Algérie/virus: reprise des vols intérieurs après neuf mois d'interruption

Des passagers qui attendent d'embarquer sur un vol de rapatriement de la capitale algérienne Alger vers la France. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 01 décembre 2020

Algérie/virus: reprise des vols intérieurs après neuf mois d'interruption

  • Cette mesure concernera la totalité des vols de et vers les wilayas (préfectures) du sud du pays et, dans un premier temps, 50% des vols desservant celles du nord de l'Algérie, précise un communiqué
  • Les frontières de l'Algérie sont hermétiquement fermées depuis la mi-mars, à part des vols spéciaux de rapatriement

ALGER : Les liaisons intérieures, suspendues depuis le 17 mars dans le cadre des mesures anticoronavirus, vont reprendre le 6 décembre en Algérie, ont annoncé lundi les autorités algériennes.

Cette mesure concernera la totalité des vols de et vers les wilayas (préfectures) du sud du pays et, dans un premier temps, 50% des vols desservant celles du nord de l'Algérie, précise un communiqué.

Les frontières de l'Algérie sont hermétiquement fermées depuis la mi-mars, à part des vols spéciaux de rapatriement.

En outre, après avoir autorisé à la mi-août la prière dans les mosquées de plus de 1.000 places, le gouvernement a autorisé l'ouverture à partir de mercredi de celles qui peuvent accueillir plus de 500 fidèles. Elles seront soumises à des inspections pour le respect des mesures sanitaires.

En revanche, un couvre-feu de 20H00 (19H00 GMT) à 05H00 (04H00 GMT) est étendu à deux préfectures supplémentaires, soit au total 34 préfectures sur 48, pour 15 jours.

Durant cette même période, les salles omnisports, les salles de sport, les lieux de détente, les espaces récréatifs et de loisirs, les maisons de jeunes, et les centres culturels resteront fermés dans ces 34 régions. 

Certains commerces doivent cesser toute activité à partir de 15H00 (14H00 GMT), notamment les vendeurs d'électroménager, les magasins d'articles de sport et de jouets, de literie, les pâtisseries et boulangeries, et les salons de coiffure. Cafés, fast-food et restaurants sont désormais tenus de limiter leurs activités à la vente à emporter et sont soumis à l'obligation de fermer à 15H00.

Tous les rassemblements --notamment pour des mariages et des circoncisions mais aussi les manifestations politiques-- demeurent interdits.

L'Algérie, l'un des pays d'Afrique les plus touchés par la pandémie, enregistre une flambée de contaminations depuis plusieurs semaines.

Plus de 82.200 cas ont été recensés dans le pays depuis l'enregistrement du premier malade le 25 février, 

 


Jordanie: deux ministres démissionnent pour non respect des règles sanitaires

Le Premier ministre jordanien Bicher al-Khassawneh leur est reproché, selon une source gouvernementale, «d'avoir violé la loi d'urgence» pour lutter contre la pandémie (Photo, AFP).
Short Url
  • La sanction a été prise par le Premier ministre jordanien Bicher al-Khassawneh et aussitôt avalisée par le roi Abdallah II
  • Le ministre de l'Intérieur Samir Mobaidine et son collègue de la Justice Bassam Talhouni ont assisté à un dîner dans un restaurant d'Amman

AMMAN: Les ministres jordaniens de l'Intérieur et de la Justice ont été contraints dimanche à la démission pour avoir contrevenu aux règles sanitaires en vigueur pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, a-t-on appris de source officielle.

La sanction a été prise par le Premier ministre jordanien Bicher al-Khassawneh et aussitôt avalisée par le roi Abdallah II, selon un communiqué du palais royal. 

Il leur est reproché, selon une source gouvernementale, «d'avoir violé la loi d'urgence» pour lutter contre la pandémie.

Selon le site d'information jordanien Ammon, le ministre de l'Intérieur Samir Mobaidine et son collègue de la Justice Bassam Talhouni ont assisté à un dîner dans un restaurant d'Amman. Neuf convives ont partagé le repas alors que la loi n'en autorise que six au maximum.

En raison d'une recrudescence des contaminations sur son sol, la Jordanie a de nouveau interdit cette semaine à la population de sortir de chez elle les vendredis, jour de congé hebdomadaire.

Pays de 10 millions d'habitants, la Jordanie a enregistré quelque 386 000 cas d'infection dont 4 675 décès, selon le dernier bilan des autorités.

Taoufiq Krishan, vice-Premier ministre et ministre de l'Administration locale, a été affecté au ministère de l'Intérieur. 

Ahmed al-Ziyadat, secrétaire d'Etat aux Affaires juridiques, a récupéré le ministère de la Justice.


Explosion sur le navire israélien: la piste iranienne se précise

Missile anti-navire Nasr-1 tiré depuis un navire de guerre lors d'un exercice militaire de la marine iranienne dans le golfe d'Oman, le 14 janvier 2021(Bureau de l'armée iranienne/AFP)
Short Url
  • Le bateau israélien "est probablement tombé dans le piège de l'une des branches de l'axe de la Résistance", a écrit à la Une Kayhan, considéré comme le porte-voix de la frange ultra-conservatrice du système politique iranien
  • Selon le journal, qui cite des "experts militaires", le "bateau espion recueillait des renseignements sur le golfe Persique et la mer d'Oman, lorsqu’il a été visé"

TÉHÉRAN : L'explosion survenue cette semaine à bord d'un navire israélien en mer d'Oman est probablement le fait de "l'axe de la résistance", composé de l'Iran et de ses proches alliés, a affirmé dimanche le journal ultraconservateur iranien Kayhan.

