«Il n'y a pas d'alternative à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN», déclare le président estonien à Arab News

Alar Karis, le président de l'Estonie, a accordé un entretien exclusif à Arab News au palais présidentiel de Tallinn, la capitale (Photo, AN /Ali Salman).
Alar Karis, le président de l'Estonie, a accordé un entretien exclusif à Arab News au palais présidentiel de Tallinn, la capitale (Photo, AN /Ali Salman).
Short Url
Publié le Lundi 15 mai 2023

«Il n'y a pas d'alternative à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN», déclare le président estonien à Arab News

  • L'Estonie fait partie des 30 pays qui demandent la création d'un tribunal spécial chargé de juger par contumace les responsables russes accusés d'avoir commis des abus en Ukraine
  • Karis a déclaré que son pays n'excluait pas d'accueillir des réfugiés soudanais

TALINN, Estonie: Il n'y a pas d'alternative à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, a déclaré Alar Karis, le président de l'Estonie, à Arab News dans une interview exclusive au palais présidentiel de la capitale Tallinn, en marge de la conférence annuelle Lennart Meri, vendredi.

Ces derniers jours, 95 législateurs estoniens ont signé une déclaration appelant à l'adhésion immédiate de l'Ukraine à l'OTAN lors du sommet de l'alliance qui se tiendra en juillet à Vilnius, en Lituanie, affirmant qu'il s'agit de la seule option pour garantir l'ordre, la paix et la sécurité dans le monde.

Karis a révélé que le gouvernement estonien cherche à obtenir une «feuille de route» pour l'acceptation de l'Ukraine au sein de l'OTAN afin de renforcer la sécurité collective de l'Union face à la Russie, qui a envahi l'Ukraine en février de l'année dernière.

«Il en va de même pour l'UE. Nous avons besoin de ces étapes, des étapes concrètes, de ce qu'un pays doit faire pour devenir membre», a-t-il signalé.

Toutefois, les principaux États membres de l'OTAN ne s'accordent guère sur le calendrier ou la nécessité de l'intégration de l'Ukraine dans le bloc; la Hongrie, l'Allemagne et même les États-Unis ont exprimé des inquiétudes à ce sujet.

En septembre, interrogé sur la demande d'adhésion accélérée de l'Ukraine à l'OTAN, Jake Sullivan, conseiller américain à la sécurité nationale, a déclaré que la meilleure façon de soutenir Kiev était «un soutien pratique, sur le terrain» et que «le processus à Bruxelles devrait être abordé à un autre moment».

Comment les pays situés à la périphérie orientale de l'OTAN réagissent-ils à cette attitude de l'administration Biden?

«Bien entendu, les opinions diffèrent d'un pays à l'autre», a indiqué Karis. «Il en va de même pour l'adhésion à l'UE. Cela signifie que nous devons discuter et expliquer en quoi et pourquoi c'est important. Cela ne se fait pas du jour au lendemain, mais cela ne veut pas dire que nous ne devons pas en parler. Nous devons donc discuter de la manière d'atteindre cet objectif. Cela ne signifie pas que nous devons garder le silence, même à Vilnius.»

«Il est important d'être membre d'une alliance, et le seul allié, l'allié de la défense, qui existe aujourd'hui est l'OTAN. Il n'y a pas d'autre solution. Mais pour cela, il faudrait que tous les États membres l'approuvent.»

Pour Karis et d'autres dirigeants d'Europe de l'Est, il s'agit d'une question de défense collective.

«Nous ne sommes pas les seuls. Ce n'est pas seulement l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et maintenant la Finlande. Nous sommes tous concernés. Ce n'est pas seulement l'Europe. Il y a aussi une dimension transatlantique», a-t-il expliqué.

«Comme je l'ai dit, il faut expliquer pourquoi c'est important de revenir à l'histoire, cherchant un avenir parce qu'il n'y a pas d'autre alternative. Quelle est l'alternative? Si quelqu'un propose une alternative, nous pouvons en discuter. Mais il n'y a pas d'alternative pour le moment.»

