Incendies: dans le Sud-Est de la France, une stratégie efficace à l'épreuve du réchauffement

Amélie Wimmer, 19 ans, veilleuse d'été pour les pompiers utilise ses jumelles à Niolon le 5 juillet 2023. (Photo Christophe SIMON / AFP)
Amélie Wimmer, 19 ans, veilleuse d'été pour les pompiers utilise ses jumelles à Niolon le 5 juillet 2023. (Photo Christophe SIMON / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 07 juillet 2023

Incendies: dans le Sud-Est de la France, une stratégie efficace à l'épreuve du réchauffement

  • La prévention passe aussi par des obligations légales de débroussaillement autour des maisons
  • "Dans le Sud de la France, on spécialise tous nos pompiers aux feux d'espaces naturels", souligne le capitaine Gilles Agopian, sur le centre de formation de Velaux, près d'Aix-en- Provence

MARSEILLE: "Frapper vite et fort!": dans le Sud-Est de la France, historiquement touché par d'importants incendies, les pompiers ont obtenu des résultats spectaculaires depuis 1990 en attaquant massivement les départs de feu, une stratégie qui pourrait connaître ses limites avec l'accélération du réchauffement.

Sur les images en noir et blanc, un panorama dévasté, des hectares de massif calcinés et, entre les troncs encore debout, une carcasse de voiture. "C'est dans cette voiture que l'on a retrouvé les corps de Mme Gray et de ses quatre enfants qui ont péri carbonisés en voulant fuir les flammes", décrit le journaliste de la télévision publique française le 4 octobre 1970.

L'écrivain Martin Gray, rescapé des camps de concentration, reviendra dans son premier livre "Au nom de tous les miens" sur cet incendie dans lequel il a perdu toute sa famille, pour la deuxième fois après la Seconde Guerre mondiale.

Sur le massif du Tanneron, entre Var et Alpes-Maritimes, le sinistre d'octobre 1970 fait 11 morts. Quinze ans plus tard, au même endroit, un nouvel incendie coûte la vie à cinq pompiers volontaires.

En Provence et sur la Côte d'Azur, rares sont aujourd'hui les feux de forêt aux conséquences aussi dramatiques, même si des pompiers ou des civils périssent encore dans des sinistres.

Beaucoup d'observateurs y voient les effets de la stratégie adoptée au début des années 1990 dans l'arc méditerranéen allant de la frontière espagnole à la frontière italienne, une vaste région aux étés chauds et secs et aux nombreux massifs forestiers.

«Moins de 10 minutes»

Après des années marquées par des feux très importants dans cette zone - 56.000 hectares brûlés en 1989, 54.000 en 1990 -, "c'est un peu la naissance de toute la doctrine française de lutte contre les incendies", résume Julien Ruffault, chercheur à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae).

"Elle est centrée sur le +moins de 10 minutes+: l'idée, c'est de dire que plus on attaque un feu tôt, plus c'est facile", détaille-t-il. "Frapper vite et fort!", synthétise le directeur du Service d'incendie et de secours (Sdis) du Var Eric Grohin.

Pour y parvenir, les massifs sont ultra-surveillés pendant les périodes à risque: guetteurs dans des tours de vigie, caméras haute définition, drones...

"On a un rôle de surveillance, d'information du public, et s'il y a un départ de feu, on a 600 litres d'eau dans le pickup", explique Paul Chanavas, 74 ans, tee-shirt orange vif du Comité communal feux de forêt sur le dos, dans les collines du Luberon. "Ca nous permet de tenir huit ou neuf minutes", détaille le médecin à la retraite.

Ils sont un millier de bénévoles comme lui à s'être engagés en Vaucluse dans ces comités communaux. Comme les agents de l'Office national des forêts (ONF), de la Garde forestière, des Services départementaux d'incendies, ils parcourent les massifs durant l'été dans des véhicules blancs, kaki, oranges, rouges ou jaunes...

La prévention passe aussi par des obligations légales de débroussaillement autour des maisons.

