L'Irak en contact avec Washington au sujet des impayés de gaz iranien

Pour obliger Bagdad à verser ses impayés, Téhéran suspend régulièrement ses approvisionnements en gaz (Photo, AFP).
Pour obliger Bagdad à verser ses impayés, Téhéran suspend régulièrement ses approvisionnements en gaz (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 02 août 2023

L'Irak en contact avec Washington au sujet des impayés de gaz iranien

  • L'Irak est en contact avec les Etats-Unis pour régler à l'Iran des impayés d'une valeur de 9,2 milliards d'euros
  • En raison des sanctions américaines contre l'Iran, Bagdad ne peut pas payer directement Téhéran pour son gaz

BAGDAD: L'Irak est en contact avec les Etats-Unis pour régler à l'Iran des impayés d'une valeur de 9,2 milliards d'euros, que Bagdad doit à Téhéran en contrepartie d'anciennes importations de gaz, a annoncé mardi soir le Premier ministre irakien Mohamed Chia al-Soudani.

En raison des sanctions américaines contre l'Iran, Bagdad ne peut pas payer directement Téhéran pour son gaz. Jusqu'à très récemment l'argent était déposé sur un compte bancaire irakien, qui ne permettait à l'Iran d'acheter que des produits spécifiques dans les secteurs agroalimentaire et pharmaceutique.

Le processus était toujours très ardu et marqué par des retards. Pour obliger Bagdad à verser ses impayés, Téhéran suspend régulièrement ses approvisionnements en gaz, essentiels pour les centrales électriques irakiennes puisqu'ils couvrent un tiers des besoins du pays.

Critiquant un mécanisme complexe en raison des sanctions américaines, le Premier ministre irakien avait annoncé le 11 juillet que Bagdad allait désormais payer ses importations de gaz en fournissant en échange du pétrole à Téhéran.

"Parallèlement, le travail se poursuit avec la partie américaine concernant les impayés, qui ont baissé à 9,2 milliards" d'euros, a indiqué mardi soir en conférence de presse M. Soudani, rappelant que son pays avait réglé ces derniers mois environ 1,8 milliard d'euros à Téhéran.

Le Premier ministre a assuré qu'une délégation de la banque centrale irakienne et de la Trade Bank of Iraq (TBI) avait été dépêchée mardi à Oman "pour convenir d'une formule de transfert de ces fonds vers le Sultanat, en accord avec le Trésor américain".

Le 24 juillet, un porte-parole du département d'Etat américain avait évoqué le transfert d'une partie de ces fonds vers Oman. "Nous pensons qu'il était important de sortir cet argent d'Irak, car c'est un levier utilisé par l'Iran contre son voisin", avait indiqué Matthew Miller.

Car le dossier de l'électricité est ultra-sensible en Irak, pays de 43 millions d'habitants aux immenses richesses en hydrocarbures, où la population vit avec des délestages quotidiens qui empirent l'été et sont parfois à l'origine de manifestations.

M. Miller avait aussi assuré qu'au Sultanat d'Oman, ces sommes seront soumises "aux mêmes restrictions" qu'en Irak: l'usage de ces fonds par Téhéran pour certains achats devra "être approuvé à l'avance par le Trésor américain".

«Entreprises fictives»

Mardi soir, le Premier ministre irakien a évoqué le combat des autorités pour stabiliser le taux de change, la monnaie nationale s'étant affaissée face au dollar ces derniers jours.

Si le taux de change officiel est de 1.310 dinars pour un dollar, au marché parallèle un dollar s'achète mardi à plus de 1.510 dinars à Bagdad.

M. Soudani a dénoncé des réseaux de "spéculateurs", qui amassent les billets verts pour les envoyer vers le Kurdistan autonome dans le nord de l'Irak puis vers l'étranger – sans nommer de destination précise.

Dans un communiqué, la Sûreté nationale a ensuite confirmé le démantèlement d'un "réseau de trafiquants" qui, via des "entreprises fictives, a envoyé illégalement des devises à l'étranger, sous le couvert d'opérations commerciales".

A Bagdad, les forces de sécurité ont arrêté 11 suspects et découvert des coffres où ont été retrouvés plus de 14 millions de dollars, d'après le communiqué.

Tout comme 12 personnes ont été arrêtées dans trois provinces du centre et du sud du pays pour des accusations similaires, selon la même source.


