Les hommages affluent après le décès de la chanteuse Sinead O'Connor

La chanteuse irlandaise Sinead O'Connor se produit au Highline Ballroom à New York le 23 février 2012. (Photo Jason Kempin / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
La chanteuse irlandaise Sinead O'Connor se produit au Highline Ballroom à New York le 23 février 2012. (Photo Jason Kempin / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 27 juillet 2023

Les hommages affluent après le décès de la chanteuse Sinead O'Connor

  • Au lendemain de l'annonce par sa famille de la mort de l'artiste reconnaissable à son crâne rasé, la police britannique a indiqué l'avoir retrouvée « inconsciente à une adresse résidentielle» du sud de Londres
  • La mort de l'artiste, qui n'avait pas caché des pensées suicidaires ces dernières années, a provoqué une forte émotion

LONDRES: Une voix "unique" qui "fendait la pierre": le décès à Londres de la chanteuse irlandaise Sinead O'Connor à 56 ans, célèbre pour son tube "Nothing Compares 2 U", suscitait de nombreux hommages jeudi.

Au lendemain de l'annonce par sa famille de la mort de l'artiste reconnaissable à son crâne rasé, la police britannique a indiqué l'avoir retrouvée "inconsciente à une adresse résidentielle" du sud de Londres. "Le décès n'est pas considéré comme suspect", a-t-elle ajouté.

Une autopsie sera effectuée car "aucune cause médicale de la mort n'a été donnée", a indiqué peu après la London Inner South Coroner's Court.

Ame tendre

La mort de l'artiste, qui n'avait pas caché des pensées suicidaires ces dernières années, a provoqué une forte émotion.

"Il n'y a pas de mot", a sobrement affiché sur Instagram le chanteur du groupe REM Michael Stipe, avec une photo de lui et de la chanteuse.

Le chanteur Cat Stevens, converti de longue date à l'islam, comme la chanteuse en 2018, a salué son "âme tendre", tandis que la chanteuse pop britannique des années 1980, Alison Moyet, a insisté sur une voix qui "fendait la pierre".

Le groupe Massive Attack, qui a travaillé avec elle, s'est dit "effondré" sur les réseaux sociaux, évoquant "le feu dans ses yeux" lorsqu'elle parlait de ses engagements.

Au-delà du monde de la musique, le champion irlandais de MMA Conor McGregor a estimé que "le monde a perdu une artiste à la voix d'ange".

Sinead O'Connor avait fait ses débuts dans les rues et les pubs de Dublin, avant d'enregistrer en 1987 à Londres son premier album, "The Lion and the Cobra", un classique punk.

Il est suivi trois ans plus tard par "I Do Not Want What I Haven't Got", qui contient la chanson qui la fait accéder à la célébrité mondiale: "Nothing Compares 2 U" écrit par l'artiste américain Prince.

Outre sa musique, la chanteuse était connue pour son combat contre les abus sexuels dans l'Eglise catholique, qu'elle accusait de ne pas avoir suffisamment protégé les enfants. En 1992, elle avait déchiré à la télévision américaine une image du pape Jean Paul II.

Scandales

"Elle avait le courage de parler quand tous les autres restaient prudemment silencieux", a souligné sur son site internet Morrissey, le chanteur du groupe The Smiths.

La chanteuse, qui affirmait avoir été maltraitée par sa mère, fit de nouveau scandale en 1999 quand une église irlandaise dissidente l'ordonna "prêtresse".

Elle avait ensuite peu à peu disparu du devant de la scène, s'essayant toutefois au reggae en 2005 sur son album "Throw Down Your Arms" après s'être installée un temps en Jamaïque.

A Dublin, des habitants rencontrés par l'AFP dans le quartier de Temple Bar jeudi saluent aussi, comme Aga Szot, une artiste de 44 ans, son "extrême courage".

"Elle s'en fichait de ce que les gens pensaient d'elle. Elle a toujours défendu ce en quoi elle croyait et je pense qu'en tant qu'artiste c'est une des choses les plus importantes que vous pouvez faire", abonde Scott Bellew, jeune anglais de 20 ans qui se dit "choqué" par sa disparition.

"Les gens avaient peut-être une opinion partagée sur elle" mais en tant qu'artiste elle était "absolument incroyable", estime Grainne Wray, guide touristique anglaise de 32 ans.

Ces dernières années, la chanteuse déversait ses états d'âme sur les réseaux sociaux, menaçant ses anciens associés de poursuites judiciaires, s'épanchant sur ses problèmes de santé physiques et mentaux, partageant ses pensées suicidaires et ses relations compliquées avec sa famille.

En 2022, son fils Shane, 17 ans, avait mis fin à ses jours. Sinead O'Connor avait alors été hospitalisée après avoir indiqué sur les réseaux sociaux qu'elle songeait elle aussi au suicide.

On la voyait récemment dans une vidéo postée début juillet sur le réseau social Twitter, rebaptisé "X", où elle évoquait sa douleur après le suicide de son fils, et affirmait vouloir finir un nouvel album.