En parallèle, sur le terrain, les jours les plus dangereux, des avions bombardiers d'eau volent préventivement et des brigades sont prépositionnées dans les points chauds pour intervenir au plus vite - jusqu'à 1.000 pompiers, soit 20% des effectifs, dans le Var par exemple.

Mad Max

"Dans le Sud de la France, on spécialise tous nos pompiers aux feux d'espaces naturels", souligne le capitaine Gilles Agopian, sur le centre de formation de Velaux, près d'Aix-en- Provence.

Derrière lui, sur une aire de 5.000 m2, des jeunes sapeurs luttent contre les énormes flammes qui attaquent des arbres... métalliques, dans une ambiance rappelant Mad Max.

Cette structure, unique au monde, est gérée d'une tour de contrôle, d'où les formateurs peuvent "enflammer" tel ou tel arbre ou des plaques au sol, simulant des feux de broussailles, pour imiter la propagation d'un vrai incendie.

Le but? Apprendre à porter correctement son équipement, à utiliser les asperseurs d'eau qui protègent les cabines des camions, à gérer les lances d'incendie et l'exposition aux flammes.

Et depuis le tournant des années 1989-1990, les résultats sont flagrants.

Selon les données officielles, sur le pourtour méditerranéen français, on est ainsi passé de près de 32.500 hectares brûlés chaque année entre 1973 et 1982 en moyenne, à 12.700 sur la période 1993-2002, puis à 8.780 entre 2013 et 2022.

"Globalement, dans le Sud-Est français, 97% des feux de forêt sont éteints avant d'avoir atteint cinq hectares", se félicite Eric Grohin, patron des pompiers du Var.

"Cette évolution à la baisse n'est pas due au climat parce que, clairement, les indices climatiques s'aggravent ces dernières années", analyse Marion Toutchkov, experte en Défense des forêts contre les incendies à l'ONF.

Selon les experts climat de l'ONU par exemple, les incendies ont ravagé, à cause du réchauffement, deux fois plus de terrain dans le nord-ouest des Etats-Unis entre 1984 et 2015, soit 4,9 millions d'hectares supplémentaires, une surface plus grande que la Suisse.

Aux Etats-Unis, de plus en plus touchés par des "méga-feux" ou "feux extrêmes", les milieux naturels ne sont pas comparables et les pompiers n'y suivent pas forcément la même logique consistant à "frapper vite et fort".

«Feu exceptionnel»

Mais malgré l'efficacité éprouvée de la stratégie française, appuyée aussi sur des campagnes de prévention, la majorité des départs de feu étant dus à l'homme, de grands incendies frappent encore parfois le Sud-Est.

En août 2021, un sinistre a ainsi dévasté 7.000 hectares dans l'arrière-pays de Saint-Tropez, faisant deux morts et entraînant l'évacuation de 10.000 personnes.

"Sur ce feu-là, toute la doctrine a été appliquée", se rappelle pourtant M. Grohin: "On avait à 4 km du feu un hélicoptère lourd bombardier d'eau. On avait deux hélicoptères légers, un avion Dash qui était en l'air et qui est arrivé en sept minutes. On avait deux Canadair pas très loin, une colonne de 60 pompiers à proximité".

"Mais malgré tous ces moyens, le feu a pris de l'ampleur", attisé notamment par un vent fort, déplore-t-il. "La lutte, c'est extrêmement important pour limiter les feux, pour les éteindre rapidement, mais quand un feu a les caractéristiques d'un feu exceptionnel, il faut de la prévention et il faut rendre les territoires résilients".

L'année 2022, marquée par une forte sécheresse, "a fait prendre conscience de beaucoup de choses", poursuit-il.

Des incendies ont dévasté 30.000 hectares de végétation en Gironde et touché des régions habituellement plus épargnées, comme la Bretagne. Et depuis, les autorités françaises ont annoncé une augmentation des moyens aériens pour étendre la stratégie méditerranéenne à tout le pays.