Karis a établi un parallèle avec le passé de l'État balte: «L'Estonie se trouvait dans la même situation au début des années 1990, voire à la fin des années 1980, lorsque nous étions sur le point de quitter l'Union soviétique. Nous avions déjà commencé à parler de l'OTAN.»

«Même lorsque nous avons retrouvé notre indépendance, au début des années 1990, les forces soviétiques étaient encore présentes dans notre pays. Nous avons commencé à discuter de l'adhésion à l'OTAN et nous avons réussi à l'obtenir. Aujourd'hui, nous sommes membres de l'OTAN depuis 19 ans déjà.»

«Nous devons donc entamer les mêmes discussions avec l'Ukraine, bien qu'il y ait une guerre en ce moment.»

Article 5 de l'OTAN

Tout le monde ne considère pas l'inclusion de l'Ukraine dans l'OTAN comme la meilleure garantie de sécurité. Certains affirment que l'expansion agressive de l'OTAN dans la sphère d'influence traditionnelle de la Russie a en fait provoqué Moscou, l'obligeant à agir par autodéfense.

Dans un sondage réalisé pour Arab News par l'agence de sondage britannique YouGov auprès de 7 000 personnes dans 14 pays arabes, la majorité estime que l'OTAN et le président américain, Joe Biden, étaient responsables de la situation en Ukraine.

D'autres analystes ont fait valoir que si l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN avait été accélérée avant la guerre, l'invasion russe n'aurait probablement jamais eu lieu, car Moscou n'aurait jamais osé remettre en cause l'article 5 de la charte de l'OTAN, qui oblige les membres à apporter un soutien collectif à tout autre membre lorsqu'il est attaqué.

L'Estonie est membre de l'UE et de l'OTAN depuis 2004, ce qui la place sous la protection de l'alliance élargie. Avec une frontière commune de 183 miles (294,509 Km) avec la Russie, l'Estonie et les autres États frontaliers, sont considérés comme particulièrement vulnérables aux actes d'agression ou de représailles.

Mystère de l'attaque de drone

Le 3 mai, un drone a été abattu au-dessus du Kremlin à Moscou. De nombreux commentateurs estiment que cet incident constitue une attaque directe contre le président Vladimir Poutine, ce qui fait craindre d'éventuelles représailles russes contre l'Ukraine ou un autre État membre de l'OTAN.

Du fait de son appartenance à l'OTAN et de la garantie de sécurité collective, Karis a signalé qu'il n'était pas préoccupé par l'éventualité d'une attaque de représailles.

«Tout d'abord, nous ne savons pas d'où vient cette attaque. Ce n'est donc pas clair du tout», a-t-il déclaré. «Nous sommes voisins de la Russie depuis des siècles, nous savons donc à quoi nous attendre et à quoi ne pas nous attendre. Nous n'avons peur de rien.»

«Comme je l'ai dit, nous sommes membres de l'alliance de l'OTAN. Et je crois, et nous croyons, que l'article 5 continuera à fonctionner. Nous ne craignons donc aucune menace. Certes, nous devons être préparés. C'est pourquoi nous devons augmenter notre budget de défense, avoir plus de forces de l'OTAN sur le terrain pour nous entraîner. C'est ainsi que nous pourrons dissuader la Russie.»

ds
Alar Karis, président de l'Estonie, s'adressant à Faisal J. Abbas, rédacteur en chef d'Arab News, à Tallinn (Photo, AN/Ali Salman).

La force de la cybersécurité

L'Estonie a été attaquée sur un autre front, celui du cyberespace. L'année dernière, elle a subi un nombre record de cyberattaques menées par des pirates informatiques pro-russes. Pourtant, Karis a assuré que les défenses de son pays en matière de cybersécurité étaient de premier ordre.

«Nous avons été attaqués pour la première fois en 2007. Nous avons commencé à nous préparer, à nous défendre, à construire notre système de défense en matière de cybersécurité. Maintenant, il est très performant», a-t-il affirmé.

«Nous sommes tous attaqués en permanence, pas seulement notre pays, mais de nombreux autres pays aussi. Rien ne s'est vraiment produit jusqu'à présent, mais nous devons continuer à préparer et à développer notre système de défense en ce qui concerne la cybersécurité.»

