Joe l'Irlandais: comment Biden use et abuse de ses origines

Sur cette photo prise le 7 octobre 2020, une peinture géante de Joe Biden, candidat à l'élection présidentielle américaine, est érigée dans sa maison ancestrale de Ballina, au nord-ouest de l'Irlande. (AFP).
Sur cette photo prise le 7 octobre 2020, une peinture géante de Joe Biden, candidat à l'élection présidentielle américaine, est érigée dans sa maison ancestrale de Ballina, au nord-ouest de l'Irlande. (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 09 avril 2023

Joe l'Irlandais: comment Biden use et abuse de ses origines

  • Pour Joe Biden, toutes les occasions de rappeler ses origines sont bonnes
  • En octobre 2020, dans l'un de ses derniers clips de campagne, Joe Biden lit un poème du Prix Nobel de littérature irlandais Seamus Heaney

WASHINGTON : "Je suis Irlandais!" Joe Biden, qui s'apprête à passer quelques jours sur la terre de ses ancêtres, revendique ses racines avec une ferveur teintée d'intérêt politique bien senti.

"La BBC? Je suis Irlandais!" Cette vidéo non datée, dans laquelle le président américain éconduit avec le sourire un journaliste britannique, a eu un franc succès sur internet.

Pour le démocrate de 80 ans, deuxième président catholique de l'histoire américaine après John Fitzgerald Kennedy, toutes les occasions de rappeler ses origines sont bonnes.

Quand l'équipe de rugby irlandaise bat les redoutables All Blacks en novembre 2021, il décroche son téléphone pour les féliciter.

En octobre 2020, dans l'un de ses derniers clips de campagne, Joe Biden lit un poème du Prix Nobel de littérature irlandais Seamus Heaney.

Bien sûr, le président des Etats-Unis n'a pas de passeport irlandais. Et il est d'origine britannique du côté paternel.

Famine

Mais, en public, Joe Biden n'évoque généralement que ses ancêtres maternels, une lignée que le "Irish Family History Centre" a très officiellement retracée, à sa demande.

Ses ancêtres ont quitté les comtés de Mayo (ouest) et de Louth (est) au milieu du XIXème siècle, fuyant comme tant d'autres une Irlande ravagée par la famine, pour finalement s'établir en Pennsylvanie (est), à Scranton, le berceau familial du président américain.

Joe Biden va donc faire le chemin à l'envers. Son voyage prévoit des étapes à Belfast mardi, pour commémorer la signature il y a 25 ans des accords de paix sur l'Irlande du Nord, et à partir de mercredi une séquence très officielle à Dublin.

Mais la Maison Blanche a aussi organisé des haltes plus personnelles sur les terres de ses ancêtres, comme déjà en 2016, quand Joe Biden était allé en Irlande en tant que vice-président.

Ira-t-il à nouveau dans ce pub de village fondé par sa famille? Si oui, pas de pinte de bière pour Joe Biden: "Je suis le seul Irlandais qui n'ait jamais bu une goutte d'alcool", plaisantait-il récemment.

Le démocrate, qui semble déjà en campagne pour 2024 même s'il refuse de le dire officiellement, s'est promis de revigorer le "rêve" américain, de redonner espoir et confiance à ses compatriotes. Quoi de mieux pour cela que de s'appuyer sur un récit volontiers lyrique de l'émigration irlandaise?

Dans un discours en 2013, marquant son admission dans le "Irish America Hall of Fame", il évoquait l'histoire de sa famille pour mieux vanter les Etats-Unis, cette terre de "possibilités pour ceux qui sont prêts à travailler dur et à respecter les règles", et pour affirmer le droit à la "dignité" - des références encore aujourd'hui incontournables dans ses discours.

Imaginaire américain

"C'est un récit des origines puissant, qui puise dans l'imaginaire de l'Amérique", analyse pour l'AFP Coilin Parsons, directeur des études irlandaises à l'université de Georgetown.

