Des centaines de millions d'années de vie perdues à cause du Covid-19, estime l'OMS

Cette photo prise le 5 mars 2021 montre un panneau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à l'entrée de son siège à Genève, dans le contexte de l'épidémie de coronavirus Covid-19. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 5 mars 2021 montre un panneau de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à l'entrée de son siège à Genève, dans le contexte de l'épidémie de coronavirus Covid-19. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 19 mai 2023

Des centaines de millions d'années de vie perdues à cause du Covid-19, estime l'OMS

  • Rien qu'en 2020 et 2021, Covid a entraîné la perte de 336,8 millions d'années de vie dans le monde, selon l'Organisation
  • Le bilan officiel des décès attribué à la maladie, actualisé régulièrement par l’OMS, est de 6,9 millions de personnes au 17 mai

GENÈVE: Les deux premières années de la pandémie de Covid-19 ont coûté près de 337 millions d'années de vie, en provoquant la mort prématurée de millions de personnes, révèle l'OMS vendredi.

L'Organisation mondiale de la santé met ainsi en exergue l'impact dévastateur de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19.

Rien qu'en 2020 et 2021, Covid a entraîné la perte de 336,8 millions d'années de vie dans le monde, selon l'Organisation.

"C'est comme perdre 22 ans de vie pour chaque décès en excès", a déclaré aux journalistes Samira Asma, chef adjointe de l'OMS pour les données et l'analyse, avant le lancement.

Et ce calcul se base sur les données disponibles en 2022.

Depuis lors, le nombre de morts a continué de grimper même si c'est à un rythme plus lent, poussant l'OMS à lever son niveau d'alerte sanitaire le plus élevé, non sans prévenir que le Covid n'avait pas pour autant disparu.

Le bilan officiel des décès attribué à la maladie, actualisé régulièrement par l’OMS, est de 6,9 millions de personnes au 17 mai.

Mais de nombreux pays n’ont pas fourni de données fiables à l’OMS, qui estime que la pandémie a fait près de trois fois plus de victimes en trois ans, au moins 20 millions de morts.

Elle s’appuie pour cela sur le calcul de l’excès de mortalité, défini comme la différence entre le nombre de décès réels et le nombre de décès estimés en l'absence de pandémie.

Ces 20 millions incluent les morts directes du Covid mais aussi les décès liés à l’impact de la pandémie sur les systèmes de santé.

Le rapport de vendredi a souligné que "des inégalités importantes sous-tendent la répartition des cas et des décès de Covid-19, ainsi que l'accès aux vaccinations".

L'OMS a averti que la pandémie avait contribué à faire dérailler de nombreux indicateurs liés à la santé qui s'amélioraient depuis des années.

Au cours des deux premières décennies du siècle, le monde a connu des améliorations significatives de la santé maternelle et infantile, avec des décès en baisse d'un tiers et de la moitié respectivement, selon le rapport. L'incidence des maladies infectieuses telles que le VIH, la tuberculose et le paludisme a également diminué de manière significative, tout comme le risque de décès prématurés dus aux maladies non transmissibles.

Ensemble, ces facteurs ont contribué à faire passer l'espérance de vie mondiale de 67 ans en 2000 à 73 ans en 2019.

Mais après le déclenchement de la pandémie, les inégalités existantes se sont creusées, inversant entre autres la tendance positive pour le paludisme et la tuberculose, note l'OMS.


Espagne: le roi charge Pedro Sánchez de tenter de former un gouvernement

Le Premier ministre espagnol par intérim Pedro Sánchez part après avoir prononcé un discours au palais de la Moncloa à Madrid le 3 octobre 2023 après avoir rencontré le roi Felipe VI (Photo de Thomas COEX / AFP).
Le Premier ministre espagnol par intérim Pedro Sánchez part après avoir prononcé un discours au palais de la Moncloa à Madrid le 3 octobre 2023 après avoir rencontré le roi Felipe VI (Photo de Thomas COEX / AFP).
Short Url
  • Afin d'obtenir la confiance des députés, le socialiste devra disposer du soutien crucial des indépendantistes catalans, qui exigent en échange une mesure d'amnistie très controversée
  • Le chef du gouvernement sortant, qui est au pouvoir depuis 2018, a jusqu'au 27 novembre pour être reconduit au pouvoir par le Parlement

MADRID: Le roi d'Espagne, Felipe VI, a chargé mardi le Premier ministre sortant, le socialiste Pedro Sánchez, de présenter sa candidature devant le Parlement pour tenter d'être reconduit au pouvoir, a annoncé la présidente de la Chambre des députés.

