La droite tient ses «états généraux» pour se relancer face à l'exécutif

Des responsables du parti français de droite Les Républicains (LR), Eric Ciotti, Olivier Marleix et Bruno Retailleau quittent l'hôtel Matignon à Paris le 5 avril 2023. (AFP)
Des responsables du parti français de droite Les Républicains (LR), Eric Ciotti, Olivier Marleix et Bruno Retailleau quittent l'hôtel Matignon à Paris le 5 avril 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 16 juin 2023

La droite tient ses «états généraux» pour se relancer face à l'exécutif

  • Les Républicains veulent en effet asseoir leur crédibilité dans l'optique de 2027, face à un exécutif jugé insuffisant sur l'autorité et l'économie
  • L'idée d'une alliance, récurrente depuis un an, a repris de la vigueur ces dernières semaines avec les rumeurs de remaniement

PARIS: Les Républicains tiennent samedi à Paris leurs "états généraux" pour relancer la droite, toujours pas prête à une alliance avec la majorité malgré les rumeurs de remaniement.

Ce grand raout, organisé au Cirque d'hiver, vise à "faire un état des lieux lucide" de la droite, toujours affaiblie par ses défaites mais qui vise déjà 2027, a expliqué le président de LR Eric Ciotti au Parisien.

L'événement, auquel est annoncé Xavier Bertrand mais pas Laurent Wauquiez, se veut bref - discours d'Éric Ciotti puis du président du sénat Gérard Larcher le matin, avant des tables rondes l'après-midi.

Plusieurs mois de travail thématique suivront, avec un fil rouge: "redresser une France qui sombre" et redonner "de la crédibilité à la droite républicaine en la refondant totalement autour de valeurs et d’idées fortes".

Les Républicains veulent en effet asseoir leur crédibilité dans l'optique de 2027, face à un exécutif jugé insuffisant sur l'autorité et l'économie.

Ils ont pu tester cette stratégie autour de l'immigration, sujet marqueur de la droite, sur lequel ils ont déposé deux propositions de loi et se montrent intransigeants pour imposer leurs conditions à l'exécutif.

Dans cette optique, l'idée d'un accord gouvernemental séduit de moins en moins.

"C'est pas nous qui allons monter sur le Titanic", a balayé jeudi le patron des sénateurs Olivier Marleix. "Les conditions ne sont pas réunies", avait assuré la veille son homologue du Sénat Bruno Retailleau.

«Politique fiction»

L'idée d'une alliance, récurrente depuis un an, a repris de la vigueur ces dernières semaines avec les rumeurs de remaniement.

Un accord apporterait à l'exécutif les voix qui lui manquent à l'Assemblée nationale.

Mais "des débauchages individuels n'ammènent pas 40 députés", le nombre nécessaire pour atteindre la majorité absolue, tranche un député LR.

Car toute la difficulté est de trouver une personnalité assez consensuelle à droite pour entraîner l'ensemble des députés.

Gérard Larcher, qui fait figure de sage à droite, botte en touche: "je ne crois pas du tout à un accord autour d'un nom sans qu’il y ait un accord global", a-t-il affirmé à l'AFP.

Les autres noms un temps évoqués sont soit assez éloignés du coeur du réacteur, soit carrément partis de LR.

"Le banc de touche est serré", résume un membre du "cabinet fantôme" mis en place par LR, selon qui un accord pourrait vite s'avérer contre-productif sur l'aile gauche de la macronie: "s'ils passent un deal avec nous, ils en  perdent entre 15 et 23 de l'autre côté".

Pour cet élu, "la clé, c'est un Premier ministre de droite mais surtout que ce soit lui qui compose l'équipe gouvernementale" avec, pour refléter le rapport de force au parlement, environ "un quart des ministères".

"Est-ce que ce n'est pas antinomique avec la personnalité du président de la République?", s'interrroge-t-il.

L'hypothèse ne semble pas sur le tapis, d'autant que l'appel d'Eric Ciotti à Emmanuel Macorn pour qu'il reçoive les chefs de LR sur l'immigration est pour l'instant resté lettre morte.

