La guerre des puces au coeur de l'intelligence artificielle

Nvidia est connu pour ses processeurs graphiques (les «GPU»), qui permettent notamment de jouer à des jeux vidéo en haute résolution ou de faire des visioconférences (Photo, AFP).
Nvidia est connu pour ses processeurs graphiques (les «GPU»), qui permettent notamment de jouer à des jeux vidéo en haute résolution ou de faire des visioconférences (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 28 avril 2023

La guerre des puces au coeur de l'intelligence artificielle

  • La production de l'écrasante majorité des semi-conducteurs utilisés pour l'entraînement de modèles d'intelligence artificielle dans le monde dépend de deux entreprises
  • Le Californien Nvidia, pour la conception, et le Taïwanais TSMC, pour la fabrication

SAN FRANCISCO: Derrière le phénomène ChatGPT, se cachent des dizaines de milliers de puces électroniques chères et sophistiquées, devenues un enjeu majeur pour les géants des technologies engagés dans la course à l'intelligence artificielle (IA), de la Silicon Valley à Taïwan.

Depuis que l'interface d'IA générative a conquis des millions de personnes avec ses capacités à créer toutes sortes de textes sur simple requête en langage courant, la start-up OpenAI, responsable du modèle de langage, et son principal investisseur Microsoft ont pris la tête.

"Mais les seuls qui gagnent de l'argent, c'est Nvidia", souligne Alan Priestley, analyste chez Gartner. Microsoft a intégré de l'IA générative à de nombreux services en ligne, mais "ils n'ont pas encore trouvé comment en tirer des revenus" supplémentaires.

La production de l'écrasante majorité des semi-conducteurs utilisés pour l'entraînement de modèles d'intelligence artificielle dans le monde dépend de deux entreprises, le Californien Nvidia, pour la conception, et le Taïwanais TSMC, pour la fabrication.

Nvidia est connu pour ses processeurs graphiques (les "GPU"), qui permettent notamment de jouer à des jeux vidéo en haute résolution ou de faire des visioconférences.

Mais ces puces capables de traiter de grandes quantités de données ont plus récemment permis l'émergence de la dernière génération d'IA, objet de toutes les convoitises dans la tech et enjeu de sécurité nationale aux yeux de certains gouvernements.

«Sentiment d'urgence»

"L'IA est à un point d'inflexion. Les capacités et la versatilité de l'IA générative suscitent un sentiment d'urgence à développer et déployer une stratégie d'IA chez les entreprises", a noté Jensen Huang, PDG de Nvidia en février, lors d'une conférence aux analystes.

"Il y a un énorme appétit" pour ces puces, confirme l'analyste indépendant Jack Gold. "Nvidia assure qu'elle est en mesure de les fournir, mais je ne sais pas si c'est vrai".

Même si l'offre suit, toutes les organisations n'ont pas les moyens. "Les machines suffisamment puissantes pour entraîner des modèles d'IA générative peuvent coûter des centaines de milliers de dollars", indique l'expert. Sans compter la consommation d'énergie.

Intel, le numéro un américain des semi-conducteurs, qui conçoit et fabrique les composants, a pris du retard.

"Ils se sont longtemps reposés sur leurs lauriers", estime Jack Gold, analyste indépendant, pour l'AFP. "Ils essaient de produire des puces capables de rivaliser avec celles de Nvidia, mais c'est un nouveau secteur pour eux, ils n'ont pas fabriqué de processeurs graphiques depuis au moins dix ans".

Le groupe californien produit tout de même des puces dédiées à l'IA, moins sophistiquées mais essentielles dans beaucoup d'équipements informatiques, notamment pour le cloud.

"Nous travaillons à démocratiser l'IA", a déclaré jeudi Pat Gelsinger, le patron d'Intel, lors d'une conférence aux analystes. Selon lui, certaines capacités d'IA vont migrer des serveurs vers les ordinateurs, là où Intel "a des atouts à jouer".

Les géants des technologies travaillent aussi sur leurs propres composants. D'après le site spécialisé The Information, Microsoft développe depuis 2019 une puce baptisée Athena, censée lui permettre de faire des économies. Contacté, le groupe n'a pas confirmé.

