La création d'emplois en Arabie saoudite se poursuivra au-delà de 2030

Le taux de croissance de la population active en Arabie Saoudite est très dynamique et il se maintiendra même si le pays s'éloigne lentement du pétrole (Photo, SPA).
Le taux de croissance de la population active en Arabie Saoudite est très dynamique et il se maintiendra même si le pays s'éloigne lentement du pétrole (Photo, SPA).
Short Url
Publié le Dimanche 23 juillet 2023

La création d'emplois en Arabie saoudite se poursuivra au-delà de 2030

  • Project Management Institute: L'Arabie saoudite devrait connaître une augmentation des emplois axés sur la gestion de projet
  • «Le Royaume d’Arabie saoudite est bien placé pour tirer parti de l'IA grâce à sa population jeune et instruite, ainsi qu’à son engagement fort en faveur de l'innovation», a déclaré Karan Bhatia

RIYAD: La diversification économique de l'Arabie saoudite a fait du pays un centre d'opportunités d'emploi grâce à ses grands projets audacieux, dont NEOM, qui attirent de nouveaux talents dans le secteur de la construction.

Ces développements massifs s'inscrivent dans le cadre de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite, qui vise à réduire la dépendance du pays à l'égard du pétrole et à renforcer le secteur privé.

Dans ce contexte de création d'emplois au cours des dernières années, certains sceptiques ont exprimé la crainte que cette tendance ne prenne fin une fois que les giga-projets seraient achevés.

Toutefois, on estime de plus en plus que cette trajectoire de l'emploi se poursuivra une fois que le projet de la Vision 2030 sera achevé. 

Grace Najjar, directrice régionale du Project Management Institute MENA, basé aux États-Unis, considère que les développements économiques sont bien ancrés et a déclaré: «Dans les années à venir, alors que le pays achèvera ses giga-projets, le gouvernement saoudien poursuivra ses investissements massifs dans les infrastructures, le tourisme et les mégaprojets de transport, continuant ainsi à créer de nouveaux emplois.»

Elle a ajouté: «L’Arabie saoudite continuera à se concentrer non seulement sur les projets susmentionnés, mais aussi sur l'expansion de la 5G, la mise à niveau des services informatiques et l'amélioration de l'intelligence artificielle.»

L'avenir du marché de l'emploi en Arabie saoudite

Selon Najjar, l'Arabie saoudite devrait connaître une augmentation des emplois axés sur la gestion de projet.

Elle a indiqué que certains des secteurs qui connaîtront une demande massive pour ces postes sont l'industrie manufacturière et la construction, la finance et l'assurance, l'information et l'édition, ainsi que les services de gestion et les services professionnels.

«La croissance dans tous ces secteurs entraîne une demande accrue de compétences en gestion de projet, ce qui créera encore plus d'emplois dans le domaine de la gestion des petites et moyennes organisations et entrepreneuriat (PMOE) au cours des dix prochaines années. Le taux de croissance du PMOE au sein des industries de projet devrait être plus élevé que celui de l'emploi global dans ces industries. Cela indique une plus grande demande de postes — et de personnes qualifiées pour les occuper», a précisé Najjar.

Elle a ajouté que si certains secteurs devraient connaître une augmentation substantielle des emplois liés à des projets, le taux de croissance dans les secteurs du pétrole et du gaz devrait être légèrement inférieur.

ds
Grace Najjar, directrice régionale du Project Management Institute MENA (Photo fournie).

-----------------------------------

«Dans les années à venir, alors que le pays achèvera ses giga-projets, le gouvernement saoudien poursuivra ses investissements massifs dans les infrastructures, le tourisme et les mégaprojets de transport, continuant ainsi à créer de nouveaux emplois.»

Grace Najjar, directrice régionale du Project Management Institute MENA

-----------------------------------

«Cela pourrait s'expliquer par le fait que les principaux exportateurs de pétrole et de gaz de la région continueront à réinvestir les recettes énergétiques dans de vastes projets d'infrastructure tout en s'efforçant de se diversifier dans de nouveaux domaines», a ajouté Najjar.

Elle a également souligné que le taux de croissance de la main-d'œuvre en Arabie saoudite est très dynamique et qu'il se maintiendra même si le pays s'éloigne lentement du pétrole.

«Alors que le Royaume d'Arabie saoudite et la région s'éloignent de la dépendance au pétrole, les différents secteurs sont prometteurs en termes d'emplois. L’Arabie saoudite, par exemple, est en tête de tous les pays du G20 pour ce qui est du taux de croissance de la main-d'œuvre, et les possibilités d'emploi continuent d'augmenter, ayant presque doublé au cours des cinq dernières années pour atteindre 33% en 2022», a mentionné Najjar.

