Un jeune Palestinien tué lors d’un raid israélien dans un camp de réfugiés près de Naplouse

Un jeune Palestinien tué lors d’un raid israélien dans un camp de réfugiés près de Naplouse
Short Url
Publié le Mercredi 14 juin 2023

Un jeune Palestinien tué lors d’un raid israélien dans un camp de réfugiés près de Naplouse

  • Le mouvement Fatah appelle la communauté internationale à intervenir immédiatement pour freiner l’agression menée par les forces d’occupation contre les Palestiniens
  • Selon les dernières données obtenues du service pénitentiaire israélien, mille quatre-vingt-trois Palestiniens se trouveraient en détention administrative sans procès

RAMALLAH: Un adolescent palestinien a été tué et huit personnes, parmi lesquelles un enfant, ont été blessées lorsque les forces armées israéliennes ont attaqué mardi le camp de réfugiés de Balata, près de Naplouse, selon des sources médicales palestiniennes.

Faris Hachache, 19 ans, n’était ni recherché ni ciblé par le raid, déclarent des sources locales à Arab News. Les forces israéliennes ont tiré sur une ambulance pour l’empêcher de transporter les blessés, ajoutent ces sources.

Le Fatah a pleuré la mort du jeune homme, affirmant que la poursuite des crimes israéliens contre les Palestiniens révèle sans le moindre doute la détermination du gouvernement extrémiste israélien à intensifier les hostilités. Le mouvement appelle la communauté internationale à intervenir immédiatement pour freiner l’agression menée par les forces d’occupation contre les Palestiniens et il soutient que les politiques terroristes du gouvernement israélien sont pleinement responsables de l’évolution de la situation.

Taysir Nasrallah, membre du Conseil révolutionnaire du Fatah, à Naplouse, déclare à Arab News que chaque opération menée par l’armée israélienne dans les villes et les camps de Cisjordanie fait des morts et que la plupart des victimes ne sont pas la cible des forces militaires, mais des civils innocents qui vivent dans des endroits densément peuplés comme des camps de réfugiés ou des quartiers de la vieille ville de Naplouse.

«Le jeune Hachache, qui a été tué mardi par l’armée israélienne lors de la prise d’assaut du camp de Balata, n’était pas recherché par l’armée israélienne et cette affaire ravive les tensions et les violences au moment où les incursions militaires dans des camps densément peuplés se répètent sur une base quotidienne», indique M. Nasrallah.

Rauhi Fattouh, président du Conseil national palestinien, déclare que «le bombardement des maisons des civils dans le camp de Balata et le martyre du citoyen Hachache constituent un acte terroriste et criminel». Il ajoute qu’il tient le gouvernement fasciste dirigé par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, comme pleinement responsable de ces crimes quotidiens.

Entre-temps, les responsables palestiniens ont exprimé leur profonde inquiétude au sujet d’un projet de loi soumis par Zvika Fogel, un membre de la Knesset qui représente Otzma Yehudit, un parti d’extrême droite, qui donne au ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, le pouvoir d’émettre des mandats de détention administrative contre des Palestiniens en Cisjordanie et en Israël. La détention administrative est la possibilité – controversée – de détenir des suspects sans procès ni accusations sous prétexte qu’ils pourraient planifier un crime.

Qadri Abou Bakr, le ministre palestinien des Affaires des détenus et des ex-détenus, confie à Arab News: «Nous sommes très préoccupés par l’octroi de ces pouvoirs à Ben-Gvir puisque cela doublera les détentions administratives en raison de ses positions idéologiques extrémistes contre les Palestiniens.»

Il affirme qu’il existe actuellement environ mille cent Palestiniens en détention administrative dans les prisons israéliennes – un nombre qui a doublé l’année dernière. Les procureurs israéliens fournissent aux juges militaires des dossiers secrets contenant des preuves présumées qui les autorisent à garder les Palestiniens derrière les barreaux pendant des années.

Jessica Montell, directrice exécutive de HaMoked, une organisation israélienne qui fournit une assistance juridique aux Palestiniens et qui défend leurs droits, explique à Arab News que selon les dernières données obtenues du service pénitentiaire israélien, mille quatre-vingt-trois Palestiniens se trouvent en détention administrative sans procès. Le nombre a augmenté de soixante-sept en un mois, ajoute-t-elle, et les détenus administratifs constituent désormais plus de 20% de l’ensemble des Palestiniens détenus par Israël.