Mort à 95 ans de Fumihiko Maki, architecte d'une des tours de Ground Zero à New York

Sa photo d'archive prise le 13 novembre 2013 montre l'architecte japonais Fumihiko Maki, qui a conçu le bâtiment, s'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture du 4 World Trade Center de 72 étages à New York. (AFP)
Sa photo d'archive prise le 13 novembre 2013 montre l'architecte japonais Fumihiko Maki, qui a conçu le bâtiment, s'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture du 4 World Trade Center de 72 étages à New York. (AFP)
Short Url
  • Maki était aussi l'un des fondateurs du métabolisme, un mouvement d'architecture avant-gardiste nippon des années 1960 qui proposait de concevoir les bâtiments comme des organismes vivants
  • De retour à Tokyo en 1965, il fonde son propre cabinet d'architecture, Maki and Associates, toujours en activité aujourd'hui et qui compte le rester

TOKYO: Fumihiko Maki, architecte japonais lauréat du prestigieux prix Pritzker en 1993 et concepteur d'une tour du nouveau complexe du World Trade Center à New York, est mort jeudi dernier à l'âge de 95 ans, a annoncé mercredi son agence dans un communiqué.

Il était aussi l'un des fondateurs du métabolisme, un mouvement d'architecture avant-gardiste nippon des années 1960 qui proposait de concevoir les bâtiments comme des organismes vivants.

Né à Tokyo le 6 septembre 1928, Fumihiko Maki a d'abord étudié au Japon auprès de Kenzo Tange, grand maître de l'architecture japonaise de l'après-guerre, très influencé par Le Corbusier.

Il a ensuite poursuivi sa formation aux Etats-Unis, où il a démarré sa carrière dans les années 1950, comme architecte et enseignant à la fois.

De retour à Tokyo en 1965, il fonde son propre cabinet d'architecture, Maki and Associates, toujours en activité aujourd'hui et qui compte le rester.

"Pour moi, le projet de création le plus significatif est ma société - Maki and Associates. Elle reste une oeuvre perpétuellement en cours, évoluant sans cesse en adoptant de nouvelles idées au fil du temps, assurant ainsi sa pérennité", selon une citation de M. Maki mentionnée mercredi par son cabinet.

Avec d'autres anciens disciples de Kenzo Tange comme Kisho Kurokawa (1934-2007) et Kiyonori Kikutake (1928-2011), Fumihiko Maki était l'un des auteurs du "manifeste du métabolisme" en 1960, qui posait les bases d'une nouvelle architecture s'inspirant des principes biologiques de la croissance et de la régénération.

Ce courant utopique, qui a connu son âge d'or dans les années 1960-70, proposait de considérer l'architecture comme un processus vital, avec des structures s'intégrant harmonieusement dans l'environnement urbain, mais aussi remplaçables voire modulables, comme des cellules.

Parmi ses nombreuses et très variées réalisations dans le monde figurent l'une des tours de bureaux formant le nouveau complexe du World Trade Center reconstruit à New York après les attentats du 11 septembre 2001 (4 WTC, 2013).

A l'inverse d'autres grands architectes japonais contemporains, Fumihiko Maki était plutôt méconnu en France, où il n'a été associé qu'à un seul projet, le plan d'urbanisme du quartier d'affaires de Châteaucreux à Saint-Etienne (sud-est) dans les années 2000-2010.


La France pleure Françoise Hardy, une de ses dernières icônes des sixties

La chanteuse française Françoise Hardy est photographiée à Paris, en novembre 1970. (AFP)
La chanteuse française Françoise Hardy est photographiée à Paris, en novembre 1970. (AFP)
Short Url
  • «Comment te dire adieu», son standard de 1968, revient mercredi dans les titres de la presse et dans les hommages sur les réseaux sociaux
  • «L'élégance» de ses «chuchotements harmonieux résonnera pour toujours dans le cœur des garçons et des filles de tout âge», écrit le musicien Jean-Michel Jarre

PARIS: "Enorme tristesse", "voix singulière", "légende de la chanson française": la France pleure mercredi la disparition de Françoise Hardy, une de ses dernières icônes des sixties, annoncée la veille.

"Maman est partie": c'est par ces simples mots sur ses réseaux sociaux, avec une photo de lui enfant auprès de sa mère, que son fils Thomas Dutronc a officialisé la nouvelle tard mardi soir.

Cette disparition, à 80 ans, après avoir lutté contre un cancer apparu dès 2004, survient presque un an après celle de Jane Birkin (juillet 2023), autre icône des sixties.

"Comment te dire adieu", son standard de 1968, revient mercredi dans les titres de la presse et dans les hommages sur les réseaux sociaux.

"Comment lui dire adieu ?", a ainsi posté Rachida Dati, ministre de la Culture, saluant une "légende de la chanson française".

"Icône française, voix singulière à la tranquillité farouche, Françoise Hardy aura bercé des générations de Français pour qui elle restera ancrée dans des moments de vie", salue le Premier ministre Gabriel Attal.

"L'élégance" de ses "chuchotements harmonieux résonnera pour toujours dans le cœur des garçons et des filles de tout âge", écrit le musicien Jean-Michel Jarre. "Quelqu'un que j'aimais infiniment vient de partir", confie le chanteur Julien Clerc.