Soulignant la croissance de la création d'emplois en Arabie saoudite, un rapport publié par le ministère de l'Économie et de la Planification au début de ce mois indique que le taux de chômage des Saoudiens a atteint 8,5% au premier trimestre de 2023, contre 10,1% au premier trimestre de 2022.

Au premier trimestre de 2023, le taux de chômage des hommes saoudiens a baissé à 4,6%, contre 5,1% au même trimestre de 2022.

En outre, le taux de chômage en Arabie saoudite est tombé à un niveau historiquement bas de 8% au quatrième trimestre de 2022.

Tout cela s'inscrit dans le contexte de l'objectif de l’Arabie saoudite de ramener le taux de chômage à 7% d'ici à 2030.

«La baisse continue du taux de chômage chez les Saoudiens s'explique par l'intensification des efforts déployés par le gouvernement pour offrir des possibilités d'emploi aux citoyens, grâce à une série de programmes et d'initiatives, ainsi que par le rôle du secteur privé dans les processus d'emploi», a déclaré le ministère lors de la publication des chiffres en juillet.

L'intelligence artificielle n'aura pas d'impact sur la création d'emplois

Face à l'adoption généralisée de l'intelligence artificielle dans tous les secteurs, Najjar estime que cette technologie avancée n'aura pas d'impact négatif sur la création d'emplois, car l'intelligence artificielle ne peut pas reproduire l'intelligence émotionnelle.

Le travail qui repose sur la conscience humaine est ce que le Project Management Institute a appelé les «Power Skills». Parmi ces compétences, l'intelligence émotionnelle se distingue par le fait qu'elle ne peut pas être reproduite par l'intelligence artificielle. L'intelligence émotionnelle englobe la capacité de comprendre, d'utiliser et de gérer efficacement les émotions. Elle comprend quatre aspects clés: la gestion de soi, la conscience de soi, la conscience sociale et la gestion des relations», a expliqué Najjar.

ds
Ali Matar, responsable des marchés de croissance pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique au sein de LinkedIn (Photo fournie).

-----------------------------------

«L'IA est un outil. Elle va changer notre façon de travailler et, en fonction de la façon dont nous tirons parti de ses avantages, nous pouvons garantir que l’IA peut nous aider à entreprendre des activités professionnelles de manière plus efficaces. Après tout, les systèmes d'IA sont destinés à augmenter les performances humaines et à aider les gens, et non à les remplacer.»

Ali Matar, responsable des marchés de croissance pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique au sein de LinkedIn.

-------------------------------------

Ali Matar, responsable des marchés de croissance pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique au sein de LinkedIn, a également fait écho à des points de vue similaires et a indiqué que l'avènement de l'IA assistera les humains dans leurs activités, mais ne les remplacera pas.

«L'IA est un outil. Elle va changer notre façon de travailler et, en fonction de la façon dont nous tirons parti de ses avantages, nous pouvons garantir que l’IA peut nous aider à entreprendre des activités professionnelles de manière plus efficaces. Après tout, les systèmes d'IA sont destinés à augmenter les performances humaines et à aider les gens, et non à les remplacer», a déclaré Matar.

Le responsable de LinkedIn a ajouté que les employeurs devraient identifier les emplois de l'avenir et investir dans ce domaine, et qu'ils devraient également doter les gens des compétences et du soutien nécessaires pour assurer une transition en douceur vers l'IA. 

«Il est important de noter qu'en ce qui concerne les compétences en IA et le recrutement, beaucoup de ces rôles sont nouveaux — beaucoup n'ont jamais existé auparavant — de sorte que l'approche typique du recrutement, qui consiste à rechercher des diplômes spécifiques ou des titres d'emploi antérieurs, ne sert pas vraiment les employeurs dans ce cas», a noté Matar. 

En mai, Karan Bhatia, vice-président de Google pour les affaires publiques mondiales et la politique publique, a déclaré que l'Arabie saoudite, avec les bonnes politiques, peut fournir un environnement propice aux entreprises et aux économies pour maximiser le potentiel de l'IA.

