Anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960, une date décisive pour l’indépendance du pays

Les manifestations se sont déroulées le 9 décembre à quelques jours de la date à laquelle l'Assemblée Générale de l'ONU devait étudier la question algérienne. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 11 décembre 2020

Anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960, une date décisive pour l’indépendance du pays

  • «Le peuple algérien a su démontrer à l’opinion internationale et aux institutions comme l’Organisation des Nations unies son adhésion et son soutien au projet de l’autodétermination»
  • «Nos ainés se sont soulevés pour reprendre leur destin en main, pour en finir avec la soumission, l’arbitraire et l’injustice du colonialisme qui a duré trop longtemps»

PARIS: Les manifestations du 11 décembre 1960 représentent une date historique et un tournant majeur dans la revendication du peuple algérien pour l’indépendance du pays. Il y a soixante ans, à la même date, et pendant trois semaines consécutives, l’Algérie, sous colonisation française, a connu un soulèvement populaire général. Une révolte qui a anéanti les projets et les espoirs de tous ceux qui souhaitaient maintenir le pays sous le joug du colonialisme. 

«Les manifestations populaires du 11 décembre qui ont éclaté dans plusieurs villes d’Algérie ont contraint la France coloniale et les Nations unies à reconnaître le droit à l’autodétermination du peuple algérien, lui permettant ainsi d’arracher l’indépendance en 1962», confirme Mathieu Rigouste, un sociologue et chercheur indépendant français dans un entretien accordé à l’Agence presse service (APS). 

Le sociologue explique que les manifestations du 11 décembre 1960 ont mis à terre «le projet de putsch militaire de l’extrême droite-droite coloniale», car, selon le chercheur, le peuple algérien a su démontrer à l’opinion internationale et aux institutions comme l’Organisation des Nations unies son adhésion et son soutien au projet de l’autodétermination. En effet, ces événements se sont déroulés à quelques jours du 19 décembre 1960, date à laquelle l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies devait étudier la question algérienne.

Pour rappel, le 19 décembre, l’Assemblée générale des Nations unies vote la résolution 1573 (XV) reconnaissant au peuple algérien son droit à la libre détermination et à l’indépendance. 

Un peuple déterminé qui aspire à la liberté

Mathieu Rigouste explique que, après «la bataille d’Alger» en 1957, la France pensait avoir «anéanti toute opposition en Algérie», cependant, le 22 décembre 1960, le peuple décide de démontrer le contraire. Des femmes, des hommes et des enfants venus par milliers des quartiers populaires et des bidonvilles défilent dans les quartiers du centre des villes, généralement occupés par les coloniaux. Malgré la répression, la population algérienne maintient ses manifestations durant plusieurs semaines. 

«Le peuple s’est approprié les espaces qui lui étaient interdits par les colons. Nos ainés se sont soulevés pour reprendre leur destin en main, pour en finir avec la soumission, l’arbitraire et l’injustice du colonialisme qui a duré trop longtemps», nous confie Mohammed, un Franco-Algérien qui a vécu ces événements étant enfant. 

«On affronte les Européens, mais on chante et on danse, aussi. En reprenant les rues à l’occupant, on se réapproprie les villes, c’est une manière de commencer à faire exister concrètement l’indépendance en libérant aussi son corps. C’est une insurrection des muscles et des nerfs jusque-là contraints par la domination coloniale telle que la décrit Frantz Fanon dans Les Damnés de la terre», écrit Mathieu Rigouste. 

En effet, selon le sociologue «les troupes de l’armée ont été déployées, et, avec l’accord des autorités politiques, elles ont tiré et tué, raflé et torturé». De leur côté, les autorités publiques ont reconnu officiellement «120 morts, dont 112 Algériens, et des centaines de blessés», explique-t-il. 

Un projet colonial de troisième voie anéanti

Le sociologue français rappelle que ces manifestations se sont déroulées alors que le général de Gaulle effectuait une visite, du 9 au 12 décembre 1960, pour «promouvoir son projet colonial de la troisième voie», un projet «calqué sur les modèles imposés dans les anciennes colonies françaises», explique Mathieu Rigouste, qui «consistait à placer au pouvoir une classe dirigeante inféodée à l’État français et chargée de mettre en œuvre une nouvelle forme de vassalisation économique». 

«Après les soulèvements, l’étau militaire est desserré dans les montagnes. Charles de Gaulle ordonne l’arrêt des exécutions, abandonne le projet de troisième voie et doit se résoudre à négocier avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA)», raconte le chercheur. 

