Macron et Borne, un duo par défaut

Les relations entre Emmanuel Macron et Elisabeth Borne, reconduite à Matignon du bout des lèvres, grincent souvent mais se maintiennent, sans affect, dans une collaboration par défaut. (AFP)
Les relations entre Emmanuel Macron et Elisabeth Borne, reconduite à Matignon du bout des lèvres, grincent souvent mais se maintiennent, sans affect, dans une collaboration par défaut. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 19 juillet 2023

Macron et Borne, un duo par défaut

  • Le couple a connu un autre moment de friction quand le président l'a recadrée, fin mai, en Conseil des ministres pour avoir dit que le Rassemblement national était "l'héritier de Pétain"
  • «Le président avait avec Edouard Philippe une forme de décontraction, d'humour. Et avec Jean Castex de la complicité. Avec Elisabeth Borne, non. Parce qu'elle est très sérieuse»

PARIS: Confiance ou défiance ? Les relations entre Emmanuel Macron et Elisabeth Borne, reconduite à Matignon du bout des lèvres, grincent souvent mais se maintiennent, sans affect, dans une collaboration par défaut.

La Première ministre n'était pas le premier choix du chef de l'Etat, qui avait jeté son dévolu en mai 2022 sur Catherine Vautrin, issue de la droite, avant de renoncer à la dernière minute sous la pression des macronistes historiques.

Elle vacille ensuite rapidement avec l'échec du camp présidentiel aux législatives. Finalement maintenue, elle va devoir gouverner avec une majorité relative et recourir à une dizaine de 49.3 pour imposer les textes budgétaires.

Sa "difficulté" dans ce contexte politique explosif, où il lui manque près de 40 voix à l'Assemblée, c'est qu'elle "n'est pas un animal politique", note un ministre. Mais du coup, "ça ne la gêne pas de parler avec tout le monde. Et ça marche pas trop mal".

Elle passe tout de même à neuf voix de la censure sur la réforme des retraites, dont elle ressort fragilisée.

Emmanuel Macron lui renouvelle sa "confiance", mais n'a jamais un mot de trop pour l'encourager. Il dit, en mars, "espérer" qu'elle puisse "élargir" la majorité, sans donner le mode d'emploi de cette mission impossible. Et ne prononce pas son nom quand, en avril, il lui donne 100 jours pour "apaiser" et avancer.

«Alignement»

"Le président de la République veut l'user jusqu'à la corde et c'est vrai qu'il n’y a pas vraiment d'alternative qui amène une majorité", alors que la droite est divisée, relève un ancien ministre.

Lundi, c'est l'entourage du chef de l'Etat, retenu à Bruxelles, qui annonce en catimini qu'il a "décidé de la maintenir" à son poste, une forme inhabituelle et sommaire de reconduction, qui interroge dans les travées du pouvoir et suggère qu'il a bien songé à s'en séparer.

Les tensions ont même frôlé la mésentente quand Elisabeth Borne a appelé, début avril, à ne pas "brusquer les choses" avec les syndicats, qu'elle venait de réunir à Matignon pendant qu'Emmanuel Macron critiquait encore la CFDT. Même si la Première ministre a rapidement insisté sur son parfait "alignement" sur le chef de l'Etat.

Le couple a connu un autre moment de friction quand le président l'a recadrée, fin mai, en Conseil des ministres pour avoir dit que le Rassemblement national était "l'héritier de Pétain".

Matignon dépeint pourtant une relation de "confiance", assurant qu'Emmanuel Macron "peut compter sur sa totale loyauté et son engagement au service des Français". Et dément tout désaccord sur les "ajustements" à opérer au sein du gouvernement.

Le terme a été "acté" par les deux têtes de l'exécutif, assure-t-on, même si plusieurs sources ministérielles rapportent que le président ne veut pas d’un gros remaniement tandis que la Première ministre "pousse pour quelque chose de plus large".

«Collaboratrice»

Au-delà de cette friture sur la ligne entre Elysée et Matignon, c'est l'absence d'affinités qui saute aux yeux.

Un responsable du camp présidentiel est persuadé qu'ils "ne peuvent plus se voir en peinture". Et les critiques fusent sur le mode de "management" rugueux d'Elisabeth Borne, qui "a agacé le président", selon un proche de ce dernier.

Leur relation est "rationnelle, pas affective", ils "ne raisonnent pas de la même façon", tente de décrypter un ministre.

