Macron récuse les accusations de dérive autoritaire en France

 Un journaliste regarde une interview en direct du président français Emmanuel Macron sur la plateforme d'information numérique Brut le 4 décembre 2020 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)
Un journaliste regarde une interview en direct du président français Emmanuel Macron sur la plateforme d'information numérique Brut le 4 décembre 2020 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 04 décembre 2020

Macron récuse les accusations de dérive autoritaire en France

  • En fin d'entretien, le président a tapé du poing sur la table pour réfuter tout recul sur ses engagements écologiques, reconnaissant seulement un «échec collectif» sur l'interdiction du glyphosate
  • Le chef de l'Etat a promis le lancement en janvier d'une plateforme nationale de signalement des discriminations, gérée par l'Etat, le Défenseur des droits et des associations

«Je ne peux pas laisser dire qu'on réduit les libertés en France», a affirmé vendredi Emmanuel Macron sur le média en ligne Brut, en prônant l'apaisement après les vives polémiques sur les «violences policières» - une expression qu'il a accepté de prononcer- et la loi sur la «sécurité globale».

Pendant 2h15, le chef de l'Etat a balayé une multitude de sujets dans un style qui a parfois évoqué celui du «grand débat» au début de 2019, et répondu du tac au tac aux questions, parfois incisives, des journalistes de Brut, site de vidéos surtout regardé par les jeunes. Il a aussi, brièvement, été véhément pour défendre son ambition écologique.

«C'est un grand mensonge. On n'est pas la Hongrie ou la Turquie», s'était-il auparavant écrié en étant longuement interrogé sur les tensions politiques créées par la concomitance des images du tabassage par des policiers d'un producteur noir et de la controverse sur l'article 24.

Ce débat «a été contaminé par un discours militant, hostile au gouvernement et à votre serviteur», selon lui. «Ne laissons pas la France être caricaturée», a-t-il réclamé, en regrettant que des journalistes participent à une «co-production de la mauvaise image» du pays.

Répondant au journaliste Rémy Buisine, récemment mis à terre par des policiers lors de l'évacuation brutale de migrants place de la République à Paris, Emmanuel Macron a reconnu qu'il y avait de «la violence dans notre société» pour laquelle il devait y avoir «zéro tolérance des deux côtés»

D'un côté, «il y a des policiers qui sont violents» et «qu'il faut sanctionner». «Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis», car «c'est devenu un slogan pour des gens qui ont un projet politique, a-t-il précisé. 

De l'autre, il a dénoncé les violences contre une policière «attaquée par des fous», des «gens ensauvagés» lors de la manifestation samedi dernier à Paris contre le texte de loi «sécurité globale».

Il a ainsi rendu hommage aux «milliers de policiers et policières qui ont subi des violences depuis 3 ans, qui pour certains ont été tués».

- discriminations «insoutenables» -

A propos de l'évacuation de la place de la République, Emmanuel Macron a considéré qu'il n'était «jamais normal d'avoir des comportements qui ne sont pas à la hauteur des attentes» mais a estimé qu'il «fallait enlever les tentes» de migrants.

Il a affirmé que le vrai problème était  «le droit d'asile (...) détourné par des réseaux de trafiquants».

Un autre défi est, selon lui, de regarder en face la question des contrôles au faciès. Car, «aujourd'hui, quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé (...) On est identifié comme un facteur de problème et c'est insoutenable», a-t-il regretté.

Le chef de l'Etat a promis le lancement en janvier d'une plateforme nationale de signalement des discriminations, gérée par l'Etat, le Défenseur des droits et des associations. Les caméras-piétons pour les policiers seront parallèlement généralisées.

Il a par ailleurs envisagé une nouvelle «aide exceptionnelle» pour les jeunes en précarité à cause de la crise du Covid-19, ainsi qu'une amélioration du système des bourses étudiantes. Le gouvernement «va tout faire» pour pouvoir rouvrir «travaux dirigés et demi-amphis» en présentiel un peu plus tôt en janvier et non fin-janvier début février comme prévu jusqu'à présent, a-t-il aussi affirmé.