"Sa majesté le Roi", qui a consulté depuis lundi les représentants des partis politiques, "m'a communiqué sa décision de proposer M. Pedro Sánchez (au Parlement) comme candidat à la présidence du gouvernement", a déclaré Francina Armengol lors d'une allocution télévisée.

Afin d'obtenir la confiance des députés, le socialiste devra disposer du soutien crucial des indépendantistes catalans, qui exigent en échange une mesure d'amnistie très controversée.

Le chef du gouvernement sortant, qui est au pouvoir depuis 2018, a jusqu'au 27 novembre pour être reconduit au pouvoir par le Parlement. Faute de quoi, un nouveau scrutin sera automatiquement convoqué pour la mi-janvier.

Son rival conservateur Alberto Núñez Feijóo, qui était arrivé en tête des législatives du 23 juillet, mais sans majorité viable, a vu sa candidature rejetée la semaine dernière par les députés.


Un adolescent arrêté après une fusillade dans un centre commercial à Bangkok

Une ambulance est vue devant le centre commercial Siam Paragon à Bangkok le 3 octobre 2023, à la suite d'une fusillade dans le centre commercial (Photo de Jack TAYLOR / AFP).
Une ambulance est vue devant le centre commercial Siam Paragon à Bangkok le 3 octobre 2023, à la suite d'une fusillade dans le centre commercial (Photo de Jack TAYLOR / AFP).
Short Url
  • Une femme de nationalité chinoise a été tuée et six autres personnes blessées, dont cinq sont dans un état préoccupant, selon les services d'urgence
  • La fusillade a créé des scènes de panique dans l'un des principaux centres commerciaux de Bangkok

BANGKOK: Un adolescent de quatorze ans a été arrêté mardi après une fusillade meurtrière survenue dans un centre commercial fréquenté de Bangkok, un an après la tuerie la plus importante de l'histoire moderne de la Thaïlande.

Une femme de nationalité chinoise a été tuée et six autres personnes blessées, dont cinq sont dans un état préoccupant, selon les services d'urgence.

Le suspect est un jeune homme de quatorze ans, habillé de noir et qui portait une casquette avec un drapeau des Etats-Unis dessus, a rapporté la police.

Deux policiers, arme au poing, ont procédé à l'arrestation de l'assaillant présumé, à genoux, dans un magasin de meubles, selon des images de surveillance relayées par la presse thaïlandaise.

La fusillade a créé des scènes de panique dans l'un des principaux centres commerciaux de Bangkok, des témoins racontant à l'AFP l'évacuation dans la précipitation de centaines de personnes.

Situé au coeur de Bangkok, Siam Paragon est un haut-lieu touristique et commercial qui attire de nombreux visiteurs, dans un contexte de rebond du tourisme en Thaïlande après la pandémie.

"Vers 16h17 (09h17 GMT), j'ai entendu plusieurs coups de feu, au moins trois, et vu des personnes courir vers les sorties. C'était chaotique", a déclaré à l'AFP Nattanon Dungsunenarn, un journaliste qui se trouvait dans un magasin du rez-de-chaussée.

"Tout le monde était en train de chercher un endroit pour se cacher. Tellement de personnes avaient peur, un peu comme dans un film de zombies", a expliqué Xiong Ying, un touriste chinois de 41 ans présent dans un centre commercial voisin au moment de la fusillade.

"Maintenant, j'ai peur. C'était tellement inattendu", a-t-il reconnu.

36 morts l'an dernier

"Tout le monde était choqué et essayait de contacter sa famille", a décrit Thanpawasit Singthongkham, un employé d'un restaurant japonais du centre commercial.