La nomination d'un Républicain à Matignon relève d'ailleurs pour Eric Ciotti de la "politique-fiction". Un cadre de LR estime que dans ce contexte "la seule solution possible serait une dissolution". Un scenario à hauts risques, même si LR veut croire que son ancrage local lui permettrait de maintenir ses positions. "Le RN gagnerait entre 30 et 40 députés, la majorité en perdrait 30 à 40 et LR serait à peu près stable. La Nupes perdrait un peu", estime un cadre du parti. Mais on se retrouverait alors "dans une situation dégradée, qui rendrait impossible une alliance avec Macron", ajoute-t-il.

Sur ce point beaucoup semblent d'accord: plus le temps passe, plus il sera compliqué de trouver une alliance. "Quel est l'intérêt pour nous fin 2024-début 2025 de se mettre dans un gouvernement Macron?" s'interroge un député.


Fusion de l'audiovisuel public: les opposants pensent à la suite

Un manifestant tient une pancarte avec le logo de la radio française France Inter lors d'une manifestation des syndicats de Radio France, France TV, Ina et France Médias Monde contre le projet du gouvernement français de fusionner Radio France et France TV, place Colette à Paris le 23 mai 2024. (AFP)
Un manifestant tient une pancarte avec le logo de la radio française France Inter lors d'une manifestation des syndicats de Radio France, France TV, Ina et France Médias Monde contre le projet du gouvernement français de fusionner Radio France et France TV, place Colette à Paris le 23 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Une grève de 48 heures avait été votée dans les quatre entreprises concernées: France Télévisions, Radio France, l'Ina et France Médias Monde
  • Ce projet commence toutefois à soulever des doutes au sein même de la majorité présidentielle, dans son aile gauche

PARIS: Après deux jours de grève, jeudi et vendredi, les salariés de l'audiovisuel public, Radio France en tête, réfléchissent à la suite de leur mobilisation contre le projet gouvernemental de fusion, dont l'examen à l'Assemblée nationale a été repoussé.

Pour protester contre cette réforme portée par la ministre de la Culture, Rachida Dati, une grève de 48 heures avait été votée dans les quatre entreprises concernées: France Télévisions, Radio France, l'Ina et France Médias Monde (RFI, France 24), dont le sort fait cependant débat jusque dans le camp présidentiel.

Comme la veille, les antennes de Radio France ont été particulièrement perturbées vendredi. De la musique a remplacé les programmes de France Inter, franceinfo, France Culture et d'un grand nombre de locales de France Bleu.

Les perturbations étaient moins visibles à la télé. Le journal de 13h00 de France 2 a toutefois été réalisé avec des moyens limités, avec une seule caméra fixe sur le présentateur Julian Bugier.

Initialement, les députés devaient débattre de cette réforme éclair jeudi et vendredi. Mais, face à l'encombrement de l'ordre du jour, le gouvernement a décidé jeudi de reporter l'examen du texte. Il pourrait avoir lieu la semaine du 24 juin.

«Idée fixe»

Ce contretemps intervient alors que le calendrier voulu par Mme Dati était déjà très serré: une fusion de l'audiovisuel public dès le 1er janvier 2026, après une année de transition sous un régime de holding.

Au lendemain d'un rassemblement de plusieurs centaines de personnes jeudi près du ministère de la Culture, les salariés de l'audiovisuel public ont tenu une assemblée générale vendredi matin à Paris. L'affluence y était moindre, avec moins d'une centaine de personnes.

Les grévistes ont débattu de la suite de la mobilisation d'ici l'examen du texte à l'Assemblée.

"Il y a du travail à faire", a lancé Antoine Chuzeville, représentant syndical SNJ (Syndicat national des journalistes) à France Télévisions.

Il a évoqué les pistes d'un "rassemblement encore plus grand fin juin", d'une "mobilisation des auditeurs et des téléspectateurs", ou d'un travail de persuasion auprès des parlementaires.

Benoît Gaspard, délégué Sud à Radio France, a pour sa part jugé "décevante" la réunion à laquelle les syndicats ont participé jeudi au ministère.

Les membres du cabinet de Mme Dati "ne sortent pas d'une idée fixe: un texte de loi va passer", a-t-il dit. Il a rappelé "l'opposition" des syndicats à "toute forme de rapprochement de nos entreprises".

Doutes 

"Il y a encore des marges de progression: c'est à France Télévisions qu'il y a le plus de salariés, et le moins de grévistes", a toutefois noté M. Chuzeville.

La direction du groupe a assuré qu'il y avait 9,9% de grévistes vendredi (12% jeudi), tous métiers confondus.

En interne, on attribue cette faible mobilisation à une lassitude après plusieurs réorganisations récentes et au fait que la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci, est favorable à la réforme.

