Le géant des processeurs Nvidia surfe sur la vague de l'intelligence artificielle

A Wall Street, le titre de Nvidia prenait près de 10% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse (Photo, AFP).
A Wall Street, le titre de Nvidia prenait près de 10% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 24 août 2023

Le géant des processeurs Nvidia surfe sur la vague de l'intelligence artificielle

  • Pour la période de mai à juillet, Nvidia a doublé son chiffre d'affaires sur un an, à 13,5 milliards de dollars
  • Il en a dégagé 6,2 milliards de bénéfice net, soit 843% de plus que l'année dernière à la même période

SAN FRANCISCO: Le marché attendait beaucoup de Nvidia, et le géant américain des processeurs avait lui-même mis la barre haut, mais ses résultats de deuxième trimestre ont quand même largement dépassé toutes les prévisions, montrant l'importance des investissements dans l'intelligence artificielle (IA).

Pour la période de mai à juillet, le groupe californien a doublé son chiffre d'affaires sur un an, à 13,5 milliards de dollars. Il en a dégagé 6,2 milliards de bénéfice net, soit 843% de plus que l'année dernière à la même période.

"Le parrain de l'IA (...) a réussi un coup de maître", a immédiatement réagi Dan Ives, analyste de Wedbush.

"L'ensemble du secteur technologique et du marché attendait Nvidia, car il s'agit du baromètre le plus pur et le plus précis de la demande en matière d'IA", a-t-il ajouté.

A Wall Street, le titre de Nvidia prenait près de 10% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

Depuis le début de l'année, son action a gonflé de 200% et l'entreprise est entrée dans le cercle très fermé des sociétés qui valent plus de mille milliards de dollars en Bourse (dont Apple, Microsoft, Amazon et Alphabet).

Le patron de Nvidia, Jensen Huang, a salué mercredi lors d'une conférence téléphonique des résultats "record", dus à "l'énorme demande" pour les plateformes et semi-conducteurs conçus par son entreprise.

"Les centres de données installés dans le monde représentent actuellement environ mille milliards de dollars. Et ils sont tous en train de passer à l'IA générative", la dernière génération de cette technologie, et à des processeurs perfectionnés plus rapides, a-t-il assuré.

Les ventes de Nvidia aux entreprises du cloud ont dépassé les 10 milliards de dollars pendant le trimestre écoulé, soit un bond de 171% sur un an.

«Époustouflants»

Dan Ives a comparé le bouleversement induit par l'IA à l'émergence d'internet en 1995, "car cette vague de dépenses devrait, selon nos estimations prudentes, se traduire par une augmentation de 800 milliards de dollars des dépenses des entreprises et des consommateurs au cours de la prochaine décennie".

Les chiffres "époustouflants" de Nvidia prouvent selon lui "qu'il ne s'agit PAS d'un cycle de battage médiatique, mais d'une véritable transformation".

Pour le trimestre en cours, l'entreprise prévoit environ 16 milliards de dollars de revenus, un chiffre aussi au-delà des attentes.

Le groupe américain est d'abord connu pour ses processeurs graphiques (les "GPU"), qui permettent notamment de jouer à des jeux vidéo en haute résolution ou de faire des visioconférences.

Mais l'engouement pour l'IA dite générative suscite des besoins énormes dans ces composants de pointe depuis le début de l'année.

Le produit vedette de Nvidia, le H100, est de loin le plus demandé du secteur et vaut plusieurs dizaines de milliers de dollars pièce.

Il permet aux géants des technologies de lancer des programmes capables de créer du texte, de la musique, des images ou de la vidéo sans intervention humaine, en réponse à une requête en langage courant, à l'instar de ChatGPT.

Selon le cabinet d'étude TrendForce, cette interface nécessite environ 30 000 processeurs graphiques (GPU) pour fonctionner.

"Pratiquement tous les secteurs d'activité peuvent bénéficier de l'IA générative", a estimé Jensen Huang, évoquant notamment les assistants virtuels qui aident ou aideront les ingénieurs à coder, les consommateurs à choisir des produits, les étudiants à faire leurs devoirs, etc.

"Ces assistants vont créer des opportunités de l'ordre de plusieurs centaines de milliards de dollars pour nos clients", a-t-il insisté.

