Des coulisses à la scène, l'art minutieux des perruquiers d'opéra

Une visiteuse observe des objets de l'atelier de perruques du théâtre Capitole, au Couvent des Jacobins à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 29 juin 2023. (Photo, AFP)
Une visiteuse observe des objets de l'atelier de perruques du théâtre Capitole, au Couvent des Jacobins à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 29 juin 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 05 juillet 2023

Des coulisses à la scène, l'art minutieux des perruquiers d'opéra

  • Un opéra, selon le nombre de solistes et de chanteurs composant le choeur, «ça peut être 80 perruques», toutes aux mesures de chaque artiste
  • Assises à une grande table, une dizaine de perruquières s'activent, éclairées par des lampes loupes et penchées sur d'autres têtes, en bois, recouvertes de bonnets en tulle fin

TOULOUSE: Cheveux implantés un à un, mis en plis, crêpés, frisés... sous les doigts agiles des "petites mains" de l'atelier du Capitole à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, naissent les coiffes des spectacles de cet opéra national, l'un des rares à fabriquer ses propres perruques.

"Tout se prépare un an à l'avance. Le costumier choisit style, couleurs, coiffage, nous transmet les maquettes (...) Il faut quatre à cinq jours, voire dix pour fabriquer une perruque", précise à l'AFP Thierry Le Gall, 59 ans, l'un des assistants de l'atelier.

Un opéra, selon le nombre de solistes et de chanteurs composant le choeur, "ça peut être 80 perruques", toutes aux mesures de chaque artiste, souligne-t-il.

Posées sur des têtes en polystyrène et alignées sur une étagère, les perruques bouclées des "Pêcheurs de perles" de Bizet, et certaines à longues tresses du "Boris Godounov" de Moussorgski, sont fin prêtes pour la prochaine saison qui démarre à l'automne.

Assises à une grande table, une dizaine de perruquières s'activent, éclairées par des lampes loupes et penchées sur d'autres têtes, en bois, recouvertes de bonnets en tulle fin.

Des heures de travail

"Je passe un crochet dans le tulle, attrape le cheveu, le noue avec le crochet, puis tire. Toute l'implantation de la perruque se fait comme ça", explique l'une d'elles, Tania Kuczowicz, 36 ans.

Les cheveux, naturels car de meilleur rendu que les fibres synthétiques, ont été préparés à l'avance dans des cardes en métal, d'où elle peut ainsi les extraire "sans risquer de tout emmêler".

Une flèche indique le sens. "Il faut implanter par la racine, pas par la pointe, sinon la perruque sera impossible à coiffer, bonne à jeter", précise Vanessa Marchione, 52 ans, cheffe de cet atelier de neuf permanents, dont une majorité de femmes, auxquels s'ajoutent apprentis et intermittents.

C'est elle qui gère les commandes. Importés surtout d'Asie et d'Europe de l'Est, les cheveux, du brun profond au blond le plus clair, arrivent lavés, coupés, voire teintés en bleu, violet, rouge flamboyant, etc.

"Selon les longueurs, le prix oscille entre 2.300 et 3.000 euros le kilo (...) Il faut à peu près 100 grammes pour une perruque", ajoute Vanessa Marchione, "3e génération de perruquiers", dans les pas de ses parents qui dirigeaient l'atelier avant elle, et de son grand-père italien immigré de Naples à Marseille.

Avec Paris et Strasbourg, l'opéra de Toulouse est l'un des seuls à fabriquer encore ses perruques, les autres théâtres faisant appel à des artisans extérieurs.

"Une fois le spectacle terminé, tout est gardé. Le cheveu est imputrescible, ne s'altère pas avec le temps. On a un stock d'environ 5.000 perruques qu'on peut réutiliser pour de nouvelles représentations, ou adapter pour d'autres opéras ou ballets", précise Thierry Le Gall.

Du poil de yack, plus épais et qui permet donc du volume, sera préféré pour les grandes perruques de style XVIIIe.

Perruques et maquillage

Dans l'atelier, niché au 4e étage du Capitole, sont aussi conçus barbes, moustaches, masques ou bijoux ornant les chevelures, mais aussi le maquillage des chanteurs et danseurs.

S'ils n'apparaissent jamais sous les feux de la rampe, les artistes de l'atelier sont présents à chaque représentation: en coulisses, ils rectifient une mèche, ajustent un ruban, rattrapent un rouge à lèvre.

Leur travail est présenté jusqu'au 24 septembre dans l'exposition "La fabrique de l'opéra" au Couvent des Jacobins, en plein coeur de Toulouse, ainsi que de magnifiques costumes, décors et maquettes conçus dans les autres ateliers du Capitole, tel l'escalier monumental de "La Chevauchée des Walkyries" de Wagner.