Quel sera le prix humain de la poursuite israélienne incessante des commandants du Hamas à Gaza?

Des enfants réagissent après un bombardement israélien en prenant refuge à l’école de Jaouni, gérée par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), à Nuseirat dans le centre de la bande de Gaza, le 6 juillet 2024, dans le contexte du conflit en cours dans le territoire palestinien entre Israël et Hamas (AFP)
Des enfants réagissent après un bombardement israélien en prenant refuge à l’école de Jaouni, gérée par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), à Nuseirat dans le centre de la bande de Gaza, le 6 juillet 2024, dans le contexte du conflit en cours dans le territoire palestinien entre Israël et Hamas (AFP)
Short Url
  • Des centaines de palestiniens sont morts dans des attaques qui, selon les forces israéliennes, visaient les combattants du Hamas ou visaient à libérer des otages
  • Le total des civils morts dans le bombardement récent d’Israël d’Al-Mawasi et Khan Younis a suscité une condamnation internationale

LONDRES : L’armée israélienne a tué des douzaines de civils palestiniens et blessé des centaines d’autres, dont des enfants, dans sa poursuite incessante des commandants du Hamas à Gaza, bien qu’elle ait marqué un grand nombre de ses zones d’opération comme “zones de sécurité”.

Les responsables palestiniens de la santé ont déclaré lundi que 16 civils ont été tués dans l’est de Khan Younis, sous les bombardements israéliens, même après qu’Israël ait donné de nouveaux ordres d’évacuation de certains quarties, dans le but de maintenir la population civile à l’écart des zones de combat.

Ce dernier carnage est venu suite à la frappe aérienne israélienne le 13 juillet sur le camp d’Al-Mawasi, une autre zone de sécurité désignée dans le sud de Gaza. Cette frappe a tué au moins 90 palestiniens et en a blessé 300 autres, selon le ministère de la Santé de Gaza.

Israël a déclaré que la cible de cette frappe était Mohammed Deif, chef de la branche militaire du Hamas, les brigades Al-Qassam, ainsi que Rafa Salama, commandant de la Brigade Khan Younis du groupe, qu’Israël considère être l’un des grands cerveaux des attentats du 7 octobre 2023, attaque menée par le Hamas.

En niant les informations faisant état de sa mort, un responsable de Hamas a déclaré à l’AFP suite à la frappe, que Deif “supervisait bien et directement” les opérations, mais n’a cependant pas fourni de preuve pour soutenir cette information.

Entre-temps, Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne, a déclaré “qu’il y a de plus en plus de signes qui indiquent notre réussite à éliminer Mohammed Deif”.


Des femmes réagissent après les bombardements israéliens alors qu'elles se réfugient à l'école de Jaouni. (AFP)

L’attaque meurtrière d’Al-Mawasi n’est pas le premier incident depuis le début du conflit le 7 octobre au cours duquel l’armée israélienne a été accusée de ne pas tenir compte de la sécurité des civils et de violer le droit international humanitaire en poursuivant les commandants du Hamas.

Selon le Bureau des droits de l'homme des Nations unies, au moins 38900 Palestiniens, dont plus de 13000 enfants, ont été tués dans les combats qui se sont déroulés depuis l'attaque du 7 octobre menée par le Hamas. La proportion des morts qui étaient des combattants est controversée.

La campagne de bombardements de l'armée israélienne, dont les responsables israéliens affirment qu'elle vise le Hamas et non des cibles civiles, a également détruit des infrastructures médicales, sanitaires et éducatives dans toute l'enclave palestinienne.

Le mois dernier, lors d'une opération de sauvetage de quatre otages, l'armée israélienne a tué et blessé des centaines de palestiniens dans le camp de réfugiés de Nuseirat, densément peuplé et situé au centre de la bande de Gaza.

L'armée israélienne a déclaré qu'il y avait eu “moins de 100” victimes palestiniennes, mais n'a pas précisé combien d'entre elles étaient des “terroristes”.

Mais près d'un quart des 142 personnes tuées lors de l'opération étaient des femmes et des enfants, selon l'hôpital Al-Awda de Nuseirat à l'émission “Gaza Today” de la BBC arabe, ajoutant que 250 autres personnes avaient été blessées.
 

Des enfants passent devant une salle de classe détruite dans la bande de Gaza. (AFP)

Se déclarant “profondément choqué” par l'impact sur les civils à Nuseirat, le porte-parole de l'ONU Jeremy Laurence a déclaré que les actions des forces israéliennes “remettent sérieusement en question le respect des principes de distinction, de proportionnalité et de précaution...”.

