Israël libère le député jordanien accusé de contrebande d'armes

 Peu de temps après le retour d’Imad Adwan en Jordanie, les autorités ont levé l'immunité parlementaire dont il jouissait et l'ont traduit en justice devant le procureur général de la Cour de sûreté de l'État jordanienne. (Photo fournie).
Peu de temps après le retour d’Imad Adwan en Jordanie, les autorités ont levé l'immunité parlementaire dont il jouissait et l'ont traduit en justice devant le procureur général de la Cour de sûreté de l'État jordanienne. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Lundi 08 mai 2023

Israël libère le député jordanien accusé de contrebande d'armes

  • Imad Adwan est accusé d'avoir essayé d'introduire des armes et de l'or en Cisjordanie occupée
  • Après avoir levé l'immunité du député, il sera jugé par la Cour de sûreté de l'État jordanienne

AMMAN: Israël a libéré dimanche le député jordanien Imad Adwan, qui est accusé d'avoir essayé d'introduire des armes et de l'or en Cisjordanie occupée.

Le même jour, les députés jordaniens ont levé l'immunité de l’homme politique. Ce dernier sera donc traduit en justice devant la Cour de sûreté de l'État.

Selon le président du Parlement, Ahmed al-Safadi, le procureur de cette cour a demandé la levée de l'immunité, qui a été approuvée par les députés.

Le vote a eu lieu lors d'une session à huis clos à laquelle le gouvernement a été prié de ne pas assister.

Le président de la Chambre basse, Ahmed al-Safadi, s'est exprimé devant les médias à l'issue de la réunion. Il a déclaré que le Parlement avait décidé de lever l'immunité d'Adwan à la demande de la Cour de sûreté de l'État, chargée de statuer sur les affaires liées au terrorisme, à la sécurité et à la contrebande.

Selon une source officielle jordanienne, les mesures nécessaires ont été prises pour que l'accusé soit soumis à la Cour de sûreté de l'État après la levée de son immunité.

Cette même source, qui s'est exprimée sous le couvert de l'anonymat, a précisé que M. Adwan et les autres suspects de cette affaire ont été traduits en justice à la lumière des conclusions des enquêtes menées par les autorités jordaniennes. Ces dernières disposent de preuves suffisantes, notamment des aveux des personnes impliquées dans l'affaire de «contrebande et de commerce d'armes en collaboration avec le député».

Le 22 avril, M. Adwan avait été interpellé pour tentative de contrebande d'armes et d'or à destination de la Cisjordanie occupée.

Ce jour-là, Israël a fait savoir que les autorités frontalières avaient déjoué une tentative de contrebande au poste frontalier du pont du roi Hussein. Les objets en question se trouvaient dans la voiture de M. Adwan, selon les autorités israéliennes.

L’enquête qu’a menée le Shin Bet (service de sécurité intérieure israélien) aurait révélé qu'Adwan a essayé à douze reprises de transporter des objets en contrebande depuis le début de l'année 2022 en se servant de son passeport diplomatique.

Le Shin Bet a affirmé que le député avait mené à bien plusieurs tentatives de contrebande d'armes en échange d'argent depuis le début de l'année. Le service de sécurité précise qu'il a été libéré en attendant que les autorités jordaniennes mènent une «enquête plus poussée et intentent une action en justice contre lui».

Imad Adwan, 34 ans, est originaire du gouvernorat de Balqa. Titulaire d'une maîtrise en droit international, ce juriste fait partie de la commission sur la Palestine au sein du Parlement jordanien. Ses prises de position politiques s'opposent souvent à celles du gouvernement.

Le célèbre analyste politique israélien Yoni Ben-Menachem a affirmé dans une interview accordée à Arab News que la libération d’Adwan était susceptible de renforcer les relations israélo-jordaniennes, qui connaissent une certaine tension depuis l'arrivée au pouvoir en Israël, à la fin du mois de décembre, du gouvernement de droite.