Dépérissements

"Malgré l'efficacité de notre stratégie, les changements climatiques que l'on vit en direct vont nous apporter une extension géographique des feux, une extension dans le temps de la saison des feux de forêt (...) et de plus en plus fréquemment des conditions météorologiques où il y aura un danger de voir de très grands feux", résume le colonel Jean-Luc Beccari, directeur du Sdis des Bouches-du-Rhône.

"Avec le changement climatique, on observe déjà des dépérissements d'arbres notamment", souligne par exemple Marion Toutchkov: "On va se retrouver avec beaucoup d’arbres morts en forêts. Qui dit arbres morts dit bois plus sec" et végétation "plus combustible".

Eric Grohin érige en priorité la "défendabilité" des habitations, de plus en plus nombreuses en lisière ou même au milieu de la végétation, et rappelle les critères essentiels: point d'eau, accessibilité, débroussaillement.

Et pour les arbustes et plantes d'ornementation, mieux vaut par exemple privilégier le pittospore du Japon, peu inflammable, au bambou, très combustible, souligne, dans des guides pratiques consultables sur le site de l'Inrae, la chercheuse Anne Ganteaume.

"Il faut faire en sorte que chaque citoyen soit acteur de sa sécurité", conclut Jean-Luc Beccari.


Macron hué au Salon de l'agriculture, les heurts continuent

Des gendarmes se battent avec des agriculteurs rassemblés pour protester avant l'ouverture du 60e Salon international de l'agriculture, au parc des expositions de la Porte Versailles à Paris, le 24 février 2024. (Photo Kiran Ridley AFP)
Des gendarmes se battent avec des agriculteurs rassemblés pour protester avant l'ouverture du 60e Salon international de l'agriculture, au parc des expositions de la Porte Versailles à Paris, le 24 février 2024. (Photo Kiran Ridley AFP)
Short Url
  • Macron a finalement débattu avec des agriculteurs en petit comité samedi avant d'inaugurer le Salon de l'agriculture dans le vacarme des sifflets et des insultes de centaines d'agriculteur
  • Le président est descendu près de l'enclos de la vache égérie du salon et a coupé le ruban inaugural et goûté du fromage, tout sourire

PARIS: Le président Emmanuel Macron a finalement débattu avec des agriculteurs en petit comité samedi avant d'inaugurer le Salon de l'agriculture dans le vacarme des sifflets et des insultes de centaines d'agriculteurs, à la fois ulcérés par sa présence et demandeurs d'actes concrets pour améliorer leurs conditions de travail.

Avec quatre heures et demie de retard sur le programme initial, complètement bouleversé par une pagaille inédite, le président est descendu près de l'enclos de la vache égérie du salon et a coupé le ruban inaugural et goûté du fromage, tout sourire.

Mais il est protégé par des dizaines de CRS équipés de boucliers qui, dans des heurts violents, repoussent régulièrement les manifestants à une cinquantaine de mètres de lui. De nombreux l'ont traité de "fumier" ou "menteur", crié "barre-toi" ou appelé à sa démission.

Emmanuel Macron avait passé plus de 14 heures ici en 2019, et devait initialement arpenter en long et en large les travées du salon comme le veut la tradition depuis Jacques Chirac.

Le président a commencé la journée par une rencontre avec des responsables syndicaux, puis a improvisé deux heures de débat avec d'autres représentants des trois principaux syndicats agricoles, la FNSEA, les Jeunes agriculteurs et la Coordination rurale.

Accoudé sur une table mange-debout, le président a recueilli leurs doléances sur les revenus, les contrôles ou les aides financières. Un format loin du grand débat avec des ONG et des représentants des paysans bio un temps imaginé par l'Elysée.

"Je préfère toujours le dialogue à la confrontation", a asséné le chef de l’État. "Je suis en train de vous dire que le boulot est fait sur le terrain, on a repris les copies, on est en train de faire toute la simplification", a-t-il défendu.