"La concurrence est de plus en plus intense dans cet écosystème", résume Jack Gold.

«Dieu nous en garde»

En septembre dernier, Joe Biden a assuré que la fabrication de ces puces de plus en plus perfectionnées était une question de "sécurité nationale", notamment face aux ambitions chinoises.

Il était venu inaugurer le chantier d'une usine de semi-conducteurs dans l'Ohio (est) et vanter une loi adoptée à son initiative, qui a débloqué 52 milliards de dollars de subventions pour relancer la production de semi-conducteurs.

L'Europe a alloué des fonds d'un montant similaire pour encourager aussi l'industrie. Intel a investi massivement dans la production et la recherche, sur les deux continents.

Il s'agit pour les pays occidentaux de créer des emplois mais aussi, et surtout, de garantir les sources d'approvisionnement de ces composants électroniques présents dans les smartphones, les voitures, les réfrigérateurs, les armes de pointe...

"Dieu nous en garde, mais si jamais la Chine attaquait Taïwan, et que TSMC ne produisait plus, l'approvisionnement mondial en puces serait réduit de quelque chose comme 80%", remarque Jack Gold.

Mais la diversification va prendre du temps. "Il faut 3-4 ans pour construire une nouvelle usine spécialisée", insiste l'analyste.

Soucieux de préserver leur avance dans les puces de dernière génération, synonymes d'avance dans l'IA, les Etats-Unis ont en outre pris des mesures pour restreindre l'accès de la Chine aux technologies essentielles à la fabrication des semi-conducteurs.


Il existe plus d'opportunités pour les femmes dans l'industrie pétrochimique, assure un responsable de Sabic

Faisal al-Souwailem, vice-président des ressources humaines de l'entreprise Saudi Basic Industries Corp., s'exprimant lors de la Human Capability Initiative, à Riyad. (Shutterstock)
Faisal al-Souwailem, vice-président des ressources humaines de l'entreprise Saudi Basic Industries Corp., s'exprimant lors de la Human Capability Initiative, à Riyad. (Shutterstock)
Short Url
  • Le secteur industriel saoudien a connu une nette augmentation de l'emploi des femmes ces trois dernières années, selon Faisal al-Souwailem, vice-président des ressources humaines de Sabic
  • Seulement 25 % des effectifs de l’industrie pétrochimique sont des femmes, laissant encore une importante marge de progression, a ajouté le responsable de Saudi Basic Industries Corp

RIYAD: Les Saoudiennes devraient rechercher davantage d'opportunités dans l'industrie pétrochimique, dans la mesure où seulement 25 % des effectifs du secteur sont des femmes, a précisé un haut responsable.

S'exprimant lors de la Human Capability Initiative à Riyad, le 28 février, Faisal al-Souwailem, vice-président des ressources humaines de Saudi Basic Industries Corp. (Sabic), a indiqué que le secteur industriel du Royaume avait connu une nette augmentation de l'emploi des femmes au cours des trois dernières années.

«Si l’on examine l’industrie pétrochimique, au cours des vingt dernières années, j’ai constaté une nette augmentation de la participation des femmes dans ce secteur. Toutefois, si l’on regarde le nombre de femmes dans l’industrie pétrochimique, il est encore autour de 25 %. Je pense donc que nous avons encore de la marge pour progresser», a affirmé Al-Souwailem.

Et d’ajouter: «Dans le secteur industriel, le recrutement de femmes a augmenté de 93 % ces trois dernières années. Nous avons actuellement plus de 63 000 femmes travaillant dans des usines à travers le Royaume.»

Faisal al-Souwailem a en outre souligné que l'Arabie saoudite avait dépassé l'objectif de main-d'œuvre féminine défini dans la Vision 2030 saoudienne.

«Examinons d'abord la Vision 2030, et dans le cadre d'une économie en pleine expansion pour la participation des femmes au marché du travail, l'objectif de base a été fixé à 22,8 %, et nous sommes maintenant à 34,5 %», a précisé Al-Souwailem.

Il a ajouté que Sabic se différenciait en proposant des programmes de formation structurés, visant à développer et à améliorer les compétences des jeunes. Il a également mis en évidence le fait que l’entreprise proposait des programmes de bourses offrant l'égalité de chances aux hommes et aux femmes.

