Des gangs de colons saccagent un village palestinien, soutenus par l’armée israélienne

Short Url
Publié le Jeudi 22 juin 2023

Des gangs de colons saccagent un village palestinien, soutenus par l’armée israélienne

  • Des centaines de colons israéliens ont pris d’assaut un village en Cisjordanie occupée, incendiant des dizaines de voitures et de maisons pour venger la mort de quatre Israéliens
  • Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a annoncé un plan de construction de mille nouveaux logements dans la colonie d’Eli à la suite du meurtre de quatre colons

RAMALLAH: L’armée israélienne déclare avoir tué trois membres d’une «cellule terroriste» lors d’une rare attaque de drone menée mercredi en Cisjordanie, au moment où la violence s’intensifie avec au moins treize Palestiniens et quatre Israéliens morts cette semaine.

Des centaines de colons israéliens ont pris d’assaut un village en Cisjordanie occupée, incendiant des dizaines de voitures et de maisons pour venger la mort de quatre Israéliens tués par deux hommes armés palestiniens la veille.

Lafi Adeeb, le maire du village, indique que douze Palestiniens ont été blessés dans l’attaque. Il ajoute que trente maisons et plus de soixante véhicules ont été endommagés et les cultures incendiées par des gangs de colons déchaînés.

Des témoins affirment que plusieurs colons ont ouvert le feu sur des Palestiniens en présence de l’armée israélienne, qui a également pris part à l’attaque, et n’a rien fait pour mettre fin à la violence.

Le Croissant-Rouge palestinien soutient que plusieurs colons ont empêché les ambulances d’atteindre le village pour venir en aide aux blessés.

Des responsables médicaux palestiniens rapportent qu’un homme – identifié comme Omar Qatin, 27 ans – a été tué par des tirs de l’armée et que deux autres personnes ont été blessées.

Des habitants indiquent que M. Qatin, père de deux jeunes enfants, travaillait comme électricien pour la municipalité locale.

Khamis Jbara, un voisin, déclare: «Il se tenait innocemment là. C’était un homme si bon. Il n’était pas en possession de projectiles. Il ne portait aucune arme et se trouvait à 800 mètres au moins de l’armée.»

M. Jbara décrit la victime comme un «homme de paix», ajoutant: «Il travaillait de 6 heures à 18 heures.»

Des sources rapportent que les colons ont mené trois cent dix attaques contre des Palestiniens et des biens palestiniens depuis mardi soir.

Le 26 février, des dizaines de colons ont attaqué les villages de Hawara, Burin et Asira al-Qibliya, au sud de Naplouse, avant d’incendier des dizaines de véhicules.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, déclare que «les attaques barbares menées par les colons contre des citoyens pacifiques, ainsi que la destruction de leurs maisons et de leurs biens, reflètent la mentalité meurtrière d’Israël».

Ouvrir la voie aux émeutes de colons sous la protection de l’armée israélienne, précise-t-il, «mène à la destruction qui sera dangereuse pour tous».

Les équipes et les véhicules de la défense civile palestinienne ont œuvré à éteindre les incendies causés par les attaques des colons dans le village.

Plus tôt dans la nuit de mardi, des colons ont attaqué le village d’Al-Laban al-Charkiyeh, incendié des récoltes, attaqué des maisons et une station-service et mis le feu à des véhicules privés.

Le mouvement Fatah du président palestinien, Mahmoud Abbas, a appelé ses cadres et la population palestinienne à se rassembler et à affronter les attaques systématiques des colons.

«Les tentatives de terroriser notre peuple en libérant des milices de colons armés seront contrées par la résistance et la confrontation», déclare-t-il dans un communiqué.

Hussein al-Cheikh, de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), appelle les Palestiniens à former des comités populaires pour protéger les propriétés civiles et lutter contre le terrorisme des colons.

Il exhorte également l’administration américaine et la communauté internationale à forcer le gouvernement et l’armée d’Israël à mettre fin aux attaques des colons.

Mustafa al-Barghouti, secrétaire général de l’Initiative nationale palestinienne (INP), déclare à Arab News que le terrorisme des colons «est une répétition de la criminalité et du terrorisme des gangs sionistes pendant la Nakba (“catastrophe”) en 1948».

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a annoncé un plan de construction de mille nouveaux logements dans la colonie d’Eli à la suite du meurtre de quatre colons. Mercredi, des colons ont commencé à construire de nouvelles maisons dans la colonie de Salayet, dans le nord de la vallée du Jourdain.

L’Égypte a appelé à l’arrêt immédiat des attaques des colons israéliens afin d’éviter que la situation sécuritaire ne devienne incontrôlable.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Abderrahmane al-Sudais dévoile le plan le plus important jamais établi par la présidence des Affaires religieuses pour la saison du Hajj

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Short Url
  • Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence
  • Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj

LA MECQUE: La présidence des Affaires religieuses de la Grande Mosquée et de la mosquée du Prophète a dévoilé jeudi son plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. 