L'octogénaire à la vie privée semée de deuils - Joe Biden a perdu deux enfants - et à la vie politique rempli d'échecs cuisants, explique souvent qu'il a puisé la force de rebondir à deux sources: sa foi et ses valeurs familiales.

Le 17 mars dernier, en commémorant la fête nationale irlandaise, il confiait que son grand-père maternel lui avait livré cette devise: "Joey, ne plie jamais, ne t'incline jamais, ne t'agenouille jamais, ne t'avoue jamais vaincu."

L'attachement viscéral de Joe Biden, président volontiers sentimental et parfois un brin soupe-au-lait, à cet héritage irlandais a évidemment aussi une dimension politique.

"Aucun autre pays n'a ce niveau de considération" aux Etats-Unis, commente Coilin Parsons, en rappelant que depuis 1952, un représentant du gouvernement irlandais est reçu chaque année à la Maison Blanche et au Congrès pour la Saint Patrick.

Plus de 30 millions d'Américains revendiquent des racines irlandaises et "le vote irlando-américain compte encore aujourd'hui dans des Etats stratégiques tels que la Pennsylvanie et l'Ohio", poursuit-il.

Pour l'universitaire, le voyage de Joe Biden ne sera toutefois pas seulement une évocation du passé et du folklore.

"Il y a les trèfles et les danses traditionnelles, mais de plus en plus l'Irlande raconte une autre histoire".

"A un moment de tournant conservateur aux Etats-Unis, l'Irlande est ce pays qui a contesté l'influence de l'Eglise catholique" pour autoriser le mariage homosexuel, fait-il notamment valoir.

Joe Biden lui-même, bien que catholique fervent, est devenu un défenseur convaincu du droit à l'avortement face aux attaques de la droite américaine religieuse.


Le contingent russe du Karabakh a achevé son retrait de l'Azerbaïdjan

Les soldats de la paix russes ont achevé mercredi leur retrait de la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabagh, que Bakou a reprise l'année dernière aux séparatistes arméniens, ont indiqué des responsables de Bakou (Photo, AFP).
Les soldats de la paix russes ont achevé mercredi leur retrait de la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabagh, que Bakou a reprise l'année dernière aux séparatistes arméniens, ont indiqué des responsables de Bakou (Photo, AFP).
Short Url
  • Le retrait, entamé mi-avril, avait été convenu entre les présidents russe Vladimir Poutine et azerbaïdjanais Ilham Aliev
  • A l'automne 2020, une guerre de six semaines avait opposé l'Azerbaïdjan et les séparatistes soutenus par l'Arménie pour le contrôle du Haut-Karabakh

BAKOU: Les militaires russes déployés dans le Haut-Karabakh depuis l'automne 2020 ont achevé mercredi leur retrait de l'Azerbaïdjan, a annoncé le ministère azerbaïdjanais de la Défense, près de neuf mois après la reconquête par Bakou de cette enclave contrôlée pendant trois décennies par des séparatistes arméniens.

"Le processus de retrait total du personnel, des armes et de l'équipement du contingent russe de maintien de la paix en Azerbaïdjan s'est achevé le 12 juin", a indiqué le ministère azerbaïdjanais dans un bref communiqué, près de deux mois après le début des opérations de départ de ces soldats russes.

Le retrait, entamé mi-avril, avait été convenu entre les présidents russe Vladimir Poutine et azerbaïdjanais Ilham Aliev.

A l'automne 2020, une guerre de six semaines avait opposé l'Azerbaïdjan et les séparatistes soutenus par l'Arménie pour le contrôle du Haut-Karabakh, faisant 6.500 morts.

Cette guerre s'était soldée par une lourde défaite des forces arméniennes, qui avaient dû céder d'importants territoires.

La Russie avait alors déployé une force de maintien de la paix composée de 2.000 soldats pour faire respecter les termes du cessez-le-feu et le retrait des troupes séparatistes.