«Sabic est certainement une championne nationale dans le domaine de la pétrochimie, mais elle a également fait ses preuves comme championne nationale du développement, de la création d'emplois, de l'apprentissage et de la contribution au produit intérieur brut», a soutenu Al-Souwailem.

«Le programme de bourses de Sabic, destiné aux jeunes Saoudiens brillants et doués, est actuellement réparti à parts égales entre hommes et femmes», a-t-il ajouté.

Pour sa part, au cours de la même table ronde, la secrétaire du cabinet et ministre du Travail et de la protection sociale du Kenya, Florence Bore, a déclaré que le pays préparait sa jeunesse à s'adapter pour trouver des emplois sur le marché international.

«Nous nous concentrons actuellement sur la migration de la main-d'œuvre, et même si vous vous concentrez sur la migration de la main-d'œuvre, c'est l'un des domaines dans lesquels nous recevons des envois de fonds étrangers», a indiqué Bore.

«Le Kenya a connu de nombreux changements au niveau de la main-d’œuvre. Nous avons à la fois des emplois informels et formels. Le secteur informel croît en réalité à un rythme plus rapide que les emplois formels. Et c’est pour cette raison que vous constaterez que la plupart des Kényans sont actuellement à la recherche d’emplois sur le marché international», a-t-il assuré. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le bitcoin dépasse 60000 dollars, s'approchant de son record historique

Le prochain «halving» devrait ralentir la vitesse à laquelle les nouveaux bitcoins entrent sur le marché, renforçant donc sa valeur (Photo, AFP).
Le prochain «halving» devrait ralentir la vitesse à laquelle les nouveaux bitcoins entrent sur le marché, renforçant donc sa valeur (Photo, AFP).
Short Url
  • Mercredi en début d'après-midi à Londres, le bitcoin s'échangeait aux environs de 60301 dollars, réduisant l'écart avec son plus haut historique à 68.991 dollars
  • L'anticipation de l'autorisation d'un nouveau produit d'investissement suivant le cours du bitcoin avait contribué ces derniers mois à la remontée des prix

LONDRES: Le bitcoin a passé la barre des 60.000 dollars mercredi, et se rapproche de son record absolu, poursuivant sa remontée effrénée depuis l'approbation d'un nouveau type de placement indexé sur la cryptomonnaie.

Mercredi en début d'après-midi à Londres, le bitcoin s'échangeait aux environs de 60.301 dollars, réduisant l'écart avec son plus haut historique à 68.991 dollars, atteint en novembre 2021.

L'anticipation de l'autorisation d'un nouveau produit d'investissement suivant le cours du bitcoin avait contribué ces derniers mois à la remontée des prix, qui étaient largement retombés fin 2022, après la faillite de plusieurs géants du secteur.

Depuis son approbation le 10 janvier par le gendarme des marchés américain, la SEC, ce nouveau type de placement, un fond indiciel (ETF) indexé sur le bitcoin, permet théoriquement à un plus large public d'investir dans ces cryptomonnaies sans avoir à en détenir directement.

Le début de la commercialisation de ce produit a "généré une nouvelle vague d'optimisme, faisant s'envoler les volumes de transactions", remarque Mikkel Morch, du fonds spécialisé ARK36.

Certains investisseurs désireux de récupérer leurs mises avaient initialement engendré une vague de retraits massifs du fonds GBTC (Grayscale Bitcoin Trust), une fois celui-ci converti en ETF.

Mais une fois la fièvre vendeuse retombée, les flux vers les ETF en bitcoins américains, comme celui du géant de la gestion d'actifs BlackRock, ont augmenté.

Les produits d'investissements liés aux cryptoactifs cotés en bourse ont attiré environ 5,7 milliards de dollars (approximativement 5,15 milliards d'euros) depuis le début de l'année, selon les calculs du gestionnaire d'actifs CoinShares publiés lundi.