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence. Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj. 

Dans son discours d’ouverture lors de l’inauguration du plan, qui s’est déroulée au siège de la présidence à La Mecque, le cheikh Al-Sudais a affirmé que «le plan de cette année était le plus important depuis la création de la présidence avec ses spécialisations purement religieuses». 

Il explique que ce plan est le fruit des efforts des équipes de la présidence en matière de préparation, de planification et d’étude, ainsi que des réalisations des saisons précédentes. Le plan est conçu en harmonie et en intégration avec les différentes agences opérant dans les deux Saintes Mosquées, qui collaborent et coopèrent avec la présidence pour servir les pèlerins. 

Selon lui, le plan pour la saison 2024 du Hajj se focalise sur divers moyens d’enrichissement religieux, notamment de nombreux événements et des centaines de programmes religieux englobant des leçons scientifiques et d’orientation. 

Le cheikh Al-Sudais indique que le plan de la présidence pour cette année est consacré à la promotion du bénévolat et du travail humanitaire, reconnaissant les deux Saintes Mosquées comme des environnements attrayants pour de tels efforts. Cet objectif repose sur les valeurs religieuses et saoudiennes, qui accordent une grande importance à la générosité et l’hospitalité. 

Ce plan comprend également un axe numérique qui a pour but d’améliorer l’expérience numérique religieuse présentée par les deux Saintes Mosquées, notamment en intégrant les services numériques religieux, en investissant dans la technologie et l’intelligence artificielle, et en utilisant des applications et des médias numériques. Des initiatives religieuses spécifiques seront mises en œuvre afin de parvenir à un leadership numérique et d’éliminer les barrières de l’espace et du temps grâce à ces applications. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La CIJ ordonne à Israël de stopper «immédiatement» son offensive militaire à Rafah

Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Short Url
  • La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah
  • La CIJ a demandé la «libération immédiate et inconditionnelle» des otages retenus à Gaza

LA HAYE: La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah, une décision susceptible d'ajouter à la pression internationale en faveur d'une trêve après plus de sept mois de guerre.

Israël doit "arrêter immédiatement son offensive militaire, et toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah, qui serait susceptible d'infliger au groupe des Palestiniens de Gaza des conditions d'existence capables d'entraîner sa destruction physique ou partielle", a déclaré la Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye.

La cour a aussi ordonné à Israël de maintenir le passage de Rafah ouvert pour permettre un accès "sans restriction" à l'aide humanitaire.

La juridiction a également appelé à la libération immédiate des personnes prises en otages par le Hamas lors de son attaque du 7 octobre contre Israël.

Les ordonnances de la CIJ, qui tranche les différends entre États, sont juridiquement contraignantes mais elle n'a aucun moyen de les faire respecter.

Israël avait affirmé devant la cour qu'un cessez-le-feu imposé permettrait aux combattants du Hamas de se regrouper, et rendrait impossible la libération des otages pris lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

La décision de la CIJ intervient quelques jours après une demande historique du procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Karim Khan a demandé des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son ministre de la Défense et trois dirigeants du Hamas, pour des crimes présumés commis dans la bande de Gaza et en Israël.

L'Afrique du Sud a porté l'affaire devant la CIJ en décembre, affirmant que l'offensive d'Israël à Gaza violait la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948.

La cour a ordonné en janvier à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir tout acte de génocide et permettre l'entrée de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mais Pretoria s'est de nouveau tournée à plusieurs reprises vers la CIJ, arguant que la situation humanitaire désastreuse à Gaza obligeait la cour à prendre de nouvelles mesures d'urgence.

«Niveau horrible»

Pretoria a déclaré la semaine dernière devant la CIJ que "le génocide" commis par Israël avait atteint un "niveau horrible", évoquant notamment des fosses communes, des actes de torture et un blocage de l'aide humanitaire.

Il faudra des mois, voire des années, à la cour pour statuer sur l'affaire sur le fond portée par Pretoria - qui accuse Israël de "génocide" à Gaza - mais elle peut entretemps ordonner des mesures urgentes.

Cette affaire est "complètement déconnectée" de la réalité et est une "caricature" de la Convention des Nations unies sur le génocide qu'Israël est accusé d'avoir violée, a rétorqué Israël.

"Qualifier quelque chose de génocide, encore et encore, n'en fait pas un génocide. Répéter un mensonge ne le rend pas vrai", a déclaré devant la cour Gilad Noam, procureur général adjoint chargé des affaires internationales pour Israël.

Israël a également déclaré qu'il était "extrêmement conscient" des souffrances des civils dans la bande de Gaza et qu'il avait déployé "des efforts considérables" pour accroître l'aide humanitaire.