«Le Royaume d’Arabie saoudite est bien placé pour tirer parti de l'IA grâce à sa population jeune et instruite, ainsi qu’à son engagement fort en faveur de l'innovation. Il est important de mettre en place l'environnement, les politiques et les compétences adéquats pour l'IA afin que les personnes, les entreprises et les communautés d'Arabie saoudite puissent bénéficier de l'IA», a soutenu Bhatia.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Première promotion de l'Académie de Coiffure L'Oréal et l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal à Dammam 

Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an. (Photo: fournie)
Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an. (Photo: fournie)
Short Url
  • Il s'agit de la deuxième université avec laquelle L'Oréal Arabie Saoudite collabore pour préparer les futurs coiffeurs des femmes saoudiennes
  • Avec le lancement de nouvelles académies L'Oréal à Riyad, Damman et Khobar, L'Oréal vise à diplômer 100 coiffeurs saoudiens par an

DUBAÏ: L'Oréal Saudi, en partenariat avec l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal, annonce la réussite de la première cohorte de son programme de certification en coiffure. Spécialement conçu pour les femmes saoudiennes, ce programme souligne l'engagement de L'Oréal en faveur de l'autonomisation des femmes dans le secteur privé du Royaume grâce au développement des compétences dans l'industrie de la beauté. Neuf étudiantes dévouées ont suivi un programme intensif de six mois, totalisant 800 heures d'apprentissage théorique, de pratique et de stage dans les meilleurs salons de Dammam.

Avec 67 % des diplômés qui ont déjà obtenu des postes dans des salons renommés de Dammam, la réussite du programme démontre son efficacité dans l'autonomisation des femmes saoudiennes et leur offre des opportunités de carrière dans l'industrie de la beauté. Le programme est prêt à reprendre après le Ramadan 2024, poursuivant sa mission de doter les femmes saoudiennes d'un métier dans l'industrie de la beauté tout en aidant les salons locaux à améliorer leur taux de saoudisation.

"La remise des diplômes à la première cohorte de l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal marque une nouvelle étape dans notre démarche d'autonomisation des femmes saoudiennes et d'élévation des normes de l'ensemble de l'industrie de la beauté dans le Royaume. Grâce à un investissement continu dans le développement des compétences et l'éducation," a déclaré Mehdi Moutaoukil, directeur général de la division des produits professionnels de L'Oréal au Moyen-Orient.

Patricia Freiha, directrice de l'unité commerciale de la division des produits professionnels de L'Oréal en Arabie saoudite, a commenté : "Notre partenariat avec l'Université Imam Abdulrahman Bin Faisal souligne notre engagement à encourager les talents locaux et à favoriser une croissance durable dans le secteur privé. Cet engagement souligne la volonté de L'Oréal de favoriser un écosystème solide où les femmes saoudiennes non seulement excellent en tant que professionnelles, mais ont également la possibilité de devenir des leaders et des mentors au sein de l'industrie".

Par ailleurs, pour Fatimah Abdulrahman Alrawajeh, doyenne de l'Applied College de l'université Imam Abdulrahman Bin Faisal, "le partenariat avec l'Institut de coiffure L'Oréal souligne notre engagement à encourager les talents locaux et à favoriser une croissance durable dans le secteur privé. À l'université Imam Abdulrahman Bin Faisal, nous souhaitons offrir aux jeunes femmes saoudiennes davantage d'opportunités de devenir coiffeuses et entrepreneurs, et inspirer la nouvelle génération par leur travail artistique et technique."

Le parcours de la L'Oréal Hairdressing Academy a commencé à Riyad en 2021 à l'Université Princesse Nourah bint Abdulrahman, où elle a depuis diplômé 23 étudiants, affichant un taux d'emploi impressionnant de 80 %. Ce programme permanent a permis d'offrir de précieuses opportunités au sein de l'industrie locale de la coiffure.

Forte de ce succès, L'Oréal Arabie Saoudite a procédé à l'enregistrement commercial officiel de ses activités de formation, ce qui lui permet de délivrer des certificats de coiffure aux femmes saoudiennes dans ses académies L'Oréal situées à Riyad, Jeddah et Khobar. Le programme, d'une durée de six mois, vise à former et à autonomiser au moins 100 coiffeuses saoudiennes par an.


Le FMI relève ses prévisions de croissance pour l'économie saoudienne à 6 % en 2025

Le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024 ( Shutterstock)
Le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024 ( Shutterstock)
Short Url
  • Plus tôt en avril, la Banque mondiale a également relevé les perspectives de croissance de l'économie du Royaume à 5,9 % en 2025, contre une projection précédente de 4,2 %.
  • Toutefois, le FMI a prévenu qu'il était encore trop tôt pour crier victoire dans la lutte contre l'inflation. 

RIYADH : Le Fonds monétaire international a relevé ses prévisions de croissance économique pour l'Arabie saoudite en 2025 à 6 %, contre 5,5 % prévus plus tôt cette année. 

Dans son dernier rapport, le FMI a également noté que la production du Royaume augmentera de 2,6 % en 2024, soit une baisse de 0,1 % par rapport à la projection précédente. 

L'institution financière a ajouté que la croissance économique globale de la région du Moyen-Orient et de l'Asie centrale devrait atteindre 2,8 % et 4,2 % en 2024 et 2025, respectivement. 