«Appui institutionnel croissant»

Autre preuve "de l'appui institutionnel croissant qui alimente la hausse des cours", selon M. Morch, l'entreprise de logiciels Microstrategy a annoncé lundi avoir acheté 3.000 bitcoins supplémentaires (l'équivalent de 155 millions de dollars aux cours d'alors selon le fondateur de Microstrategy, Michael Saylor), portant le total de ses avoirs en bitcoins à 193.000 bitcoins (environ 6,09 milliards de dollars).

Le cours du bitcoin a également été stimulé par les attentes que la Réserve fédérale américaine (Fed) et les autres grandes banques centrales commenceront à réduire leurs taux d'intérêt cette année, diminuant l'attractivité du dollar et des bons du Trésor américains auprès des investisseurs.

Enfin, note James Harte, de Tickmill, les prix sont également soutenus à court terme car de gros acteurs du secteur investissent dans le bitcoin avant un phénomène technique appelé "halving" (ou "réduction de moitié" en anglais), attendu en avril.

Le bitcoin est créé – ou "extrait" – en guise de récompense lorsque des ordinateurs puissants résolvent des problèmes complexes. Mais la quantité de bitcoins est limitée et tous les quatre ans environ, la récompense accordée aux "mineurs" qui l'extraient est divisée par deux.

Le prochain "halving" devrait ralentir la vitesse à laquelle les nouveaux bitcoins entrent sur le marché, renforçant donc sa valeur.

Depuis le dernier halving en mai 2020, "le prix du bitcoin a augmenté de plus de 600%", remarque Simon Peters, analyste d'eToro, et bien que le pourcentage de hausse diminue entre chaque cycle, "il est très possible que le sommet des prix se situe quelque part dans les six chiffres".


CCI France Liban propose son expertise et prospecte les opportunités du marché saoudien

Vue du centre financier King Abdullah à Riyad, le 1er août 2023. (AFP)
Vue du centre financier King Abdullah à Riyad, le 1er août 2023. (AFP)
Short Url
  • Cette délégation comprend des entreprises de divers secteurs tels que l'informatique, les télécommunications, le droit, l'éducation, les soins de santé, la logistique, l'architecture
  • Cet événement sert de plate-forme pour présenter les produits innovants, les services et l'expertise que ces entreprises proposent

RIYAD: Le Conseil d’affaires franco-saoudien (Cafs) et la Chambre de commerce et d'industrie française du Liban (CCI France Liban) ont organisé une tournée de prospection en Arabie saoudite du 25 au 28 février, dont l'objectif principal est de promouvoir la collaboration avec les entreprises saoudiennes et d'explorer ainsi le marché saoudien.

Cette délégation comprend des entreprises de divers secteurs: informatique, télécommunications, droit, éducation, soins de santé, logistique, architecture avec des groupes tels que Kawas Consulting, Man enterprise, Manara, Medischool, Symphony Business and finance consulting Sarl, Travel story et bien d’autres.

L’ambassadeur du Liban en Arabie saoudite, Fawzi Kabbara, a déclaré dans son allocution: «Votre présence ici souligne les liens économiques et commerciaux profondément enracinés qui existent entre le Liban, l'Arabie saoudite et la France. Au fil des ans, le Liban et l'Arabie saoudite ont entretenu des relations solides et mutuellement bénéfiques, caractérisées par le commerce, l'investissement et la collaboration dans divers secteurs.»

Il ajoute: «En outre, l'amitié durable entre le Liban et la France a joué un rôle essentiel dans le développement de notre pays. La coordination et le soutien apportés par la France et l'Arabie saoudite ont permis de soutenir l'économie libanaise et de favoriser la croissance. Ce jour marque une étape importante puisque nous nous réunissons pour accueillir une délégation de la Chambre de commerce franco-libanaise, composée de vingt-quatre entreprises franco-libanaises réputées.»

Cet événement sert de plate-forme pour présenter les produits innovants, les services et l'expertise que ces entreprises proposent. L’objectif est de présenter les entreprises franco-libanaises aux principaux acteurs de la communauté d'affaires saoudienne et de faciliter l'établissement de liens et de collaborations significatifs entre les deux parties.

