LFI et le RN mis dans le même sac par l'exécutif, une stratégie critiquée

Pour Elisabeth Borne, LFI et le RN sont à mettre dans le même sac. (Photo, AFP)
Pour Elisabeth Borne, LFI et le RN sont à mettre dans le même sac. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 24 mai 2023

LFI et le RN mis dans le même sac par l'exécutif, une stratégie critiquée

  • Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lui refuse de choisir entre « la peste et le choléra» en cas de duel entre Jean-Luc Mélenchon (LFI) et Marine Le Pen (RN)
  • Elisabeth Borne mise sur le vote des députés de «l'arc républicain», dont elle exclut le RN et LFI

PARIS: Face au défi d'une Assemblée divisée en trois blocs, placer sur un pied d'égalité La France insoumise et le Rassemblement national est une stratégie ancienne qui permet à l'exécutif de se positionner au centre du jeu face aux "populistes", mais fait fi de leurs divergences idéologiques.

Le débat est récurrent et divise même au sein de la majorité. Il a ressurgi à l'occasion de la démission du maire de Saint-Brevin-les-pins (Loire-Atlantique), victime de violences notamment de l'extrême droite.

"Ce qui s'est produit (à Saint-Brevin) est très choquant", avait réagi la Première ministre Élisabeth Borne.

Cela "montre qu'il y a une montée d'extrémismes dans notre pays" qui vaut "des deux côtés" de l'échiquier politique, avait-elle ajouté. De quoi susciter la colère à gauche, qui organise mercredi un grand rassemblement en soutien du maire démissionnaire, et s'est montrée mécontente de se voir renvoyée "dos à dos" avec l'extrême droite.

Les violences contre les élus, ajoutées à celles observées en marge des manifestations contre la réforme des retraites, ont alimenté la thèse d'une équivalence entre les deux formations.

"Les extrêmes se rejoignent parfois dans la violence", a ainsi estimé mardi le maire de Nevers (Renaissance) Denis Thuriot.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lui refuse de choisir entre "la peste et le choléra" en cas de duel entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.

Elisabeth Borne mise sur le vote des députés de «l'arc républicain», dont elle exclut le RN et LFI

Les députés LFI "constituent eux aussi une menace pour la démocratie même si les rouages ne sont pas les mêmes", nuance un autre ministre. Le RN "a une attitude plus larvée, plus insidieuse", note une députée Renaissance.

Une stratégie qui peut s'avérer utile pour un gouvernement privé de majorité absolue à l'Assemblée, où Elisabeth Borne mise sur le vote des députés de "l'arc républicain", dont elle exclut le RN et LFI.

"C'est la vieille théorie du fer à cheval" qui fait se rapprocher les extrêmes, rappelle le politologue spécialiste de l'extrême droite Jean-Yves Camus. Le politologue Bruno Cautrès évoque à ce titre l'exemple emblématique et historique de Jacques Doriot, ancien numéro deux du Parti communiste devenu collaborationniste.

Les passerelles ne concernent cependant que quelques cas individuels. Le plus médiatisé récemment fut celui de l'élu Andrea Kotarac, passé de LFI au RN en 2019.

Pourtant les divergences abondent entre ces partis qui aspirent tous deux à un "changement radical", détaille M. Cautrès. LFI, que les spécialistes ne classent pas à l'extrême gauche mais en tant que +gauche radicale+, défend un changement "de l'ordre socioéconomique, pour réduire les inégalités" quand le RN est d'abord préoccupé "par l’immigration et l'identité nationale".

Le rapprochement supposé peut aussi s'étayer par le fait que Marine Le Pen, se positionnant sur un "créneau social", sans pour autant bouger d'un iota sur l'immigration, a laissé croire qu'elle "s'approchait du socialisme", note M. Camus.

