Programme d'accélération destiné aux start-up vertes par l'OIT et Algeria Venture

Le ministre de l'Économie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, Yacine El Mahdi Oualid et la directrice du bureau de l'OIT dans la région Afrique du Nord, Rania Bikhazi. (Photo fournie)
Le ministre de l'Économie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, Yacine El Mahdi Oualid et la directrice du bureau de l'OIT dans la région Afrique du Nord, Rania Bikhazi. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 21 août 2023

Programme d'accélération destiné aux start-up vertes par l'OIT et Algeria Venture

  • Les critères de sélection pour les bénéficiaires de ce programme incluent l'innovation du service ou produit, le potentiel de croissance du projet, son impact environnemental, ainsi que son potentiel de partenariat et de collaboration
  • Le 15 septembre 2023, les start-up bénéficiaires de ce programme, telles que Irwise, Basseer et Gardens of Babylon, présenteront leurs projets

PARIS: La structure d’accompagnement public Algeria Venture et son partenaire, l’Organisation internationale du travail (OIT: bureau d’Alger), initient un programme d’accélération destiné aux start-up spécialisées dans l’économie verte. En effet, quinze start-up évoluant dans les secteurs de l’énergie renouvelable, de l’agriculture durable, de l’efficacité énergétique, du recyclage, de la gestion des déchets vont être accompagnées dans le développement des compétences, la mise en réseau avec les acteurs institutionnels et le mentorat.

oit
Les initiateurs du programme Accelerateur startups économie verte Algeria Venture et l'OIT. (Photo fournie)


Ce programme a été inauguré lors d’une cérémonie officielle organisée au siège d’Algeria Venture, en présence du ministre de l'Économie de la connaissance, des Start-up et des Microentreprises, Yacine el-Mahdi Oualid; de la directrice du bureau de l'OIT dans la région Afrique du Nord, Rania Bikhazi ; et du directeur général d’Algeria Venture, Sid Ali Zerrouki.
«Ce programme d'accélération des start-up opérant dans l'économie verte et le développement durable permettra à ces entreprises de pénétrer les marchés nationaux et internationaux et d'améliorer leurs compétences dans le domaine de la gestion et de l'entrepreneuriat», a indiqué M. Oualid lors d'une conférence de presse en marge de la cérémonie.
Objectifs de développement durable
Les critères de sélection pour les bénéficiaires de ce programme incluent l'innovation du service ou produit, le potentiel de croissance et de scalabilité (faculté d'un produit, d'un logiciel ou d'une application à s'adapter aux fluctuations de la demande et du marché, tout en conservant ses fonctionnalités de base) du projet, son impact environnemental, ainsi que son potentiel de partenariat et de collaboration.
Selon les responsables de cette initiative, ce programme vise à soutenir activement la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) en Algérie via la promotion de l’innovation, de l’emploi vert et de l’entrepreneuriat durable.
Ils estiment que cette initiative va permettre l’émergence d’une nouvelle catégorie de jeunes entrepreneurs universitaires intéressés par les ODD et l’innovation. Pour y parvenir, des formations spécifiques seront dispensées par des experts locaux et internationaux et des rencontres avec des entrepreneurs opérant dans l’économie verte seront organisées par les responsables du programme.

Ce programme d'accélération des start-up opérant dans l'économie verte et le développement durable permettra à ces entreprises de pénétrer les marchés nationaux et internationaux et d'améliorer leurs compétences dans le domaine de la gestion et de l'entrepreneuriat.

Yacine el-Mahdi Oualid, ministre de l'Économie de la connaissance, des Start-up et des Microentreprises

«L'Algérie est l'un des pays précurseurs dans le domaine de l'entrepreneuriat vert», a déclaré Mme Bikhazi lors de son intervention, rappelant les efforts déployés par le pays dans le développement des petites et moyennes entreprises (PME) opérant dans la filière ainsi que dans la création des emplois verts. Elle n’a pas manqué de souligner les conclusions d’un rapport réalisé par l’organisation en 2018 qui prévoit la création de près de 24 millions d'emplois verts à l'horizon 2030.
De son côté, M. Zerrouki a indiqué que ce programme, premier du genre dédié aux entreprises opérant dans le développement durable, va permettre de «développer les entreprises dans des secteurs sensibles dans le but de créer de la richesse et de l'emploi et soutenir l'économie nationale».
Le 15 septembre 2023, les start-up bénéficiaires de ce programme, telles que Irwise, Basseer et Gardens of Babylon, présenteront leurs projets. Ces entreprises sont spécialisées respectivement dans l'irrigation intelligente, la détection des feux de forêts grâce à l'intelligence artificielle, ainsi que l'hydroponie et l'aquaponie (culture de végétaux hors-sol et dans l'eau, et culture de poissons et de plantes dans le même environnement).
Projets innovants et d’intérêts communs
Depuis sa création en 2021, Algeria Venture accompagne à travers des incubateurs d’affaires plus de huit cents start-up dans tout le pays. Le dispositif mis en place par l’organisme vise à accompagner les porteurs de projets depuis la conception de l’idée jusqu’à sa concrétisation. L’objectif de cet organisme public, mis en place grâce aux directives du chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune, est d’encourager les start-up et les porteurs de projets innovants à apporter par le biais de l’entrepreneuriat des solutions novatrices qui répondent aux défis de développement à tous les niveaux. Selon la direction, la devise de l’entreprise consiste dans la mise en œuvre «d'une société meilleure, une société gouvernée par des actions individuelles pour un bénéfice commun».

