Sondage: Moins de la moitié des jeunes Arabes pensent que leur voix compte pour les dirigeants

Une majorité de jeunes du Levant (71%) et d’Afrique du Nord (61%) affirment que leurs régions vont dans la mauvaise direction. (Photo fournie)
Une majorité de jeunes du Levant (71%) et d’Afrique du Nord (61%) affirment que leurs régions vont dans la mauvaise direction. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 20 juillet 2023

Sondage: Moins de la moitié des jeunes Arabes pensent que leur voix compte pour les dirigeants

  • La corruption fait partie des cinq principales préoccupations des jeunes Arabes, avec la hausse du coût de la vie, le chômage, l’état de l’économie nationale et l’inégalité des revenus
  • Plus de la moitié des participants ont déclaré qu’ils n’avaient pas confiance en la capacité de leur gouvernement à faire face à des problèmes comme le chômage, la corruption, la hausse du coût de la vie, l’égalité des revenus et la stabilité économique

DUBAÏ: La confiance des jeunes Arabes dans les gouvernements qui les dirigent est en baisse. En effet, moins de la moitié (46%) affirment que leur voix compte pour les dirigeants, ce qui représente une baisse considérable par rapport à 2022 (67%). 

Sunil John, fondateur et président d’Asda’a BCW, déclare à Arab News: «Au cours des cinq dernières années, il y a eu une baisse significative du pourcentage de jeunes Arabes qui pensent que leur voix compte.» 

Le sondage d’Asda’a BCW sur la jeunesse arabe est le plus important en son genre. Il se concentre sur les points de vue, les espoirs et les craintes des jeunes femmes et hommes âgés de 18 à 24 ans à travers le Moyen-Orient. Cette année, le Soudan du Sud a été ajouté à la liste des pays. 

Au sein des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), 78% sont convaincus que leur voix compte pour les dirigeants de leurs pays. Cependant, en Afrique du Nord et au Levant, ce nombre est de 35 et 32% respectivement. 

M. John, qui qualifie le contraste entre les régions de «frappant», ajoute: «Ces chiffres révèlent que le Moyen-Orient devrait être analysé à travers la nouvelle réalité que vivent les jeunes aujourd’hui.» 

«Alors que les gouvernements du CCG ont gagné la confiance de leurs jeunes et adopté des politiques qui répondent à leurs préoccupations, la situation est totalement différente dans le reste de la région.» 

De plus, une majorité de jeunes au Levant (71%) et en Afrique du Nord (61%) déclarent que leurs régions vont dans la mauvaise direction. Par ailleurs, plus de deux tiers des jeunes estiment que leurs gouvernements n’ont pas les bonnes politiques pour répondre à leurs préoccupations les plus importantes. 

Les jeunes ressortissants du CCG sont d’un avis contraire. Ils sont 87% à affirmer que leurs dirigeants adoptent les bonnes politiques. 

Le contraste entre les régions est évident même dans les opinions sur la corruption. Alors que 52% des jeunes du CCG pensent qu’il n’y a pas de corruption dans leur région, seuls 10% au Levant et 12% en Afrique du Nord ont la même opinion sur leur pays. 

La corruption fait partie des cinq principales préoccupations des jeunes Arabes (83%), avec la hausse du coût de la vie (89%), le chômage (86%), l’état de l’économie nationale (84%) et l’inégalité des revenus (81%). 

Cette liste demeure pratiquement inchangée depuis plus d’une décennie, sauf lorsque l’absence de démocratie et la montée en puissance de Daech étaient les principales préoccupations, en 2011 et 2012 respectivement. 

L’inflation est naturellement une source majeure d’anxiété pour la jeunesse arabe et devrait le rester, selon l’enquête. Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment déclaré que le conflit en Ukraine et de nouvelles réductions de production de l’Opep + (14 pays de l’Opep plus 10 autres pays) «augmenteraient les tensions budgétaires et externes pour les importateurs de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena)». 

Le FMI estime que l’inflation restera inchangée à près de 15% cette année, avant de baisser légèrement en 2024. 

