées en plusieurs étapes, en commençant par la préparation de cellules vivantes dans des récipients spéciaux et en les plaçant dans un incubateur de cellules pendant quarante-huit heures pour les adapter aux conditions de microgravité.

La deuxième étape a consisté à ajouter des composés aux propriétés thérapeutiques pour inhiber les enzymes qui stimulent la production de protéines. La troisième étape a été réalisée en ajoutant un catalyseur pour les réactions inflammatoires afin de stimuler les réactions biologiques dans la cellule. Lors de la dernière étape, les échantillons chimiquement traités ou non-traités ont été prélevés et conservés à différents moments dans le but de suivre l’évolution de la durée de vie de l’acide ribonucléique messager (ARNm).

Parallèlement aux travaux menés par Barnawi dans l’espace, le Dr Wijdan al-Ahmadi, de l’Hôpital spécialisé et Centre de recherche du roi Faisal, mènera les mêmes expériences sur Terre en collaboration avec la Nasa. Le Dr Al-Ahmadi analysera les échantillons et comparera les effets et les résultats dans des conditions de microgravité et de grande gravité. Ces expériences ont été réalisées afin de mieux comprendre la santé humaine dans l’espace et d’identifier des biomarqueurs ou des traitements biotechnologiques potentiels pour les maladies inflammatoires sur Terre et en dehors de la planète.

Les expériences sur le système nerveux ont permis d’étudier les changements dans les biomarqueurs sanguins et de mesurer les changements dans la pression intracrânienne, ce qui a permis de mieux comprendre le syndrome neuro-oculaire associé aux vols spatiaux.

D’autres expériences concernant le système nerveux ont été menées pour déterminer les effets d’un environnement de microgravité sur l’activité électrique du cerveau à l’aide d’un électroencéphalogramme portable (EEG). Ces tests ont permis de mesurer le diamètre de la gaine du nerf optique chez les astronautes, ainsi que la perfusion cérébrale et les modifications de la position du cerveau en microgravité.

Ali al-Qarni a également mené un programme de recherche chargé d’explorer diverses techniques d’ensemencement des nuages dans un environnement de microgravité. Dans une chambre de réaction, l’astronaute a combiné des cristaux de sel avec de l’air humide pour voir si des gouttelettes d’eau se formeraient.

Dans le cadre de la contribution continue du Royaume aux sciences spatiales, le ministère de l’Éducation a approuvé que le livre Earth and Space Science soit enseigné dans les écoles à partir de la prochaine année académique. Ce livre permet aux élèves de développer leurs compétences en sciences naturelles et appliquées au niveau secondaire. Le cours constitue en effet une introduction à la relation entre la Terre, l’air, l’espace, l’eau et les organismes vivants.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Mauritanie: internet coupé après de violentes manifestations

Les autorités ont décidé de couper internet pour "réduire les chances de liaisons entre les malfaiteurs". (Photo, AFP)
Les autorités ont décidé de couper internet pour "réduire les chances de liaisons entre les malfaiteurs". (Photo, AFP)
Short Url
  • Mardi, des manifestations spontanées se sont déroulées à Nouakchott et Boghé (Sud) pour réclamer «justice pour Omar Diop»
  • Toutes les connexions internet sur les téléphones portables étaient coupées mercredi, mais les lignes fixes continuaient de fonctionner

NOUAKCHOTT: Le gouvernement mauritanien a coupé mercredi le réseau internet sur les téléphones portables au lendemain de manifestations liées au décès d'un jeune Mauritanien à la suite d'une brève garde-à-vue dans un commissariat de police.

Toutes les connexions internet sur les téléphones portables étaient coupées mercredi, mais les lignes fixes continuaient de fonctionner et l'activité économique suivait son cours, a constaté un journaliste de l'AFP.

Mardi, des manifestations spontanées se sont déroulées à Nouakchott et Boghé (Sud) pour réclamer "justice pour Omar Diop", un jeune homme arrêté lundi soir à Nouakchott après avoir participé à une bagarre selon la police, et décédé quelques heures plus tard à l'hôpital à la suite de problèmes respiratoires.

Une autopsie et une enquête sont en cours pour déterminer les circonstances du décès, a déclaré le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Les manifestants ont brûlé des pneus dans les rues de la capitale, "incendié et saccagé des biens publics et privés", a-t-il aussi indiqué.

A Boghé, à environ 300 km au sud-est de Nouakchott, un manifestant a été tué au cours de heurts entre petits groupes de jeunes et forces de l'ordre, lorsque les premiers ont tenté "d'investir le commissariat de police de la ville", a ajouté le ministère de l'Intérieur.

Les autorités ont décidé de couper internet pour "réduire les chances de liaisons entre les malfaiteurs" a affirmé à l'AFP un haut gradé de la police.

Mercredi, le calme était revenu dans les deux villes de ce pays qui a connu samedi et dimanche l'épilogue de ses élections législatives, le parti au pouvoir du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani raflant un an avant la présidentielle 107 sièges sur 176.


Soudan: L'armée suspend sa participation aux pourparlers avec son rival paramilitaire

Le chef de l'armée Abdel Fattah Al-Burhan avec ses soldats alors qu'il visite certaines de leurs positions à Khartoum. (AFP)
Le chef de l'armée Abdel Fattah Al-Burhan avec ses soldats alors qu'il visite certaines de leurs positions à Khartoum. (AFP)
Short Url
  • L'armée a pris cette décision «parce que les rebelles n'ont jamais appliqué un des points de l'accord de trêve temporaire qui prévoit leur retrait des hôpitaux et des maisons»
  • Depuis le début de la guerre, le syndicat des médecins dénonce l'occupation de plusieurs hôpitaux par des belligérants

KHARTOUM: L'armée bombarde mercredi les paramilitaires à l'artillerie lourde à Khartoum après s'être retirée des négociations menées sous l'égide des Etats-Unis et de l'Arabie saoudite pour permettre l'acheminement de l'aide humanitaire au Soudan menacé de famine.

Peu avant, à Djeddah, en Arabie saoudite, les émissaires du général Burhane avaient "suspendu les négociations" en cours depuis près d'un mois pour un cessez-le-feu censé ouvrir des passages aux civils et à l'aide humanitaire.

L'armée a pris cette décision "parce que les rebelles n'ont jamais appliqué un des points de l'accord de trêve temporaire qui prévoit leur retrait des hôpitaux et des maisons", a expliqué à l'AFP un responsable gouvernemental soudanais.

Depuis le début de la guerre, le syndicat des médecins dénonce l'occupation de plusieurs hôpitaux par des belligérants.

Mercredi, le ministère de la Santé a annoncé la fermeture de neuf hôpitaux d'al-Jazira,l'Etat qui borde Khartoum au sud et accueille des dizaines de milliers de familles déplacées, "à cause de la présence des FSR autour qui menace les soignants et l'approvisionnement des établissements".

Toujours aucun couloir n'a été dégagé pour permettre le passage de l'aide humanitaire, dont ont désormais besoin 25 des 45 millions de Soudanais selon l'ONU. Les rares cargaisons qui ont pu être acheminées ne couvrent pas les immenses besoins.