"Tant que ce n'est pas concrétisé dans les cours de ferme, on sera sur votre dos", lui a répondu un agriculteur.

Bagarres

Les heurts les plus violents se sont produits au pavillon 1 du Salon, celui où vaches, cochons et chèvres sont exposés. Des centaines de manifestants ont forcé des grilles et y sont entrés vers 08H00, s'opposant au service d'ordre et aux policiers, avec plusieurs coups échangés, et provoquant un retard d'une heure et demie de l'ouverture du salon au grand public.

Ce hall, le plus couru, a finalement été ouvert puis refermé, illustrant la confusion générale, et donnant lieu à des scènes étonnantes d'enfants goûtant du fromage à un stand à quelques mètres de CRS casqués.

Et pas mal de déception: "Il y avait des CRS partout. Ambiance de forteresse assiégée", dit Sophie Sucurovski, 28 ans, venue des Ardennes avec son fils de deux ans.


Interdiction de manifestations contre le pouvoir algérien dimanche à Paris

Des manifestants brandissent des drapeaux nationaux algériens lors d'un rassemblement à Paris le 21 février 2021, en soutien au mouvement antigouvernemental Hirak en Algérie (Photo, AFP).
Des manifestants brandissent des drapeaux nationaux algériens lors d'un rassemblement à Paris le 21 février 2021, en soutien au mouvement antigouvernemental Hirak en Algérie (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette année marque le cinquième anniversaire du Hirak, mouvement de contestation populaire initié en 2019 pour s'opposer à l'élection à un cinquième mandat de président d'Abdelaziz Bouteflika, poussé à démissionner
  • Trois rassemblements, qui devaient se tenir dimanche place de la République, dans le centre de Paris, ont été interdits vendredi

PARIS: Les autorités ont a interdit des rassemblements de contestation du pouvoir algérien prévus dimanche à Paris, en raison de risques de troubles à l'ordre public "dans le contexte d'anniversaire du Hirak et de violences entre mouvances antagonistes anti et pro-régime".

Cette année marque le cinquième anniversaire du Hirak, mouvement de contestation populaire initié en 2019 pour s'opposer à l'élection à un cinquième mandat de président d'Abdelaziz Bouteflika, poussé à démissionner.

Trois rassemblements, qui devaient se tenir dimanche place de la République, dans le centre de Paris, ont été interdits vendredi par arrêtés du préfet de police de la ville.

Ils étaient organisés par le "Mouvement pour la justice et contre la corruption en Algérie", un collectif pour "la libération immédiate de tous les détenus et prisonniers politiques et d'opinion en Algérie" et "pour l'installation d'une assemblée constituante souveraine", ainsi que par un autre collectif, "Libérons l'Algérie".


L'Arménie et la France resserrent encore leur coopération de défense

Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu et son homologue arménien Suren Papikyan assistent à une cérémonie de signature à l'issue de leurs entretiens à Erevan le 23 février 2024 (Photo, AFP).
Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu et son homologue arménien Suren Papikyan assistent à une cérémonie de signature à l'issue de leurs entretiens à Erevan le 23 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Après la reprise du Haut-Karabakh par l'Azerbaïdjan en septembre 2023, qui a suivi une guerre en 2020 perdue par l'Arménie, «c'est la France qui a réagi en premier»
  • L'aide à Erevan est «purement défensive», insiste pour sa part Paris

EREVAN: L'Arménie et la France ont affirmé haut et fort vendredi leur rapprochement en matière de défense avec une visite sans précédent du ministre français des Armées à Erevan, qui cherche à réduire sa dépendance envers Moscou.

Après la reprise du Haut-Karabakh par l'Azerbaïdjan en septembre 2023, qui a suivi une guerre en 2020 perdue par l'Arménie, "c'est la France qui a réagi en premier" quand Erevan a appelé à l'aide, a déclaré le ministre arménien de la Défense, Souren Papikian, lors d'une conférence de presse avec son homologue, Sébastien Lecornu.

