BRICS: Pourquoi l’Algérie n’a pas été retenue?

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Short Url

BRICS: Pourquoi l’Algérie n’a pas été retenue?

  • L’Algérie n’aurait pas été retenue, faute de remplir les critères économiques
  • Le Brésil et l’Inde, auraient voté contre la candidature algérienne

ALGER: Bien que l'Algérie ait nourri des espoirs, sa candidature au sein des BRICS n'a pas été sélectionnée. Lors du sommet du groupe des cinq à Johannesburg, en Afrique du Sud, les critères d'adhésion ont été définis et les candidatures de six nouveaux pays ont été acceptées.

Il s’agit de l’Arabie Saoudite, des Émirats arabes unis, de l’Egypte, de l’Iran, de l’Ethiopie et de l’Argentine.

Depuis le début de l’été, les informations qui circulent confirment ce qui a été deviné quand le chef d’Etat a envoyé le ministre des Finances à Johannesburg, l’Algérie n’aurait pas été retenue, faute de remplir les critères économiques. 

Certains économistes algériens peinent à comprendre ce rejet dans la mesure où l’Ethiopie soit admise dans l’organisation alors qu’elle «pèse moins sur la scène économique africaine, avec un PIB d’un peu plus de 110 milliards de dollars en 2022, et un revenu annuel par habitant de 1.000 dollars».

Dans ce contexte, le rejet des candidatures de pays comme le Nigeria, l’Algérie, l’Indonésie ou le Vietnam qui ont des économies plus puissantes que celles de l’Ethiopie semble incompréhensible.

Jeudi, le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov a donné quelques indications sur les critères dans le choix des six nouveaux des Brics.

Selon le chef de la diplomatie russe, le poids, l’autorité et la position du pays candidat sur la scène internationale ont été pris en compte en premier, rapporte l’agence Sputnik.

La Russie et la Chine ainsi que l’Afrique du Sud ont soutenu ouvertement, et depuis le début, la candidature de l’Algérie, ce n’est pas le cas des deux autres membres des Brics, le Brésil et l’Inde, qui auraient voté contre la candidature algérienne.

L’Algérie a réagi officiellement jeudi au rejet de sa candidature pour rejoindre les Brics. Présent au sommet du groupe à Johannesburg, le ministre des Finances, Laâziz Faid a assuré que l’Algérie, de par son passé, ses positions politiques, «sa position géostratégique et son économie, a sa place au sein des Brics».

L’Algérie « a pris acte de la décision annoncée par les dirigeants du BRICS, invitant six nouveaux pays à rejoindre le groupe en tant que première étape, avec la perspective d’ouvrir la voie à d’autres pays dans un avenir proche », a-t-il dit dans un discours très neutre. 

Ajoutant que l’économie algérienne est « diversifiée » et est en « croissance grâce à une jeunesse créative et à des ressources naturelles abondantes ». Pour le ministre des Finances, ce sont « autant de facteurs susceptibles de créer des opportunités de coopération fructueuse au sein du groupe ».

Au plan politique, l’Algérie partage les positions des Brics sur la nécessité de bâtir un « ordre mondial juste et multipolaire basé sur le respect mutuel ».

« Nous estimons que la vision des BRICS n’est que le prolongement de la vision défendue par l’Algérie depuis des décennies », a-t-il déclaré.

Toujours un objectif 

Les déclarations de M. Faid signifient que l’Algérie ne renonce pas à adhérer aux Brics, en dépit de l’échec de Johannesburg. Le prochain sommet du groupe aura lieu à Kazan en Russie.

En Algérie, les réactions ont été nombreuses, «c'est un groupe purement économique, quant aux considérations politiques c'est une autre chose. A  ne pas oublier que la candidature de l'Indonésie, ou celle du Vietnam n'ont pas été retenues non plus, […] il faut reculer pour mieux sauter, et c'est ce que nous devrions faire, en balayant la poussière accumulée dans notre "administration" et que la gestion bureaucratique de la vie économique soit bannie à tout jamais» a commenté un internaute. 

En marge de la visite d’État qu’il avait effectuée dans ce pays du 17 au 21 juillet dernier, Abdelmadjid Tebboune assurait ainsi encore lors d’une entrevue accordée à la chaîne de télévision chinoise CCTV : « Nous avons demandé officiellement à rejoindre le groupe des Brics et sa Nouvelle Banque de développement en tant qu’actionnaire, avec une première contribution à hauteur de 1,5 milliard de dollars. »

Au cours d’un récent entretien accordé à la presse algérienne, le chef de l’État a de nouveau évoqué l’éventuelle adhésion de l’Algérie en indiquant que celle-ci constituait « une force économique et politique », et en soulignant que son pays satisfaisait en grande partie les conditions économiques requises par le groupe. « L’Algérie s’intéresse aux Brics en ce qu’ils constituent une puissance économique et politique », avait-il précisé.

