Entre l’Orient et le Maghreb, la Libye balance

Des personnes utilisent des pédalos sur le lac Saraya, à l'extérieur du château rouge de Tripoli, le 21 mai 2023. (Photo, AFP)
Des personnes utilisent des pédalos sur le lac Saraya, à l'extérieur du château rouge de Tripoli, le 21 mai 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 22 mai 2023

Entre l’Orient et le Maghreb, la Libye balance

  • «Historiquement, chacune des trois provinces de la Libye était connectée à son voisinage immédiat»
  • Les trajectoires des trois régions n’étaient cependant pas figées dans l’Histoire

TUNIS: La Libye est-elle maghrébine, orientale ou africaine? Pour répondre à cette question, le laboratoire Échanges Maghreb-Afrique-Europe de l’université de la Manouba a organisé à Tunis (du 11 au 13 mai 2023) un colloque sur le thème suivant: «La Libye entre la dialectique de l’appartenance maghrébine, orientale et l’expansion africaine».

«Historiquement, chacune des trois provinces de la Libye était connectée à son voisinage immédiat; l’Orient arabe et en particulier l’Égypte pour la Cyrénaïque (est), le Maghreb pour la Tripolitaine (ouest) et l’Afrique subsaharienne pour le Fezzan (sud), mais sans exclusive», résume le professeur Saïd Bhira, maître de conférences à l’Institut supérieur de l'Histoire de la Tunisie contemporaine, à l’université de la Manouba.

M. Bhira a travaillé sur les mémoires du commandant Abdessalem Jalloud, ancien bras droit de Mouammar Kadhafi.

À l’est, «Barka et Benghazi, berceau de la présence grecque depuis l’Antiquité, avaient des relations étroites avec l’Orient arabe», précise l’historien. À la même époque, la Tripolitaine, à l’ouest, «constituait un espace de l’influence romaine et de la culture latine».

Syrte, qui sépare la Tripolitaine de la Cyrénaïque, avait, selon Saïd Bhira, une double caractéristique. D’un côté, elle était, parmi toutes les régions libyennes, celle qui «avait les relations les plus étroites avec la Méditerranée». De l’autre, elle constituait «la route la plus courte vers l’Afrique subsaharienne, d’où partaient et où arrivaient les caravanes» assurant les échanges commerciaux avec cette partie du monde.

Toutefois, les trajectoires des trois régions n’étaient pas figées dans l’Histoire. L’Ouest libyen ne s’est pas coupé de l’Ifriqiya, la partie orientale du Maghreb d’aujourd’hui, et l’Est n’était pas imperméable à l’influence de l’Orient arabe.

Syrte, qui sépare la Tripolitaine de la Cyrénaïque, avait, selon Saïd Bhira, une double caractéristique; d’un côté, elle était, parmi toutes les régions libyennes, celle qui «avait les relations les plus étroites avec la Méditerranée» et de l’autre, elle constituait «la route la plus courte vers l’Afrique subsaharienne, d’où partaient et où arrivaient les caravanes».

Le parcours de Mohammed Ibn Ali al-Senoussi, fondateur de la confrérie de la Senoussia en 1837, est emblématique de cette ouverture. Né à Mostaganem (Algérie), il se réfugie en Arabie saoudite après l’occupation de l’Algérie par la France, il y fait ses études et il y crée sa première zaouïa – une sorte de représentation de la confrérie –, observe Federico Cresti, professeur d'Histoire des pays afro-asiatiques à la faculté de sciences politiques de l'université de Catane (Italie). Mais la Senoussia a également eu des rapports très étroits avec le sud de la Tunisie, notamment avec Tozeur (sud-ouest, près de la frontière avec l’Algérie) et Gabès (sud-est), note l’universitaire Mohieddine Hadhri.

Syrte a parfois fait partie du Maghreb, mais la ville a aussi été connectée à l’Égypte, affirme l’universitaire Mohamed Hassan, auteur d’une étude intitulée Le Golfe de Syrte à travers l’Histoire durant la période intermédiaire.

L’attrait pour l’Égypte n’épargnait pas non plus l’Ouest libyen. Tout en étant naturellement proche et très connectée à son environnement maghrébin, la ville de Tripoli échangeait avec l’Égypte. L’un des partis politiques actifs à Tripoli s’appelle l’Union égypto-tripolitaine, indique l’historien Mohamed Dhifallah.

