Le Québec devenu l'épicentre des feux de forêt au Canada

Les gens observent la ville alors que de la fumée est visible depuis le sommet du Mont-Royal à Montréal, Québec, Canada, le 5 juin 2023. (Photo, AFP)
Les gens observent la ville alors que de la fumée est visible depuis le sommet du Mont-Royal à Montréal, Québec, Canada, le 5 juin 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 06 juin 2023

Le Québec devenu l'épicentre des feux de forêt au Canada

  • La plupart de ces feux (environ 110) dans la province de 8 millions d'habitants sont jugés hors de contrôle
  • Une centaine de pompiers français doivent arriver en renfort d'ici vendredi

MONTREAL: Environ 160 feux sont toujours actifs mardi au Québec, devenu l'épicentre d'un printemps catastrophique sur le front des incendies au Canada, causant une dégradation de la qualité de l'air par-delà les frontières.

La plupart de ces feux (environ 110) dans la province de 8 millions d'habitants sont jugés hors de contrôle.

Dans la région de Sept-Iles, près du fleuve Saint-Laurent au nord du Québec, 10 à 20 mm de pluie attendus dans la journée devraient aider les pompiers tandis que 4.400 Québécois ont pu rentrer chez eux.

"On est très, très contents de voir la pluie", a déclaré le Premier ministre de la province, François Legault.

Il y a également, plus au nord, "un immense feu qui va prendre des semaines à s'éteindre complètement donc il faut rester prudent", a-t-il souligné.

Dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue, la plus touchée, à plus de 650 km au nord de Montréal, un feu continue d'être considéré comme "inquiétant" même s'il ralentit, a ajouté M. Legault.

"On vit une situation jamais vue, sinon hors du commun, partout sur le territoire québécois", a prévenu François Bonnardel, ministre de la Sécurité publique, soulignant qu'une grande partie de ces feux sont "de cause humaine". "D'habitude, l'Ouest brûle, le Québec ne brûle pas (...) mais là, ça brûle partout", a-t-il pointé.

Des dizaines d'incendies sont toujours actifs à l'ouest du pays, touché dès début mai, notamment en Alberta (62 feux) et en Colombie-Britannique (76), mais aussi dans le centre, dans la province de la Saskatchewan (24).

La province francophone a quant à elle recensé depuis le début de l'année 424 feux, contre 200 en moyenne à la même date au cours des dix dernières années.

Une centaine de pompiers français doivent arriver en renfort d'ici vendredi.

Le Canada qui, de par sa situation géographique se réchauffe plus vite que le reste de la planète, est confronté ces dernières années à des événements météorologiques extrêmes dont l'intensité et la fréquence sont accrues par le changement climatique.

Poussée par les vents, la fumée des feux qui touchent l'est du pays a atteint Montréal et surtout la capitale Ottawa, où la mauvaise qualité de l'air présente un "risque très élevé" pour la population, selon Environnement Canada.

Les autorités d'Ottawa ont prié les habitants d'éviter les activités physiques extérieures et souligné que la situation devrait perdurer pour le reste de la semaine.

"L'odeur de la fumée est très forte... Quelques personnes portent des masques dans les rues, il faut fermer les portes et les fenêtres pour éviter que votre domicile n'ait l'odeur d'un cendrier", a confié à l'AFP Abe Bourgi, habitant de la capitale canadienne.

Le voile orange enveloppant plusieurs grandes villes canadiennes s'est propagé sur des centaines de kilomètres, traversant la frontière avec les Etats-Unis et notamment jusqu'à New York.

La célébrissime "skyline" de Manhattan était ainsi difficilement observable lundi, avec une qualité de l'air également médiocre.


Israël est un «ami» de l'Espagne, assure Sánchez tout en restant sur sa ligne

Les prises de positions de Pedro Sánchez, qui juge que la reconnaissance de l'Etat palestinien est dans "l'intérêt de l'Europe", suscitent des tensions depuis plusieurs jours avec le gouvernement Netanyahou (Photo d'illustration, AFP).
Les prises de positions de Pedro Sánchez, qui juge que la reconnaissance de l'Etat palestinien est dans "l'intérêt de l'Europe", suscitent des tensions depuis plusieurs jours avec le gouvernement Netanyahou (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
  • Israël a annoncé jeudi rappeler «pour consultations» son ambassadrice en Espagne après des propos jugés "scandaleux" du Premier ministre espagnol
  • L'Espagnol est l'une des voix les plus critiques au sein de l'UE vis-à-vis d'Israël

MADRID: Pedro Sánchez a assuré vendredi qu'Israël était "un ami de l'Espagne", au lendemain du rappel par l'Etat hébreu de son ambassadrice dans le pays après des propos jugés "scandaleux" du Premier ministre espagnol sur les opérations militaires israéliennes à Gaza.