L'Iran se considère avec la Syrie, le parti chiite libanais Hezbollah, le mouvement palestinien Hamas, des groupes irakiens et les milices yéménites comme faisant partie de "l'axe de la résistance" face à Israël au Moyen-Orient.

Le MV Helios Ray, un bateau israélien propriété d'HELIOS Ltd et transportant des véhicules, effectuait le trajet entre Dammam (est de l'Arabie saoudite), et Singapour, au moment de l'explosion au nord-ouest du sultanat d'Oman, selon Dryad Global, une société spécialisée dans la sécurité maritime.

La mer d'Oman est située entre l'Iran et Oman, à la sortie du crucial détroit d'Ormuz par lequel transite une grande partie du pétrole mondial et où opère une coalition dirigée par les États-Unis.

Le bateau israélien "est probablement tombé dans le piège de l'une des branches de l'axe de la Résistance", a écrit à la Une Kayhan, considéré comme le porte-voix de la frange ultra-conservatrice du système politique iranien.

Selon le journal iranien, qui cite des "experts militaires", le "bateau espion recueillait des renseignements sur le golfe Persique et la mer d'Oman, lorsqu’il a été visé. Les attaques et les crimes du régime sioniste dans la région semblent en avoir fait une cible légitime." 

L'origine de l'explosion, qui a causé des dégâts mais n'a pas fait de victime, n'a pas été précisée. Il n'est pas clair si "elle a été causée par un tir de missile ou des mines fixées au bateau", selon l'armateur.

Réunion des responsables israéliens pour discuter de la réponse

Dryad Global avait suggéré que l'Iran pourrait être responsable de l'explosion, l'incident intervenant dans un contexte de tensions accrues entre Israël et la République islamique d’Iran, des ennemis jurés.

Samedi, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a estimé que l'Iran pourrait être responsable de l'explosion, compte tenu la "proximité" avec le territoire iranien  et le "contexte". "L'Iran était très probablement à l'origine d'une explosion qui s'est produite plus tôt cette semaine sur un cargo israélien dans le golfe d'Oman", a-t-il déclaré.

Le MV Helios Ray, qui transportait des véhicules dans le Golfe, a été heurté le 25 février.

"L'emplacement du navire relativement proche de l'Iran fait croire que l'Iran était responsable, mais cela doit encore être vérifié", a déclaré Gantz dans une interview à la télévision d'État israélienne Kan. Gantz a déclaré que l'on savait que l'Iran avait l'intention de cibler les biens et les citoyens israéliens.

Les principaux responsables politiques et de la défense israéliens discuteront dimanche de leur réponse à l'attaque présumée, a rapporté la chaîne Kan, citant des responsables qui ont déclaré que celle-ci "franchissait une ligne rouge".

L'explosion n'a fait aucune victime, mais a laissé deux trous de 1,5 mètre de diamètre sur le côté du navire.

Le MV Ray Helios est arrivé dimanche dans le port de Dubaï pour des réparations, selon l'Associated Press.

Malgré ses démentis, la République islamique est accusée par Israël de chercher à se doter de l'arme atomique.

Le 27 novembre, Téhéran avait imputé à Israël l'assassinat du scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, tué à Téhéran.

Washington avait imputé à l'Iran des attaques et des sabotages contre des pétroliers dans le Golfe en 2019, des accusations réfutées par Téhéran.


Les milices au Yémen menacent l'Arabie saoudite de nouvelles attaques

Les Houthis ont intensifié leurs attaques contre le royaume et mènent actuellement une bataille pour le contrôle de la province pétrolière de Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays (Photo, AFP).
Short Url
  • Les forces de défense aériennes ont déjoué une attaque aux missiles contre Ryad
  • «L'opération a été menée avec un missile balistique et 15 drones»

SANAA: Les milices au Yémen ont revendiqué dimanche les tirs la veille contre l'Arabie saoudite voisine et menacé le royaume de nouvelles attaques.

L'attaque "a visé des zones sensibles de la capitale Ryad ennemie", a affirmé le porte-parole des Houthis, Yahya al-Saree, cité par la chaîne des milices Al-Massirah, ajoutant:  "Nos opérations continueront ".

"L'opération a été menée avec un missile balistique et 15 drones", a-t-il ajouté.

Samedi, plusieurs explosions ont secoué la capitale saoudienne. Les forces de défense aériennes ont déjoué une attaque aux missiles contre Ryad et intercepté des drones lancés par les Houthis contre le sud du royaume saoudien, selon les médias locaux.

M. Saree a prévenu les habitants de la région sud du royaume, frontalier du nord du Yémen, de s'éloigner "de tout site ou aéroport militaire".

Les Houthis ont intensifié leurs attaques contre le royaume et mènent actuellement une bataille pour le contrôle de la province pétrolière de Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays.

Le conflit au Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, a été déclenché en 2014 par une vaste offensive des Houthis qui se sont emparés de larges pans du territoire, y compris de la capitale Sanaa qu'ils contrôlent toujours.

La guerre a plongé le pays dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU, et fait des dizaines de milliers de morts, d'après des ONG internationales, sans oublier les millions de déplacés et une population au bord de la famine.

Une conférence de donateurs organisée lundi par l'ONU va tenter de lever 3,85 milliards de dollars (3,19 milliards d'euros) d'aide à la population du Yémen.