Mort de Nahel, émeutes: hystérisation de la classe politique et règlement de comptes

Des piétons sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris, le 2 juillet 2023, un jour après que des manifestants soient descendus dans la rue et aient affronté la police sur cette avenur mythique auprès des touristes lors d'une manifestation contre l'assassinat par la police de Nahel, 17 ans.
Des piétons sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris, le 2 juillet 2023, un jour après que des manifestants soient descendus dans la rue et aient affronté la police sur cette avenur mythique auprès des touristes lors d'une manifestation contre l'assassinat par la police de Nahel, 17 ans.
Short Url
Publié le Lundi 03 juillet 2023

Mort de Nahel, émeutes: hystérisation de la classe politique et règlement de comptes

  • Emmanuel Macron n’ignore pas que les banlieues constituent un sujet ultrasensible; elles l’étaient avant qu’il devienne président, certes, mais il a lui aussi délaissé ce dossier
  • Des pans entiers de la France et de la société française sont oubliés et occultés depuis des décennies et ils retomberont dans l’oubli dès que sera amorcé le retour au calme

PARIS: «Inadmissible», «inexplicable», «inexcusable»… Ces mots reviennent en boucle dans la bouche des différents responsables depuis la mort du jeune Nahel (17 ans), qui a plongé la France dans une nouvelle vague de violence incontrôlable. Si les termes utilisés pour qualifier les responsables des affrontements, de la casse, des pillages et des blessés tombés par centaines sont les mêmes, ils ne désignent pas pour autant le même coupable.

«Inexplicable» et «inadmissible» sont des qualificatifs attribués aux uns et aux autres selon la place de chaque responsable sur l’échiquier politique français. Le chef de l’État et le gouvernement, à peine sortis de la crise de la réforme des retraites, ont pris en pleine figure ce basculement dans les banlieues. La gravité des faits leur impose une grande prudence et suscite même une vive inquiétude.

Emmanuel Macron n’ignore pas que les banlieues constituent un sujet ultrasensible; elles l’étaient avant qu’il devienne président, certes, mais il a lui aussi délaissé ce dossier.

En 2017, le président a chargé l’ancien ministre Jean-Louis Borloo d’élaborer un plan afin de «faire revenir la république dans les banlieues» et de «remédier au repli identitaire et communautaire».

La situation est si tendue qu’elle a semé le trouble jusqu’au sommet de l’État. Ainsi, Emmanuel Macron a dû écourter sa participation à un sommet européen à Bruxelles puis annuler une visite officielle en Allemagne.

Un an plus tard, et à la suite des consultations fournies, le plan Borloo, qualifié de «plan Marshall pour les banlieues», est remis en grande pompe à l’occasion d’une cérémonie à l’Élysée. Pourtant, sitôt né, sitôt enterré, ce plan est estimé trop onéreux et peu innovant.

Depuis, le discours gouvernemental privilégiait une approche globale de la situation des banlieues sans faire la moindre différence avec le reste du territoire français. Pourtant, cette distinction est bien réelle; la mort du jeune Nahel et ses répercussions en sont la preuve. Face à ce retour de flamme, le président et le gouvernement devaient parer au plus urgent, agir de façon à ménager la vague d’émotion qui submerge le pays, sans donner le sentiment de fustiger les forces de l’ordre.

Ils devaient doser et trouver un équilibre difficile entre l’émotion face à la mort du jeune homme et le maintien de l’ordre; il leur fallait concilier la fermeté et l’apaisement et, surtout, éviter coûte que coûte une maladresse susceptible d’envenimer la situation.

Hystérisation de la situation par la classe politique

La situation est si tendue qu’elle a semé le trouble jusqu’au sommet de l’État. Ainsi, Emmanuel Macron a dû écourter sa participation à un sommet européen à Bruxelles puis annuler une visite officielle en Allemagne pour rester au chevet de son pays. Cela n’a pas permis d’éviter une hystérisation de la situation par la classe politique, toutes tendances confondues.

En effet, dès l’annonce de la mort de Nahel, cette classe politique – y compris parmi les élus du parti présidentiel – s’est lancée dans un règlement de compte à coups de déclarations et de Tweets assassins.

Ils se sont invectivés, interpellés et même insultés dans le but de marquer un point, faisant preuve d’un déni presque total de la gravité de la situation.

S’adressant à la gauche, le député Renaissance (le parti présidentiel) Mathieu Lefèvre a lancé: «La mort d’un jeune homme est évidemment un drame», mais «où sont les condamnations des refus d’obtempérer par la Nupes [groupement des partis de gauche] qui, toutes les quelques minutes, mettent en péril la vie de nos forces de l’ordre et de nos citoyens?»