- «Pas de leçons à recevoir» -

En fin d'entretien, le président a tapé du poing sur la table pour réfuter tout recul sur ses engagements écologiques, reconnaissant seulement un «échec collectif» sur l'interdiction du glyphosate. «Je n'ai pas de leçons à recevoir! (...) Personne n'en a autant fait depuis dix ans !», s'est-il emporté, interrogé sur la mise en oeuvre des propositions de la Convention citoyenne sur le climat.

«Je ne veux pas dire que parce que les 150 citoyens ont écrit un truc, c'est la Bible ou le Coran», a-t-il lancé. «Moi je suis vraiment très en colère contre des activistes qui m'ont aidé au début et qui disent maintenant, il faudrait tout prendre», a-t-il dit en citant les critiques de Cyril Dion, un garant de la Convention.

Brièvement interrogé sur son avenir politique, il a déclaré qu'il ne pouvait pas «se mettre dans la disposition d'être candidat» à la présidentielle de 2022. Car dans ce cas, «je ne pourrai plus prendre les risques que je dois prendre et les bonnes décisions», a-t-il expliqué, en n'excluant pas l'éventualité qu'il ne puisse pas se représenter.

En choisissant de s'exprimer dans Brut, Emmanuel Macron a voulu s'adresser aux jeunes, souvent déprimés par les deux confinements, privés de petits boulots et de lien social. «C'est dur d’avoir 20 ans en 2020», avait-il reconnu en octobre.

Un sondage publié vendredi par Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et Le Figaro montre que le chef de l'Etat progresse nettement chez les jeunes: 49% des 18-24 ans jugent qu’il a été un bon président, 58% le trouvent sympathique, 45% humble et 41% proche des gens.


Les feux continuent, un pic de canicule attendu

Cette vue générale montre des tournesols desséchés dans un champ à Montaut, dans le sud-ouest de la France, le 9 août 2022. (AFP)
Cette vue générale montre des tournesols desséchés dans un champ à Montaut, dans le sud-ouest de la France, le 9 août 2022. (AFP)
Short Url
  • Sur la zone du pire feu de forêt français du moment, près de Landiras, en Gironde, il devrait encore faire 37°C vendredi, après 41°C jeudi
  • En France, trois fois plus d'hectares ont brûlé que la moyenne annuelle des dix dernières années, et l'année est record dans l'Union européenne depuis le début des relevés en 2006

HOSTENS: Les pompiers français désormais épaulés par des renforts européens en Gironde et dans les Landes poursuivaient vendredi leur combat contre le feu, en un jour qui donne un avant-goût de 2050 : un pic de canicule est attendu entre 38 et 41°C dans le pays.

Sur la zone du pire feu de forêt français du moment, près de Landiras, en Gironde, il devrait encore faire 37°C vendredi, après 41°C jeudi.

1 100 pompiers y combattent jour et nuit, épaulés "dès l'aube" selon les autorités, de pompiers allemands puis roumains formant une partie du contingent de 361 soldats du feu également polonais ou autrichiens, appuyés de Canadair italiens, grecs et suédois, venus en renfort.

Le feu n'a pas connu de "progression significative" dans la nuit de jeudi à vendredi, se maintenant à 7.400 ha de surfaces brûlées depuis mardi. Aucune autre évacuation supplémentaire n'a été ordonnée depuis les 10.000 évacuations les jours précédents, a annoncé depuis Hostens (Gironde) le sous-préfet d'Arcachon Ronan Léaustic lors d'un point presse.

Le sous-préfet s'est néanmoins montré prudent : le périmètre du feu "toujours actif" qui s'étend sur 40 km "n'a pas évolué mais les conditions météorologiques nous incitent à être d'une vigilance extrême".

Vendredi matin néanmoins, les environs d’Hostens respiraient à nouveau, les épaisses fumées se sont dissipées laissant place à un ciel bleu moutonné de nuages, a constaté une journaliste de l'AFP.

En France, trois fois plus d'hectares ont brûlé que la moyenne annuelle des dix dernières années, et l'année est record dans l'Union européenne depuis le début des relevés en 2006.

Même le Jura, au climat normalement plus modéré, est frappé: depuis mardi, deux incendies ont dévoré environ 660 hectares de forêt dans le sud du département, l'un "fixé", l'autre dont la progression a été ralentie.