Désormais confondue avec l'extrême droite, qui fut longtemps l'ennemie N.1 du champ politique, LFI fulmine: pour la patronnes des députés insoumis, Mathilde Panot, il s'agit de "décrédibiliser une alternative" et "détourner l'attention".

Mettre LFI dans le même sac que le RN permet au camp présidentiel de «parachever son projet politique»

Ce jeu est "extrêmement dangereux", ajoute la maire PS de Nantes Johanna Rolland. Car il participerait à une entreprise de banalisation du RN, arguent plusieurs élus de gauche comme l'eurodéputé écologiste David Cormand: "les premiers responsables c'est le gouvernement (…) ils surjouent l’aspect +regardez comme ils (au RN) sont normaux+".

Première bénéficiaire de la crise des retraites, Marine Le Pen mise effectivement sur la "normalisation" de son parti pour attirer des électeurs de tous bords, même si elle juge "ringarde" la stratégie du gouvernement.

Mettre LFI dans le même sac que le RN permet au camp présidentiel de "parachever son projet politique visant à réunir le centre gauche et le centre droit", explique M. Cautrès.

Mais pour quels résultats ? De l'aveu même d'un cadre Renaissance, "aujourd'hui on est incapable, nous, d’être au centre et d’associer un Olivier Faure (PS) avec un Aurélien Pradié (LR), parce que l’anti Macron remporte tout".

Jean-Yves Camus se dit "très sceptique sur l’idée de jouer le vote par défaut. La seule stratégie gagnante est celle qui vise à constituer l'adhésion. Pas à dire que vos adversaires sont dangereux".


Projet de loi immigration: Darmanin veut «tendre la main» aux députés LR

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a répété vouloir "tendre la main" aux députés LR à propos du projet de loi sur l'immigration (Photo d'illustration, AFP).
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a répété vouloir "tendre la main" aux députés LR à propos du projet de loi sur l'immigration (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
  • «Rien n'est joué. Je veux leur tendre la main», déclare le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans cette interview
  • Aux accusations de LR d'avoir détricoté le texte élaboré par le Sénat, il répond que «ce n'est pas exact»

PARIS: Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a répété vouloir "tendre la main" aux députés LR à propos du projet de loi sur l'immigration, qui arrive en début de semaine prochaine à l'Assemblée nationale, dans un entretien à Nice Matin daté de vendredi.

"Rien n'est joué. Je veux leur tendre la main", déclare le ministre dans cette interview.

Aux accusations de LR d'avoir détricoté le texte élaboré par le Sénat, il répond que "ce n'est pas exact". "Sur 60 articles proposés par les sénateurs, nous en avons retenu plus d'une trentaine: les restrictions au regroupement familial, la suppression de la gratuité des transports en commun pour les étrangers en situation irrégulière. Ceux qui menacent des élus perdront leur titre de séjour. Le contrôle des étudiants sera renforcé", énumère-t-il.

A propos de l'Aide médicale d'Etat, que les sénateurs voulaient remplacer par une aide médicale d'urgence, plus restrictive, Gérald Darmanin indique que ce volet "ne relève pas du Code des étrangers" et qu'une telle mesure aurait donc été censurée par le Conseil constitutionnel. "Mais ce point pourra revenir dans le débat à court terme: nous ne sommes pas fermés", ajoute-t-il.

Créée il y a plus de 20 ans, l'AME prévoit une couverture intégrale des frais médicaux et hospitaliers accordée aux étrangers en situation irrégulière présents en France depuis au moins trois mois. Elle est régulièrement prise pour cible par la droite et l'extrême droite, qui l'accusent de générer un "appel d'air" pour l'immigration clandestine et de coûter "trop cher".

Selon un rapport de l'ancien ministre PS Claude Evin et du préfet Patrick Stefanini, figure de LR, remis lundi au gouvernement, cette AME est "globalement maîtrisée", mais "mérite d'être adaptée".