"Il faut dire qu'elle inspire tout sauf la chaleur. Elle est quand même dans l'auto-contrôle, elle est crispée en permanence", raille un poids-lourd de la majorité. "Le président avait avec Edouard Philippe une forme de décontraction, d'humour. Et avec Jean Castex de la complicité. Avec Elisabeth Borne, non. Parce qu'elle est très sérieuse".

Mais l'historien Jean Garrigues voit moins "le symptôme d'une animosité personnelle" que le "prolongement d'une conception autoritaire du rôle du président" qui n'a fait que s'accentuer sous la Ve République.

Emmanuel Macron utilise sa Première ministre comme une simple "collaboratrice", "précarisée" dans son cas par la majorité relative et "des ministres qui la concurrencent", ajoute-t-il, rappelant que les relations entre Nicolas Sarkozy et François Fillon étaient "beaucoup plus orageuses".

Par cette distance, le chef de l'Etat "veut se garder une liberté". Et sans doute ne pas décider lui-même de se séparer d'Elisabeth Borne puisqu'"on ne peut pas exclure un accident" de censure à l'automne, note le ministre.


JO-2030: le CIO va voter mercredi sur les Alpes françaises, sous "conditions"

Cette photographie montre le pont Alexandre III, lieu des épreuves de natation du triathlon et du marathon, à Paris le 23 juillet 2024, en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Cette photographie montre le pont Alexandre III, lieu des épreuves de natation du triathlon et du marathon, à Paris le 23 juillet 2024, en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • comme le gouvernement français ne peut pas nous donner cette garantie pour des raisons constitutionnelles, nous allons attacher des conditions au vote", a déclaré à la presse le dirigeant allemand.
  • Faute de gouvernement de plein exercice, la France n'a pas pu fournir un document exigé par l'organisation olympique

PARIS : Le Comité international olympique va mettre au vote mercredi l'attribution des JO d'hiver de 2030 aux Alpes françaises mais le fera "sous conditions", puisqu'il manque la garantie de l'Etat, a annoncé mardi le président de l'instance Thomas Bach.

"Sans garantie confirmée, il ne peut y avoir de vote inconditionnel. Donc comme le gouvernement français ne peut pas nous donner cette garantie pour des raisons constitutionnelles, nous allons attacher des conditions au vote", a déclaré à la presse le dirigeant allemand.

Il n'a pas précisé la teneur de ces conditions, ni l'éventuelle tenue d'un vote ultérieur pour ratifier définitivement la désignation des Alpes françaises comme hôtes des JO-2030.

Réunis pour leur 142e session, les membres du CIO étaient censés attribuer mercredi par un double vote les Jeux d'hiver 2030 et 2034, respectivement aux Alpes françaises et à la ville américaine de Salt Lake City, sans concurrence.

Mais si la désignation de la capitale de l'Utah, déjà hôte des JO-2002, ne fait aucun doute, "la situation politique rend les choses un peu plus compliquées" pour le dossier français, reconnaissait samedi Mark Adams, le porte-parole du CIO.

Faute de gouvernement de plein exercice, la France n'a pas pu fournir un document exigé par l'organisation olympique: la garantie de livraison des Jeux, qui doit être signée par le Premier ministre, sans qu'Emmanuel Macron n'ait la compétence pour s'y substituer.

Ce contretemps n'implique pas un rejet de la candidature française, d'autant qu'elle a franchi au printemps toutes les étapes requises par le CIO -- dont les visites des sites -- et que Suède et Suisse apparaissent clairement hors course.

Mais jusqu'à ces derniers jours, selon des sources concordantes, la question se posait de la voie qu'allait choisir le CIO pour ménager le pays hôte à quelques jours des Jeux de Paris (26 juillet-11 août), puisqu'il avait aussi la possibilité de repousser le vote à une session ultérieure.


Proposée par la gauche pour Matignon, Lucie Castets dit accepter "en toute humilité mais avec beaucoup de conviction"

Cette photo montre un écran de télévision diffusant le président français Emmanuel Macron en direct sur la chaîne de télévision française France 2, Le 23 juillet 2024, sur un plateau installé sur le toit du Musée de l’Homme (Museum of Mankind) au Trocadero, avec les anneaux olympiques vus en arrière-plan, à Paris.
Cette photo montre un écran de télévision diffusant le président français Emmanuel Macron en direct sur la chaîne de télévision française France 2, Le 23 juillet 2024, sur un plateau installé sur le toit du Musée de l’Homme (Museum of Mankind) au Trocadero, avec les anneaux olympiques vus en arrière-plan, à Paris.
Short Url
  • La candidate surprise du Nouveau Front populaire, âgée de 37 ans et issue de la société civile, a déclaré avoir parmi ses "grandes priorités" l'"abrogation de la réforme des retraites" d'Emmanuel Macron.
  • Contactée lundi par le NFP, et après avoir parlé avec les chefs des quatre partis qui composent l'alliance de gauche, "j'ai accepté la proposition en toute humilité mais avec beaucoup de conviction", a-t-elle expliqué.