Avant la tombée de la nuit, le feu continuait en revanche toujours de progresser en Isère sur la commune de Vif et en Ardèche près de Vallon-Pont d'Arc. Dans la Drôme, l'incendie n'était toujours pas fixé dans le massif du Diois à Romeyer.

Face à cette situation "exceptionnelle", plusieurs grandes entreprises - Carrefour, Orange, EDF et GRDF - ont pris des mesures pour faciliter la libération de leurs employés pompiers volontaires, répondant à l'appel du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Nuits caniculaires 

Car la France souffre d'une troisième vague de chaleur. La nuit de jeudi à vendredi a été chaude, avec plus de 25°C à 5h00 vendredi dans le Gers, le Lot-et-Garonne, la Gironde et la Charente.

Pour Maurin Bérenger, viticulteur à Grezels dans le Lot, la situation est "inédite. On est obligé de s’adapter, on travaille très tôt le matin, voire la nuit. Cette nuit, j’ai commencé à 3h00, et ceux qui ont des salariés commencent à 6h00 pour éviter la chaleur".

Un avis partagé par Philippe Maffre, lui aussi vigneron, à  Montans (Tarn). "C’est débile de travailler l’après-midi par ce temps", assène-t-il depuis les côteaux du Gaillacois où 39°C sont attendus.

Selon Météo-France, dans l'après-midi, les températures maximales afficheront encore de 38 à 40°C en Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et Pays-de-la-Loire.

Le soleil sera brûlant sur l'ensemble du pays, avec 19 départements du sud-ouest au Finistère placés en vigilance orange canicule par Météo-France.

Le seuil des 40°C n'avait été dépassé qu'une fois dans les années 1960 et une fois dans les années 1970 en France. Il est voué à devenir plus fréquent.

Le danger des canicules pour le corps est que les nuits restent chaudes et nous épuisent. Perpignan a déjà subi 42 nuits tropicales (plus de 20°C) cette année, contre en moyenne 15 dans les années 1960, selon Jean-Michel Soubeyroux de Météo-France.

L'été 2022 en France s'approche déjà de ce que serait "un été moyen du milieu de siècle" dans un des scénarios pessimistes du réchauffement climatique, dit-il à l'AFP.

A Paris, Caroline Dubois, retraitée de 72 ans, "laisse les fenêtres ouvertes dans tout l'appartement  pour qu'il y ait un courant d'air". Stéphanie Ryan, 36 ans, consultante pour une agence de recrutement, pose des "serviettes mouillées" devant son ventilateur, c'est "efficace", dit-elle.

Canicule signifie aussi sécheresse, exceptionnelle dans le pays après un mois de juillet où moins d'un centimètre de pluie est tombé en moyenne. Les nappes phréatiques se vident à un niveau préoccupant, a averti le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Il est interdit d'arroser sur une grande partie de la France et 73 préfets ont même interdit les prélèvements d'eau aux agriculteurs sur tout ou partie de leurs départements. Une interdiction pas toujours respectée car sécheresse et canicule amoindrissent les rendements de nombreuses activités agricoles : arboriculture, maraîchage, céréales et même élevage.

La pluie tant attendue, par les pompiers comme par les autres habitants, arrivera par des orages vendredi soir sur les Alpes et les Pyrénées, mais seulement à partir de samedi soir sur le reste de la France.


En plein été, les bassins manquent de maîtres-nageurs

Nager 800 mètres en moins de 16 minutes, comme le requiert le diplôme, "c'est un niveau beaucoup trop élevé pour enseigner la natation à des enfants". (AFP).
Nager 800 mètres en moins de 16 minutes, comme le requiert le diplôme, "c'est un niveau beaucoup trop élevé pour enseigner la natation à des enfants". (AFP).
Short Url
  • Le manque de maîtres-nageurs se fait sentir dans toutes les régions. Certaines villes sont contraintes de réduire les horaires d'ouverture des bassins l'été
  • "Des vies sont en jeu", rappelle le responsable à la Fédération des maîtres-nageurs, soulignant le rôle de la profession dans l'apprentissage de la natation

PARIS: Salaires faibles, formation exigeante, image erronée sur le métier: les maîtres-nageurs peinent à recruter alors que la fréquentation bat son plein en été, entraînant des fermetures de bassins et des craintes sur la sécurité des baigneurs.