"Quant au délit de séjour irrégulier, réclamé par Les Républicains, je pense que leur demande mérite qu’on y prête attention. Je rappelle que c’est la gauche qui l’a supprimé en 2012. Moi, je suis ouvert à une discussion", dit encore le ministre dans l'entretien à Nice Matin.

Le projet de loi sur l'immigration, remanié et adopté en fin de semaine dernière par la commission des Lois de l'Assemblée, a pour objectif de durcir les conditions de l'immigration légale, de faciliter les expulsions mais aussi de ménager la possibilité de régularisations pour des sans-papiers occupant des emplois dans des métiers en tension.


En voie de normalisation, Le Pen se renforce pour 2027

Pour Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop, il n'y a pas de doute: "Marine Le Pen est devenue aujourd'hui l'alternative naturelle au Macronisme" (Photo, AFP).
Pour Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop, il n'y a pas de doute: "Marine Le Pen est devenue aujourd'hui l'alternative naturelle au Macronisme" (Photo, AFP).
Short Url
  • Les Français sont désormais plus nombreux à considérer que le RN ne représente pas un danger pour la démocratie
  • Le nombre de sondés en désaccord avec les idées du parti d'extrême droite a chuté à 54%

PARIS: "Alternative naturelle au Macronisme", "époque pré-Le Pen, contexte européen favorable: études et politologues observent un RN "en voie de normalisation" qui se renforce dans la perspective de 2027.

C'est une première, les Français sont désormais plus nombreux à considérer que le RN ne représente pas un danger pour la démocratie (45%) que l'inverse (41%), révèle jeudi un sondage de l'institut Verian (ex-Kantar) publié par le journal Le Monde.

Et le nombre de sondés en désaccord avec les idées du parti d'extrême droite a chuté à 54%, soit le chiffre le plus bas depuis 1984, ajoute cette étude.

Une tendance confirmée par l'institut Elabe, dont un sondage réalisé pour Les Echos, montre que la cote de confiance de Marine Le Pen gagne 2 points à 35%, se classant en troisième position derrière le ministre de l'Education Gabriel Attal et l'ancien Premier ministre Edouard Philippe.

Pour Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop, il n'y a pas de doute: "Marine Le Pen est devenue aujourd'hui l'alternative naturelle au Macronisme", a-t-il affirmé, lors de la présentation d'une autre étude réalisée par la Fondation Jean Jaurès.

Menée auprès de 9.000 personnes et réalisée avec l'institut de sondages Ifop et le syndicat CFDT, elle décortique "la société rêvée des électeurs" du RN pour en tirer les enseignements d'ici 2027.

"En termes de positionnement et de valeurs, Marine Le Pen fait écho d'une manière extrêmement claire à ce que pensent et ce que veulent les Français", estime Antoine Bristielle de la Fondation.

Et de donner comme exemple l'immigration: "66% des Français pensent qu'il y a trop d'étrangers en France et même plus d'un électeur du PS sur deux".

Centralité

De son côté, le politologue Raphaël Llorca, est convaincu que l'on vit "dans un moment pré-Le Pen". La "centralité" actuelle de celle qui a échoué à trois reprises à la présidentielle constitue "quelque chose de nouveau".

"N'importe quel événement qui surgit dans l'actualité est systématiquement interprété et cadré comme favorisant l'extrême droite, des émeutes urbaines à la crise alimentaire en passant même par la guerre" entre Israël et le Hamas, souligne-t-il.

Sarah Proust, élue PS du 18e arrondissement et auteure de deux ouvrages sur l'extrême droite, évoque, elle, la "lame de fond" au niveau européen.

Six pays de l'UE ont des gouvernements comptant un parti d'extrême droite dans leurs rangs, auxquels pourraient s'ajouter les Pays-Bas après la récente victoire aux législatives de Geert Wilders.

Dans ces conditions, Marine Le Pen est-elle en route vers l'Elysée?

"Elle peut gagner compte tenu notamment de la nature de ses soutiens, de sa structure électorale qui est attrape-tout et qui s'apparente à celle d'un parti de gouvernement", explique M. Dabi.