En septembre 2023, l'Azerbaïdjan a mené une nouvelle offensive éclair et s'est emparé de l'ensemble du Haut-Karabakh, sans que les forces russes n'interviennent, mettant fin à trois décennies de conflit avec l'Arménie pour le contrôle de l'enclave.

Les autorités arméniennes avaient alors vivement dénoncé l'inaction de leur allié russe, longtemps considéré comme l'arbitre traditionnel dans le Caucase, et se sont depuis rapprochées des Occidentaux.

Depuis, Bakou et Erevan ont multiplié les négociations et ont annoncé mi-mai s'être mis d'accord sur la délimitation d'une partie de la frontière commune, condition préalable avant tout accord de paix durable.

Dans ce contexte, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian avait auparavant approuvé la restitution de quatre villages frontaliers dans la région de Tavouch, saisis dans les années 1990, provoquant un important mouvement de contestation dans son pays.

Les manifestants, encouragés par leur charismatique leader, l'archevêque Bagrat Galstanian, réclament depuis quotidiennement la démission de M. Pachinian, arrivé au pouvoir en 2018 et désormais considéré par eux comme un traître.

L'Arménie a ainsi rendu fin mai à son voisin azerbaïdjanais les quatre villages frontaliers concernés, M. Pachinian jurant que cette décision visait à garantir la paix avec Bakou.

La mise en œuvre de cet accord, qui porte sur une section frontalière longue de 12,7 km, est vue par les observateurs comme une étape-clé vers une normalisation des relations entre ces pays rivaux du Caucase après des décennies de différends territoriaux.

L'Arménie et l'Azerbaïdjan s'étaient affrontées lors d'une première guerre dans les années 1990, un conflit remporté par l'Arménie.


Washington «  examine » la réponse du Hamas au plan de cessez-le-feu pour Gaza

En tournée au Moyen-Orient, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a souligné que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lui avait "réaffirmé son engagement" pour le plan annoncé par le président américain fin mai et adopté lundi par le Conseil de sécurité de l'ONU. (AFP).
En tournée au Moyen-Orient, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a souligné que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lui avait "réaffirmé son engagement" pour le plan annoncé par le président américain fin mai et adopté lundi par le Conseil de sécurité de l'ONU. (AFP).
Short Url
  • La réponse contient des "amendements" à la proposition annoncée par Joe Biden, "notamment un calendrier pour un cessez-le-feu permanent et le retrait total des troupes israéliennes de la bande de Gaza"
  • Un porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a indiqué que les Etats-Unis étaient en train "d'examiner" cette réponse. "Je ne vais pas fournir de contexte ou de détails sur la réponse qui vient d'arriver et que notre équipe est en train d'évaluer

TERRITOIRES PALESTINIENS: Les Etats-Unis "examinent" mercredi la réponse du Hamas à un plan de cessez-le-feu dans la bande de Gaza promu cette semaine au Moyen-Orient par son chef de la diplomatie Antony Blinken sur fond de frappes israéliennes incessantes dans le territoire palestinien.

Et cette réponse, dont le contenu n'a pas été annoncé, donne lieu mercredi à différentes interprétations, des médias israéliens et le site américain Axios affirmant que le mouvement palestinien avaient rejeté le plan.

Ce qui a poussé un dirigeant du Hamas, Izzat al-Rishq, a publier un bref communiqué pour affirmer que la réponse était à la fois "responsable, sérieuse et positive" et qu'elle "ouvrait la voie à un accord".

"Les allégations de médias israéliens quant à la réponse du Hamas témoignent de tentatives visant à soustraire Israël aux obligations de l'accord", a-t-il écrit en arabe, suggérant par là que ces indications de presse permettaient à Israël de poursuivre ses frappes.

En tournée au Moyen-Orient, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a souligné que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lui avait "réaffirmé son engagement" pour le plan annoncé par le président américain fin mai et adopté lundi par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Ce plan prévoit, dans une première phase, un cessez-le-feu de six semaines accompagné d'un retrait israélien des zones densément peuplées de Gaza, de la libération de certains otages et de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

« Signe encourageant »

M. Blinken a aussi qualifié de "signe encourageant" la réaction du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui avait dit accueillir "favorablement" un certain nombre d'éléments de la résolution américaine, avant de donner sa réponse officielle mardi soir.

