Banque du Liban: les juges européens poursuivent leur enquête à Beyrouth

Le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salameh, accorde une interview à l'AFP dans son bureau à Beyrouth, le 20 décembre 2021. (Photo JOSEPH EID / AFP)
Le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salameh, accorde une interview à l'AFP dans son bureau à Beyrouth, le 20 décembre 2021. (Photo JOSEPH EID / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 28 avril 2023

Banque du Liban: les juges européens poursuivent leur enquête à Beyrouth

  • Le gouverneur de la BDL, dont le mandat s'achève en juillet, est l'objet d'une série d'enquêtes judiciaires aussi bien dans son pays qu'à l'étranger, portant sur des soupçons de blanchiment d'argent et d'«enrichissement illicite»
  • Les magistrats souhaitent également interroger la semaine prochaine l'actuel ministre des Finances, Youssef Khalil, qui a été un haut responsable de la BDL

Beyrouth, Liban : Les juges européens qui enquêtent à Beyrouth sur des soupçons d'enrichissement illicite du gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé vont interroger des cabinets qui ont effectué l'audit de la banque centrale, a indiqué une source judiciaire libanaise vendredi.

Les magistrats français --dont la juge Aude Buresi--, allemands, belges et luxembourgeois, mènent depuis mardi une nouvelle mission à Beyrouth liée à l'enquête sur la fortune de Riad Salamé.

Le gouverneur de la BDL, dont le mandat s'achève en juillet, est l'objet d'une série d'enquêtes judiciaires aussi bien dans son pays qu'à l'étranger, portant sur des soupçons de blanchiment d'argent et d'«enrichissement illicite».

Les juges ont convoqué pour la semaine prochaine les directeurs au Liban de trois cabinets, dont deux internationaux, Deloitte et Ernst & Young (E&Y), qui ont effectué l'audit de la BDL, a déclaré une source judiciaire à l'AFP.

Les magistrats ont également convoqué pour la semaine prochaine Raja Salamé, le frère du gouverneur de la BDL, dans le cadre de l'enquête portant sur plus de 300 millions de dollars de mouvements de fonds suspects opérés par le gouverneur et son frère.

Raja Salamé ne s'était pas présenté devant les juges cette semaine, son avocat invoquant des raisons médicales.

L'ancienne assistante du gouverneur de la BDL, Marianne Hoayek, a pour sa part comparu jeudi et vendredi devant les juges, selon la source judiciaire.

Ils l'ont interrogée sur «des comptes lui appartenant ou relevant des frères Salamé au Liban ou à l'étranger, ainsi que sur des mouvements de fonds», a précisé la source.

Les magistrats souhaitent également interroger la semaine prochaine l'actuel ministre des Finances, Youssef Khalil, qui a été un haut responsable de la BDL, selon la même source.

En mars, les juges européens avaient entendu à Beyrouth Riad Salamé, qui avait réfuté tous les soupçons de blanchiment d'argent ou d'enrichissement illicite, selon une source judiciaire.

Arrivé à la tête de la BDL en 1993, M. Salamé est accusé par de nombreux Libanais, comme une grande partie de la classe politique du pays, de corruption et d'être l'un des principaux responsables de la grave crise financière qui frappe le Liban depuis l'automne 2019.

Le gouverneur de la BDL, soupçonné de s'être constitué un riche patrimoine immobilier et bancaire en Europe via un montage financier complexe et un détournement massif de fonds publics libanais, est par ailleurs convoqué à Paris le 16 mai pour une mise en examen.


Le Paraguay soutient la candidature de l'Arabie saoudite à l'organisation de l'Exposition universelle de 2030

Le président Santiago Peña Palacios, à gauche, rencontre le ministre d'État saoudien aux affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, en marge de l'AGNU78 à New York. (X : KSAMofaEN)
Le président Santiago Peña Palacios, à gauche, rencontre le ministre d'État saoudien aux affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, en marge de l'AGNU78 à New York. (X : KSAMofaEN)
Short Url
  • Le président Santiago Peña Palacios a annoncé le soutien de son pays en marge de l'AGNU78
  • La possible Expo 2030 de Riyad promet de devenir la « première exposition respectueuse de l'environnement dont les émissions de carbone seront nulles »

RIYAD : Le Paraguay a apporté son soutien à la candidature de l'Arabie saoudite pour l'organisation de l'Exposition universelle 2030, rejoignant ainsi la liste croissante des pays qui l’appuient, a déclaré tôt samedi le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Le président Santiago Peña Palacios a annoncé la position de son pays à l'issue d'une réunion avec le ministre d'État saoudien aux Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, en marge de la 78e session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, a indiqué le ministère dans un communiqué.