«Il en va de même en Ukraine. Nous avons aidé les Ukrainiens et ils se sont très bien défendus en ce qui concerne la cybersécurité ou les cyberattaques.»

Compte tenu de la position de l'Estonie en tant que leader de la transformation numérique du commerce et des services, ce pays est probablement, parmi les pays de la région, celui qui offre le plus d'opportunités aux pirates informatiques de tenter leur chance.

«Nous devons développer notre système de défense et nous le faisons constamment», a mentionné Karis. «Nous ne sommes pas les seuls à le faire, mais nous collaborons avec d'autres pays. Nous avons même le centre de sécurité et de défense de l'OTAN ici. Il y a donc de nombreuses façons de se préparer.»

Tout en soulignant les capacités de l'Estonie en matière de cybersécurité, Karis a refusé d'aborder la question de savoir si les analystes de la défense du pays avaient déterminé qui était à l'origine de l'attaque de drones du Kremlin.

«Certes, il existe de nombreuses théories du complot, parmi les Russes eux-mêmes», a-t-il confié. «Nous ne savons pas et ce n'est pas notre but de découvrir qui a fait cela, du moins de notre point de vue. Mais nous suivons certainement les résultats de ce type d'enquête.»

Tribunal international

Dans une récente interview accordée à Newsweek, Kaja Kallas, Première ministre d’Estonie, a lancé une attaque cinglante contre la conduite de la Russie en Ukraine, accusant les forces russes de faire preuve de la même «brutalité» que les troupes soviétiques en Europe centrale et orientale pendant la Seconde Guerre mondiale.

Kallas a demandé la création d'un tribunal international spécial chargé de juger par contumace les responsables russes pour les crimes de guerre et les exactions qu'ils auraient commis. Elle a affirmé que ce projet avait obtenu le soutien de 30 pays, dont l'Ukraine, la Lituanie et la Finlande, nouveau membre de l'OTAN.»

«La Russie doit rendre des comptes pour les crimes et les atrocités qu'elle a commis», a déclaré Karis. «Je me suis rendu à Kiev et dans sa banlieue, et j'ai donc vu ce que cette agression a fait en Ukraine. Cela signifie donc qu'ils doivent rendre des comptes.»

«Il convient de s'interroger sur le type de cour ou de tribunal qui aura un effet sur cette situation. C'est une discussion en cours.»

«L'Estonie et d'autres pays ont proposé la création d'un tribunal spécial... les plus concernés sont les pays voisins, qui réalisent que c'est important. Et nous avons une histoire, encore une fois, après la Seconde Guerre mondiale, l'Union soviétique n'a pas eu de tribunal pour les atrocités commises contre notre nation et d'autres de ses nations.»

Quant à la question de déterminer si la création d'un tel tribunal pour la Russie et non pour Israël concernant le traitement du peuple palestinien, constituait une politique de deux poids, deux mesures, Karis a répondu que les deux situations étaient totalement distinctes et qu'elles devaient être traitées séparément.

«Nous ne discutons que de la guerre en Ukraine et pas des autres conflits dans le monde — d'autres conflits aussi, pas seulement en Israël et en Palestine», a-t-il expliqué. «Il s'agit donc d'une affaire que nous voulons d'abord résoudre, puis nous pourrons poursuivre avec d'autres conflits dans d'autres régions du monde.»

Urmas Reinsalu, ancien ministre estonien des Affaires étrangères, a rompu avec la position de l'UE sur la question d'Israël et de la Palestine à la fin de l'année dernière en déclarant que l'État balte ne voterait plus en faveur des résolutions de l'ONU qui condamnent les actions israéliennes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

«C'est la position d'un ancien ministre des Affaires étrangères. Et maintenant, nous avons un nouveau gouvernement», a avisé Karis. «Vous pouvez demander à notre nouveau ministre des Affaires étrangères quelle est son opinion ou celle de ce gouvernement.»

Réfugiés soudanais

L'Ukraine n'est pas le seul conflit à l'ordre du jour international. La violence au Soudan, qui a débuté le 15 avril entre les forces armées soudanaises et les forces paramilitaires de soutien rapide, a soulevé le spectre d'un nouvel afflux de personnes déplacées en Europe.