L'Espagnol, l'une des voix les plus critiques au sein de l'UE vis-à-vis d'Israël, a toutefois maintenu son positionnement sur le conflit entre l'Etat hébreu et le Hamas qui provoque depuis plusieurs jours des tensions entre Madrid et le gouvernement de Benjamin Netanyahou.

Dans un message publié sur X (ex-Twitter), M. Sánchez indique avoir "répété qu'Israël est un allié, un ami de l'Espagne", lors d'une conversation téléphonique avec l'ex-ministre israélien de la Défense et actuel membre du cabinet de guerre, Benny Gantz.

"Une fois de plus, j'ai condamné les attentats terroristes du Hamas du 7 octobre", a poursuivi le Premier ministre espagnol, selon lequel "Israël a le droit de se défendre".

"Mais j'ai réaffirmé que l'Espagne jugeait insupportable la mort de civils à Gaza et qu'Israël devait respecter le droit international humanitaire", a-t-il conclu.

Israël a annoncé jeudi rappeler "pour consultations" son ambassadrice en Espagne après des propos jugés "scandaleux" du Premier ministre espagnol.

Ce dernier avait indiqué, à la télévision publique espagnole, avoir de "sérieux doutes" sur le respect par Israël du droit international, vu "le nombre croissant de personnes qui meurent, surtout de jeunes garçons et filles" à Gaza.

Les prises de positions de Pedro Sánchez, qui juge que la reconnaissance de l'Etat palestinien est dans "l'intérêt de l'Europe", suscitent des tensions depuis plusieurs jours avec le gouvernement Netanyahou qui l'a accusé de "soutenir le terrorisme".

La guerre entre Israël et le Hamas a été déclenchée par l'attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien. Selon Israël, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque.

En représailles, Israël, qui a juré d'"anéantir" le Hamas, a bombardé sans relâche la bande de Gaza, où son armée est entrée, avant le début d'une trêve le 24 novembre, qui a pris fin vendredi matin. Selon le gouvernement du Hamas, plus de 15.000 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza, parmi lesquelles 6.150 âgées de moins de 18 ans.


Trump peut être tenu responsable au civil pour l'assaut du Capitole, selon la justice américaine

Les plaignants au civil contre Donald Trump s'appuient selon le Washington Post sur une loi vieille de 150 ans qui interdit le recours à la force (Photo, AFP).
Les plaignants au civil contre Donald Trump s'appuient selon le Washington Post sur une loi vieille de 150 ans qui interdit le recours à la force (Photo, AFP).
Short Url
  • Donald Trump peut être tenu responsable, au civil, pour l'assaut mené par ses partisans contre le Capitole à Washington le 6 janvier 2021
  • Les plaignants au civil contre Donald Trump s'appuient selon le Washington Post sur une loi vieille de 150 ans qui interdit le recours à la force

WASHINGTON: L'ancien président américain Donald Trump peut être tenu responsable, au civil, pour l'assaut mené par ses partisans contre le Capitole à Washington le 6 janvier 2021, a décidé la justice fédérale.

Cette décision d'une cour d'appel à Washington a été rendue publique vendredi -- confirmant une information du Washington Post -- suite aux plaintes au civil en 2021 de deux policiers du Capitole, siège du Congrès, et d'une dizaine de parlementaires du Parti Démocrate.

Ce long arrêt de la justice fédérale est lui-même susceptible d'appel.

Le 6 janvier 2021 dans la capitale américaine, Donald Trump, battu à l'élection de novembre 2020 par le démocrate Joe Biden, avait tenu un discours enflammé devant ses partisans, les appelants à se « battre comme des diables » contre les résultats que les élus du Congrès devaient certifier ce jour-là.

Deux semaines avant l'investiture du président élu Biden, le 20 janvier 2021, des milliers de soutiens du président républicain avaient semé le chaos et la violence dans le Capitole.

Plus de 1.000 personnes ont depuis été arrêtées et quelque 350 d'entre elles ont été inculpées d'agression contre des agents de police ou refusé d'obtempérer lors de leur arrestation. Certains membres de milices d'extrême droite ont même été condamnés pour sédition.