Si des changements ont eu lieu depuis, notamment «dans les équilibres et les circuits commerciaux», Saïd Bhira est convaincu que «quelque chose de l’héritage du passé est resté dans l’identité de la Libye et que c’est devenu l’une de ses caractéristiques».

L'ancien secrétaire général du ministère des Affaires étrangères souligne à ce propos que «le régime de M. Kadhafi a tenté d'exploiter les multiples affiliations de la Libye pour mener des expériences et des manœuvres en direction de l'Orient, du Grand Maghreb et de l'Afrique». Il rappelle en outre que le leader libyen s’était proclamé «roi des rois» du continent en 2009.


Israël et ses alliés ont «déjoué» l'attaque iranienne

Une photo fournie par le bureau de presse de l'armée iranienne le 19 janvier 2024 montre le lancement d'un missile lors d'un exercice militaire dans un lieu tenu secret dans le sud de l'Iran. (AFP)
Une photo fournie par le bureau de presse de l'armée iranienne le 19 janvier 2024 montre le lancement d'un missile lors d'un exercice militaire dans un lieu tenu secret dans le sud de l'Iran. (AFP)
Short Url
  • Aucun drone ni missile "n'a pénétré le territoire d'Israël" tandis que seuls quelques missiles balistiques "sont entrés et ont touché légèrement la base de Nevatim:
  • 300 projectiles ont été lancés au cours de l'attaque, dont 170 drones interceptés sans atteindre Israël

JERUSALEM: Israël et des pays alliés ont "déjoué" l'attaque iranienne contre son territoire en interceptant "99% des tirs", a déclaré dimanche le porte-parole de l'armée israélienne.

"L'attaque iranienne a été déjouée (...). Nous avons intercepté 99% des tirs vers Israël", a déclaré le contre-amiral Daniel Hagari dans une allocution télévisée, après une attaque massive menée par l'Iran au cours de laquelle ce dernier a lancé "plus de 300 drones et missiles" vers Israël.

Aucun drone ni missile "n'a pénétré le territoire d'Israël" tandis que seuls quelques missiles balistiques "sont entrés et ont touché légèrement la base de Nevatim", a-t-il poursuivi. "La base est toujours en activité et les pistes sont utilisées pour des atterrissages et des décollages."


Des jardins florissants : Cultiver et nourrir les plantes sans détruire le sol

Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Short Url
  • La base d'un jardin réussi est la santé du sol
  • Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt qu'en recourant à des engrais chimiques ou synthétiques

RIYAD : Prendre soin des plantes à la maison réduit le stress et augmente la satisfaction. Le jardinage permet aux gens de se rapprocher de la nature et d'apprécier la beauté de leur jardin.

Toutefois, il est important d'utiliser des méthodes durables pour garantir la santé des plantes et la protection de l'environnement. La préservation et l'entretien du sol sont donc très importants pour le jardinage durable.

La santé du sol est la base d'un jardin réussi. Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques.

Le compostage des déchets alimentaires, des déchets de jardin et d'autres produits organiques pour améliorer la fertilité du sol fournira des nutriments aux plantes, augmentera l'activité microbienne et renforcera la santé du sol.

« Les engrais synthétiques ne sont pas utilisés dans le Royaume. Ils sont rares. La plupart des gens utilisent des produits organiques tels que des déchets animaux mélangés à des déchets alimentaires », explique Haitham Sharbaji, un technicien agricole qui travaille à Riyad.

Sharbaji, qui exploite sa propre pépinière, explique que différentes plantes nécessitent des techniques spécifiques.

Lorsqu'on lui demande des exemples de plantes cultivées par temps chaud et sec comme en Arabie saoudite, il cite des arbres tels que le poinciana, le racosperma et le laurier-rose. Selon Sharbaji, ces espèces sont particulièrement adaptées au climat de Riyad.

Il a souligné l'importance de planter des arbres dans un sol sain.

« Tout d'abord, le sol doit être sain et adapté au type de plante que vous souhaitez faire pousser. Par exemple, il existe des types de sol pour les plantes d'intérieur et d'autres pour les plantes d'extérieur, a précisé Sharbaji.

« La lumière est également importante, car chaque plante a des besoins différents en matière d'éclairage. » 

Une autre méthode que les jardiniers peuvent utiliser pour prévenir l'épuisement du sol consiste à contrôler la rotation des plantes. La rotation des plantes cultivées dans différentes zones d'un jardin permet de réduire les maladies et les parasites et d'éviter les carences en nutriments.