«Un seul héros, le peuple», un travail de recherche de sept ans 

Mathieu Rigouste a mené une longue enquête de sept ans sur cet événement historique. 

Résultat des recherches: un livre, un site, unseulheroslepeuple.org, et un film portant le même titre, Un seul héros le peuple.

À l’occasion de la célébration de la date anniversaire, le film est disponible en accès libre du 10 au 15 décembre 2020 sur le site unseulherolepeuple.org. 

Le chercheur ajoute que cette histoire est méconnue. Hormis la publication de la revue algérienne Naqd, en 2010, à l’occasion du 50e anniversaire, il n’existe aucune enquête socio-historique sur cet événement majeur de l’histoire du pays. Selon Mathieu Rigouste, côté français c’est aussi le statu quo, ces événements ne sont pas reconnus dans l’histoire officielle. 

«Dans la mémoire algérienne, cette histoire est transmise et racontée, car elle représente un symbole fort, le symbole d’un peuple qui a entièrement et totalement épousé la cause», explique Malika, une Franco-Algérienne passionnée par l’histoire commune de l’Algérie et de la France, ses deux pays, qui souhaite que le travail de mémoire entre les deux pays soit mis œuvre au plus vite. «Soixante ans après, il est plus qu’urgent de faire ce travail ensemble, car, encore aujourd’hui, nos destins sont liés, et nos histoires méconnues», ajoute-t-elle. 


Algérie: forte mobilisation pour la libération des détenus d'opinion

Les Algériens se rassemblent lors d'une manifestation antigouvernementale dans la capitale Alger le 16 avril 2021.(AFP)
Short Url
  • Les manifestants ont mis en avant les 23 militants arrêtés lors d'une marche du Hirak le 3 avril à Alger et qui observent une grève de la faim depuis le 7 avril, selon le Comité nationale pour la libération des détenus
  • La marche hebdomadaire, hérissée de parapluies et de portraits de prisonniers, s'est tenue dans le calme dans les artères du centre-ville, en dépit d'un froid mordant, de la pluie et du jeûne du mois sacré du ramadan qui a débuté mardi

ALGER: Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Alger, bravant le froid et le jeûne du ramadan, pour réclamer la libération des militants récemment incarcérés du Hirak, le mouvement populaire antirégime, selon un journaliste de l'AFP.

Comme chaque vendredi depuis fin février, un premier cortège a défilé de la rue Didouche Mourad, principale artère du centre de la capitale, en direction de la Grande Poste, lieu emblématique de rassemblement des hirakistes. Ils ont été rejoints après la prière hebdomadaire du vendredi par des cortèges, plus fournis, venus notamment des quartiers populaires de Bab El Oued et de Belouizdad.  

Derrière une banderole affirmant "Liberté pour tous les détenus d'opinion, manifester pacifiquement n'est pas un crime", la marche hebdomadaire, hérissée de parapluies et de portraits de prisonniers, s'est tenue dans le calme dans les artères du centre-ville, en dépit d'un froid mordant, de la pluie et du jeûne du mois sacré du ramadan qui a débuté mardi. 

Les manifestants ont mis en avant les 23 militants arrêtés lors d'une marche du Hirak le 3 avril à Alger et qui observent une grève de la faim depuis le 7 avril, selon le Comité nationale pour la libération des détenus (CNLD).

Incarcérés à la prison algéroise d'El Harrach, ils sont poursuivis pour "atteinte à l'unité nationale et attroupement non armé".

Jeudi, huit associations algériennes de défense des droits humains se sont inquiétées de la dégradation de leur état de santé.

Scandant "Etat civil et non militaire", pour la démilitarisation du régime, les protestataires, toutes générations confondues, ont réitéré leur rejet des élections législatives du 12 juin: "Pas d'élections avec les partis ventrus", une allusion aux formations politiques proches du pouvoir, accusées de corruption par les hirakistes.

Dans un message à l'occasion de la "journée du savoir", jeudi, le président Abdelamadjid Tebboune a exhorté "la société algérienne (...) à s'exprimer lors des échéances politiques à venir, en toute liberté et par les voies les plus civilisées". 

Les opposants dénoncent, quant à eux, à chacun de leurs rassemblements, un scrutin qualifié de "mascarade". Les principaux partis de l'opposition laïque ont décidé de le boycotter.     

Des marches du Hirak ont également eu lieu en province, en Kabylie notamment, à la veille du 20e anniversaire de la répression des émeutes du "Printemps noir" en avril 2001 (126 morts et des milliers de blessés). 