Dans toute la France, "il manque au moins 5.000 maîtres-nageurs à l'année", déclare à l'AFP Axel Lamotte, de la Fédération nationale des maîtres-nageurs (FNMNS). Comme explications, il cite en vrac des salaires faibles, la privatisation des centres aquatiques et centres de formation, et aussi les incivilités des usagers, qui sapent le moral.

La difficulté, c'est le nombre insuffisant de "personnes qui entrent en formation", relève également Jean-François Druon, dirigeant de Performeo, un centre de formation des maîtres-nageurs à Béthune (Pas-de-Calais).

Les maîtres-nageurs des années 1970, arrivés dans le métier avec l'opération "1.000 piscines" (un programme national de construction de piscines pour favoriser l'apprentissage de la natation), partent à la retraite et il faut donc les remplacer, explique-t-il.

En maillot de bain, perché sur son fauteuil de surveillance, le sifflet autour du cou... le métier pâtit aussi d'une image erronée, selon les professionnels. "Sur 35 heures, le maître-nageur ne passe pas plus de deux ou trois heures sur sa chaise", souligne Jean-François Druon.

Le manque de maîtres-nageurs se fait sentir dans toutes les régions. Certaines villes sont contraintes de réduire les horaires d'ouverture des bassins l'été. Et ce, alors que les températures élevées et les congés attirent plus de visiteurs dans les piscines.

C'est le cas par exemple à la piscine municipale de Lambersart (Nord), dans la banlieue lilloise, où un poste de maître-nageur est "vacant depuis février". "On est freiné dans le développement, on ne peut pas ouvrir le dimanche matin", regrette Thomas Hubert, adjoint aux sports de la ville.

« Des vies sont en jeu »

"On a revu le salaire un petit peu à la hausse, mais cela oblige à augmenter les salaires de ceux qui sont déjà en poste", ajoute-t-il.

Dans ce contexte de personnel manquant, "on est obligés de baisser les prérequis" d'obtention du diplôme de maître-nageur "tellement le niveau (de natation) s'est dégradé", déplore Axel Lamotte.

"Des vies sont en jeu", rappelle le responsable à la Fédération des maîtres-nageurs, soulignant le rôle de la profession dans l'apprentissage de la natation. En France, les noyades accidentelles sont responsables chaque année d'un millier de décès (dont environ 400 l'été), ce qui en fait la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans, rappelle Santé publique France.

Mais soumettre les candidats à des épreuves exigeantes --et coûteuses, avec une formation estimée à quelque 5.000 euros-- peut freiner les bonnes volontés, estime Roxana Maracineanu, ancienne ministre des Sports et championne de natation.

Nager 800 mètres en moins de 16 minutes, comme le requiert le diplôme, "c'est un niveau beaucoup trop élevé pour enseigner la natation à des enfants", pointe-t-elle auprès de l'AFP.

Pour l'ancienne ministre --et ancienne maître-nageuse--, "le vivier est là, on sait où aller le chercher". Elle propose ainsi de faire passer le brevet de sauvetage aquatique à tous les membres des fédérations de sports nautiques.

Le brevet ne suffit pas à dispenser des cours de natation, comme seul peut le faire un maître-nageur. Mais Roxana Maracineanu pense que cette mesure peut créer des vocations et recentrer le métier vers la surveillance, le secours et l'apprentissage. "Le métier de maître-nageur sauveteur est parfois devenu celui d'animateur en piscine", regrette-t-elle.


Les gares routières françaises, fardeau des «  cars Macron »

Sur les 324 aménagements d’accueil référencés par l'Autorité de régulation des transports (ART), 126 sont considérés comme des gares routières, mais pour la plupart, les prestations sont insuffisantes. (AFP).
Sur les 324 aménagements d’accueil référencés par l'Autorité de régulation des transports (ART), 126 sont considérés comme des gares routières, mais pour la plupart, les prestations sont insuffisantes. (AFP).
Short Url
  • Dans l'obscurité du terminus de Bercy, faute de places, plusieurs dizaines de personnes attendent sur leurs valises, inhalant un air vicié par les gaz d'échappements
  • Les infrastructures ne se sont pas améliorées depuis l'ouverture à la concurrence du marché de transport en cars par Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie

PARIS: "On est traités comme des animaux. L'accès est mauvais, les toilettes sont dégueulasses, l'air est irrespirable": en cette semaine de départs en vacances, Emma, mère de famille habituée des trajets en car, ne mâche pas ses mots pour décrire l'état de la gare routière de Paris-Bercy.