Chine

La production de l'écrasante majorité des semi-conducteurs utilisés pour l'entraînement de modèles d'intelligence artificielle dans le monde dépend de deux entreprises, Nvidia pour la conception, et le Taïwanais TSMC pour la fabrication.

Et cette industrie est considérée comme un enjeu de sécurité nationale par certains gouvernements.

Les Etats-Unis cherchent ainsi à réduire leur dépendance aux principaux producteurs, en soutenant des fabricants américains comme Intel.

Washington a aussi imposé des restrictions aux exportations de puces haut de gamme vers la Chine, qui a elle restreint les exportations de certains métaux nécessaires pour produire des semi-conducteurs.

"Les lois (américaines) actuelles ont les effets escomptés", a souligné Jensen Huang, qui a cofondé Nvidia il y a trente ans.

Mais il a averti que si jamais le gouvernement décidait d'interdire la vente de GPU aux centres de données à la Chine, cela signifierait "une opportunité perdue pour l'industrie américaine d'être concurrentielle et leader sur l'un des plus grands marchés du monde".


Le Cabinet saoudien approuve la mise en place d'un programme national de minéraux

Ce programme devrait permettre de répondre aux besoins croissants en minéraux à l'échelle locale, régionale et mondiale, et contribuer aux opérations d'exploration. (Fichier/Shutterstock)
Ce programme devrait permettre de répondre aux besoins croissants en minéraux à l'échelle locale, régionale et mondiale, et contribuer aux opérations d'exploration. (Fichier/Shutterstock)
Short Url
  • Le programme nouvellement annoncé devrait permettre de répondre aux besoins locaux, régionaux et mondiaux croissants en minéraux, de renforcer les capacités locales et de contribuer aux opérations d'exploration.  
  • Conformément à un communiqué du ministère publié au début de l'année, la richesse minérale du Royaume est estimée à 9,4 trillions de SR (2,5 trillions de dollars).

RIYADH : L'Arabie saoudite s'apprête à lancer un nouveau programme national sur les minéraux, renforçant ainsi sa position en tant que centre régional et mondial pour le secteur des mines et des métaux.
 
Le cabinet saoudien a approuvé la mise en place de cette initiative, qui sera liée au ministère de l'Industrie et des Ressources minérales du Royaume, selon un communiqué. 
 
Le programme nouvellement annoncé devrait permettre de répondre aux besoins locaux, régionaux et mondiaux croissants en minéraux, de renforcer les capacités locales et de contribuer aux opérations d'exploration.
 
Il s'inscrit dans l'ambition de l'Arabie saoudite de faire de l'exploitation minière un pilier industriel fondamental de l'économie du pays. Elle s'aligne également sur l'objectif du ministère de renforcer le secteur et de contribuer aux développements en cours dans le cadre de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite.

Conformément à un communiqué du ministère publié au début de l'année, la richesse minérale du Royaume est estimée à 9,4 trillions de SR (2,5 trillions de dollars).

 
Bandar Alkhorayef, ministre de l'industrie et des ressources minérales, a remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed bin Salman à la suite de l'approbation du cabinet, et a déclaré que le programme jouera un rôle efficace pour stimuler la croissance dans le secteur des minéraux et exploiter les richesses minérales du Royaume.
 
« Cette décision du Conseil des ministres d'établir le Programme national des minéraux constituera un changement qualitatif dans le soutien des chaînes d'approvisionnement dans les secteurs industriel et minier et renforcera la position du Royaume en tant que centre régional et mondial pour le secteur des mines et des minéraux », a déclaré M. Alkhorayef dans un communiqué.

« Selon les orientations du Royaume, il s'agit de développer les chaînes de valeur minières afin que le secteur minier devienne le troisième pilier de l'industrie nationale, et de tirer profit de la situation géographique du Royaume, qui représente l'un des plus importants carrefours commerciaux majeurs », a-t-il également déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


HSBC choisit son directeur financier Georges Elhedery comme prochain directeur général

Le logo de la société HSBC est affiché sur un écran à la Bourse de New York pendant la séance du matin, le 23 février 2024 à New York. (AFP)
Le logo de la société HSBC est affiché sur un écran à la Bourse de New York pendant la séance du matin, le 23 février 2024 à New York. (AFP)
Short Url
  • Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre
  • Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae)

HONG KONG: Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre, selon un document déposé mercredi auprès de la Bourse de Hong Kong.