Adélaïde Zulfikarpasic, directrice générale de BVA France, estime, pour sa part, que la "dédiabolisation n'est pas encore totale (et) que sa défaite est encore envisageable".

De son côte, l'étude de la Fondation Jean Jaurès confirme la demande de "rupture radicale" des électeurs du RN, mais révèle aussi leur souhait de donner la parole au peuple pour qu'il "décide directement de la loi".

A 67% ils privilégient la famille, préfèrent à 64% n'avoir qu'un seul métier pendant leur vie professionnelle.

"Le grand retour en arrière" vers ce qui a structuré la société des Trente Glorieuses, la famille, la consommation et la stabilité de l’emploi, est "une sorte de valeur refuge pour de nombreux citoyens", relève M. Bristielle, qui appelle les autres partis à en tenir compte.

"Sans cela, le +risque Le Pen+ deviendra une réalité".


Fin du procès en appel de Nicolas Sarkozy, décision le 14 février 2024

L'ancien président français Nicolas Sarkozy quitte le tribunal judiciaire après avoir été interrogé dans le procès en appel de l'affaire dite Bygmalion, qui l'a vu condamné à un an de prison, à Paris le 24 novembre 2023 (Photo de Geoffroy Van der Hasselt / AFP).
L'ancien président français Nicolas Sarkozy quitte le tribunal judiciaire après avoir été interrogé dans le procès en appel de l'affaire dite Bygmalion, qui l'a vu condamné à un an de prison, à Paris le 24 novembre 2023 (Photo de Geoffroy Van der Hasselt / AFP).
Short Url
  • Selon le ministère public, Nicolas Sarkozy «a enfreint en connaissance de cause la limitation légale des dépenses électorales», dans ce dossier dit "Bygmalion»
  • Devant la cour d'appel, Nicolas Sarkozy a, comme lors du premier procès, contesté «vigoureusement toute responsabilité pénale», dénonçant «fables» et «mensonges»

PARIS: Le procès en appel sur les dépenses excessives de la campagne présidentielle perdue de Nicolas Sarkozy en 2012 s'est achevé jeudi à Paris, et la décision a été mise en délibéré au 14 février 2024.

Le ministère public a requis un an d'emprisonnement avec sursis contre l'ancien chef de l'Etat (2007-2012), qui avait été condamné en première instance à un an d'emprisonnement ferme pour avoir dépassé le plafond légal de dépenses de sa campagne.

Selon le ministère public, Nicolas Sarkozy "a enfreint en connaissance de cause la limitation légale des dépenses électorales", dans ce dossier dit "Bygmalion", du nom de la société ayant organisé les meetings de campagne du candidat de droite.

Neuf autres personnes étaient rejugées à ses côtés depuis le 8 novembre par la cour d'appel de Paris.

Appelés à la barre, aucun des prévenus n'a souhaité faire de déclaration à la fin du procès.

Contrairement à ses coprévenus, l'ex-chef de l'Etat n'est pas mis en cause pour le système de fausses factures imaginé pour masquer l'explosion des dépenses de sa campagne qui ont atteint près de 43 millions d'euros alors que le plafond légal était de 22,5 millions.

Mais, dans son jugement, le tribunal avait souligné que l'ancien locataire de l'Elysée avait "poursuivi l'organisation de meetings" électoraux, "demandant un meeting par jour", alors même qu'il "avait été averti par écrit" du risque de dépassement légal, puis du dépassement effectif.

Devant la cour d'appel, Nicolas Sarkozy a, comme lors du premier procès, contesté "vigoureusement toute responsabilité pénale", dénonçant "fables" et "mensonges".

Son avocat, Me Vincent Desry, a plaidé vendredi sa relaxe. Selon lui, si Nicolas Sarkozy "n'était pas informé de la fraude, il ne pouvait être informé du dépassement".