"Cette réaction et la coopération mise en place depuis un an et demi a une très grande importance pour l’Arménie", a estimé M. Papikian.

L'aide à Erevan est "purement défensive", insiste pour sa part Paris: "la priorité absolue étant de protéger les populations civiles et les sites stratégiques", notamment grâce à un renforcement de la défense aérienne, selon M. Lecornu.

Des affrontements ont lieu régulièrement entre les armées arméniennes et azerbaïdjanaises, qui se sont accusées mutuellement mi-février d'avoir procédé à des tirs à leur frontière qui avaient tué quatre soldats arméniens, selon Erevan.

L'Arménie accuse par ailleurs l'Azerbaïdjan de préparer "une guerre totale" et d'envisager de nouvelles conquêtes, ce que Bakou dément.

«Jeu géopolitique risqué»

Face à ses récentes défaites militaires et ses nouvelles craintes, Erevan se sent abandonné par son allié traditionnel, la Russie, et cherche d'autres soutiens.

La France et l'Arménie ont déjà signé à l'automne une lettre d'intention en matière de défense aérienne, incluant l'acquisition de trois radars de l'entreprise française Thalès et de jumelles de vision nocturne fabriquées par Safran et livrées jeudi.

L'Arménie a en outre paraphé vendredi un contrat pour l'acquisition de fusils de précision avec la société française PGM, dont le montant n'a pas été précisé. Paris s'est aussi engagé à former cinq militaires arméniens à l'Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan.

Plus encore, la lettre d'intention évoque des discussions sur l'acquisition par Erevan de missiles à courte-portée du missilier français MBDA.

Dans la même dynamique, le Premier ministre arménien Nikol Pachichian a déclaré que l'Arménie suspendait sa participation à l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une alliance diplomatico-militaire dominée par Moscou.

"En pratique, nous avons gelé notre participation à cette organisation", a affirmé M. Pachinian lors d'une interview à France 24 diffusée dans la nuit de jeudi à vendredi.

Toutefois, M. Pachinian n'a pas remis en question la présence de la base militaire russe sur le sol arménien, située à Gyoumri, et qui compte officiellement environ 3 000 soldats.

"On a le sentiment que Nikol Pachinian y va à fond en démontrant qu'il a trouvé une épaule militaire sérieuse sur laquelle s'appuyer dans la confrontation" entre Bakou et Erevan, juge Arkady Dubnov, un expert reconnu du conflit. "C'est un jeu géopolitique risqué", selon lui.

Modernisation militaire

Dans la même interview à la chaîne française, M. Pachinian a rejeté les accusations de Bakou selon qui Paris jette de l’huile sur le feu, et souligné que l'Azerbaïdjan, riche en hydrocarbures, dépense "des milliards d'euros" pour son propre armement.

"L'Azerbaïdjan va poursuivre son grignotage pour négocier en position de force. La question est de savoir si le soutien militaire français pourra apporter une dissuasion", estime Tigrane Yegavian, de la Schiller International University.

Les forces arméniennes, 60 000 hommes, se sont retrouvées très affaiblies par la guerre de 2020 perdue par l'Arménie, qui a reproché à la Russie passivité face une l'armée azerbaïdjanaise bien mieux équipée.

Dans ce contexte, l'Arménie, trois millions d'habitants, "se tourne vers les partenaires qui sont vraiment pourvoyeurs de sécurité", a justifié Sébastien Lecornu en réponse à une question sur les liens distendus entre Erevan et Moscou.

Selon M. Papikian, Erevan a décidé d'entamer un processus de "modernisation" de ses armées, aux normes soviétiques.

Lors de la guerre de 2020, la France avait tenté une médiation dans le cadre du groupe de Minsk entre les deux capitales, mais s'est retrouvée isolée face à la Russie et la Turquie, alliée de l'Azerbaïdjan.

Paris a alors amorcé un changement d'approche et a resserré ses liens militaires avec l'Arménie, qui entretient déjà une forte relation culturelle avec la France, berceau de la principale communauté arménienne d'Europe.