"Je suis ravi de confirmer Georges en tant que prochain directeur général du groupe HSBC", a indiqué le président du groupe Mark Tucker, dans un communiqué à la bourse de Hong Kong.

"Nous avons hâte de travailler avec lui à la tête d'HSBC dans la prochaine phase de développement et de croissance", a-t-il ajouté.

Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae).

Il a rejoint HSBC en 2005, après une vaste expérience dans le trading à Londres, Paris et Tokyo, et est devenu le directeur financier du groupe en janvier 2023.

De 2016 à 2019, il a dirigé les opérations de la banque au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Turquie.

M. Elhedery prendra ses fonctions le 2 septembre, en remplacement de Noel Quinn, qui a annoncé en avril à 62 ans, son départ surprise après 37 ans de carrière à HSBC.


Le nouveau Murabba Development Co. de PIF dévoile la conception d’un nouveau stade polyvalent

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032, promettant de devenir un symbole de la transformation de Riyad. (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032, promettant de devenir un symbole de la transformation de Riyad. (SPA)
Short Url
  • Cette initiative s’aligne sur les ambitions du Royaume de s’imposer comme la première destination culturelle, touristique, de divertissement et sportive au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. 
  • « Le stade se distingue par son design qui combine le caractère local inspiré de l’acacia, l’un des principaux monuments naturels de Wadi Hanifah », a ajouté le post. 

RIYAD : Un nouveau stade de 45000 places est prévu pour améliorer le paysage sportif et de divertissement de l’Arabie saoudite alors que New Murabba Development Co. a dévoilé sa conception dans le cadre de son projet à usage mixte.  

Dans un post sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter, la société basée à Riyad, détenue par le Fonds d’investissement public du Royaume, a annoncé que l’installation dans son développement immobilier à venir dans le nord-ouest de la capitale présenterait desutiliser des espaces, ce qui lui permet d’accueillir une variété d’événements sportifs et d’activités de divertissement. 

Cette initiative s’aligne sur les ambitions du Royaume de s’imposer comme la première destination culturelle, touristique, de divertissement et sportive au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. 

« Le nouveau stade de Murabba contribue à démontrer l’ampleur des efforts déployés pour faire du Royaume un centre mondial de premier plan en offrant les meilleures expériences sportives et de divertissement », a déclaré la société dans son X post. 

« Le stade se distingue par son design qui combine le caractère local inspiré de l’acacia, l’un des principaux monuments naturels de Wadi Hanifah », a ajouté le post. 

En plus du stade, le projet comprendra un musée, une université de technologie et de design, un théâtre immersif et plus de 80 lieux de divertissement et de culture à la fin de 2032.

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)

« Le nouveau stade de Murabba incarne notre engagement à transformer Riyad en une destination mondiale pour le sport et le divertissement », a déclaré Michael Dyke, PDG de l’entreprise. 

« Le stade sera non seulement un lieu de calibre mondial pour les événements sportifs, mais aussi un carrefour communautaire dynamique qui améliorera la qualité de vie des résidents et des visiteurs », a-t-il ajouté.

Le projet New Murabba, d’une superficie de 19 km2, offrira plus de 25 millions de mètres carrés de superficie, 104 000 unités résidentielles, 9 000 chambres d’hôtel, 980 000 mètres carrés d’espace de vente au détail et 1,4 million de mètres carrés d’espace de bureau. 

En février 2023, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a annoncé le lancement de New Murabba Development Co., visant à transformer le centre-ville de Riyad avec un mélange unique d’offres résidentielles, commerciales et de divertissement. 

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)

En mai, la société détenue par le Fonds d’investissement public a également accueilli le New Murabba Partnership Forum à l’InterContinental Riyad. 

L’événement a réuni un groupe diversifié de fournisseurs et de partenaires pour explorer les nombreuses opportunités au sein de cette destination révolutionnaire, prête à devenir le centre-ville le plus transformateur de Riyad, selon un communiqué de presse précédent. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com