Le chômage est la deuxième plus grande préoccupation chez les jeunes Arabes, ce qui n’est pas surprenant étant donné que les taux de chômage parmi les jeunes atteignent en moyenne 30% en Égypte, au Soudan et en Algérie – trois des pays les plus peuplés du monde arabe – et plus de 50% au Liban. 

La jeunesse arabe n’est pas non plus particulièrement optimiste quant à la recherche d’un nouvel emploi. Ils sont 50% parmi les jeunes en Afrique du Nord et 57% au Levant à estimer qu’il sera difficile de trouver un emploi. 

Les résultats de cette année sont semblables à ceux de l’enquête sur la jeunesse arabe de 2012, qui a révélé que les jeunes étaient extrêmement frustrés par les gouvernements qui les dirigeaient sur des questions comme l’éducation, l’emploi et l’inflation. 

Sunil John soutient que ces résultats indiquent «la nécessité pour les gouvernements de la région d’agir et de s’attaquer d’urgence aux problèmes auxquels les jeunes sont confrontés ». 

Non seulement la jeunesse arabe a le sentiment que sa voix n’a pas d’importance pour les gouvernements, mais elle manque également de confiance en ses dirigeants pour résoudre les problèmes les plus importants. 

Plus de la moitié des participants ont déclaré qu’ils n’avaient pas confiance en la capacité de leur gouvernement à faire face à des problèmes comme le chômage, la corruption, la hausse du coût de la vie, l’égalité des revenus et la stabilité économique. 

M. John conclut: «Le chômage, la corruption et la hausse du coût de la vie sont des sujets de préoccupation pour les jeunes du monde entier, mais le fait que les jeunes Arabes – en particulier en Afrique du Nord et au Levant – n’aient pas confiance en la capacité de leur gouvernement à y faire face est alarmant.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh en Turquie ce week-end

Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera «ce week-end» le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier. (AFP)
Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera «ce week-end» le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier. (AFP)
Short Url
  • «Le leader de la cause palestinienne sera mon invité ce week-end», a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement
  • Le chef de l'Etat, qui a multiplié depuis octobre les invectives à l'égard d'Israël, a estimé que les Israéliens «ont surpassé Hitler»

ISTANBUL: Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera "ce week-end" le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier.

"Le leader de la cause palestinienne sera mon invité ce week-end", a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) à l'Assemblée.

Le chef de l'Etat n'a pas précisé le lieu de la rencontre, mais selon la chaîne de télévision privée NTV, elle aura lieu samedi au palais de Dolmabahçe, à Istanbul.

Elle intervient après que le Qatar, un des médiateurs du conflit entre Israël et le Hamas, a reconnu mercredi que les négociations visant à faire cesser les hostilités à Gaza et à libérer les otages israéliens "piétinent".

"Même s'il ne reste que moi, Tayyip Erdogan, je continuerai aussi longtemps que Dieu me donnera la vie à défendre la lutte palestinienne et à me faire la voix du peuple palestinien opprimé", a lancé le président turc, qualifiant de nouveau le Hamas de "groupe de résistance".

Le chef de l'Etat, qui a multiplié depuis octobre les invectives à l'égard d'Israël, a estimé que les Israéliens "ont surpassé Hitler" en se rendant coupables de la mort de "14.000 enfants innocents" dans la bande de Gaza.

Son dernier tête-à-tête en Turquie avec M. Haniyeh, qui est basé au Qatar, remonte à l'été 2023: le chef du Hamas avait été reçu au palais présidentiel à Ankara le 26 juillet en même temps que le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Ismaïl Haniyeh avait, depuis, rencontré en toute discrétion le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan le 2 janvier "en Turquie", selon un communiqué officiel qui ne précisait pas le lieu de ce tête-à-tête.

M. Erdogan a présenté le 10 avril ses condoléances au chef du Hamas, dont trois fils et quatre petits-enfants ont été tués dans la bande de Gaza dans une attaque revendiquée par les Israéliens.