Un clin d'oeil à son hit instantané de 1962, l'année de ses 18 ans: plus de deux millions d'exemplaires vendus pour "Tous les garçons et les filles", que Françoise Hardy avait écrit et composé, fait rare à l'époque.


Le street art mondial déboule au Petit Palais, une première «  historique  »

Le petit palais, photo d'illustration. (AFP).
Le petit palais, photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Dans une salle aux murs rouges dédiée à la République, les artistes revisitent les codes de la Nation aux côtés d'Eugène Delacroix
  • Juste derrière, figure la Marianne à la larme de sang de Shepard Fairey, intitulée "Liberté, Égalité, Fraternité" et réalisée "en réponse aux attentats terroristes de 2015 à Paris"

PARIS: Une bombe aérosol géante affublée d'ailes d'ange trône au cœur du Petit Palais, à Paris, où une soixantaine d'artistes urbains internationaux ont investi l'espace avec environ 200 œuvres au milieu d'icônes des collections permanentes comme Delacroix.

C'est une première pour ce haut lieu des expositions d'art dans la capitale française. Jusqu'au 15 septembre, Shepard Fairey alias Obey (Etats-Unis), Invader (France), D*FACE (Royaume-Uni), Seth (France), Cleon Peterson (Etats-Unis), Hush (Royaume-Uni), Swoon (Etats-Unis, l'une des rares femmes), Vhils (Portugal), Inti (Chili), Add Fuel (Portugal) ou Conor Harrington (Irlande) offrent au public un étonnant voyage où leurs œuvres, majoritairement des toiles, dialoguent avec celles du XIXe siècle.

Un des meilleurs exemples est un tableau du Tunisien DaBro intitulé "Châtelet-les-Halles". Il représente une scène nocturne de rue, avec un danseur hip-hop qui se fond avec les scènes de genre du XIXe siècle qui l'entourent.

Idem pour la "Tour de Babel" de Seth, un empilement de livres anciens rejoignant un ciel multicolore, à l'orée d'une enfilade de salles aux boiseries précieuses.

L'un des espaces les plus spectaculaires, dans cette exposition intitulée "We are Here" (nous sommes là), est "la salle Concorde". Sont exposées, du sol au plafond, des dizaines de tableaux de street art représentant des figures humaines contemporaines ou leurs caricatures.

"Un hommage à l'ancien Salon des refusés de 1863 qui a accueilli les artistes de l'avant-garde exclus des cercles académiques", explique à l'AFP Mehdi Ben Cheikh, commissaire de l'exposition avec Annick Lemoine, directrice du Petit Palais.

Inclusion

"On l'a fait! Chacun a choisi son endroit et a pu voir ses œuvres mises en valeur et reconnues par l'institution", se félicite ce galeriste spécialisé depuis 20 ans dans le street art.

"C'est incroyable, je réalise un rêve, c'est un moment historique", commente, enthousiaste, D*FACE, quadra londonien. Lui a installé ses "ailes" d'ange (ou de casque de Gaulois), sa marque de fabrique, partout sur les statues dans l'une des coursives du Petit Palais. Sa bombe aérosol géante semble surgir du sol en mosaïque.

"Ces ailes connectent les gens avec mes œuvres dans la rue, chacun peut les interpréter à sa façon", dit-il.

Deux jours après les élections européennes et la poussée de l'extrême droite qui a provoqué un séisme en France, il dit espérer que l'exposition contribuera "à unir les gens plutôt qu'à les séparer, car l'art a la particularité d'être vraiment global, il ne s'occupe pas des divisions mais de l'inclusion", selon lui.

République

Dans une salle aux murs rouges dédiée à la République, les artistes revisitent les codes de la Nation aux côtés d'Eugène Delacroix.

Le Franco-Tunisien El Seed expose une calligraphie des paroles de "La Marseillaise" en bleu-blanc-rouge.

Juste derrière, figure la Marianne à la larme de sang de Shepard Fairey, intitulée "Liberté, Égalité, Fraternité" et réalisée "en réponse aux attentats terroristes de 2015 à Paris". C'est aussi lui qui avait créé l'affiche "Hope" de la campagne de Barack Obama en 2008.

"Avec la montée des nationalismes dans de nombreux pays, tout ce qui peut rappeler aux gens qu'on est tous sur la même planète, c'est bien. Ce que j'adore avec l'art urbain c'est que ça unit les gens partout, loin d'une pensée individualiste, protectionniste, égoïste, et ce moment est très important en ce sens", dit-il.

"Ça permet de rapprocher deux mondes qu'on pensait diamétralement opposés", acquiesce El Seed.

"Je me suis aperçu que les artistes jouaient un énorme rôle dans la réconciliation des Français avec les codes, c'est-à-dire que les Anglais et les Américains sont très fiers de leur drapeau, et nous, dès qu'on mettait le bleu-blanc-rouge, on était presque affilié au RN (ex-FN). Shepard a pris la chose au vol et il a fait la Marianne", souligne Mehdi Ben Cheikh.