PARIS : Lucie Castets, la haute fonctionnaire proposée par la gauche pour le poste de Première ministre, a affirmé mardi à l'AFP avoir accepté "en toute humilité mais avec beaucoup de conviction", estimant être une candidate "crédible et sérieuse" pour Matignon.

La candidate surprise du Nouveau Front populaire, âgée de 37 ans et issue de la société civile, a déclaré avoir parmi ses "grandes priorités" l'"abrogation de la réforme des retraites" d'Emmanuel Macron, une "grande réforme fiscale pour que chacun, individus et multinationales, paie sa juste part", une "amélioration du pouvoir d'achat" par la revalorisation des salaires et le relèvement des minima sociaux, ainsi que la "fin de la régression des services publics".

Contactée lundi par le NFP, et après avoir parlé avec les chefs des quatre partis qui composent l'alliance de gauche, "j'ai accepté la proposition en toute humilité mais avec beaucoup de conviction", a-t-elle expliqué.

"Je pense qu'il est indispensable de donner une incarnation au résultat des urnes" tout en prenant acte "du fait qu'il n'y a pas de majorité absolue", avec un profil issu de la société civile, a-t-elle ajouté.

Le chef de l'Etat va-t-il la nommer à Matignon? "Je pense que je suis une candidate crédible et sérieuse pour un président qui valorise les profils techniques", répond-elle.

Interrogée sur ses intentions, en cas de nomination à la tête du gouvernement, alors que le NFP, tout en étant arrivé en tête des élections législatives, n'a pas la majorité absolue, elle a estimé que plusieurs "sujets exprimés dans les urnes" pouvaient "donner lieu à des majorités". "L'idée, c'est de faire respecter le résultat des urnes en partant du programme du NFP, et de trouver des majorités texte par texte", a-t-elle plaidé.


Matignon: la gauche propose Lucie Castets, une haute fonctionnaire engagée pour la défense des services publics

Matignon: la gauche propose Lucie Castets, une haute fonctionnaire engagée pour la défense des services publics
Short Url
  • Mme Castets, 37 ans, est engagée dans les "luttes associatives pour la défense et la promotion des services publics", mais aussi "dans le combat d'idées contre la retraite à 64 ans" et elle est une "haute fonctionnaire ayant travaillé à la répression de l
  • Mme Castets est une des figures de proue du collectif  "Nos services publics", résolument opposé à la politique du gouvernement sortant pour la fonction publique.

PARIS : Le Nouveau Front populaire s'est mis d'accord mardi pour proposer au président de la République le nom de Lucie Castets, une haute fonctionnaire engagée pour la défense des services publics, pour le poste de Première ministre.

Mme Castets, 37 ans, est engagée dans les "luttes associatives pour la défense et la promotion des services publics", mais aussi "dans le combat d'idées contre la retraite à 64 ans" et elle est une "haute fonctionnaire ayant travaillé à la répression de la fraude fiscale et de la criminalité financière", précise un communiqué du NFP.

Une heure avant l'interview d'Emmanuel Macron à la télévision et après 16 jours de négociations qui ont failli faire imploser l'union de la gauche, les partenaires du Nouveau Front populaire ont enfin réussi à s'accorder sur un nom.

Le NFP, qui revendique le poste de Premier ministre depuis qu'il est arrivé en tête des législatives, mais sans majorité absolue, juge que Mme Castets sera "forte de notre engagement complet à ses côtés dans le gouvernement qu'elle dirigera".

Mme Castets est inconnue du grand public. Actuellement directrice des finances et des achats à la ville de Paris, Mme Castets est une des figures de proue du collectif  "Nos services publics", résolument opposé à la politique du gouvernement sortant pour la fonction publique.

"Elle a un parcours professionnel au service de l'Etat et des collectivités territoriales remarquable, avec des engagements forts sur la justice fiscale, la lutte contre l’évasion fiscale", souligne auprès de l'AFP le cofondateur de "Nos Services publics" Arnaud Bontemps.

"C’est une personne très engagée sur l’école, l’hôpital, la justice sociale", a-t-il ajouté. "Elle va très vite sur des sujets parfois très complexes, elle est très humaine, proche des gens", a-t-il assuré.