En tournée au Maroc, l’humoriste Amine Radi s’accorde une pause ramadanesque

À l’occasion du mois sacré, l’humoriste franco-marocain a joué dans son pays d’origine, lors de quatre dates exceptionnelles à Rabat, Fès et Casablanca. (Photo, fournie)
À l’occasion du mois sacré, l’humoriste franco-marocain a joué dans son pays d’origine, lors de quatre dates exceptionnelles à Rabat, Fès et Casablanca. (Photo, fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 19 avril 2023

En tournée au Maroc, l’humoriste Amine Radi s’accorde une pause ramadanesque

  • «Cette tournée était géniale; la seule chose compliquée pendant le ramadan, c’est que lorsque les gens prennent l’iftar, ils ont envie de dormir, même mon équipe et moi»
  • Amine Radi a fait salle comble avec son spectacle L’expert humoriste; dans son one-man-show, le natif de Casablanca raconte des anecdotes sur son quotidien, sa famille, ses voyages…

CASABLANCA: Le temps d’une parenthèse ramadanesque, comme chaque année, Amine Radi a quitté la grisaille parisienne pour le soleil casablancais. À l’occasion du mois sacré, l’humoriste franco-marocain a joué dans son pays d’origine, lors de quatre dates exceptionnelles à Rabat, Fès et Casablanca.

«Cette tournée était géniale. La seule chose compliquée pendant le ramadan, c’est que lorsque les gens prennent l’iftar, ils ont envie de dormir, même mon équipe et moi. Il faut donc aller chercher l’énergie du public. Et comme on commence à 22 h, il faut donner encore plus d'énergie pour que les spectateurs restent concentrés», raconte l’humoriste à Arab News en français.

D’ailleurs, c’est la première fois qu’Amine Radi se produisait à Fès. Dans cette ville du nord-est du Maroc, les spectacles francophones sont assez rares. De nombreux férus d’humour ont, ainsi, saisi cette occasion pour assister au one-man-show de leur compatriote, entre amis et en famille.

«C'était super! Il y avait des groupes de parents avec leurs enfants venus ensemble. D’un côté, les parents étaient assis tous ensemble, et de l’autre, il y avait plusieurs rangées d’enfants; on aurait dit une crèche! Et moi, j'ai fait l'animateur et la nounou (rires). Mais finalement, tout le monde a ri! La règle, c'est juste qu'il faut écouter, sinon on ne peut pas rire. Moi, je ne suis pas SoolKing ou Gims (rires), je n'ai pas de refrain, on ne peut pas chanter avec moi, si on rate la chute, on rate le sketch», souligne-t-il avec humour.

PHOTO
C’est la première fois qu’Amine Radi se produisait à Fès. (Photo, fournie)

Parenthèses spirituelles

Le ramadan est un mois qu’Amine Radi aime passer en famille. Installé depuis plusieurs années en France, il profite de l’occasion «pour faire le vide et se recentrer sur le plus important», en compagnie de ses proches au Maroc. Cette période lui rappelle par ailleurs l’une des «plus belles expériences de sa vie».

En effet, il y a quelques semaines, l’humoriste s’est rendu en Arabie saoudite pour effectuer l’Omra. Un voyage spirituel «riche en émotions» qui a transformé le jeune homme de 27 ans. Amine Radi a tenu à partager ce moment «hors du temps» avec ses abonnés sur Instagram.

«C’est mon plus beau voyage. Là-bas, le sentiment d'apaisement est extraordinaire, on oublie tous ses problèmes, on est déconnecté de tout. Il n'y a que du positif. C'est un véritable lavage du cœur et de l’âme qui m’a fait énormément de bien», confie-t-il avec émotion.

Il y a quelques semaines, l’humoriste s’est rendu en Arabie saoudite pour effectuer l’Omra; un voyage spirituel «riche en émotions» qui a transformé le jeune homme de 27 ans.

PHOTO
IAmine Radi a fait salle comble avec son spectacle L’expert humoriste (Photo, fournie)

Des réseaux sociaux à la scène

Amine Radi a fait salle comble avec son spectacle L’expert humoriste. Dans son one-man-show, le natif de Casablanca raconte des anecdotes sur son quotidien, sa famille, ses voyages…

Né sur les réseaux sociaux, avec ses célèbres vidéos Va dormir, va, l’artiste n’a jamais quitté ses premières amours, en dépit de son succès sur scène. «Je viens des réseaux sociaux, c'est grâce à eux que je me suis fait connaître. J’essaie de publier souvent. J’aime ça, mais cela représente énormément de travail. Nombre de personnes qui me suivent m'ont connu à travers mes vidéos et je me dois de continuer pour eux.»