Parmi 150 pièces, sorties de la caverne d'Ali Baba que sont les réserves du théâtre, figurent aussi les diadèmes scintillants des ballets "Casse-Noisette" et "Giselle", ou les extravagantes perruques d'"Un ballo in maschera" (Un bal masqué) de Verdi, imaginées par le couturier Christian Lacroix.

La conservatrice des Jacobins, Marie Bonnabel, a eu à coeur de "mettre à l'honneur tout le travail des petites mains qui est derrière cette fabrication très minutieuse".

"Cette perfection, ce sont des heures et des heures de travail pour quelques minutes sur scène, souligne-t-elle. C'est très représentatif de l'opéra: quelque chose de fugace, mais qui fait toute la magie du spectacle!"


Sofia Boutella éblouit lors de la projection de "Rebel Moon" à Londres

Sofia Boutella portait un costume noir de la créatrice de mode britannique Stella Mcartney. (Getty Images)
Sofia Boutella portait un costume noir de la créatrice de mode britannique Stella Mcartney. (Getty Images)
Short Url
  • French-Algerian actress Sofia Boutella turned heads at the UK premiere of her film “Rebel Moon — Part 2: The Scargiver” in London this week.
  • Sofia Boutella est connue pour sa performance remarquée dans le film Star Trek Beyond, nommé aux Oscars

DUBAI: DUBAI : L'actrice franco-algérienne Sofia Boutella a fait tourner les têtes lors de la première britannique de son film "Rebel Moon - Part 2 : The Scargiver" à Londres cette semaine

Mme Boutella portait un costume noir de la créatrice de mode britannique Stella McCartney, avec un blazer en satin et un pantalon droit à taille basse. Elle a coiffé ses cheveux courts et foncés en vagues lâches, complétées par un maquillage dramatique en forme d'œil de chat.

Dans cette aventure de science-fiction - suite de "Rebel Moon - 1ere Partie : A Child of Fire" de l'année dernière - qui a débuté sur Netflix le 19 avril, une colonie pacifique aux confins d'une galaxie se trouve menacée par les armées d'une force dirigeante tyrannique.

Kora, interprétée par Boutella, a rassemblé un petit groupe de guerriers - des marginaux, des insurgés, des paysans et des orphelins de guerre de différents mondes qui partagent un besoin commun de rédemption et de vengeance, et qui doivent s'unir pour combattre le Motherworld.

Snyder a déjà parlé de ce space opera épique en deux parties lors de l'événement mondial Tudum de Netflix au Brésil, où il a présenté les coulisses de la réalisation du film, basé sur un concept qu'il a développé depuis l'université.

"Je travaille sur cette histoire depuis un certain temps", a déclaré Snyder sur scène, selon Deadline. "Il s'agit d'un groupe de fermiers aux confins de la galaxie qui reçoivent la visite des armées du Motherworld, qui sont les méchants. Les fermiers doivent décider de se battre ou de se soumettre".

Il poursuit : "Je ne veux pas tout dévoiler, mais s'ils avaient décidé de se battre, disons que c'était une option, ils auraient dû voyager à travers la galaxie pour trouver des guerriers pour se battre avec eux. Nous avons donc beaucoup voyagé".

Kora n'est pas le premier rôle de Boutella, née à Alger, en tant qu'extraterrestre maniant l'épée. L'actrice, qui, à l'âge de 10 ans, s'est réfugiée à Paris avec sa famille pendant la guerre civile algérienne, est connue pour sa performance remarquée dans le film Star Trek Beyond, nommé aux Oscars, dans lequel elle incarnait la féroce guerrière extraterrestre Jaylah.

https://www.instagram.com/sofisia7?igsh=MTVhcGt4eDd0cHUwcA==

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Studio Ghibli recevra la Palme d'Or d'honneur à Cannes

Cette vue générale montre l'extérieur de la société d'animation japonaise Studio Ghibli dans ses bureaux de l'ouest de Tokyo, le 11 mars 2024. Le légendaire studio d'animation japonais Ghibli, cofondé par Hayao Miyazaki, recevra une Palme d'or honorifique lors du 77e Festival de Cannes en mai 2024, ont annoncé les organisateurs le 17 avril 2024 (Photo Richard A. Brooks / AFP)
Cette vue générale montre l'extérieur de la société d'animation japonaise Studio Ghibli dans ses bureaux de l'ouest de Tokyo, le 11 mars 2024. Le légendaire studio d'animation japonais Ghibli, cofondé par Hayao Miyazaki, recevra une Palme d'or honorifique lors du 77e Festival de Cannes en mai 2024, ont annoncé les organisateurs le 17 avril 2024 (Photo Richard A. Brooks / AFP)
Short Url
  • «Pour la première fois de notre histoire, ce n'est pas une personne mais une institution que nous avons choisi de célébrer», ont déclaré Iris Knobloch, présidente du Festival de Cannes, et Thierry Fremaux
  • Le Festival de Cannes a déclaré que Ghibli « a déclenché un vent nouveau sur les films d'animation au cours des quatre dernières décennies « depuis sa création en 1985

PARIS : Le studio Ghibli Inc., géant de l'animation japonaise, recevra une Palme d'Or d'honneur au 77e Festival de Cannes, a-t-on annoncé mercredi.