Le président Tebboune, qui avait affirmé l’an dernier que 2023 serait «couronnée par l’adhésion de l’Algérie aux Brics», a finalement déclaré début août que l’entrée dans le groupe se ferait plutôt «par une première phase, celle de membre observateur», en soulignant: «L’Algérie ne va pas s’imposer.»

Une quarantaine de pays avaient demandé leur adhésion ou manifesté leur intérêt. Un signe de l'influence grandissante des pays émergents sur la scène mondiale, selon le "club des cinq", qui produit un quart de la richesse mondiale et rassemble 42% de la population du globe.


Comment la région MENA peut-elle relever le défi climatique?

Le parc éolien de Dumat al Jandal dans la province d’Al Jawf, le premier et le plus grand de ce type en Arabie saoudite, est entré en service en 2022, avec 99 turbines produisant 400 MW d'électricité. (Photo, avec l'aimable autorisation de la Vision 2030)
Le parc éolien de Dumat al Jandal dans la province d’Al Jawf, le premier et le plus grand de ce type en Arabie saoudite, est entré en service en 2022, avec 99 turbines produisant 400 MW d'électricité. (Photo, avec l'aimable autorisation de la Vision 2030)
Le projet de la centrale solaire de Sakaka, dans la province d’Al-Jouf, au nord de l'Arabie saoudite, s'étend sur une superficie de 6 kilomètres carrés. La centrale produit 940 000 MWh d'électricité et fournit suffisamment d'énergie propre pour alimenter 75 000 foyers. (Photo, SPA)
Le projet de la centrale solaire de Sakaka, dans la province d’Al-Jouf, au nord de l'Arabie saoudite, s'étend sur une superficie de 6 kilomètres carrés. La centrale produit 940 000 MWh d'électricité et fournit suffisamment d'énergie propre pour alimenter 75 000 foyers. (Photo, SPA)
Short Url
  • L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis tirent parti des énergies renouvelables et des politiques environnementales pour protéger la croissance et la prospérité futures
  • Si l'on n'agit pas maintenant, certaines parties de la région MENA pourraient être inhabitables d'ici 2050 en raison des températures extrêmes et de la pénurie d'eau

RIYAD/DUBAÏ: La région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord est à la croisée des chemins. Alors que les températures augmentent, que la pénurie d'eau s'intensifie et que la désertification s'étend, l'immense potentiel économique de la région est menacé si des mesures audacieuses ne sont pas prises.

Heureusement, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar ont pris des mesures pour adopter des sources d'énergie renouvelable, non seulement pour respecter leurs propres engagements en matière de réduction des émissions de carbone, mais aussi pour jouer un rôle de premier plan dans la transition énergétique mondiale.

Le projet de la centrale solaire de Sakaka, dans la province d’Al-Jouf, au nord de l'Arabie saoudite, s'étend sur une superficie de 6 kilomètres carrés. La centrale produit 940 000 MWh d'électricité et fournit suffisamment d'énergie propre pour alimenter 75 000 foyers. (Photo, SPA)
Le projet de la centrale solaire de Sakaka, dans la province d’Al-Jouf, au nord de l'Arabie saoudite, s'étend sur une superficie de 6 kilomètres carrés. La centrale produit 940 000 MWh d'électricité et fournit suffisamment d'énergie propre pour alimenter 75 000 foyers. (Photo, SPA)

L'adoption des énergies renouvelables est allée de pair avec un effort régional plus large visant à diversifier les économies en délaissant le pétrole, à investir dans le captage, le stockage et l'utilisation du carbone, et à mettre en œuvre des politiques destinées à protéger les habitats naturels et à étendre les espaces verts.

L'enjeu est de taille pour la région MENA, considérée comme particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique. En effet, plusieurs études indiquent que certaines parties de la région pourraient être inhabitables d'ici 2050 en raison des températures extrêmes et de la pénurie d'eau.

En novembre et décembre derniers, Dubaï a accueilli la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28), au cours de laquelle les pays se sont mis d'accord sur un ensemble historique de mesures visant à empêcher les températures moyennes mondiales d'augmenter de 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustrielles.

Des personnes marchent devant Expo City à Dubaï le 12 décembre 2023 lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP28. (Photo, AFP)
Des personnes marchent devant Expo City à Dubaï le 12 décembre 2023 lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP28. (Photo, AFP)

L'accord prévoit une «transition vers l'abandon des combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques, d'une manière juste, ordonnée et équitable afin de parvenir à une consommation zéro émission nette d'ici à 2050, conformément aux données scientifiques».

Il a également appelé à la création d'un fonds pour aider les pays vulnérables à payer les dommages liés au climat, et à la publication d'évaluations historiques sur les progrès réalisés dans le monde en matière d'atténuation des effets du changement climatique.