En plus de changer la position de la plante, la recouvrir d'une couche de paillis organique, comme des copeaux de bois ou des feuilles, contribue à maintenir la santé du sol. Cette technique permet de capter l'humidité et de modérer la température du sol, ce qui améliore sa structure. Au fil du temps, elle enrichit le sol d'organismes bénéfiques.

Les pesticides chimiques sont un autre outil à éviter ou à réduire, car ils peuvent nuire aux insectes utiles, endommager les organismes présents dans le sol et perturber l'écosystème du jardin. Les méthodes naturelles de lutte contre les parasites, comme l'introduction d'insectes tels que les coccinelles et les chrysopes, constituent une alternative utile.

En Arabie saoudite, l'eau est une ressource précieuse pour la culture des plantes, et il est essentiel de l'utiliser efficacement. Un moyen optimal de réguler l'arrosage des plantes consiste à installer des systèmes d'irrigation au goutte-à-goutte afin de contrôler la quantité d'eau utilisée et de l'acheminer directement vers les racines.

Il faut tenir compte du climat chaud du Royaume, qui peut accélérer l'évaporation de l'eau. Par conséquent, arroser le jardin en fin d'après-midi ou le soir permet de réduire les pertes d'eau dues aux basses températures. 

« L'eau est le plus grand ennemi de la terre des plantes d'intérieur. La terre préparée pour les plantes d'intérieur n'a pas besoin de trop d'eau, car elle peut créer des champignons toxiques », explique  Sharbaji.

Il recommande d'arroser les plantes d'intérieur en fonction de la température ambiante. D'une manière générale, une personne peut arroser une plante d'intérieur tous les 15 à 20 jours, a-t-il ajouté.

L'utilisation excessive d'engrais synthétiques peut entraîner un déséquilibre des nutriments et une pollution de l'environnement. Il est préférable d'analyser régulièrement le sol pour détecter tout signe de carence en éléments nutritifs, comme la décoloration des feuilles ou des formes irrégulières.

Les engrais synthétiques peuvent être utiles, mais seulement lorsque cela est nécessaire, et ils doivent être utilisés à bon escient. Cela permet à la plante de recevoir les nutriments dont elle a besoin tout en minimisant le risque de bioamplification, c'est-à-dire l'augmentation de la concentration d'une substance dans les tissus d'organismes situés à des niveaux de plus en plus élevés de la chaîne alimentaire.

En adoptant des pratiques de jardinage durable, les gens peuvent cultiver et protéger leur jardin tout en préservant la santé du sol. Une préparation saine du sol, le paillage et les méthodes naturelles de lutte contre les parasites sont quelques exemples de jardinage sain, en gardant à l'esprit qu'un jardin prospère commence par le sol.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Irak, la Jordanie et le Liban annoncent la réouverture de leur espace aérien

Vue générale de l'aéroport international libanais de la capitale Beyrouth, le 1er novembre 2023. (Photo d'AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Vue générale de l'aéroport international libanais de la capitale Beyrouth, le 1er novembre 2023. (Photo d'AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Short Url
  • Ces trois pays avaient annoncé dans la nuit de samedi à dimanche la fermeture de l'espace aérien ainsi que l'interruption du trafic
  • Au Liban, pays voisin d'Israël, le ministre des Transports, Ali Hamie, a déclaré: «nous avons repris les vols depuis 7H00 (4H00 GMT) et nous surveillons la situation»

BAGDAD: L'Irak, le Liban et la Jordanie ont annoncé dimanche matin la réouverture de leur espace aérien, fermé depuis samedi soir en raison de l'attaque inédite lancée par l'Iran contre Israël.

Ces trois pays avaient annoncé dans la nuit de samedi à dimanche la fermeture de l'espace aérien ainsi que l'interruption du trafic.

Dans un communiqué dimanche matin l'Autorité de l'aviation civile confirme "la réouverture de l'espace aérien" aux avions qui arriveraient ou partiraient des aéroports irakiens notamment, assurant que "tous les risques pesant sur la sécurité des avions civils en Irak -- pays voisin de l'Iran -- ont été écartés."

Le Liban, pays voisin d'Israël, le ministre des Transports, Ali Hamie, a déclaré à l'AFP: "nous avons repris les vols depuis 7H00 (4H00 GMT) et nous surveillons la situation".

La Jordanie, un autre pays frontalier d'Israël, a également annoncé dans un communiqué la réouverture dimanche matin de son espace aérien.