« Le président Palacios a souligné que ce soutien est le résultat des relations privilégiées entre les deux pays », indique le communiqué du ministère publié sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

Le ministre Al-Jubeir a, à son tour, transmis les remerciements du Royaume pour le soutien du Paraguay.

Riyad est en concurrence avec Rome et la ville sud-coréenne de Busan pour accueillir l'exposition universelle de 2020.

Les États membres du Bureau international des expositions (BIE), basé à Paris, choisiront le pays hôte de l'exposition universelle de 2030 lors de leur 173e assemblée générale en novembre.

Si le BIE choisit Riyad plutôt que Busan ou Rome, la capitale saoudienne deviendra le deuxième pays de la région MENA à accueillir un événement aussi prestigieux. Dubaï a été la première à abriter l'Expo 2020.

La possible Expo 2030 de Riyad promet de devenir la « première exposition respectueuse de l'environnement dont les émissions de carbone seront nulles ».

L'objectif d'accueillir une exposition sans émission de carbone s'aligne également sur l'engagement de Vision 2030 en faveur de l'énergie propre et de la durabilité.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


La négociation est un art qui se travaille

Short Url
  • Une bonne négociation aide à faire la différence, promouvoir un point de vue, convaincre les autres parties, créer de la valeur, prévenir les tensions et résoudre les conflits
  • Une bonne négociation aide à faire la différence, promouvoir un point de vue, convaincre les autres parties, créer de la valeur, prévenir les tensions et résoudre les conflits

RIYAD : La Fédération des Chambres de Commerce saoudiennes en collaboration avec le Conseil d’affaires franco-saoudien a organisé à Riyad le 19 septembre dernier, une journée de formation consacrée exclusivement au thème de la négociation : « Négociation et établissement de partenariats : un ensemble stratégique de compétences en leadership » sous la direction de Monsieur Aurélien Colson.

Aurélien Colson est professeur associé de science politique à l’ESSEC, École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales où il dirige l’Institut de Recherche et d’Enseignement sur la Négociation, IRENÉ.

Durant cette journée d’études, le professeur Aurélien Colson a mis l’accent sur les principes fondamentaux d’une négociation dans l’établissement de partenariats avec des partenaires commerciaux, des autorités publiques ou avec d’autres entités.

Mr Guillaume Rebiere, directeur administratif du Conseil d’affaires franco-saoudien a déclaré au micro d’Arab News en français : « Le but de cette journée de formation, c’est d’aider les chefs d’entreprises à développer leurs compétences. Le marché saoudien s’ouvre, il y a de plus en plus d’investisseurs étrangers en Arabie Saoudite. Aujourd’hui, il y a 160 filiales d’entreprises françaises dans le pays, ce qui représente un chiffre important avec en plus des entreprises qui sont à la pointe dans leur secteur et qui cherchent aussi à localiser la production ici dans le pays. »     

Monsieur Colson affirme que négocier requiert des compétences en leadership et qu’une négociation efficace repose sur des méthodes et des outils qui peuvent être appris.

Une bonne négociation aide à faire la différence, promouvoir un point de vue, convaincre les autres parties, créer de la valeur, prévenir les tensions et résoudre les conflits.   

Savoir écouter son interlocuteur est avant tout une preuve de respect et permet de créer une relation de confiance entre les interlocuteurs. Les deux parties doivent se sentir reconnues, appréciées et conscientes de la compréhension des points de vue dans la recherche de solutions.

Il est aussi indispensable d’établir et d’organiser un processus de travail méthodique, respecter le temps et l’agenda des négociations. Il est également vivement recommandé de faire preuve de créativité, d’innovation, de réalisme, de collecter des informations sur ses partenaires, connaître la culture des personnes avec lesquelles on veut négocier, procéder à une évaluation objective avant toute prise de décision.

En conclusion, toute négociation doit être préparée en amont, en se fixant des objectifs clairs, réalistes et précis, en sachant à qui l’on s’adresse. L’argumentaire doit être structuré et hiérarchisé car de sa clarté dépend souvent la signature d’un accord. Il faut être précis sur les objectifs et avoir une connaissance pointue du sujet, prévoir des solutions alternatives qui pourront être valorisées, savoir faire des concessions, être à l’écoute, être prêt à négocier, faire fi des ultimatums, demander à son interlocuteur s’il est satisfait, et enfin être prêt à renoncer si les conditions ne sont pas source de bénéfices.