«Pour la première fois de notre histoire, ce n'est pas une personne mais une institution que nous avons choisi de célébrer», ont déclaré Iris Knobloch, présidente du Festival de Cannes, et Thierry Fremaux, délégué général, dans un communiqué.

Lors du festival, qui se tiendra en mai en France, le prix sera décerné pour les réalisations à long terme du studio, connu pour ses films du réalisateur Hayao Miyazaki.

«Je suis vraiment honoré et ravi que le studio reçoive la Palme d'Or d'honneur», a déclaré le producteur de Ghibli, Toshio Suzuki. « Je tiens à remercier du fond du cœur le Festival de Cannes. … Je suis sûr que le Studio Ghibli continuera à relever de nouveaux défis.

Le Festival de Cannes a déclaré que Ghibli « a déclenché un vent nouveau sur les films d'animation au cours des quatre dernières décennies « depuis sa création en 1985.

Le studio « a réalisé ce qui semblait être un exploit impossible : produire de manière indépendante de purs chefs-d’œuvre et conquérir le marché de masse «, indique le communiqué.


L'art est une "traduction des sentiments", affirme un artiste saoudien de 16 ans

Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)
Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)
Short Url
  • Jawad Al-Omair s'est imposé comme peintre, s'inspirant de la beauté et de la douleur qui l'entourent
  • Dans une œuvre récente, Al-Omair a peint un grand autoportrait inspiré par le style de John Singer Sargent, un artiste américain réputé pour ses portraits peints à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

RIYADH : Pendant que ses camarades de classe participaient à des activités sportives, l'artiste saoudien Jawad Al-Omair rêvait de la prochaine fois où il prendrait un pinceau ou un crayon pour dessiner à nouveau.

Il a expliqué à Arab News que le moment où il a découvert ses talents d'artiste, il n'était qu'en troisième année primaire.

Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie
Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie

"Tous les enfants allaient jouer. Je me retrouvais toujours à ouvrir mon cahier et à dessiner. Je me souviens d'un jour où j'ai dessiné quelque chose à l'école et, en rentrant, je l'ai montré à tout le monde. Je me suis dit que je devrais faire ça plus souvent."

Il utilise la peinture acrylique pour représenter ses idées vives sur la toile.

"Pour chaque peinture que je réalise, j'ai généralement une vision de la palette de couleurs et de la composition, et surtout du message et du sentiment que j'essaie de faire passer à travers le tableau".

Le jeune artiste considère la couleur comme un arsenal permettant de communiquer des émotions dans ses œuvres. "Si je voulais peindre quelque chose qui transmette le sentiment d'être perdu, j'utiliserais généralement des couleurs froides comme les gris et les bleus.

M. Al-Omair a déclaré qu'il avait remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art.

Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)
Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)

"Dana Almasoud est l'une de mes meilleures amies qui m'a beaucoup aidé. Il y a trois ans, j'étais un artiste complètement différent. J'étais incapable de dessiner de petits portraits, mais elle m'a appris à le faire. Je ne peux pas imaginer ce que serait ma vie si je ne les avais pas rencontrées", a-t-il déclaré.

Dans une œuvre récente, Al-Omair a peint un grand autoportrait inspiré par le style de John Singer Sargent, un artiste américain réputé pour ses portraits peints à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

Il décrit Sargent comme l'un de ses artistes préférés. "Si vous voyez son autoportrait, il est similaire au mien. J'ai regardé ses œuvres pendant que je peignais afin de capturer la même atmosphère.

Il a fallu environ 12 heures à Al-Omair pour réaliser son autoportrait, qui met en valeur ses traits proéminents.

Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)
Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)

"On me fait souvent des commentaires sur mon nez, alors je l'ai peint au centre. Je voulais immortaliser mon moi de 16 ans, car qui sait à quoi je ressemblerai dans cinq ans ?

Le jeune artiste souhaite transformer toutes sortes d'expériences - même celles d'amis ou de membres de la famille - en œuvres d'art.

"Comment serait la vie si nous n'avions pas de musique ou de belles choses à regarder ? Quand on pense à un artiste, on imagine généralement quelqu'un avec un pinceau, mais c'est bien plus que cela.

"L'art consiste à traduire des sentiments avec une certaine habileté. Le cinéma a beaucoup appris à l'humanité parce qu'il permet d'en savoir plus sur les gens. L'écriture, les chansons et la musique sont des choses émotionnelles que nous partageons. L'art est l'une des parties les plus importantes de la vie. Chacun possède un côté artistique qu'il n'a peut-être pas encore découvert", a-t-il déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com