Au fil des années, sur la Toile, l’humoriste a rassemblé une belle communauté multiculturelle, qui le suit aussi sur scène. Il a également réussi le pari de fédérer à travers l’humour. Selon lui, il est important «d’oublier les différences, de partager les points communs et de rire tous ensemble».

PHOTO
Au fil des années, sur la Toile, l’humoriste a rassemblé une belle communauté multiculturelle, qui le suit aussi sur scène. (Photo, fournie)

Amine Radi poursuit sa tournée dans l’Hexagone et le reste du monde, notamment à Dubaï, à l’île Maurice ou encore à La Réunion. Un rêve pour l’ancien expert-comptable qui n’avait pas misé sur cette carrière. «Au départ, je ne savais même pas que je pouvais être humoriste. Je n’aurais jamais pensé voir un jour tous les pays que j’ai visités en tournée. Pour moi, c’est une chance. Et me retrouver aujourd’hui, en tant qu’humoriste, à jouer partout dans le monde, me touche énormément et ça n’a pas de prix.»


Oujda accueille la première édition du Salon international de la calligraphie arabe

La ville d'Oujda, écrin de la culture et de l'art au Maroc, a ouvert ses portes à la première édition du Salon international de la calligraphie arabe (Photo, AFP).
La ville d'Oujda, écrin de la culture et de l'art au Maroc, a ouvert ses portes à la première édition du Salon international de la calligraphie arabe (Photo, AFP).
Short Url
  • L'événement rassemble plus de 100 calligraphes et ornemanistes de renom, marocains comme étrangers
  • Ce rendez-vous culturel est également ponctué de colloques internationaux et d'ateliers artistiques

CASABLANCA: La ville d'Oujda, écrin de la culture et de l'art au Maroc, a ouvert ses portes à la première édition du Salon international de la calligraphie arabe, un événement d'envergure inauguré sous l'égide du Centre Thanoon pour l'art de la calligraphie arabe et de l'ornementation.

Ce salon, qui s'étale jusqu'au 26 février, se veut un carrefour d'échanges culturels et artistiques, mettant à l'honneur l'un des arts les plus raffinés de la tradition arabo-musulmane.

L'événement, qui rassemble plus de 100 calligraphes et ornemanistes de renom, marocains comme étrangers, témoigne de l'engagement du Maroc à promouvoir la calligraphie arabe, cet art ancestral qui transcende les frontières.

La collaboration avec la Direction régionale de la Culture, ainsi que divers partenaires institutionnels et privés, souligne l'importance accordée à la valorisation et à la préservation de cet héritage culturel. Le salon offre aux visiteurs une immersion dans l'univers de la calligraphie à travers une exposition riche et variée, dévoilant les multiples facettes et styles de cet art.

Colloques

Ce rendez-vous culturel est également ponctué de colloques internationaux, d'ateliers artistiques et de rencontres, favorisant le dialogue entre les artistes et les passionnés de calligraphie. Mohamed Amine Bouhid, président du Centre Thanoon, met l'accent sur l'objectif du salon : faire rayonner la calligraphie marocaine et contribuer à son enseignement auprès des nouvelles générations. L'ambition est de perpétuer la noblesse de cet art et d'en assurer la transmission.

En conclusion, ce premier salon ne constitue pas seulement une célébration de la calligraphie arabe et de l’ornementation, mais aussi une promesse d'avenir pour cet art. Par l'organisation de cet événement, Oujda se positionne comme un phare culturel, illuminant le chemin pour une reconnaissance plus large de la calligraphie arabe.

Le salon marque un pas vers la consolidation des liens entre les artistes, les experts et les amateurs, et ouvre des perspectives pour l'intégration de cet art dans le patrimoine culturel mondial, affirmant ainsi l'engagement du Maroc en faveur de la diversité culturelle et de la richesse artistique.


Gigi Hadid et des mannequins arabes défilent pour Versace

Le top model a fait sensation sur le podium dans une robe noire transparente à col (Photo, Getty Images).
Le top model a fait sensation sur le podium dans une robe noire transparente à col (Photo, Getty Images).
Short Url
  • Le mannequin américano-néerlandais-palestinien Gigi Hadid, incontournable des défilés Versace, a fait un retour remarqué sur le podium de la marque italienne cette semaine lors de la Semaine de la mode de Milan
  • Hadid a été rejointe par d'autres mannequins aux racines arabes, notamment Imaan Hammam, marocaine, égyptienne et néerlandaise, et Loli Bahia, franco-algérienne

DUBAΪ: Le mannequin américano-néerlandais-palestinien Gigi Hadid, incontournable des défilés Versace, a fait un retour remarqué sur le podium de la marque italienne cette semaine lors de la Semaine de la mode de Milan.

Le top model a fait sensation sur le podium dans une robe noire transparente à col, avec des détails complexes de boutonnage et une fente audacieuse au niveau des cuisses. Pour compléter sa tenue, elle a porté des gants en latex noirs et a accentué son look avec un maquillage des yeux prononcé.