Le président américain Joe Biden a déclaré cette semaine que "ce qui se passe n’est pas un génocide".

La guerre fait rage entre Israël et le Hamas depuis une attaque sans précédent lancée le 7 octobre 2023 par des commandos du mouvement islamiste palestinien infiltrés de la bande de Gaza voisine dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes, selon l'armée.

La vaste offensive lancée en riposte par Israël a ravagé la bande de Gaza, où au moins 35.800 personnes ont été tuées, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement du territoire palestinien dirigé par le Hamas.


L'armée israélienne annonce avoir récupéré les corps de trois otages dans la bande de Gaza

Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Short Url
  • «Sur la base des renseignements recoupés en notre possession», tous trois «ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre», a dit l'armée
  • Les trois corps ont été ramenés en Israël

JERUSALEM: L'armée israélienne a annoncé vendredi avoir récupéré les corps de trois otages retenus dans la bande de Gaza depuis l'attaque du mouvement islamiste Hamas sur le sol israélien le 7 octobre qui a déclenché la guerre dans le territoire palestinien.

"Les corps des otages (Chanan) Yablonka (Israélien, NDLR), Michel Nisenbaum (Israélo-Brésilien, NDLR), et Orion Hernandez (Radoux, Franco-Mexicain, NDLR) ont été récupérés dans la nuit lors d'une opération conjointe" de l'armée et de services de renseignements israéliens à Jabalia, dans le nord du territoire, a indiqué l'armée dans un communiqué.

"Sur la base des renseignements recoupés en notre possession", tous trois "ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre" et leurs corps ont ensuite été pris par des hommes du Hamas et emmenés jusqu'à Gaza, ajoute l'armée. Les trois corps ont été ramenés en Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé son "profond chagrin" après cette annonce. Le gouvernement a "l’obligation nationale et morale de faire tout (son) possible pour ramener (les) otages – ceux qui sont vivants et ceux qui sont décédés", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Quarante-troisième victime française du 7 octobre, Orion Hernandez Radoux, 32 ans, assistait au festival de musique Nova, dans le sud d'Israël, lorsque les combattants du Hamas ont attaqué.

Il était avec son amie Shani Louk, une Germano-Israélienne de 22 ans qui était ensuite apparue dans une vidéo sur les réseaux sociaux, allongée sur le ventre, apparemment inconsciente et à moitié dénudée, à l'arrière d'un pick-up dans la bande de Gaza. L'armée israélienne a annoncé le 17 mai avoir rapatrié son corps.

Le président français Emmanuel Macron a exprimé son "immense tristesse" après l'annonce du décès d'Orion Hernandez Radoux. "La France reste plus que jamais engagée pour la libération de tous les otages", a-t-il écrit sur X alors que deux otages français restent captifs à Gaza.

Fan de sport et de musique, Chanan Yablonka avait également été enlevé lors du festival. Divorcé et père de deux enfants, selon sa soeur Avivit, il avait décidé à la dernière minute de se rendre au festival avec quatre amis.

«Immense tristesse»

Sa soeur Avivit Yablonka a déclaré à l'AFP que lui et ses amis avaient tenté de s'enfuir en voiture. Les corps de ses quatre amis, dont celui de l'ancien footballeur international israélien Lior Assouline, ont été retrouvés et identifiés près du véhicule.

Mardi, Mme Yablonka avait confié à l'AFP "craindre une mauvaise nouvelle" à propos de son frère après l'annonce du rapatriement de plusieurs corps d'autres otages la semaine précédente.

Le matin du 7 octobre, Michel Nisenbaum (59 ans), habitant de Sderot, ville à la lisière de la bande de Gaza, était parti en voiture chercher sa petite-fille – dont le père est militaire – à la base militaire de Réïm. Il n'avait plus donné de nouvelles depuis. Il était au téléphone avec des membres de sa famille quand la ligne a été coupée. Par la suite, une voix parlant arabe avait répondu à un appel de l'une de ses filles.

De nationalité israélienne et brésilienne, Michel Nisenbaum est né à Niteroi, près de Rio de Janeiro, avant d'émigrer en Israël à l'âge de 12 ans. Il est divorcé et père de deux filles mariées.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a fait part sur X de "son immense tristesse". "Nous resterons engagés dans les efforts pour libérer tous les otages, et pour parvenir à un cessez-le-feu et à la paix pour les peuples d'Israël et de Palestine", écrit-il encore.

L'attaque du Hamas a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes du côté israélien, en majorité des civils tués le 7 octobre, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens. Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l’armée israélienne.

En représailles à l'attaque du 7 octobre, Israël a lancé une opération militaire qui a fait jusqu'ici 35.800 morts à Gaza, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.