Dans une vidéo qu'il a enregistrée et montrée à l'AFP, de nombreuses personnes prises dans une mêlée tentent de s'échapper par les escaliers de secours, pendant que hurlent les sirènes.

Près de deux heures après le début supposé de la fusillade, des dizaines de véhicules de police et d'ambulances stationnaient toujours devant les principales entrées du centre commercial.

Les attaques à main armée sont récurrentes dans le royaume, qui a l'un des taux de possession d'armes à feu les plus élevés d'Asie.

Cette fusillade intervient quasiment un an jour pour jour après la plus importante tuerie de masse de l'histoire moderne de la Thaïlande, dans la province de Nong Bua Lam Phu (nord-est).

Un ancien policier avait tué 36 personnes, dont une majorité d'enfants de moins de cinq ans dans une crèche, lors d'un périple meurtrier au fusil et au couteau qui avait duré plus de trois heures.

Des attaques à main armée continuent de faire des victimes chaque semaine ou presque dans le royaume, sans que la situation n'évolue beaucoup sur le plan juridique.

Le pays comptait en 2017 environ dix millions d'armes à feu, dont près de la moitié (4 millions) ne sont pas enregistrées auprès des autorités, selon le Small Arms Survey, un programme de recherche suisse.

En 2020, une tuerie dans un centre commercial de Nakhon Ratchasima avait fait 29 morts.


Semi-conducteurs: le Japon confirme 1,2 md EUR de subventions pour l'américain Micron

Vue d'un bâtiment abritant les installations du géant américain des semi-conducteurs Micron, à Shanghai, le 22 mai 2023. (AFP)
Vue d'un bâtiment abritant les installations du géant américain des semi-conducteurs Micron, à Shanghai, le 22 mai 2023. (AFP)
Short Url
  • Le projet de Micron «vise à développer et à produire des puces-mémoires de pointe qui seront utilisées dans des domaines tels que l'IA générative, les centres de données et la conduite autonome», a rappelé le ministre japonais de l'Economie
  • Comme d'autres pays industrialisés, le Japon investit lourdement pour accroître sa production nationale et réduire sa dépendance dans les semi-conducteurs

TOKYO: Le gouvernement japonais a confirmé mardi son intention de fournir jusqu'à 192 milliards de yens (1,2 milliard d'euros) de subventions au groupe américain Micron pour le développement et la production au Japon de puces électroniques de nouvelle génération.

Le projet de Micron "vise à développer et à produire des puces-mémoires de pointe qui seront utilisées dans des domaines tels que l'IA générative, les centres de données et la conduite autonome", a rappelé le ministre japonais de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie (Meti) Yasutoshi Nishimura lors d'une conférence de presse à Tokyo.

En marge du sommet du G7 à Hiroshima (ouest du Japon) en mai dernier, Micron avait annoncé vouloir investir jusqu'à 500 milliards de yens (3,2 milliards d'euros au cours actuel) dans les prochaines années "avec le soutien étroit du gouvernement japonais".

L'agence d'informations financières Bloomberg avait déjà rapporté à l'époque que le gouvernement nippon envisageait d'accorder environ 200 milliards de yens de subventions pour Micron, qui compte introduire au Japon la technologie de lithographie Extreme Ultraviolet (EUV) permettant de produire des puces plus performantes.

Comme d'autres pays industrialisés, le Japon investit lourdement pour accroître sa production nationale et réduire sa dépendance dans les semi-conducteurs, alors que les tensions entre la Chine et Taïwan - l'un des plus gros fabricants au monde de puces électroniques via le groupe TSMC - aggravent les inquiétudes sur la sécurité en matière d'approvisionnement en puces électroniques.

Tokyo subventionne généreusement également la construction d'une usine de TSMC sur la grande île japonaise méridionale de Kyushu, et a aussi créé avec le concours de grandes entreprises privées nippones un nouveau fabricant de semi-conducteurs, Rapidus, qui s'est déjà associé avec l'américain IBM.

Le Japon a par ailleurs entrepris de nationaliser JSR, une entreprise nippone qui est un poids lourd mondial de la production de résines photosensibles utilisées dans l'industrie des semi-conducteurs, pour un montant équivalent à environ 6 milliards d'euros.