Dans un communiqué conjoint avec le Jihad islamique, second mouvement islamiste armé palestinien, le Hamas a donné sa réponse aux médiateurs du Qatar et de l'Egypte en appelant à un "arrêt total de l'agression" à Gaza.

La réponse contient des "amendements" à la proposition annoncée par Joe Biden, "notamment un calendrier pour un cessez-le-feu permanent et le retrait total des troupes israéliennes de la bande de Gaza", a indiqué une source au fait des discussions.

Un porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a indiqué que les Etats-Unis étaient en train "d'examiner" cette réponse. "Je ne vais pas fournir de contexte ou de détails sur la réponse qui vient d'arriver et que notre équipe est en train d'évaluer, tout comme nos amis du Qatar et de l'Egypte", a-t-il ajouté.

"L'horreur doit cesser", a lancé le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui participait mardi en Jordanie à une conférence internationale visant à mobiliser des fonds pour l'aide humanitaire dans le territoire assiégé, privé d'eau et d'électricité, où l'ONU s'inquiète des risques de famine.

"Il est grand temps d'instaurer un cessez-le-feu et de libérer les otages sans conditions", a-t-il ajouté, en appelant "toutes les parties à saisir l'occasion" fournie par la nouvelle feuille de route américaine.

« Achevé une opération »

Pendant ce temps, des frappes israéliennes continuent de viser tôt mercredi différents secteurs de la bande de Gaza, après des bombardements meurtriers mardi dans le centre du territoire où l'armée israélienne dit avoir "achevé une opération" dans l'est de Deir al-Balah et l'est d'al-Boureij.

En Cisjordanie occupée, le ministère local de la Santé et le Croissant-Rouge palestinien ont annoncé que six Palestiniens avaient été tuées mardi lors d'un raid de l'armée israélienne dans un village situé près de la ville de Jénine, un bastion des factions palestiniennes. Le Hamas a d'ailleurs dit "pleurer" les "martyrs" de Jénine.

Au Liban, un important commandant militaire du Hezbollah, Taleb Sami Abdallah, a été tué mardi soir dans une frappe israélienne dans le sud du pays, a annoncé le mouvement chiite libanais allié du Hamas.

Selon une source militaire libanaise, la frappe aérienne a causé la mort de trois personnes en plus du commandant, qui est "le plus important du Hezbollah à être tué" depuis "le début de la guerre", les échanges de tirs étant quasi-quotidiens à la frontière Israël-Liban depuis le 7 octobre.

Impact psychologique

La guerre dans la bande de Gaza a été déclenchée ce jour-là par une attaque sans précédent du Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Quelque 251 personnes ont été enlevées et 116 sont toujours retenues à Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée israélienne.

En riposte, Israël, qui s'est juré d'anéantir le Hamas, mouvement au pouvoir à Gaza depuis 2007 qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, a lancé une offensive sur Gaza qui a fait au moins 37.164 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement local dirigé par le Hamas.

En Jordanie, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré qu'au moins 1,7 million de personnes, sur les quelque 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza ont été déplacées à plusieurs reprises par les opérations militaires israéliennes en huit mois de guerre.

Il a également déploré l'impact psychologique de la guerre, notamment sur les enfants, et affirmé qu'environ 60% des bâtiments résidentiels et au moins 80% des installations commerciales ont été endommagés par les bombardements israéliens.

Les violences contre les enfants lors des conflits ont atteint des "niveaux extrêmes" en 2023, particulièrement à Gaza et au Soudan, selon un rapport de l'ONU consulté par l'AFP mardi, qui inscrit les armées israélienne et soudanaise sur sa "liste de la honte".