Les dirigeants arabes adressent leurs félicitations à la direction saoudienne à la veille du 93e Jour national du Royaume

Le roi Salmane, à droite, et le prince héritier Mohammed ben Salmane. (Photo SPA)
Le roi Salmane, à droite, et le prince héritier Mohammed ben Salmane. (Photo SPA)
Short Url
  • Les chefs d'État et autres responsables de Bahreïn, du Koweït, du Qatar, d'Oman et de Jordanie transmettent leurs chaleureuses salutations au roi Salmane, au prince héritier Mohammed ben Salman et à leur peuple
  • Le président du Parlement arabe a déclaré: «Nous nous souvenons de l’unification épique réalisée par le roi fondateur, qui a été un point de départ… transmis à travers les générations dans le Royaume»

RIYAD : Le roi de Bahreïn, Hamad, a félicité vendredi le roi Salmane d'Arabie saoudite à l'occasion du 93e Jour national du Royaume.

Le roi Hamad a envoyé un télégramme dans lequel il a mis en avant la profondeur des relations fraternelles historiquement proches entre les deux royaumes et leurs peuples, affirmant le désir constant et vif de son pays de continuer à renforcer et à développer leurs liens solides et leur coopération fructueuse, à la lumière du partenariat stratégique fort qui les unit.

Il a salué les efforts du Royaume, dirigés par le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane, visant à stimuler le développement et la prospérité économique dans la région d'une manière qui favorise la sécurité, la stabilité, la paix et la prospérité, afin de contribuer à bâtir un avenir meilleur pour les générations à venir.

Le prince héritier de Bahreïn, Salmane ben Hamad, a envoyé deux télégrammes, l'un au roi saoudien et l'autre au prince héritier, dans lesquels il les a félicités pour la Journée nationale, qui marque la fondation de l'Arabie saoudite par le roi Abdulaziz le 23 septembre 1932, et a exprimé le désir de son pays de continuer à développer leur coopération existante.

Le cheikh Nawaf al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, émir du Koweït, a envoyé un message de félicitations au roi Salmane, dans lequel il a noté la profondeur des relations entre leurs pays et les positions fermes prises par le Royaume sur les questions affectant toutes les nations arabes et islamiques, y compris le Koweït.

Il a également exprimé sa fierté concernant le développement exceptionnel du Royaume dans plusieurs domaines pendant le règne du roi, ce qui, selon lui, a rehaussé le statut et le profil du pays sur la scène internationale.

Il a formulé ses meilleurs vœux pour davantage de progrès et de prospérité pour l'Arabie saoudite sous la direction du roi et avec le soutien du prince héritier.

Le prince héritier du Koweït, le cheikh Mishaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, et le Premier ministre, le cheikh Ahmed Nawaf al-Ahmed al-Sabah, ont envoyé des messages similaires félicitant le roi et saluant le développement et les réalisations du Royaume à tous les niveaux.

L'émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad, a envoyé un message de félicitations similaire au roi Salmane, de même que le vice-émir du pays, le cheikh Abdullah bin Hamad, et le ministre des Affaires étrangères, le cheikh Mohammed ben Abdulrahman ben Jassim.

Sultan Haitham ben Tariq d'Oman a félicité le roi Salmane à l'occasion de la Journée nationale et a exprimé ses vœux sincères pour la bonne santé, le bonheur et la longue vie du dirigeant, ainsi que pour davantage de progrès et de prospérité pour le peuple saoudien. Le roi Abdallah II de Jordanie a également envoyé un télégramme au roi dans lequel il a exprimé ses sincères félicitations.

Adel al-Asoumi, président du Parlement arabe, organe législatif de la Ligue arabe, a félicité le roi saoudien et le prince héritier, déclarant : «En ce jour, nous nous souvenons de l'épique unification réalisée par le roi fondateur, qui a été un point de départ et un processus de construction transmis à travers les générations du Royaume pour construire un État moderne basé sur des fondations solides, au cours duquel le Royaume a pris la tête dans de nombreux domaines.»

Selon lui, la Journée nationale marque l'aboutissement d'un processus de construction et de développement grâce auquel le Royaume a réalisé une renaissance économique globale qui a contribué à améliorer le niveau de vie de ses citoyens. 

Al-Asoumi a également évoqué les mégaprojets en cours de développement dans le Royaume qui contribuent à placer le pays parmi les nations développées, ainsi que les grands efforts déployés par la direction saoudienne pour renforcer sa position et maintenir la sécurité et la stabilité dans la région dans le cadre de son rôle régional et international efficace.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com