En mars, l'armée israélienne a lancé un raid sur le plus grand centre médical de Gaza, l'hôpital Al-Shifa, où se cachaient, selon elle, des combattants du Hamas et d'autres militants palestiniens.

Le ministère de la santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré que quelque 3000 personnes étaient réfugiées à Al-Shifa au moment du raid israélien. Au moins 1500 palestiniens, dont 13 enfants et 21 patients, ont été tués au cours de ce raid de deux semaines, selon l'Euro-Med Monitor, une organisation non gouvernementale dont le siège se trouve à Genève.

Les autorités israéliennes ont déclaré que “plus de 200 terroristes” avaient été tués à l'intérieur et aux alentours d'Al-Shifa, et que des centaines de personnes avaient été arrêtées, dont plusieurs membres du Hamas et du Jihad islamique palestinien.
Il a été impossible de vérifier de manière indépendante les chiffres annoncés en raison de l'absence d'accès à Gaza.

 

Entre le 8 et le 12 juillet, Israël a attaqué six écoles gérées par l'Office de secours et de travaux des Nations unies, tuant des dizaines de civils qui s'y réfugiaient, avant de raser le siège de l'agence des Nations unies dans la ville de Gaza le 15 juillet.

Israël a accusé le personnel local de l'UNRWA d'avoir participé à l'attaque du 7 octobre dans le sud d'Israël, ce qui a incité l'agence des Nations unies à lancer une enquête interne et plusieurs donateurs importants, dont les États-Unis, à suspendre le financement de ses opérations à Gaza et dans l'ensemble de la région.

Le commissaire général de l'UNRWA, Philippe Lazzarini, a qualifié l'attaque israélienne contre le siège de son agence à Gaza de “nouvel épisode du mépris flagrant du droit humanitaire international”.

Dans un message posté sur X, il a déclaré : “Les installations de l'ONU doivent être protégées en permanence. Elles ne doivent jamais être utilisées à des fins militaires ou de combat. Chaque guerre a ses règles. Gaza ne fait pas exception”.

Dans un autre billet, Lazzarini a souligné que “les écoles ne doivent jamais être utilisées à des fins militaires ou de combat par l'une ou l'autre des parties au conflit”.

ÉVÉNEMENTS MARQUANTS CONCERNANT LES VICTIMES CIVILES
- 7 octobre 2023 : 1200 Israéliens et autres ressortissants sont tués dans le sud d'Israël, des centaines sont pris en otage lors d'une attaque menée par le Hamas.
- 31 octobre 2023 : plus de 110 palestiniens sont tués lors d'une frappe israélienne visant un “haut commandant du Hamas” dans le camp de réfugiés de Jabalya, dans le nord de la bande de Gaza.
- 29 février 2024 : 112 palestiniens attendant de l'aide sont tués, 760 autres sont blessés à l'extérieur de la ville de Gaza au milieu des tirs israéliens et de la panique.
- 1er avril : 7 travailleurs de la World Central Kitchen sont tués par des frappes israéliennes en violation des procédures militaires sur un convoi acheminant de l'aide à Gaza.
- 27 mai : plus de 45 palestiniens sont tués lors d'une frappe israélienne visant “deux hauts commandants du Hamas” à Rafah.
- 9 juin : 274 palestiniens sont tués lors d'un raid militaire israélien qui a permis de libérer 4 otages détenus dans le camp de réfugiés de Nuseirat.
- 13 juillet : plus de 90 palestiniens tués et 300 blessés dans une frappe aérienne israélienne visant le chef militaire du Hamas, Mohammed Deif, à Al-Mawasi.
Source : Ministère de la santé de Gaza, gouvernement israélien 

Avertissant que “toutes les règles de la guerre ont été violées à Gaza”, il a déclaré : “Le mépris flagrant et constant du droit humanitaire international se poursuit sans relâche”.

Israël a toujours nié les accusations selon lesquelles il prendrait pour cible les infrastructures civiles, accusant le Hamas et d'autres groupes militants palestiniens d'utiliser des tunnels sous les hôpitaux de Gaza pour organiser des attaques et dissimuler des armes, utilisant ainsi la population comme bouclier humain.