Les plaignants au civil contre Donald Trump s'appuient selon le Washington Post sur une loi vieille de 150 ans qui interdit le recours à la force, aux menaces et aux intimidations pour empêcher un élu ou un fonctionnaire de remplir sa charge.

Les plaignants sont en droit de demander au milliardaire républicain des réparations pour les dommages causés le 6 janvier 2021, selon la cour d'appel du district de Columbia de Washington.

L'ancien locataire de la Maison Blanche, qui rêve d'y retourner en janvier 2025 mais qui fait face à plusieurs procédures judiciaires, assure depuis deux ans que l'élection de Joe Biden a été "pipée et volée", dénonce une "chasse". aux sorcières" et une "utilisation politique" de la justice contre lui.

Donald Trump, qui était encore président des Etats-Unis le 6 janvier 2021, a rencontré en avant son « immunité » présidentielle de l'époque.

La cour "rejette" et "répond non, au moins à ce stade de la procédure".

"Lorsqu'un président en fonction opte pour un second mandat, sa campagne pour être réélu n'est pas un geste présidentiel officiel", selon la justice.

En juillet, M. Trump avait révélé que le procureur spécial de la justice fédérale Jack Smith le visitait personnellement dans son enquête au pénal le 6 janvier.


Frontière polonaise bloquée: Pour Kiev, «la situation est catastrophique»

"La situation est catastrophique" à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne bloquée par les routiers polonais (Photo d'illustration, AFP).
"La situation est catastrophique" à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne bloquée par les routiers polonais (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
  • Les gardes-frontières ukrainiens ont fait état vendredi de quelque 2100 camions bloqués du côté polonais de la frontière
  • Elles disent notamment avoir vu leurs revenus chuter et en imputent la responsabilité à l'abandon d'un système de permis

KIEV: "La situation est catastrophique" à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne bloquée par les routiers polonais, où des milliers de camions sont coincés, a déclaré vendredi le commissaire ukrainien chargé des droits de l'Homme.

"La situation est catastrophique. Les chauffeurs ukrainiens sont dans une situation tellement désastreuse qu'ils prévoient d'entamer une grève de la faim si les choses ne s'améliorent pas!", a déclaré Dmytro Loubinets sur Telegram.

Les gardes-frontières ukrainiens ont fait état vendredi de quelque 2.100 camions bloqués du côté polonais de la frontière.

Des entreprises routières polonaises bloquent depuis début novembre plusieurs points de passage, dénonçant ce qu'ils considèrent comme la "concurrence déloyale" de leur voisin.

Elles disent notamment avoir vu leurs revenus chuter et en imputent la responsabilité à l'abandon d'un système de permis qui régissait l'entrée des compagnies de transport ukrainiennes dans l'UE.

Moins de trois semaines après le début du blocage, les pertes économiques ukrainiennes ont été estimées à "plus de 400 millions d'euros" par la fédération des employeurs ukrainiens, qui réunit environ 8.000 entreprises.

Le commissaire ukrainien aux droits humains Dmytro Loubinets a indiqué avoir contacté son homologue polonais, Marcin Wiacek, mais n'avoir pas encore reçu de réponse.

Selon M. Loubinets, les autorités de Kiev préparent "l'évacuation" de chauffeurs ukrainiens bloqués en Pologne et prévoient de leur fournir de la nourriture, de l'eau, des médicaments et du carburant. Il n'a pas donné de détails sur la façon dont seraient menées ces évacuations.

Par ailleurs, les routiers slovaques, eux aussi, ont commencé vendredi à bloquer un poste frontière avec l'Ukraine pour protester contre ce qu'ils considèrent comme une concurrence déloyale de la part de leurs homologues ukrainiens.

Une situation précaire pour l'Ukraine, qui compte beaucoup sur la route pour exporter ses productions et se ravitailler, car le transport maritime, notamment en mer Noire, a été entravé par l'invasion russe lancée depuis bientôt deux ans.

Au moins deux cycles de négociations entre Kiev, Varsovie et les camionneurs ont échoué.

Varsovie a déclaré cette semaine qu'elle procéderait à des "contrôles renforcés" des camions ukrainiens sur les routes menant à la frontière, afin d'apaiser les protestations des transporteurs.

Le co-organisateur des protestations polonaises, Rafal Mekler, est chef d'un mouvement d'extrême droite.

La Pologne a accueilli plus d'un million de réfugiés ukrainiens depuis la guerre avec la Russie. Mais les relations avec l'Ukraine se sont crispées lors des élections législatives polonaises de cet automne, lorsque le parti au pouvoir a multiplié les discours nationalistes et les prises de bec avec Kiev.