Ce projet commence toutefois à soulever des doutes au sein même de la majorité présidentielle, dans son aile gauche.

"Je ne suis pas convaincu par l'état actuel de la réforme", a lâché le député Renaissance et ancien ministre Clément Beaune, vendredi sur Sud Radio. "Sur un sujet comme ça, je pense qu'il ne faut pas aller trop vite".

Pour sa part, la directrice de France Inter, Adèle Van Reeth, a invité les députés à "visiter" la station. "Je suis sûre que vous repartirez convaincus de tout faire pour préserver la radio publique", a-t-elle dit sur le réseau social X.

"Chiche", lui a répondu le président des députés Renaissance, Sylvain Maillard.

Dans ce climat de turbulences pour l'audiovisuel public, la direction de Radio France a dénoncé une "opération de dénigrement" du Figaro Magazine.

Dans son édition de ce weekend, le magazine reproche à l'audiovisuel public un "manque de pluralisme" qui profite à la gauche, sur la base d'une étude de l'institut "libéral et conservateur" Thomas More.

Il s'agit "d'une étude à la méthodologie hautement questionnable, dont ni le contenu, ni le timing de publication, ne sont neutres", a protesté Radio France dans un communiqué.


Grève du contrôle aérien en France: 70% des vols annulés samedi à Paris-Orly

 L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays. (AFP)
 L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d'un accord salarial avec les contrôleurs aériens
  • Selon l'organisation syndicale Unsa-Icna, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des "sous-effectifs" qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027

PARIS: L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays, en raison de l'appel à la grève ce week-end d'un syndicat de contrôleurs aériens, en désaccord avec un accord conclu le mois dernier.

"Les opérateurs aériens doivent réduire leur programme de vols commerciaux pour la journée du 25 mai 2024 de 04H00 à 21H30 GMT de 70% (...) sur l'aéroport de Paris-Orly", selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d'un accord salarial avec les contrôleurs aériens.

"Je déplore le comportement de quelques agents au niveau local, qui refusent de reconnaître la légitimité d'un accord majoritaire et en font payer le prix aux passagers. J’en appelle à leur responsabilité", a réagi le ministre délégué aux Transports Patrice Vergriete, interrogé par l'AFP.

L'Unsa-Icna, deuxième syndicat représentatif des aiguilleurs du ciel (17% aux dernières élections professionnelles), a appelé à la grève pour réclamer des "effectifs adéquats", selon elle non garantis par l'accord signé fin avril entre la DGAC et le principal syndicat des contrôleurs, le SNCTA (60% des voix).

Selon l'organisation syndicale Unsa-Icna, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des "sous-effectifs" qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027.

Cet accord sur des mesures d'accompagnement, notamment salariales, à la refonte prévue du contrôle aérien en France avait été rejeté par l'Unsa-Icna, ainsi que par le troisième syndicat représentatif, l'Usac-CGT, qui avaient maintenu un préavis de grève pour le 25 avril.

Ce mouvement s'était traduit par l'annulation de plusieurs milliers de vols en France et en Europe.

Parallèlement à la mobilisation de l'Unsa-Icna à Orly, l'Usac-CGT a déposé un préavis de grève du 23 au 30 mai pour protester spécifiquement contre l'affaiblissement du "maillage territorial" prévu selon le syndicat par la réforme du contrôle aérien.


Le président français accueillera les ministres arabes des affaires étrangères pour des discussions sur Gaza

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à la résidence du haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, le 24 mai 2024. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à la résidence du haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, le 24 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Le président français Emmanuel Macron accueillera vendredi les ministres des Affaires étrangères de quatre États arabes
  • Accompagné de son propre chef de la diplomatie, Stéphane Sejourne, M. Macron discutera de la situation à Gaza

PARIS : Le président français Emmanuel Macron accueillera vendredi les ministres des Affaires étrangères de quatre États arabes clés pour des discussions sur la guerre à Gaza entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas, a déclaré son bureau.

Accompagné de son propre chef de la diplomatie, Stéphane Sejourne, M. Macron discutera de la situation avec Mohammed bin Abdulrahman al-Thani (Qatar), Sameh Shoukry (Égypte), Ayman Safadi (Jordanie) et Faisal bin Farhan al-Saud (Arabie saoudite), le ministre des affaires étrangères, a indiqué l'Élysée.