Commentant la conduite d'Israël, un avocat international basé à New York, qui a demandé à rester anonyme, a déclaré à Arab News que dans la guerre de Gaza, “le droit international reste pertinent en tant que cadre de responsabilisation et de justice en fournissant des mécanismes permettant de tenir les auteurs responsables de crimes de guerre, de génocides et d'autres atrocités”.

Des palestiniens marchent dans une rue inondée par les eaux usées à Deir El-Balah. (AFP)

La Cour pénale internationale, qui poursuit les personnes accusées de crimes de guerre, a tenté de tenir “les deux parties au conflit” responsables des crimes de guerre présumés.

Des responsables israéliens estiment que la CPI va probablement délivrer des mandats d'arrêt à l'encontre du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du ministre de la Défense Yoav Gallant dans les deux prochaines semaines, ont rapporté les médias israéliens le 17 juillet.

Karim Khan, procureur général de la CPI, a déposé en mai une demande de mandats d'arrêt à l'encontre de deux Israéliens et de trois palestiniens soupçonnés de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Deif, commandant du Hamas, figure parmi les palestiniens visés par le mandat d'arrêt de la CPI, aux côtés d'Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, et de Yahya Sinwar, chef du mouvement islamiste à Gaza.

Les mandats d'arrêt contre Netanyahu et Gallant les accusent d'avoir utilisé la famine comme arme de guerre, d'extermination et d'attaque délibérée contre des populations civiles, ainsi que d'autres crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Khan a déclaré qu'il avait des “motifs raisonnables” de croire que les cinq hommes portaient une “responsabilité pénale” pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité qui auraient été commis pendant la guerre à Gaza.

Cette décision a suscité la colère des dirigeants du Hamas, d'Israël et même des États-Unis. Le président américain Joe Biden a qualifié cette décision de “scandaleuse”, affirmant qu'il n'y avait “aucune équivalence - aucune - entre Israël et le Hamas”.

Le Hamas a déclaré que le procureur de la CPI “mettait sur un pied d'égalité la victime et le bourreau” et a exigé le retrait des accusations portées contre ses dirigeants.

Israël a toujours nié les accusations selon lesquelles il prendrait pour cible des infrastructures civiles. (AFP)

L'avocat international basé à New York a déclaré que bien que le droit international et les développements en cours “créent une base pour traiter les atrocités et favoriser un monde plus juste et plus pacifique”, son application “peut être incohérente et sujette à l'influence politique”.

Le 19 juillet, la Cour internationale de justice des Nations unies à La Haye a déclaré que l'occupation et l'annexion par Israël des territoires palestiniens, y compris la bande de Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est, étaient “illégales” dans un arrêt historique.

Affirmant que les lois et politiques discriminatoires d'Israël à l'égard des palestiniens violent l'interdiction de la ségrégation raciale et de l'apartheid, la CIJ a également ordonné à Israël de mettre fin à son occupation des territoires palestiniens “le plus rapidement possible”.

Depuis le 7 octobre, Israël a également organisé des dizaines de raids en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, tuant au moins 500 palestiniens, dont 143 enfants, selon les chiffres de l'ONU.

La récente décision de la CIJ est toutefois un avis consultatif non contraignant demandé par l'Assemblée générale des Nations unies en 2022, avant l'assaut israélien sur Gaza et sans lien direct avec celui-ci.

En réponse à cette décision, le bureau de Netanyahu a publié un communiqué dans lequel il déclare : “Le peuple juif n'est pas un occupant sur sa propre terre - ni dans notre capitale éternelle, Jérusalem, ni dans notre héritage ancestral de Judée et de Samarie” (la Cisjordanie occupée).

“Aucune décision mensongère de La Haye ne pourra déformer cette vérité historique et, de la même manière, la légalité des colonies israéliennes dans toutes les parties de notre patrie ne peut être contestée”.

En décembre dernier, l'Afrique du Sud a porté plainte contre Israël devant la CIJ, alléguant qu'il avait commis un génocide à l'encontre des palestiniens de la bande de Gaza.


Tunisie: la plupart des migrants vivent à la rue ou dans des campements improvisés (ONG)

Short Url

Plus de la moitié des migrants, réfugiés et demandeurs d'asile qui proviennent surtout d'Afrique subsaharienne en Tunisie vivent dans des conditions "inadaptées", à la rue ou dans des campements improvisés, a dénoncé mardi une ONG tunisienne spécialisée.