«Il s’agit d’une détention massive sans procès et sans contrôle judiciaire effectif, puisque les détentions sont basées exclusivement sur des preuves secrètes», soutient-elle. «Israël doit libérer tous les détenus administratifs ou leur accorder un procès équitable.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Lourdes peines de prison pour des Bangladais arrêtés aux Emirats

Des étudiants Bangladais participent à une manifestation pour réclamer au gouvernement du Bangladesh de mettre fin à la répression des manifestants qui s'opposent à un système controversé de quotas d'attribution d'emplois, dans le centre de Rome, le 22 juillet 2024 (Fournie)
Des étudiants Bangladais participent à une manifestation pour réclamer au gouvernement du Bangladesh de mettre fin à la répression des manifestants qui s'opposent à un système controversé de quotas d'attribution d'emplois, dans le centre de Rome, le 22 juillet 2024 (Fournie)
Short Url
  • Les accusés condamnés lundi s'étaient "rassemblés et avaient incité à l'émeute dans plusieurs rues des Emirats arabes unis vendredi", a indiqué WAM, ajoutant qu'ils seraient expulsés une fois qu'ils auraient purgé leurs peines.
  • Devin Kenney, chercheur d'Amnesty International, a déclaré qu'il s'agissait du "deuxième procès de masse aux Emirats arabes unis ce mois-ci, avec des dizaines de personnes condamnées à de lourdes peines de prison, littéralement du jour au lendemain, pour

DUBAI : Les Emirats arabes unis ont prononcé des lourdes peines de prison, dont trois à vie, contre 57 Bangladais accusés d'avoir protesté contre leur gouvernement sur le territoire émirati, où les manifestations sont interdites, a rapporté lundi un média d'Etat.

L'agence de presse officielle émiratie WAM a indiqué que parmi les Bangladais arrêtés, trois ont été condamnés à la prison à vie, 53 autres à 10 ans de prison chacun et un à 11 ans.

Des manifestations ont lieu au Bangladesh pour protester contre un système de quotas pour les emplois de la fonction publique qui, selon ses critiques, profite aux partisans de la Première ministre Sheikh Hasina, qui dirige le pays depuis 15 ans.

Les marches ont dégénéré la semaine dernière en troubles qui ont fait plus de 163 morts. Plus de 500 personnes, dont certains dirigeants de l'opposition, ont été arrêtées à Dhaka depuis le début des violences, selon la police.

Les accusés condamnés lundi s'étaient "rassemblés et avaient incité à l'émeute dans plusieurs rues des Emirats arabes unis vendredi", a indiqué WAM, ajoutant qu'ils seraient expulsés une fois qu'ils auraient purgé leurs peines.

Les accusations font suite à une enquête expéditive qui a été ordonnée vendredi, et les peines ont été prononcées par un tribunal fédéral d'Abou Dhabi, selon WAM.

Les Emirats arabes unis sont une fédération de sept membres, peuplée principalement d'étrangers, dont beaucoup d'Asie du Sud, qui travaillent comme ouvriers.

Selon le ministère émirati des Affaires étrangères, les Bangladais constituent le troisième groupe d'expatriés dans le pays, après les Pakistanais et les Indiens.

L'Etat du Golfe, riche en pétrole, interdit les manifestations non autorisées ainsi que toute critique à l'encontre des dirigeants ou les discours "susceptibles de créer ou d'encourager l'agitation sociale".

La diffamation, ainsi que les insultes verbales et écrites, qu'elles soient publiées ou prononcées en privé, sont punies par la loi. Le code pénal du pays criminalise également l'offense aux Etats étrangers ou la mise en péril des liens avec eux.

Cette décision intervient moins de deux semaines  après un autre verdict lors duquel la justice des Emirats a condamné à la prison à vie 43 Emiratis pour des faits de "terrorisme", à l'issue d'un procès de masse vivement critiqué par les experts des Nations unies et les groupes de défense des droits humains.

Dix autres personnes ont été condamnées à des peines d'emprisonnement de 10 à 15 ans pour des motifs similaires.

Des critiques du gouvernement et des militants des droits humains figuraient parmi les 84 accusés traduits devant la Cour d'appel fédérale d'Abou Dhabi, dont la plupart sont en prison depuis un procès similaire contre 94 personnes en 2013.

Commentant le procès des Bangladais, Devin Kenney, chercheur d'Amnesty International, a déclaré qu'il s'agissait du "deuxième procès de masse aux Emirats arabes unis ce mois-ci, avec des dizaines de personnes condamnées à de lourdes peines de prison, littéralement du jour au lendemain, pour des accusations n'impliquant aucun élément de violence".

Dans une déclaration à l'AFP, M. Kenney a ajouté que "la réaction extrême des Emirats arabes unis à une simple manifestation publique sur le sol émirati montre que l'Etat donne une grande importance à la suppression de toute manifestation de dissidence dans le pays".


L'Irak en passe de devenir un haut lieu de transit de la drogue, avertit l'ONU

Le premier ministre irakien Mohammed Al-Sudani
Le premier ministre irakien Mohammed Al-Sudani
Short Url
  • "L'Irak connaît depuis cinq ans une augmentation spectaculaire du trafic et de la consommation de drogues", a indiqué l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans un rapport.
  • L'Irak est également en train de devenir un point de passage pour la méthamphétamine produite essentiellement en Afghanistan, à destination du Golfe et de l'Europe, selon le rapport.