Les pays européens, ainsi que l'Arabie saoudite, ont réagi rapidement pour évacuer les ressortissants étrangers du Soudan et ont mobilisé des secours afin d’aider les personnes déplacées par les combats et l'effondrement des infrastructures.

Bien que confronté à l'arrivée de quelque 50 000 Ukrainiens sur le sol estonien, Karis n'a pas hésité à poser la question de savoir si, en principe, l'Estonie accueillerait des réfugiés soudanais.

«Nous discutons de la question et nous nous assurons que nous sommes en mesure d'en recevoir, et combien nous sommes en mesure d'en recevoir», a-t-il répondu.

Mais refuserait-il catégoriquement d'accueillir des réfugiés soudanais?

«Non», a-t-il déclaré, avant d'ajouter: «Nous disposons de ressources limitées et nous avons déjà accueilli un grand nombre de réfugiés en provenance d'Ukraine. Il est donc impossible d'accueillir encore, disons, 10 000 ou 20 000 migrants du Soudan. Mais bien sûr, il y a d'autres pays qui ont accueilli et qui accueilleront probablement, comme l'Allemagne et d'autres.»

«Certes, il y a un fardeau pour les pays voisins. Mais je crois que nous commençons à mieux comprendre ce qui se passe, quel type de migrants vient de différents pays.»

Pour l'instant, les Estoniens font preuve de beaucoup de bonne volonté et d'ouverture pour aider les réfugiés ukrainiens. Mais si la guerre s'éternise pendant plusieurs années et que les charges pesant sur l'économie augmentent, dans quelle mesure cette attitude est-elle viable à long terme?

«Jusqu'à présent, nous avons été en mesure de fournir des abris, d'assurer l'éducation des enfants ukrainiens et de créer des emplois», a clarifié Karis. «Mais nous ne sommes pas les seuls ici, car la Finlande est notre voisine et elle propose de prendre en charge les réfugiés s'ils sont trop nombreux et si nous ne pouvons pas les gérer. C'est pourquoi il faut des alliés et des amis.»

Karis a ajouté: «Certainement, nous sommes un petit pays avec des ressources limitées, notamment sur le plan militaire, mais nous pouvons tout de même fournir des munitions et d'autres choses encore. Le nombre de personnes qui apportent une aide humanitaire est également très élevé. Nous essayons donc de faire quelque chose.» 

«Mais il n'y a pas que l'Estonie. Les États-Unis ont aussi des ressources limitées si cette guerre dure des dizaines d'années. Nous devons donc nous assurer que cette guerre se termine le plus tôt possible.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un Palestinien libéré par Israël dit être "revenu d'entre les morts"

Muazzaz Khalil Abayat (R), a 37-year-old Palestinian from Bethlehem, receives care at a hospital following his release days earlier after being detained by Israeli forces, in Beit Jala in the Israeli occupied West Bank, on July 11, 2024 (AFP)
Muazzaz Khalil Abayat (R), a 37-year-old Palestinian from Bethlehem, receives care at a hospital following his release days earlier after being detained by Israeli forces, in Beit Jala in the Israeli occupied West Bank, on July 11, 2024 (AFP)
Short Url
  • Je suis revenu d'entre les morts", témoigne-t-il dans un hôpital de sa ville de Bethléem, en Cisjordanie occupée, après neuf mois dans une prison du Néguev (sud d'Israël), passés en détention administrative.
  • L'ONU avait pour sa part dénoncé début juillet des informations faisant état d'abus "inacceptables" voire de tortures subies par des détenus palestiniens depuis le début de la guerre à Gaza, et exigé une enquête.

BETHLEEM : Visage émacié, jambes squelettiques, barbe longue et cheveux hirsutes, le Palestinien Moazzaz Abayat peine à se remettre, sur son lit d'hôpital, de sa détention dans une prison israélienne, qu'il compare au centre de détention américain de haute sécurité de Guantanamo.

"Je suis revenu d'entre les morts", témoigne-t-il dans un hôpital de sa ville de Bethléem, en Cisjordanie occupée, après neuf mois dans une prison du Néguev (sud d'Israël), passés en détention administrative. Une disposition controversée mais très courante qui permet à Israël de détenir des Palestiniens sans inculpation ni jugement.