En ce jour de début août, elle n'est d'ailleurs pas la seule à fustiger cette gare austère du douzième arrondissement de Paris par laquelle transitent 12.000 voyageurs par jour l'été, pour des liaisons assurées par les opérateurs Blablacar et Flixbus à prix cassés, à destination des grandes villes européennes.

Dans l'obscurité du terminus de Bercy, faute de places, plusieurs dizaines de personnes attendent sur leurs valises, inhalant un air vicié par les gaz d'échappements, sans véritable point de restauration, dans un endroit sale.

Mais cette gare ne fait pas figure de cas isolé.

La France accuse un lourd retard dans le développement de ses gares routières selon des experts, par rapport à certains voisins européens comme l'Espagne, la Grande-Bretagne ou la Suède qui ont plus souvent des toilettes, un point d'information ou une vraie salle d'attente.

Sur les 324 aménagements d’accueil référencés par l'Autorité de régulation des transports (ART), 126 sont considérés comme des gares routières, mais pour la plupart, les prestations sont insuffisantes, voire inexistantes, se limitant parfois au simple arrêt de bus au bord d'une route.

« Pas à la hauteur »

Les infrastructures ne se sont pas améliorées depuis l'ouverture à la concurrence du marché de transport en cars par Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie. "En 2015, le service est déjà meilleur à bord que dans la gare. Rien n'a changé", dit Arnaud Aymé, consultant chez Sia Partners.

Un accueil défaillant regretté par les opérateurs eux-mêmes comme un frein à leur activité, alors que la plupart des aménagements sont gérés sans cahier des charges par des acteurs variés, des collectivités aux gestionnaires privés.

"L'infrastructure offerte par les stations de bus en France n'est toujours pas à la hauteur de la qualité de service attendue par les voyageurs et des standards européens", déplore Blablacar, ajoutant que "les coûts de passage et de stationnement sont parfois élevés par rapport à la qualité de l'accueil fourni".

La Fédération nationale des associations des usagers des transports (Fnaut) axe son réquisitoire sur la notion d'intermodalité, terme signifiant l'utilisation successive de plusieurs modes de transports comme le train et le car.

"On fait rarement un trajet avec un unique mode de transport. On demande que ces gares soient situées à proximité immédiate des gares ferroviaires, des arrêts de transports urbains, des stations de taxis, pour faciliter l'usager", réclame Michel Quidort, vice-président de la Fnaut.

Mais pour l'heure, de plus en plus de terminaux de cars sont déplacés à plusieurs kilomètres des centres-villes et un quart des aires urbaines n'ont toujours pas de véritables aménagements.

« Décision politique »

"Les gares routières se situent de plus en plus en périphérie. C'est souvent une décision politique de certaines municipalités pour limiter les nuisances", confirme M. Aymé.

La mairie de Paris, à défaut de tenir la promesse d'une nouvelle gare en 2024, pilote une concertation sur le long terme.

"On mène une réflexion plus globale, avec la métropole et le Grand Paris, pour repenser la localisation des gares dans la capitale", expose David Belliard, adjoint chargé des transports, qui reconnaît le besoin d'améliorer l'accueil à la gare routière de Bercy en attendant son possible déménagement.

Il est vrai que les transporteurs préfèrent parfois les arrêts en périphéries des grandes villes. "Eloigner la gare routière de l'hyper-centre nous permet d'éviter les risques d'embouteillages et d'avoir une meilleure fiabilité sur nos temps de trajets", déclare Charles Billiard, porte-parole de Flixbus France.

Pour autant, quelques rares villes donnent satisfaction.

A Grenoble, le département de l'Isère a rénové en 2017 la gare routière, offrant aux voyageurs un hall d'attente fermé, à proximité immédiate de la gare ferroviaire.

"On sent un regain de certaines villes pour le car", dit M. Billiard. Flixbus travaille avec la mairie de Bordeaux pour réorganiser ses aménagements.

La demande des voyageurs, en tout cas, est là: cet été, Blablacar et Flixbus dépasseront leurs nombres de passagers de 2019.