Netanyahu dément une famine à Gaza, réitère «le droit» d'Israël «à se protéger»

 Des enfants palestiniens souffrant de malnutrition sont soignés dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024, alors que la faim est généralisée dans le territoire palestinien assiégé en raison du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo Mohammed Abed AFP)
Des enfants palestiniens souffrant de malnutrition sont soignés dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024, alors que la faim est généralisée dans le territoire palestinien assiégé en raison du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo Mohammed Abed AFP)
Short Url
  • M. Netanyahu a «récusé les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza et a affirmé qu'Israël fait tout son possible sur la question humanitaire»
  • M. Netanyahu s'est adressé à son cabinet, expliquant qu'il avait reçu «toutes sortes de suggestions et de conseils» de la part des alliés du pays depuis l'attaque iranienne

JÉRUSALEM : Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a récusé mercredi toute «allégation» de famine dans la bande de Gaza et a réitéré «le droit» d'Israël «à se protéger», lors de rencontres avec les chefs de la diplomatie britannique et allemande à Jérusalem.

«Durant ces rencontres, le Premier ministre a insisté sur le fait qu'Israël se réservait le droit de se protéger», a déclaré le gouvernement israélien dans un communiqué.

M. Netanyahu a aussi «récusé les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza et a affirmé qu'Israël fait tout son possible sur la question humanitaire».

Les ministres des Affaires étrangères britannique, David Cameron, et allemande, Annalena Baerbock, sont les premiers chefs de diplomatie étrangers à avoir fait le déplacement en Israël depuis l'attaque inédite de l'Iran contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche.

Après avoir rencontré les deux diplomates, M. Netanyahu s'est adressé à son cabinet, expliquant qu'il avait reçu «toutes sortes de suggestions et de conseils» de la part des alliés du pays depuis l'attaque iranienne.

«Toutefois, je tiens également à préciser que nous prendrons nos décisions nous-mêmes», a-t-il déclaré, selon un communiqué publié par son bureau, alors qu'Israël a dit sa détermination à faire payer l'Iran pour le tir de quelque 350 drones et missiles, dont la quasi-totalité a été interceptée.


Le vice-ministre saoudien de la Défense arrive au Pakistan pour finaliser des projets de sécurité bilatéraux

Le sous-ministre saoudien de la Défense Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi arrive à Islamabad pour une visite de deux jours afin de finaliser les accords de défense - Ministère pakistanais de la Défense. (Fournie)
Le sous-ministre saoudien de la Défense Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi arrive à Islamabad pour une visite de deux jours afin de finaliser les accords de défense - Ministère pakistanais de la Défense. (Fournie)
Short Url
  • La visite d’Al-Otaibi intervient après que le ministre saoudien des Affaires étrangères était à Islamabad pour une visite de deux jours afin de discuter des investissements
  • Le Pakistan maintient des liens militaires étroits et fournit des armes et une formation étendues aux forces armées saoudienne

ISLAMABAD : Le ministre saoudien adjoint de la Défense, Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi, est au Pakistan pour une visite de deux jours afin de finaliser des projets bilatéraux liés à la défense, a déclaré mercredi le ministère pakistanais de la Défense. 

La visite d’Al-Otaibi fait suite à une visite de deux jours à Islamabad du ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan Al Saud, visant à renforcer la coopération économique bilatérale et à faire avancer les accords d’investissement précédemment convenus.

« Le ministre adjoint de la Défense saoudien est arrivé au Pakistan pour une visite de deux jours », a déclaré le ministère pakistanais de la Défense, ajoutant que les projets bilatéraux dans les domaines liés à la défense seraient finalisés au cours de la visite. 

Des photos et des vidéos publiées par le ministère de la Défense montrent qu’Al-Otaibi est arrivé au Pakistan mardi soir et a été reçu par des responsables militaires et gouvernementaux pakistanais et des diplomates saoudiens, y compris l’ambassadeur à Islamabad. 

Le Pakistan entretient des liens militaires étroits avec l’Arabie saoudite, fournissant un soutien étendu, des armes et une formation aux forces armées saoudiennes. 

Depuis les années 1970, des soldats pakistanais sont stationnés en Arabie saoudite pour protéger le royaume et le Pakistan offre également une formation aux soldats et aux pilotes saoudiens. Les deux pays mènent également régulièrement des coentreprises multidimensionnelles et des exercices de défense. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com