Ce boucher de profession a été arrêté le 26 octobre - sans savoir pourquoi dit-il - après l'attaque sans précédent du Hamas islamiste sur le sol israélien du 7 octobre, qui a déclenché la guerre dans la bande de Gaza.

"Ils m'ont arrêté chez moi, pas parmi des combattants mais entouré de mes enfants et de ma femme enceinte", raconte à l'AFP M. Abayat, 37 ans.

D'après le Club des prisonniers, une ONG palestinienne de défense des détenus, environ 9.700 Palestiniens sont actuellement emprisonnés par Israël, dont des centaines sous ce régime de la détention administrative.

Le Club estime que le nombre d'arrestations depuis le 7 octobre a doublé par rapport à la même période l'année dernière, a indiqué un porte-parole à l'AFP.

La guerre à Gaza a intensifié les violences en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, où les tensions étaient déjà vives depuis deux ans. Depuis le 7 octobre, au moins 572 Palestiniens y ont été tués par des soldats ou colons israéliens, selon les autorités palestiniennes, et au moins 16 Israéliens dans des attaques ou attentats palestiniens, d'après des chiffres officiels israéliens.

Dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux palestiniens à sa libération, mardi, on voit Moazzaz Abayat frêle, boitant et soutenu par un homme pour avancer. Sa main droite semble paralysée.

- "Petite prison, grande prison" -

"Ma détention était injuste", clame-t-il aujourd'hui. "J'ai quitté la prison de +Guantanamo+ dans le Néguev qui pratique la torture la plus laide et la plus intense contre des prisonniers sans défense, enchaînés, malades", ajoute-t-il, en référence à la prison militaire américaine installée sur l'île de Cuba.

Il évoque des "coups avec des matraques, des chaînes de fer, de la torture". Et en montrant ses jambes osseuses, dit avoir mal partout.

"Ils nous donnaient 10 à 12 haricots avec du chou à sept heures du matin et nous devions attendre jusqu'au dîner" pour un autre repas, raconte-t-il.

Interrogée par l'AFP, l'administration pénitentiaire israélienne a indiqué "ne pas être au courant" de ces accusations.

D'après elle, "tous les prisonniers sont détenus conformément à la loi et tous les droits fondamentaux sont respectés par des surveillants pénitentiaires qualifiés".

"Comme indiqué dans son dossier, le prisonnier a été examiné et soigné par les meilleurs médecins de la prison tout au long de sa détention", a affirmé une porte-parole, ajoutant que les détenus avaient la possibilité de porter plainte.

L'ONU avait pour sa part dénoncé début juillet des informations faisant état d'abus "inacceptables" voire de tortures subies par des détenus palestiniens depuis le début de la guerre à Gaza, et exigé une enquête.

Les images de la libération de M. Abayat étaient accompagnées sur les réseaux sociaux d'une photo de lui avant l'arrestation, le montrant baraqué et musclé, les cheveux coupés ras.

A l'hôpital de Bethléem, le pèse-personne indique 54 kilos.

"Cela suffit à expliquer ce qui m'est arrivé", note-t-il.

"Mon fils pesait 100 à 110 kilos avant son arrestation", raconte Khalil Abayat, attristé par la confusion qui semble régner chez Moazzaz. "Quand je l'ai vu, il ressemblait à un homme mort. Seule son âme vit encore en lui".

"Il ne me reconnaît plus, il est désorienté, son état de santé est au plus bas", souffle-t-il à l'AFP, toutefois rassuré que les médecins se disent confiants.

Son fils a recommencé à manger. Sur son lit d'hôpital, l'ancien détenu enchaîne les phrases, dit avoir "oublié des choses".

Mais résume sa situation ainsi: "je suis sorti d'une petite prison pour la grande prison" de l'occupation israélienne.