La riposte a été fulgurante de la part de La France insoumise (LFI, extrême gauche): «Vous êtes à vomir», ont répondu plusieurs de ses élus, dont le député de la Seine-Saint-Denis, Thomas Portes, qui a qualifié le «macronisme» de «déchéance morale». Il faut dire que la réaction du leader de LFI, Jean-Luc Mélenchon, et de ses acolytes avait eu de quoi susciter la perplexité: ils s’en étaient pris frontalement aux forces de l’ordre. «Les chiens de garde nous ordonnent d’appeler au calme. Nous appelons à la justice», a indiqué Mélenchon dans un Tweet.

Le député LFI David Guiraud lui emboîte le pas: «Ce sont les policiers qui doivent se calmer. Moi, je n’appelle pas au calme, j’appelle à la justice», a-t-il affirmé.

Autre son de cloche pour le leader de Reconquête! (extrême droite), Éric Zemmour: les émeutes ne sont que le fait «de populations qui ne veulent pas s’acclimater à nos mœurs et à nos coutumes».

Entre-temps, la droite et l’extrême droite ont critiqué le «manque de fermeté» du gouvernement face aux émeutiers et ont apporté leur soutien aux forces de l’ordre sans un mot pour la famille de Nahel.

Le président du Rassemblement national (RN, extrême droite), Jordan Bardella, lui, a tiré à boulets rouges sur l’extrême gauche «systématiquement dans la roue des délinquants, des criminels, des islamistes et de tous ceux qui veulent détruire la république», selon lui.

La réplique n’a pas tardé de la part du député LFI Antoine Léaument, qui a accusé Bardella de se mettre «du côté de la violence et de l’absence des règles et des lois».

De son côté, le Parti socialiste (PS) cherche maladroitement à se démarquer de LFI, son encombrant allié, en affirmant l’attachement du parti à «l’État de droit».

La révolte des banlieues «est une forme d’intégration négative, un rituel initiatique» et le combat contre la police «tient lieu d’une révolte impossible contre un père absent ou inexistant», affirme Pascal Bruckner.

Le sénateur PS Rachid Temal est allé jusqu’à déclarer publiquement que le dirigeant de La France Insoumise avait tenu «des propos déconnectés de la réalité», alors que d’autres socialistes l’ont accusé de donner le sentiment «que les gens de banlieue cautionnent la violence, ce qui est faux».

Au milieu de cette cacophonie, il est difficile de ne pas ressentir l’impression de déjà-vu: une bavure policière qui a causé la mort d’un jeune homme, des émeutes dans les banlieues et les grandes villes françaises, des affrontements entre les forces de l’ordre et des  jeunes en colère, des voitures calcinées, des institutions publiques et des commerces saccagés, des blessés par centaines et des arrestations par milliers.

Il ne s’agit surtout pas de banaliser l’impact de ces événements; le sentiment de répétition accentue leur gravité et mène à un constat implacable.

Depuis les émeutes qui ont mis la France à feu et à sang en 2005 après la mort de deux jeunes, Zyed et Bouna, les banlieues françaises, avec leurs millions de jeunes et de laissés-pour-compte, ont toujours fait face à d’importantes difficultés.

Des pans entiers de la France et de la société française sont oubliés et occultés depuis des décennies et ils retomberont dans l’oubli dès que sera amorcé le retour au calme.

Nahel a été inhumé dans la plus stricte intimité à la demande de sa famille. Sa grand-mère a appelé au retour au calme et à l’arrêt des hostilités. Si cette requête est entendue, les banlieues pourront renouer progressivement avec leur rythme habituel et retomber dans l’oubli… jusqu’à la prochaine étincelle qui viendra tout bousculer.

Peut-être n’est-il pas inutile qu’un philosophe tel que Pascal Bruckner nous aide à saisir la nature du malaise des banlieues et de leur débordement répétitif. Dans une interview au journal Le Figaro, il souligne que la révolte des banlieues «est une forme d’intégration négative, un rituel initiatique» et que le combat contre la police «tient lieu d’une révolte impossible contre un père absent ou inexistant». Il revient donc au père – qui n’est autre que la république – de prendre à bras le corps les appels incessants qui lui sont adressés par ses enfants délaissés.