Le spécialiste a par ailleurs précisé que les autorités israéliennes poursuivaient leurs enquêtes pour déterminer les destinataires des armes. «Heureusement, les services de renseignement israéliens sont parvenus à éliminer les moyens de contrebande qui permettaient à des groupes armés installés en Cisjordanie d'obtenir des armes en provenance de Jordanie», s’est-il félicité.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: Le Conseil de sécurité se prononce sur un cessez-le feu, l’issue du vote incertaine

Des membres de la 6e brigade d’infanterie israélienne lors d’un exercice, dans les environs de Moshav Kidmat Tsvi, sur le plateau du Golan occupé (Photo, AFP).
Des membres de la 6e brigade d’infanterie israélienne lors d’un exercice, dans les environs de Moshav Kidmat Tsvi, sur le plateau du Golan occupé (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans une lettre adressée mercredi aux membres du Conseil, Antonio Guterres a invoqué explicitement l'article 99 de la Charte des Nations unies
  • Nourriture, eau, carburant et médicaments n'entrent qu'au compte-gouttes à Gaza, alors qu'environ 1,9 million de personnes ont dû quitter leur logement

NATIONS UNIES: Sous pression du secrétaire général, le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer vendredi sur un appel à un "cessez-le-feu humanitaire immédiat" dans la bande de Gaza, un vote à l'issue incertaine dans un contexte diplomatique tendu.

Dans une lettre adressée mercredi aux membres du Conseil, Antonio Guterres a invoqué explicitement l'article 99 de la Charte des Nations unies qui permet au secrétaire général d'"attirer l'attention du Conseil" sur un dossier qui "pourrait mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationale". Une première depuis des décennies.

"Avec les bombardements constants des forces armées israéliennes, et en l'absence d'abris ou du minimum pour survivre, je m'attends à un effondrement total de l'ordre public bientôt en raison des conditions désespérées, ce qui rendrait impossible une aide humanitaire même limitée" à Gaza, écrivait-il dans cette lettre, réclamant à nouveau un "cessez-le-feu humanitaire" pour éviter des conséquences "irréversibles" pour les Palestiniens et la région.

"Nous espérons que le Conseil de sécurité tiendra compte de son appel", a commenté son porte-parole Stéphane Dujarric, notant que depuis mercredi, le secrétaire général avait parlé avec les chefs de la diplomatie américaine Antony Blinken et britannique David Cameron ainsi que de plusieurs pays arabes.

Depuis l'attaque sans précédent contre Israël menée le 7 octobre par le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui a fait environ 1.200 morts, majoritairement civils, Israël impose un "siège complet" et pilonne massivement la bande de Gaza, réduisant en ruines de vastes zones.

Nourriture, eau, carburant et médicaments n'y entrent qu'au compte-gouttes, alors qu'environ 1,9 million de personnes, soit 85% de la population, ont dû quitter leur logement depuis le début des hostilités qui ont fait plus de 17.000 morts selon le ministère de la Santé du Hamas.

Suite à la lettre inédite d'Antonio Guterres, les Emirats arabes unis ont préparé un projet de résolution, qui sera soumis au vote du Conseil vendredi, a indiqué la présidence équatorienne du Conseil de sécurité.

«Obligation d'empêcher les atrocités»

La dernière version vue par l'AFP, s’inquiétant de la "situation catastrophique dans la bande de Gaza", "exige un cessez-le-feu humanitaire immédiat".

Le texte très court appelle également à la protection des civils, à la libération "immédiate et inconditionnelle" de tous les otages et à "assurer l'accès humanitaire".

Mais l'issue d'un vote est incertaine, quatre projets de résolution ayant été rejetés par le Conseil dans les semaines suivant le début de la guerre.

Le Conseil était finalement sorti de son silence mi-novembre, réussissant à adopter une résolution qui appelait à des "pauses et couloirs humanitaires" dans la bande de Gaza, pas à un "cessez-le-feu" ni même une "trêve".

Les Etats-Unis, alliés d'Israël qui ont mis leur veto à un des projets précédents et qui ont rejeté l'idée d'un cessez-le-feu, répètent qu'un nouveau texte du Conseil ne serait "pas utile à ce stade".

"Notre position n'a pas changé", a insisté jeudi l'ambassadeur américain adjoint Robert Wood. "Nous pensons que la meilleure chose à faire, pour nous tous, (...) est de laisser la diplomatie discrète en coulisses se poursuivre et nous pensons que c'est le meilleur espoir pour essayer d'améliorer la situation sur le terrain, pour l'aide humanitaire, la libération des otages", a-t-il expliqué à quelques journalistes.

"Les Etats-Unis et tous les autres Etats membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont l'obligation claire, en vertu du droit international, d'empêcher les atrocités", a commenté dans un communiqué la secrétaire générale d'Amnesty international, Agnès Callamard.