Des dizaines de corps dans la ville de Gaza, "progrès" dans les discussions de trêve selon Biden

Des gens prient devant des corps trouvés sous les décombres ou dans la rue, avant leur enterrement dans le quartier d’Al-Sinaa à l’ouest de Gaza le 12 juillet 2024(AFP)
Des gens prient devant des corps trouvés sous les décombres ou dans la rue, avant leur enterrement dans le quartier d’Al-Sinaa à l’ouest de Gaza le 12 juillet 2024(AFP)
Short Url
  • "Il y a encore des lacunes à combler. Nous faisons des progrès. La tendance est positive", a déclaré vendredi Joe Biden.
  • M. Netanyahu a lui toujours affirmé vouloir poursuivre la guerre jusqu'à la destruction du Hamas, classé organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne, et la libération de tous les otages.

GAZA : Une soixantaine de corps ont été découverts vendredi dans deux quartiers de la ville de Gaza, visés par des opérations militaires israéliennes, selon la Défense civile du territoire palestinien, après que le président américain Joe Biden a fait état de "progrès" dans les discussions en vue d'une trêve.

Au dixième mois de guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas, déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre, les combats se poursuivent, en particulier dans Gaza-ville (nord).

Des médias du Hamas ont fait état de "plus de 70 frappes aériennes", et de 32 personnes tuées dans la nuit, dont une majorité d'enfants et de femmes, sur l'ensemble du territoire assiégé.

Dans le sud-ouest de la ville de Gaza, "environ 60" corps ont été découverts vendredi dans les quartiers de Tal al-Hawa et d'al-Sinaa, d'après la Défense civile.

Le Hamas a dénoncé les "horreurs découvertes" dans le quartier de Tal al-Hawa, les qualifiant de "crimes de guerre,  génocide, nettoyage ethnique".

Des témoins ont vu des soldats se retirer de certains quartiers de Gaza-ville. Contactée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas commenté dans l'immédiat.

Après des mois d'appels internationaux pour un cessez-le-feu, les efforts diplomatiques sous l'égide du Qatar, de l'Egypte et des Etats-Unis, s'intensifient.

"Il y a encore des lacunes à combler. Nous faisons des progrès. La tendance est positive", a déclaré vendredi Joe Biden.

- "Apocalyptique" -

La guerre a éclaté le 7 octobre après l'attaque sans précédent menée par le Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza dont 42 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas, qui a pris le pouvoir dans la bande de Gaza en 2007, et lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 38.345 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

Après les incursions israéliennes dans plusieurs quartiers, le paysage de la ville de Gaza est "apocalyptique", a dénoncé vendredi Louise Wateridge, porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), après une visite sur le terrain.

L'armée israélienne a de nouveau accusé vendredi l'agence onusienne de "se taire alors que le Hamas utilise ses infrastructures" dans la ville.

L'Unrwa a été chassée de son quartier général à Gaza-ville  et n'a "pas eu de présence officielle sur place depuis octobre", a affirmé Mme Wateridge à l'AFP, indiquant ne pas en savoir davantage.

L'armée avait appelé mercredi tous les résidents de la ville à évacuer, soit quelque 300.000 à 350.000 personnes, selon l'ONU.

Vendredi, elle a indiqué avoir tué deux commandants du Hamas à Choujaïya, un quartier est de Gaza-ville où une soixantaine de corps avaient été découverts la veille après une opération de deux semaines au cours duquel elle a affirmé avoir tué plus de 150 "terroristes".

Le Comité international de la Croix-rouge a indiqué avoir reçu "des centaines d'appels ces derniers jours de personnes appelant désespérément à l'aide" à Gaza-ville, où la crise humanitaire est considérable.

L'armée israélienne a aussi dit poursuivre ses opérations à Rafah (sud), où elle a "éliminé de nombreux terroristes en combats rapprochés et par des frappes aériennes". Son aviation a visé des sites de lancement de projectiles à Beit Hanoun (nord) après des tirs vers le sud d'Israël.

- "Libération immédiate des otages" -

Sur le plan diplomatique, Hossam Badran, un membre du bureau politique du Hamas, a indiqué vendredi que son mouvement avait proposé un "gouvernement non-partisan et doté de compétences nationales" pour diriger la bande de Gaza et la Cisjordanie occupée après la guerre.