Migrants: au moins 41 morts repêchés au large de la Tunisie

Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari.(AFP)
Short Url
  • Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari
  • Les recherches ont été interrompues vendredi en raison du mauvais temps, et doivent reprendre samedi

TUNIS : Les corps de 41 migrants, dont au moins un enfant, qui tentaient de rallier l'Europe depuis les côtes tunisiennes ont été repêchés en Méditerranée après le naufrage de leur embarcation de fortune, ont déclaré vendredi les Nations unies.

Seules trois personnes ont pu être secourues par les gardes-côtes tunisiens après le naufrage jeudi soir du bateau au large de Sidi Mansour, dans le sud-est de la Tunisie, indiquent dans un communiqué conjoint le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

"Les corps de 41 personnes, dont au moins un enfant, ont jusqu'à présent été retrouvés", indique-t-on, précisant que toutes étaient originaires d'Afrique subsaharienne.

Plus tôt vendredi, la garde maritime à Sfax, dans l'est de la Tunisie, avait fait état de 20 morts, "onze hommes, huit femmes et un bébé (...) repêchés jeudi au large de Sfax", et 17 portés disparus. 

Les corps ont été transportés à la morgue de l'hôpital régional de cette ville, a précisé le porte-parole de la garde maritime, Ali Ayari.

Les recherches ont été interrompues vendredi en raison du mauvais temps, et doivent reprendre samedi, a indiqué M. Ayari.

Ces candidats à cette traversée très dangereuse étaient partis jeudi à l'aube des côtes de Sidi Mansour à Sfax, point de départ quotidien ces deux dernières années de ces tentatives pour rallier l'Europe.

Cette tragédie "souligne une nouvelle fois la nécessité d'améliorer et d'étendre les opérations de recherche et de sauvetage menées par les Etats en Méditerranée centrale, où quelque 290 personnes ont péri depuis le début de l'année", soulignent l'UNHCR et l'OIM.

"La solidarité à travers la région et le soutien aux autorités nationales dans leurs efforts pour empêcher des morts et poursuivre les passeurs et trafiquants devraient être une priorité", ont ajouté les deux organisations. 

D'après leurs chiffres, le nombre des traversées depuis la Tunisie vers l'Europe a plus que triplé comparé à la même période l'an dernier. 

Au moins 292 migrants ont péri depuis le 1er janvier 2021 en Méditerranée, et 1 200 en 2020 dont la grande majorité sur cette route centrale, selon l'ONU.


Lenderking souligne l'importance d’une solution au conflit au Yémen

L'envoyé spécial américain pour le Yémen Timothy Lenderking, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, et l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths, avant la conférence de presse au ministère des Affaires étrangères à Berlin, le 12 avril 2021 (AFP)
Short Url
  • Tim Lenderking et Martin Griffiths s'emploient à faciliter la livraison de carburant au Yémen et à relancer les pourparlers politiques
  • Aux EAU, Lenderking a rencontré des responsables pour parler de l'importance de la mise en application complète de l'Accord de Riyad

LONDRES: L'envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen, Tim Lenderking, a évoqué l'importance de parvenir à une solution durable au conflit dans le pays, lors d'une récente visite à Berlin.

Lenderking a également discuté des mesures à prendre pour atténuer la crise humanitaire et économique dans ce pays déchiré par la guerre, avec des représentants des États membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, ainsi que de l'Allemagne, du Koweït, de la Suède et de l'Union européenne.

Mettre fin à l’assaut des Houthis contre Marib, faciliter l’inspection et la réparation par l’ONU du pétrolier Safer, soutenir les efforts légitimes du gouvernement pour stabiliser l’économie yéménite et atténuer la crise humanitaire ont été les mesures mises en avant pour mettre fin au conflit, lors des entretiens à Berlin.

Aux Émirats arabes unis (EAU), Lenderking a rencontré des responsables du ministère des Affaires étrangères, afin de discuter de l'importance de la mise en œuvre complète de l'Accord de Riyad.

L'envoyé du Yémen est arrivé en Allemagne lundi, s'est rendu aux EAU mercredi, puis il est rentré aux États-Unis vendredi.

Tim Lenderking et l'envoyé de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, travaillent ensemble pour encourager la livraison rapide de carburant au Yémen et relancer les pourparlers politiques avec le soutien du gouvernement omanais, selon un communiqué du département d'État américain.

Ce communiqué appelle toutes les parties à s'engager sérieusement et à négocier de bonne foi.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com