Hadid a été rejointe par d'autres mannequins aux racines arabes, notamment Imaan Hammam, marocaine, égyptienne et néerlandaise, et Loli Bahia, franco-algérienne.

ds
Imaan Hammam portait un blazer imprimé superposé à un haut marron (Photo, Getty Images).

Hammam a arboré un blazer imprimé superposé à un haut marron, complétant sa tenue avec des collants noirs et des bottes en cuir à hauteur de cuisse. Tout comme Hadid, elle a accessoirisé son look avec des gants en latex et un maquillage des yeux saisissant.

ds
Bahia portait une mini-robe noire (Photo, Getty Images).

Bahia a ouvert le défilé dans une mini-robe noire, complétant son ensemble par une touche de couleur audacieuse grâce à un sac à main rouge vif.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


De la finance à la célébrité: Yasmine al-Bustami évoque son parcours vers la gloire hollywoodienne

L'actrice incarne Lucy Tara dans NCIS: Hawai'i (Photo, Getty Images).
L'actrice incarne Lucy Tara dans NCIS: Hawai'i (Photo, Getty Images).
Short Url
  • Connue pour ses rôles dans The Originals, NCIS: Hawai'i et The Chosen, l'actrice est née à Abu Dhabi d'un père palestinien-jordanien et d'une mère philippine
  • Une partie du défi auquel Yasmine al-Bustami a dû faire face a été d’obtenir l’aval de ses parents et de trouver des rôles fidèles à son ethnicité

LOS ANGELES : De la finance à la scène et à l'écran, Yasmine al-Bustami s'est imposée comme un talent dynamique en pleine ascension.

Connue pour ses rôles dans The Originals, NCIS: Hawai'i et The Chosen, l'actrice est née à Abu Dhabi d'un père palestinien-jordanien et d'une mère philippine.

Yasmine al-Bustami a grandi au Texas et a commencé à travailler dans le monde de la finance, mais elle s'est vite aperçue qu'elle n'était pas épanouie et a commencé à chercher quelque chose de plus stimulant.

« Je n'avais jamais pris de cours d’art dramatique, mais je savais que pour obtenir des auditions, il fallait un agent », explique-t-elle. « J'ai donc envoyé un courriel à tous les agents de Dallas et l'un d'entre eux, très gentil, m'a répondu... J'envoyais un CV professionnel, même pas d'actrice, qui disait où j'avais fait des études de finance. En fait ils n'en avaient que faire. »

« Et l'agent m'a dit : “De toute évidence, vous n’avez aucune idée de ce que vous faites. Prenez des cours. Et voici quelques recommandations de cours d'art dramatique.” À partir de là, j'ai continué à prendre des cours à Dallas, puis j'ai déménagé à Los Angeles », raconte-t-elle.

Al-Bustami a commencé par une brève apparition dans une publicité sur la santé avant de faire ses premiers pas à la télévision dans The Originals, où elle a régulièrement interprété le rôle de Monique Deveraux, une méchante de la première saison.

ds
L'actrice est née à Abu Dhabi d'un père palestinien-jordanien et d'une mère philippine (Photo, Getty Images).

Aujourd'hui, elle joue dans la série à succès NCIS: Hawai'i et la série historique The Chosen, qui a récemment été diffusée en salle.

Dans The Chosen, je joue le rôle de Ramah, dit-elle. « Et quand vous la rencontrez, c'est dans la première saison. Je figure dans l'un des épisodes, l'épisode cinq, je travaille avec Thomas le disciple, et nous vivons une petite histoire d'amour. Nous flirtons beaucoup l'un avec l'autre, et vous commencez à voir cela se développer à partir de la deuxième saison jusqu'à maintenant, la saison qui sort en ce moment étant la quatrième. »

Une partie du défi auquel Al-Bustami a dû faire face a été d’obtenir l’aval de ses parents et de trouver des rôles fidèles à son ethnicité.

Sur ce dernier point, elle a décroché un rôle représentant les femmes de couleur dans la comédie noire Immigrants.

« Nous venons de terminer le pilote, réalisé par mon ami Mustafa Knight, et nous l'avons décrit comme Friends, mais avec de la couleur », a-t-elle précisé.

« Je n'ai jamais été aussi fière d'être une immigrée, car j'ai maintenant un moyen d'exprimer cela aux gens à travers la fiction », a ajouté l'actrice. « C'est un autre type de reconnaissance lorsque vous avez l'occasion de travailler sur quelque chose que vous êtes vraiment. »

La série est décrite comme une comédie noire qui suit les « mésaventures de six amis improbables à travers leurs épreuves et tribulations sur ce que cela signifie vraiment d'être américain en Amérique ».

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com