Jeudi, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a rencontré le directeur des services de renseignement, David Barnea, de retour de Doha, pour faire le point sur l'avancement des pourparlers en vue d'un cessez-le-feu et la libération d'otages.

Selon un communiqué officiel, une délégation menée par le chef du Shin Bet (sécurité intérieure), Ronen Bar, devait se rendre jeudi soir au Caire poursuivre des discussions.

Le Hamas avait annoncé dimanche accepter de négocier sur la libération des otages en l'absence d'un cessez-le-feu permanent avec Israël, qu'il exigeait jusque là.

M. Netanyahu a lui toujours affirmé vouloir poursuivre la guerre jusqu'à la destruction du Hamas, classé organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne, et la libération de tous les otages.

"Je suis attaché au plan de libération de nos otages, mais le Hamas continue d'adhérer à des exigences qui contredisent le plan et mettent en danger la sécurité d'Israël", a-t-il  déclaré vendredi.

Il a réaffirmé que son pays voulait conserver le contrôle d'une zone de la bande de Gaza frontalière de l'Egypte, conquise début mai, dont le Hamas exige de son côté l'évacuation par l'armée israélienne.

De son côté, Amnesty International a appelé "le Hamas et les autres groupes armés" à "libérer immédiatement et sans conditions tous les otages civils".

Sur un autre front, à la frontière israélo-libanaise, théâtre d'affrontements récurrents entre l'armée israélienne et le mouvement islamiste Hezbollah, allié du Hamas, un projectile est tombé sur un terrain vague en Israël, d'après l'armée.


Une campagne d’alphabétisation à Al-Baha touche plus de 1400 élèves

Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1 410 apprenants adultes. (SPA)
Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1 410 apprenants adultes. (SPA)
Short Url
  • La campagne fonctionne à travers 32 centres éducatifs à travers la région.
  • Le programme vise à atteindre les citoyens dans leurs communautés locales.

RIYAD : Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1410 apprenants adultes, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

L’initiative, baptisée « Al-Baha sans analphabétisme », est un effort conjoint de l’Administration générale de l’éducation du secteur Al-Aqiq d’Al-Baha et de plusieurs organismes gouvernementaux.

La campagne opère à travers 32 centres éducatifs à travers la région, avec 12 centres pour hommes qui accueillent 390 étudiants et 20 centres pour femmes qui accueillent 1057 apprenants. Ces centres sont dotés d’un personnel éducatif et administratif qualifié, soutenu par 27 participants supplémentaires.

Dr. Abdulkhaleq Al-Zahrani, directeur général de l’éducation à Al-Baha, a souligné l’alignement de la campagne sur les priorités nationales. « La promotion de l’alphabétisation est une approche civilisée défendue par nos dirigeants », a-t-il déclaré. « Cela fait partie de notre engagement envers l’apprentissage continu et la préparation d’une génération instruite capable de servir son pays et sa collectivité. »

Le programme vise à atteindre les citoyens dans leurs communautés locales, en offrant des compétences de base en alphabétisation aux côtés de l’éducation religieuse, culturelle, sociale et sanitaire. Elle met également l’accent sur le renforcement de l’identité nationale et de l’engagement civique.

Actuellement dans sa phase estivale, la campagne a vu la participation enthousiaste des apprenants adultes désireux d’acquérir des compétences en lecture et en écriture. Le programme va au-delà de l’alphabétisation de base pour inclure l’amélioration du sentiment d’appartenance nationale, de la littératie numérique, de la sensibilisation à la santé, de l’éducation environnementale et de l’apprentissage de l’utilisation des systèmes et des applications électroniques.

Selon SPA, l’initiative rassemble des ressources d’organismes gouvernementaux et d’organismes sans but lucratif pour offrir une expérience éducative holistique. Il vise à développer les compétences de vie et à atteindre des objectifs éducatifs et culturels, en assurant une éducation de qualité pour tous les bénéficiaires. Ses objectifs comprennent également la réduction des taux d’analphabétisme, la promotion du patriotisme et de l’amour pour le pays et son leadership, et la sensibilisation aux divers enjeux religieux, sociaux, sanitaires, économiques, environnementaux et culturels.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com