«Par essence, cette foire ne vise pas seulement à favoriser les transactions commerciales, mais aussi à jeter des ponts de compréhension, de coopération et d'amitié entre nos deux nations. Il s'agit de forger des partenariats qui favoriseront la prospérité économique et créeront des opportunités pour toutes les parties concernées», précise l’ambassadeur.

De son côté, Maxence Duault, président de CCI France Liban, confie à Arab News en français: «L’objectif de la Chambre de commerce au Liban, c'est tout simplement celui de construire, de tisser des relations économiques, de créer des affaires au bénéfice des entreprises franco-libanaises qui, aujourd'hui, souffrent et se retrouvent dans une situation de crise.

Mais, dans un premier temps, il s’agit de comprendre l’écosystème saoudien qui se développe à très grande vitesse et qui fascine. Il est nécessaire de mieux le cerner pour pouvoir envisager une relation d'affaires sur le long terme, ce qui permettra d’apporter un petit peu de positif dans l’écosystème libanais et c’est une manière de défendre l’économie formelle.»

Élisabeth Prigent Olaussen, directrice de la stratégie et du développement commercial chez Symphony Business and finance consulting, déclare à Arab News en français: «Nous sommes un groupe spécialisé dans l'expertise en assurance, basé au Liban depuis plus de vingt-cinq ans. Nous intervenons essentiellement quand il y a un sinistre, un incendie dans une usine, des dégâts causés par des inondations. L'assureur va envoyer un prestataire indépendant qui va vérifier ce qui s’est passé. Nous recherchons les causes du sinistre, on détermine le montant des travaux, on vérifie si cela rentre dans l'enveloppe de la police de l'assuré et on rend un rapport indépendant pour que l'assuré soit assuré ou indemnisé au mieux et puisse reprendre son activité.»

Elle ajoute: «Il y a d’énormes projets de développement immobilier, des projets d'infrastructures magnifiques. Pour notre groupe spécialisé dans l’assurance, une telle expansion justifie pleinement notre venue sur le marché pour assister en cas de sinistre. On intervient en amont des sinistres, ce qui permet aux investisseurs de venir travailler avec des assurés pour vérifier aussi la qualité de leurs installations; par exemple: est-ce que les systèmes de sécurité permettent un accès rapide aux pompiers? Nous leur permettons de négocier à la baisse le montant de leurs primes parce que le risque est bien assuré et a moins de chances de survenir.»

Marie Harfouche, fondatrice et directrice générale de la société Travel Story, spécialisée dans les voyages d'affaires et les événements d'entreprise, déclare à Arab News en français: «Je fais partie d'une délégation chargée d'explorer les opportunités commerciales à Riyad et peut-être dans d'autres destinations ou villes d'Arabie saoudite. En tant que membre et acteur majeur de l'industrie du voyage et du tourisme, j'ai commencé par Beyrouth, puis par les Émirats arabes unis. Je pense que les principales évolutions se produisent en Arabie saoudite, qui entreprend de grands changements. Je suis ouverte à tout type de partenariat, que ce soit au niveau individuel ou dans le cadre d'un groupe plus important avec un investisseur, un partenaire saoudien.»

Ronald Michel Gharib, directeur financier à la RATP Dev, explique: «Nous sommes présents à cet événement pour nouer des contacts avec des institutions françaises et des entreprises libanaises qui peuvent être utiles à nos projets. Nous sommes des opérateurs de métro et de bus et nous prévoyons de grandes opportunités le long d'AlUla et de Riyad, avec tous les investissements qui s’annoncent dans le Royaume. Toutes les opportunités commerciales qui nous intéressent concernent principalement les services de transport. Nous sommes également présents dans les solutions de mobilité, ainsi que dans la technologie et l'introduction de nouveaux systèmes de transport. Lorsque nous parlons de véhicules autonomes, de véhicules électriques, de véhicules respectueux de l'environnement, notre groupe cherche à exploiter davantage ce secteur d'activité plutôt que les opérations standards de bus et de métro. Nous rencontrons des universités et des centres de formation pour développer nos ressources et déterminer nos besoins en matière de formation. Nous sommes ici pour cet événement, car nous prévoyons davantage de partenariats avec les entrepreneurs, les sous-traitants, partout où ils peuvent nous aider à améliorer notre chaîne d'approvisionnement.»