 


Le ministère de l'Économie et de la Planification signe un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé

Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Short Url
  • Le protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques
  • Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère

RIYAD: Le ministère saoudien de l'Économie et de la planification a signé un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé, a annoncé jeudi le ministère.

Ce protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques, conformément aux objectifs de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite.

Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère.

Dans le cadre de ce protocole d'accord, des expériences scientifiques et pratiques seront échangées, et les deux parties préparent des études et des recherches liées à leur travail en vue d'améliorer la qualité.

Elles organiseront également des ateliers et des cours de formation communs afin de renforcer les capacités et les compétences, et bénéficier des infrastructures et des équipements publics des deux parties.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les investissements privés dans les secteurs émergents créeront de «formidables opportunités», affirme un ministre saoudien

Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministre de l’Investissement saoudien a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%
  • Selon le ministre, une part importante des investissements du secteur privé sera réalisée dans des secteurs économiques nouveaux, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels

RIYAD: Les investissements du secteur privé en Arabie saoudite sont sur le point de créer de «formidables opportunités» dans les secteurs de l’économie numérique, du tourisme, des services financiers et des biotechnologies, a déclaré un ministre de premier plan.

Lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad, le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%.

«Grâce à ça, la taille et l’ampleur du secteur privé seront quatre fois supérieures à ce qu’elles étaient au cours de cette seule décennie, ajoutant plus de 3 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) d’investissements à l’économie nationale par le biais de la stratégie nationale d’investissement et d’autres initiatives», a-t-il ajouté. 

Le ministre a affirmé qu’une part importante de ces investissements serait réalisée dans des secteurs économiques nouveaux et en développement, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels. Les secteurs de la santé, de la pharmacie et de la biotechnologie ont également été mis en avant.

«Ces secteurs créeront de formidables opportunités pour le développement du capital humain, car ils nécessiteront un ensemble de compétences complètement différent ainsi qu’une vision du monde et des perspectives nouvelles», a précisé M. Al-Faleh, ajoutant que «le monde connaît des changements structurels importants marqués par la transition énergétique, l’automatisation et la numérisation, par des chaînes d’approvisionnement nouvelles et changeantes, et par l’émergence de technologies de rupture». 

Le ministre a expliqué que s’il n’est peut-être pas possible de prédire avec précision dans quelle mesure ces tendances macroéconomiques affecteront le capital humain et quels emplois seront demandés, il est clair qu’elles auront un impact considérable.

«Depuis le début, nous observons de près ce qui se passe lorsque les investissements catalysent le potentiel humain. Les quatre-vint-dix années de développement du secteur de l’énergie, déclenchées par les investissements d’Aramco, constituent peut-être le meilleur exemple, mais pas le seul», a déclaré M. Al-Faleh. 

«Ainsi, lorsqu’un nouveau secteur émerge, comme les énergies renouvelables, la fintech ou la biotechnologie, le déficit de compétences qui en découle sera comblé par la formation, le perfectionnement ou, dans le cas de l’Arabie saoudite, l’ouverture du pays en invitant des personnes qualifiées du monde entier à répondre à cette demande. Avant même de s’en rendre compte, nous disposerons d’un vivier de compétences entièrement nouveau, prêt à être déployé», a-t-il poursuivi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


France: les 10% des ménages les plus fortunés possèdent la moitié du patrimoine

Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants
  • La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185 000 euros

PARIS: Les 10% des ménages les plus fortunés vivant en France possèdent 54% du patrimoine total, un chiffre stable depuis 2019, a indiqué jeudi le Bulletin de la Banque de France.

Ce rapport souligne aussi que la moitié des ménages vivant en France détiennent 95% du patrimoine total, des inégalités de patrimoine qui restent toutefois un peu moins élevées qu'en zone euro.

Augmentation 

Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants (corrigé de la variation des prix sur la période, NDLR). Il atteignait 14.041 milliards d'euros au deuxième trimestre 2023, selon la Banque de France.

En moyenne, le patrimoine net d'un ménage en France est de 446.000 euros, soit une augmentation de 13% en euros constants par rapport à 2009, et est composé en majorité d'immobilier (55%) et d'actifs financiers (32%).

La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185.000 euros (+5% en euros constants sur la période).