Européennes de juin : l'extrême droite française, en tête des sondages, lance sa campagne

Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, tient une conférence de presse sur les élections européennes de 2024, à Paris, le 29 février 2024. (Photo Stephane De Sakutin AFP)
Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, tient une conférence de presse sur les élections européennes de 2024, à Paris, le 29 février 2024. (Photo Stephane De Sakutin AFP)
Short Url
  • En moins de cinq ans, Jordan Bardella, président du RN depuis 2021 alors que Marine Le Pen se tient en réserve pour une candidature à la prochaine élection présidentielle, s'est imposé dans un paysage politique en plein renouvellement
  • Arrivé en tête (23,34%), il a ensuite méthodiquement investi le paysage politique et médiatique, porté par un talent de débatteur et une télégénie certaine

PARIS : A cent jour des élections européennes, le parti d'extrême droite Rassemblement national (RN) est donné largement favori en France, emmené par sa jeune tête de liste, Jordan Bardella.

A 28 ans, il va donner dimanche le coup d'envoi de sa campagne, par un premier meeting géant à Marseille (sud), pour tenter d'asseoir une dynamique que rien ne semble pour l'instant pouvoir enrayer.

Jusqu'ici, le RN s'impose inlassablement en tête de tous les sondages sur les intentions de vote - 30% selon une étude BVA Xsight pour la radio RTL paru mercredi.

En moins de cinq ans, Jordan Bardella, président du RN depuis 2021 alors que Marine Le Pen se tient en réserve pour une candidature à la prochaine élection présidentielle, s'est imposé dans un paysage politique en plein renouvellement.

Dimanche à Marseille, dans une salle où plus de six mille personnes sont attendues, il aura droit à un honneur inédit: une prise de parole en dernier, après Marine Le Pen.

Tout un symbole, cinq ans après une première candidature en tant que tête de liste du RN pour les Européennes, où il était apparu davantage comme un prête-nom, voire une caution jeune pour la patronne de l'extrême droite française.

Arrivé en tête (23,34%), il a ensuite méthodiquement investi le paysage politique et médiatique, porté par un talent de débatteur et une télégénie certaine. En 2022, lors de la troisième candidature à l'Elysée de Marine Le Pen, il était l'un de ses porte-parole les plus dévoués.

Le scrutin européen du 9 juin doit parachever cette ascension fulgurante, avec une double condition: «arriver en tête et avec un score supérieur à celui de 2019» (23,34%), résume l'un de ses proches.

Une ambition que les sondeurs et les experts jugent tous raisonnable.

Mais les stratèges du parti de Marine Le Pen s'autorisent en privé à viser la barre des 30% et espèrent surclasser d'au moins dix points le parti du président Macron, avec lequel ils avaient fait jeu quasi-égal en 2019.

En assumant de «nationaliser» le scrutin pour en faire des «élections de mi-mandat» contre l'exécutif et la majorité, ces européennes doivent être le marche-pied à une quatrième candidature de Marine Le Pen à l'élection présidentielle dans trois ans.

Selon l'institut de sondages BVA, un tiers des Français entend utiliser son bulletin de vote aux Européennes pour «exprimer (son) opposition à la politique actuelle».

Mais certains s'inquiètent d'un statut de favori qui pourrait démobiliser l'électorat - un talon d'Achille historique du RN, qui l'avait notamment empêché de remporter la moindre région aux élections régionales de 2021, au mépris des pronostics.


Corse: heurts entre indépendantistes et forces de l'ordre, deux ans après l'agression d'Yvan Colonna

Des manifestations pour les droits du peuple corse et marquant le deuxième anniversaire de la mort d'Yvan Colonna à Bastia le 2 mars 2024 sur l'île méditerranéenne française de Corse (Photo, AFP).
Des manifestations pour les droits du peuple corse et marquant le deuxième anniversaire de la mort d'Yvan Colonna à Bastia le 2 mars 2024 sur l'île méditerranéenne française de Corse (Photo, AFP).
Short Url
  • La manifestation a réuni 650 personnes, selon la préfecture de Haute-Corse
  • Ce rassemblement est intervenu au deuxième anniversaire de l'agression d'Yvan Colonna au sein du centre de détention d'Arles

BASTIA: Des affrontements ont éclaté en Corse samedi après-midi entre une dizaine de personnes encagoulées et les forces de l'ordre, en marge d'une manifestation à Bastia à l'appel de mouvements indépendantistes, deux ans après l'agression mortelle du militant indépendantiste Yvan Colonna dans sa cellule.

La manifestation a réuni 650 personnes, selon la préfecture de Haute-Corse.

Des jeunes hommes, vêtus de tenue de peintre en bâtiment ou encagoulés, ont lancé plusieurs cocktails Molotov sur les forces de l'ordre, positionnées en nombre à proximité de la préfecture de Haute-Corse, dans le centre-ville de Bastia.