Plus tôt en avril, la Banque mondiale a également relevé les perspectives de croissance de l'économie du Royaume à 5,9 % en 2025, contre une projection précédente de 4,2 %.

La maîtrise de l'inflation doit être une priorité

Selon le FMI, la croissance économique mondiale, estimée à 3,2 % en 2023, devrait se poursuivre au même rythme en 2024 et 2025. 

Le rapport souligne également que l'inflation globale mondiale devrait baisser de 5,9 % cette année, après une moyenne de 6,8 % en 2023. 

Toutefois, le FMI a prévenu qu'il était encore trop tôt pour crier victoire dans la lutte contre l'inflation. 

"Ramener l'inflation à son niveau cible doit rester la priorité. Bien que les tendances de l'inflation soient encourageantes, nous n'y sommes pas encore. Il est quelque peu inquiétant de constater que les progrès vers les objectifs d'inflation se sont quelque peu interrompus depuis le début de l'année. Il pourrait s'agir d'un recul temporaire, mais il y a des raisons de rester vigilant", a déclaré Pierre-Olivier Gourinchas, conseiller économique au FMI. 

Il a ajouté : "La plupart des bonnes nouvelles concernant l'inflation proviennent de la baisse des prix de l'énergie et de l'inflation des biens. Cette dernière a été favorisée par l'atténuation des frictions dans la chaîne d'approvisionnement, ainsi que par la baisse des prix des exportations chinoises. Mais les prix du pétrole ont augmenté récemment, en partie à cause des tensions géopolitiques, et l'inflation des services reste obstinément élevée." 

La reprise économique mondiale diffère selon les régions

Selon le rapport, l’économie mondiale a fait preuve de résilience en 2023, mais ces gains ont été ressentis différemment, car les pays à faible revenu ont continué de subir les contrecoups de la pandémie. 

« Nous estimons maintenant qu’il y aura plus de cicatrices pour les pays en développement à faible revenu, dont beaucoup ont encore du mal à tourner la page de la pandémie et des crises du coût de la vie », a déclaré Gourinchas. 

Le FMI a également appelé les pays à reconstituer leurs marges de manœuvre budgétaires pour aider à protéger leurs niveaux de dette souveraine, ce qui les aidera à inverser la baisse des perspectives de croissance à moyen terme. 

« À l’avenir, les décideurs devraient accorder la priorité aux mesures qui aident à préserver ou même à améliorer la résilience de l’économie mondiale. La première de ces priorités est de reconstituer les marges de manœuvre budgétaires. Même si l’inflation recule, les taux d’intérêt réels restent élevés et la dynamique de la dette souveraine est devenue moins favorable », a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Fonds saoudien pour le développement et Saint-Kitts-et-Nevis signent un accord de prêt pour l'énergie

L'accord a été signé par le PDG du Fonds saoudien pour le développement, Sultan bin Abdulrahman Al-Murshid, et le vice-premier ministre de Saint-Kitts-et-Nevis, Geoffrey Hanley. (SPA)
L'accord a été signé par le PDG du Fonds saoudien pour le développement, Sultan bin Abdulrahman Al-Murshid, et le vice-premier ministre de Saint-Kitts-et-Nevis, Geoffrey Hanley. (SPA)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a signé mardi un accord de prêt de 40 millions de dollars avec Saint-Kitts-et-Nevis pour soutenir le secteur énergétique de ce pays des Caraïbes
  • 40 millions de dollars financeront la mise en place d'une centrale électrique à double combustible d'une capacité de 18 mégawatts.

RIYADH : L'Arabie saoudite a signé mardi un accord de prêt de 40 millions de dollars avec Saint-Kitts-et-Nevis pour soutenir le secteur énergétique de ce pays des Caraïbes, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L'accord a été signé par le PDG du Fonds saoudien pour le développement, Sultan bin Abdulrahman Al-Murshid, et le vice-premier ministre de Saint-Kitts-et-Nevis, Geoffrey Hanley, en marge des réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international à Washington DC.

Les 40 millions de dollars serviront à financer l'expansion des capacités de production d'électricité de Saint-Kitts-et-Nevis grâce à la mise en place d'une centrale électrique à double combustible d'une capacité de 18 mégawatts.

Le projet contribuera à la mise en place d'une plateforme de production d'électricité hybride et flexible permettant d'améliorer l'efficacité et de brûler des combustibles propres, et de soutenir la transition vers un avenir énergétique durable.

Cet accord s'inscrit dans le cadre de la mission du FSD, qui consiste à aider les pays et les petits États insulaires en développement du monde entier à relever les défis du développement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com