"Il ne peut y avoir aucune justification pour continuer à bloquer une action significative du Conseil pour stopper l'effusion de sang des civils, l'effondrement total du système humanitaire et des horreurs encore pires qui résulteraient de la désagrégation de l'ordre public et de déplacements de masse", a-t-elle ajouté.

"Nous espérons sincèrement que le Conseil de sécurité adoptera cette résolution et écoutera la position brave, courageuse et de principe du secrétaire général", a déclaré de son côté l'ambassadeur palestinien à l'ONU Riyad Mansour.

Une position fustigée en revanche par le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen qui a accusé mercredi Antonio Guterres d'être un "danger pour la paix mondiale".


Les ministres de la Défense saoudien et américain discutent des relations bilatérales

Le ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, a reçu un appel téléphonique du secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin (Photo, SPA/Reuters).
Le ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, a reçu un appel téléphonique du secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin (Photo, SPA/Reuters).
Short Url
  • Au cours de l'appel, les deux ministres ont discuté des moyens de renforcer les relations bilatérales dans le domaine de la défense
  • Le prince Khaled s'est rendu à Washington le mois dernier pour rencontrer les hauts responsables de l'administration Biden et discuter de la guerre à Gaza et de la situation sécuritaire au Yémen

RIYAD: Le ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, a reçu un appel téléphonique du secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a rapporté jeudi l'agence de presse saoudienne, la SPA.

Les deux ministres ont discuté des moyens de renforcer les relations bilatérales dans le domaine de la défense.

Le prince Khaled a ensuite déclaré dans un poste sur X: «Nous avons passé en revue les relations de défense entre nos deux pays et discuté des derniers développements régionaux et internationaux.»

Le prince Khaled s'est rendu à Washington le mois dernier pour rencontrer les hauts responsables de l'administration Biden et discuter de la guerre à Gaza et de la situation sécuritaire au Yémen.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Riyad et Paris discutent de la coopération économique et de l'aide mondiale

KSrelief, des représentants des entreprises et du commerce s'entretiennent avec des parlementaires et des chefs d'entreprise français en visite dans le pays (Photo fournie).
KSrelief, des représentants des entreprises et du commerce s'entretiennent avec des parlementaires et des chefs d'entreprise français en visite dans le pays (Photo fournie).
Short Url
  • KSrelief, des représentants des entreprises et du commerce s'entretiennent avec des parlementaires et des chefs d'entreprise français en visite dans le pays
  • 40 entreprises françaises et 90 entreprises saoudiennes participent à la conférence de Riyad

RIYAD: D'éminents représentants de gouvernements et d'entreprises d'Arabie saoudite et de France ont discuté de la coopération économique, des initiatives d'aide mondiale et des droits de l'homme lors d'une conférence qui s'est tenue à Riyad mercredi.

Le Dr Abdallah al-Rabeeah, superviseur général de l'organisme saoudien d'aide KSrelief, a informé Amelia Lakrafi, présidente du Comité d'amitié parlementaire franco-saoudien, des efforts déployés par le pays dans le monde entier.

Al-Rabeeah, qui est également conseiller à la cour royale, a déclaré que KSrelief avait mis en œuvre 2 625 projets dans 94 pays, d'une valeur de plus de 6 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,93 euro), et dépensé 483 millions de dollars supplémentaires dans divers secteurs, en coopération avec 175 partenaires internationaux, régionaux et locaux, a rapporté l'agence de presse saoudienne, la SPA.

Collaboration élargie

La Dr Hala bent Mazyad al-Tuwaijri, présidente de la Commission des droits de l'homme du Royaume, s'est entretenue avec Lakrafi et sa délégation sur les moyens d'améliorer la coopération bilatérale.

Des responsables du programme national de développement industriel et logistique d'Arabie saoudite ont également discuté avec des représentants français lors de la conférence intitulée «France 2030 et Vision 2030: vers une transformation énergétique et industrielle».

La conférence, à laquelle ont participé le ministre de l'Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, et l'ambassadeur de France, Ludovic Pouille, a permis de présenter plus de 40 entreprises françaises, 16 entités gouvernementales des deux pays et 90 entreprises d'Arabie saoudite.

La collaboration élargie entre l'Arabie saoudite et la France portera notamment sur la formation des compétences et le soutien aux startups.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com