Les forces de l'ordre ont répliqué avec des grenades lacrymogènes, au cours d'incidents qui ont duré environ deux heures dans deux rues adjacentes à la préfecture.

L'un des manifestants a été pris en charge par les pompiers et transporté au centre hospitalier de Bastia, pour des brûlures au second degré, selon le service d'incendie et de secours de la Haute-Corse.

La manifestation, partie du palais de justice, a été organisée à l'appel du collectif Patriotti et de l'Associu Sulidarità, qui milite pour les "prisonniers politiques corses", ou encore du parti indépendantiste Nazione, qui compte une élue à l'assemblée de Corse.

"Basta à a ripressione" (NDLR: stop à la répression) et "Per i diritti di u populu corsu" (NDLR:  pour les droits du peuple Corse) étaient les deux mots d'ordre de la manifestation.

Ce rassemblement est intervenu au deuxième anniversaire de l'agression d'Yvan Colonna au sein du centre de détention d'Arles (Bouches-du-Rhône), où il purgeait une peine pour son rôle dans l'assassinat du préfet Claude Erignac en 1998 à Ajaccio. Le militant indépendantiste était décédé 20 jours plus tard, un événement qui avait provoqué des violences en Corse.

Lors d'une prise de parole, devant la préfecture, Jean-Philippe Antolini, porte-parole du mouvement Nazione, a demandé "la fin des arrestations arbitraires stigmatisant les militants indépendantistes", mais aussi "la reconnaissance du peuple corse sur sa terre": "Sur cette terre, il n'y a qu'un seul peuple, c'est le peuple corse."

Le discours a également dénoncé "l'Etat français assassin, responsable de la mort d'Yvan Colonna."

Une banderole brandie par plusieurs jeunes manifestants a également visé les élus corses qui participent au processus de Beauvau, le ministère de l'Intérieur, sur une éventuelle autonomie pour l'île: "Nous avons mangé des lacrymos, pour vous voir vous gaver à Beauvau."

Lors d'un dîner lundi, une délégation d'élus corse et Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, s'étaient mis d'accord sur cinq propositions pour avancer vers une autonomie de la Corse, dans le cadre de discussions entamées depuis deux ans. Le prochain point d'étape aura lieu mi-mars, dans un format similaire.


Guerre à Gaza: Darmanin demande aux préfets de renforcer la protection de la communauté juive

Darmanin appelle les préfets à mobiliser «les services de renseignement sur l'évaluation des menaces pour l'ordre public» (Photo, AFP).
Darmanin appelle les préfets à mobiliser «les services de renseignement sur l'évaluation des menaces pour l'ordre public» (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre demande aux préfets qu'une «vigilance renforcée» soit assurée par les forces de l'ordre, en coordination avec les miliaires de l'opération Sentinelle
  • Il réclame aussi une «présence systématique des forces de sécurité intérieure aux abords des écoles lors des entrées et sorties des élèves»

PARIS: Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets de renforcer les mesures de protection de la communauté juive, notamment autour des écoles et lieux de cultes, après les événements des derniers jours à Gaza, selon une note consultée par l'AFP samedi.

"Compte tenu du niveau élevé de la menace terroriste qui continue de peser sur notre pays et des tensions au Proche-Orient qui ont connu une brutale augmentation ces derniers jours (...) je vous demande de bien vouloir procéder à un renforcement immédiat des mesures de sécurité concernant les sites de la communauté juive", "en particulier en ce qui concerne les écoles" est-il écrit dans ce télégramme, daté de vendredi.

Le ministre demande aux préfets qu'une "vigilance renforcée" soit assurée par les forces de l'ordre", en coordination avec les miliaires de l'opération Sentinelle, par une présence statique, visible et systématique aux heures d'arrivée et de départ des fidèles, lors des rassemblements et offices".

Il réclame aussi une "présence systématique des forces de sécurité intérieure aux abords des écoles lors des entrées et sorties des élèves".

M. Darmanin appelle enfin les préfets à mobiliser "les services de renseignement sur l'évaluation des menaces pour l'ordre public" et de porter une "attention particulière aux éventuelles manifestations à venir".

Jeudi, une distribution d'aide humanitaire à Gaza a tourné au drame après des tirs israéliens et une bousculade qui ont fait 115 morts, selon le mouvement islamiste palestinien Hamas.

La communauté internationale a réclamé une enquête et un cessez-le-feu immédiat dans la guerre déclenchée par l'attaque sanglante menée le 7 octobre dans le sud d'Israël par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza.

Samedi, l'armée israélienne a poursuivi ses frappes contre la bande de Gaza, qui ont fait au moins 92 morts ces dernières vingt-quatre heures, selon le ministère de la Santé du Hamas.