"Plus de la moitié" de ces migrants survivent dans "les rues, des parcs publics, des campements (de fortune) et d'autres zones à l'air libre", selon une étude du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES).

Avec ses côtes situées à moins de 150 kilomètres de l'Italie, la Tunisie est, avec la Libye voisine, le principal point de départ en Afrique du nord pour les migrants subsahariens cherchant à traverser la Méditerranée et à rejoindre clandestinement l'Europe.

Selon le ministère de l'Intérieur tunisien, du début de l'année jusqu'au 14 juillet, plus de 74.464 migrants ont été interceptés alors qu'ils tentaient de "franchir les frontières maritimes en direction de l'Europe", plus que sur l'ensemble de 2023 (environ 70.000).

Après un discours aux accents xénophobes du président Kais Saied en février 2023 dénonçant l'arrivée de "hordes de migrants subsahariens", des dizaines de milliers d'entre eux se sont retrouvés sans logement ni travail.

Plusieurs milliers de migrants avaient alors été rapatriés en urgence par leurs ambassades ou avaient pris la mer pour fuir la Tunisie. Ceux qui sont restés, rejoints par un flux continu de nouveaux migrants entrant notamment par la frontière algérienne, ont été chassés à partir de septembre 2023 de grandes villes comme Sfax vers des champs d'oliviers plus au nord.

A Tunis aussi, des campements de fortune installés devant des institutions onusiennes comme le HCR et l'OIM ont été évacués de force ces derniers mois.

Selon l'étude du FTDES, plus des deux tiers des migrants ont dû changer de lieu de vie au moins une fois l'an passé à cause de "contraintes sécuritaires" et de "violences infligées par la population locale".

Un total de 77% des personnes interrogées dans l'étude du FTDES ont dit avoir été victimes d'agressions verbales ou physiques. Même malades, neuf personnes sur 10 ont dit renoncer à se faire soigner "par peur d'être arrêtées".

Les migrants sont pris au piège entre les mauvais traitements subis en Tunisie et les pressions exercées par l'Union européenne pour que Tunis renforce sa lutte contre l'immigration irrégulière, selon le FTDES.

Cette situation est exploitée politiquement par le pouvoir tunisien "à la fois pour recevoir davantage de fonds (de l'étranger) et pour se présenter en interne comme protégeant les Tunisiens", selon le porte-parole du FTDES, Romdhane Ben Amor.

A l'été 2023, la Tunisie et l'UE ont signé un partenariat qui prévoit le versement de 105 millions d'euros en échange d'efforts accrus de la Tunisie pour freiner l'émigration clandestine vers l'Europe.


Plus de 12 millions de litres d'eau pompés au Yémen par KSrelief

KSRelief pompe plus de 12 millions de litres d'eau au Yémen dans le cadre d'un projet d'eau et d'assainissement. (SPA)
KSRelief pompe plus de 12 millions de litres d'eau au Yémen dans le cadre d'un projet d'eau et d'assainissement. (SPA)
Short Url

RIYADH : Un projet d'approvisionnement en eau et d'assainissement au Yémen mené par l'organisation humanitaire saoudienne KSrelief a continué d'améliorer les conditions de vie de la population.

Du 19 au 25 juin, quelque 1 033 550 litres d'eau potable et 10 849 000 litres d'eau non potable ont été fournis à Hajjah. Le groupe de projet a travaillé dans les districts de Midi, Haradh, Hayran et Abs, ainsi que dans le camp d'As-Ashour dans la région de Razih à Saada.

Trente-huit voyages ont été effectués pour éliminer les déchets des camps de personnes déplacées, tandis qu'à Saada, 70 000 litres d'eau potable et non potable ont été pompés, au bénéfice de 30 100 personnes.

KSrelief a également lancé un projet médical bénévole pour des opérations de l'oreille, du nez et de la gorge et l'ablation de tumeurs à Mukalla, dans la province de Hadhramaut.

L'initiative, qui a débuté le 20 juillet pour une semaine, implique 22 volontaires de différentes spécialités médicales. À ce jour, l'équipe médicale a réalisé avec succès 60 opérations chirurgicales spécialisées.

Au Soudan, KSrelief a achevé son projet de chirurgie urologique à Port-Soudan. Ce projet d'une semaine a impliqué 11 volontaires et 119 opérations chirurgicales spécialisées ont été réalisées avec succès.