La canicule écrase le nord de la Chine, 40°C près de Pékin

Une femme s'évente en se reposant à l'ombre dans une allée pendant une vague de chaleur à Pékin le 23 juin 2023. La Chine a émis une alerte à la chaleur de niveau maximal pour les régions du nord du pays le 23 juin, alors que la capitale cuit sous des températures avoisinant les 40 degrés Celsius (104 Fahrenheit). (Photo de Greg Baker AFP)
Une femme s'évente en se reposant à l'ombre dans une allée pendant une vague de chaleur à Pékin le 23 juin 2023. La Chine a émis une alerte à la chaleur de niveau maximal pour les régions du nord du pays le 23 juin, alors que la capitale cuit sous des températures avoisinant les 40 degrés Celsius (104 Fahrenheit). (Photo de Greg Baker AFP)
Short Url
  • L'an dernier, Pékin avait battu un record absolu de chaleur en juin avec 41,1°C, sa plus chaude journée pour ce mois depuis le début des relevés météorologiques en 1961. La ville avait alors été placée en alerte rouge
  • La Chine n'est pas le seul pays touché par de fortes chaleurs. Le mois dernier en Inde, un record avait été battu avec 52,3°C relevés à New Delhi

PÉKIN, Chine : Une alerte pour forte chaleur est en vigueur mardi en Chine sur une large partie nord du pays, dont la capitale Pékin où les températures ont dépassé localement les 40°C.

Des températures élevées en Chine ne sont pas inhabituelles à l'approche de l'été, en particulier dans l'ouest aride et le sud du pays.

Dans le nord, les habitants de Pékin sont également coutumiers de la chaleur à cette période de l'année.

Mais le pays fait face ces derniers mois à des conditions météorologiques extrêmes et à des températures localement inhabituelles, exacerbées par le changement climatique selon des scientifiques.

A Pékin, une alerte orange pour forte chaleur a été émise jusqu'à jeudi. Il s'agit du deuxième niveau le plus élevé des services météorologiques chinois.

Selon les médias locaux, la plus haute température relevée mardi dans la capitale chinoise a été de 40,3°C, dans la grande banlieue ouest à 50 kilomètres du centre-ville.

L'an dernier, Pékin avait battu un record absolu de chaleur en juin avec 41,1°C, sa plus chaude journée pour ce mois depuis le début des relevés météorologiques en 1961. La ville avait alors été placée en alerte rouge.

Mardi après-midi, certains habitants se promenaient dans les rues avec un ventilateur de poche, tandis que d'autres privilégiaient ombrelles et masques faciaux pour se protéger des rayons du soleil.

En soirée, le temps a brusquement viré à l'orage. De puissantes rafales de vent accompagnées de pluie et de grêlons par endroits ont balayé la capitale chinoise.

- Canicule et fortes pluies -

La forte chaleur actuelle devrait persister jusqu'à vendredi dans le nord et l'est de la Chine, ont averti les services météorologiques.

La métropole portuaire de Tianjin (nord), proche de Pékin, ainsi que les provinces du Hebei (nord) et du Shandong (est) sont notamment concernées.

Dans ces provinces, une vingtaine de stations météo ont enregistré des records de températures pour un début juin, a rapporté la radio nationale CNR.

Au Shandong, une alerte rouge est d'ailleurs en vigueur pour des températures qui pourraient atteindre localement 42°C, ont averti les services météorologiques.

Dans le Hebei, limitrophe de Pékin, le mercure a atteint mardi après-midi 42,9°C.

A l'autre bout du pays, de fortes précipitations sont attendues dans le sud de la Chine, en particulier dans la région montagneuse du Guizhou et dans le Yunnan, frontalier de la Birmanie et du Laos.

Jusqu'à 70 millimètres de pluie y sont attendus.

La Chine n'est pas le seul pays touché par de fortes chaleurs. Le mois dernier en Inde, un record avait été battu avec 52,3°C relevés à New Delhi.

Le mois de mai 2024 a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon l'observatoire européen Copernicus.