BAGDADA : L'Irak risque de devenir un important point de transit de la drogue au Moyen-Orient, à la lumière des quantités record de comprimés de captagon saisies en 2023, a averti lundi l'ONU.

"L'Irak connaît depuis cinq ans une augmentation spectaculaire du trafic et de la consommation de drogues", a indiqué l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans un rapport.

Pour la seule année 2023, les autorités ont "saisi un nombre record de 24 millions de comprimés de captagon", soit l'équivalent de plus de 4,1 tonnes, pour une valeur estimée entre 84 et 144 millions de dollars, selon la même source.

"L'Irak semble être à la croisée des chemins du trafic régional de méthamphétamine et de captagon", a indiqué l'ONUDC, ajoutant que les saisies de captagon en Irak "auraient triplé entre 2022 et 2023, et les quantités globales saisies en 2023 sont 34 fois plus élevées qu'en 2019".

Amphétamine dérivée d'un traitement autrefois légal de la narcolepsie et des troubles de l'attention, le captagon fait aujourd'hui l'objet d'un commerce fleurissant dans plusieurs pays du Moyen-Orient.

La Syrie, transformée en un narco-Etat, en est le principal pays d'origine et l'Arabie saoudite de loin le plus gros marché.

En Irak, ravagé par des décennies de conflits, les autorités annoncent régulièrement d'importantes saisies de captagon, dont une grande partie traverse la frontière poreuse de 600 kilomètres avec la Syrie déchirée par la guerre.

Selon l'ONUDC, 82% du captagon saisi dans la région entre 2019 et 2023 provient de Syrie, suivie par le Liban (17%).

L'Irak est également en train de devenir un point de passage pour la méthamphétamine produite essentiellement en Afghanistan, à destination du Golfe et de l'Europe, selon le rapport.

Ce pays de 43 millions d'habitants est également confronté à une explosion de la consommation de drogue, qui s'intensifie en période de conflit.

Les gouvernements de la région ont récemment intensifié leurs efforts pour réprimer le trafic sous la pression des Etats du Golfe, qui constituent les principaux marchés du captagon.


Israël: le Forum des otages annonce la mort de deux captifs aux mains du Hamas à Gaza

Les proches des otages israéliens détenus par le groupe militant palestinien Hamas dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre manifestent à l'aéroport international Ben Gourion, près de Tel-Aviv, le 21 juillet 2024(Fournie)
Les proches des otages israéliens détenus par le groupe militant palestinien Hamas dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre manifestent à l'aéroport international Ben Gourion, près de Tel-Aviv, le 21 juillet 2024(Fournie)
Short Url
  • La mort de Yagev Buchshtab, 35 ans, et Alex Dancyg, 76 ans, est un "sévère rappel de l'urgence" à libérer les otages pour qu'ils rentrent chez eux, a déclaré l'association israélienne dans un communiqué qui ne fournit aucune information sur les circonstan
  • Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza, dont 44 sont mortes, selon l'armée.

JERUSALEM : Le Forum des otages, qui milite pour la libération des otages retenus dans la bande de Gaza, a annoncé lundi la mort de deux hommes enlevés lors de l'attaque menée le 7 octobre par le Hamas en Israël et emmenés dans le territoire palestinien.

La mort de Yagev Buchshtab, 35 ans, et Alex Dancyg, 76 ans, est un "sévère rappel de l'urgence" à libérer les otages pour qu'ils rentrent chez eux, a déclaré l'association israélienne dans un communiqué qui ne fournit aucune information sur les circonstances de leur mort.

"Leurs corps sont aux mains de l'organisation terroriste Hamas", a déclaré de son côté l'armée israélienne dans un communiqué, ajoutant que les circonstances de la mort en captivité des deux hommes allaient être examinées par les autorités compétentes.

M. Buchshtab a été enlevé à son domicile dans le kibboutz Nirim avec sa femme Rimon Buchshtab-Kirsht, laquelle a été libérée après 50 jours de captivité, selon la même source.

M. Dancyg, né de survivants de l'Holocauste, travaillait au mémorial de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem où il formait des milliers de guides, a ajouté le forum.

Les otages retenus avec lui ont indiqué que M. Dancyg passait son temps à donner des leçons d'histoire à ses compagnons de captivité, selon la même source.

"Yagev et Alex ont été capturés vivants et auraient dû retourner vivants auprès de leurs familles dans leur pays. Leur mort en captivité est le reflet tragique des conséquences de la lenteur des négociations" pour la libération des otages, a ajouté le forum en référence aux pourparlers sur le cessez-le-feu qui durent depuis des mois.

La guerre a été déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent menée dans le sud d'Israël par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza, dont 44 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive sur la bande de Gaza, qui a fait jusqu'ici 39.006 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le mouvement islamiste palestinien Hamas.