En outre, il a appelé à un triplement de la capacité des énergies renouvelables dans le monde d'ici 2030, à l'accélération des efforts pour réduire l'utilisation du charbon et à l'adoption de technologies pour le captage, le stockage et l'utilisation du carbone.

Bien que toutes les nations ne soient pas satisfaites du texte de l'accord, celui-ci marque une avancée importante, en s'appuyant sur les ambitions énoncées dans l'accord de Paris de 2015.

S'exprimant au siège parisien de l'Agence internationale de l'énergie le 20 février, le président de la COP28, Sultan al-Jaber, a déclaré que la réalisation des objectifs convenus dans le cadre du «consensus des Émirats arabes unis» nécessiterait une «action sans précédent» de la part des parties prenantes mondiales.

«La solidarité a surmonté la polarisation, l'inclusivité a prévalu sur les accusations et l'esprit de partenariat a rassemblé le meilleur de l'humanité», a-t-il indiqué à propos du sommet de la COP28.

«Afin de préserver cet esprit et de tirer parti de l'élan donné par la COP28, le consensus des Émirats arabes unis a défini une nouvelle orientation et un changement de cap clair. Nous devons maintenant transformer un accord sans précédent en une action sans précédent. Le moment est venu pour toutes les parties prenantes de passer à l'action», a-t-il souligné.

Le président de la COP28, sultan Ahmed al-Jaber, est vu sur un écran alors qu'il s'exprime lors d'une table ronde de haut niveau sur les engagements énergétiques et climatiques de la COP organisée par l'Agence internationale de l'énergie à son siège à Paris, le 20 février 2024. (Photo, AFP)
Le président de la COP28, sultan Ahmed al-Jaber, est vu sur un écran alors qu'il s'exprime lors d'une table ronde de haut niveau sur les engagements énergétiques et climatiques de la COP organisée par l'Agence internationale de l'énergie à son siège à Paris, le 20 février 2024. (Photo, AFP)

Alors que de nombreux pays occidentaux semblent revenir sur leurs engagements en matière de climat, la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord a relevé le défi.

L'Initiative verte saoudienne, lancée par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, en 2021 pour protéger l'environnement du Royaume, préserver la faune et la flore et planter des milliards d'arbres, tout en permettant une croissance économique durable, en est un exemple audacieux.

«Depuis sa création, l’Initiative verte saoudienne a mis en œuvre une série d'initiatives visant à protéger et à conserver les écosystèmes vitaux de l’Arabie saoudite», a déclaré à Arab News, Osama Ibrahim Faqeeha, ministre adjoint de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture.

Osama Ibrahim Faqeeha, ministre adjoint de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture. (Photo fournie)
Osama Ibrahim Faqeeha, ministre adjoint de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture. (Photo fournie)

«Par exemple, le Programme national d’écologisation, qui stimule les efforts de plantation d’arbres à l’échelle nationale en Arabie saoudite et repose sur deux principes directeurs clés: premièrement, maintenir l’équilibre des écosystèmes et, deuxièmement, utiliser des ressources en eau renouvelables.»

«Le programme adopte une approche de régénération basée sur la nature afin de permettre à ses écosystèmes de prospérer au fil du temps.»

Faqeeha a déclaré que plusieurs initiatives dédiées dans le cadre de l’Initiative verte saoudienne sont mises en œuvre pour protéger les points chauds de la biodiversité par la désignation de zones protégées.

«L’Initiative verte saoudienne vise également à promouvoir la durabilité en sensibilisant et en réduisant l'impact négatif des secteurs économiques sur les écosystèmes, en menant tous ces efforts en engageant toutes les parties prenantes concernées des secteurs public, privé et tertiaire», a-t-il signalé.

Le programme national d'écologisation de l'Arabie saoudite bat son plein depuis 2021. (Photo, SPA)
Le programme national d'écologisation de l'Arabie saoudite bat son plein depuis 2021. (Photo, SPA)

Parmi les autres mesures importantes prises par l’Arabie saoudite pour sauvegarder la biodiversité, on peut citer la mise en place d'un cadre environnemental national spécifique, étayé par la loi nationale sur l'environnement.

Plusieurs agences ont été créées pour mener à bien ce travail, notamment le Centre national pour la faune, le Centre national pour la couverture végétale, le Centre national pour la conformité environnementale et le Centre national pour la gestion des déchets.

Faqeeha a expliqué que sous la supervision de son ministère, ces agences «réglementent et surveillent les domaines environnementaux essentiels liés à la conservation de la biodiversité, tels que les écosystèmes terrestres, marins et côtiers, la couverture végétale et terrestre, les milieux environnementaux, la gestion des déchets, et soulignent l'engagement en faveur de la conservation de la biodiversité dans le Royaume».

La situation est similaire aux Émirats arabes unis. Dans le cadre de la politique générale de l'environnement de 2021, les autorités s'efforcent de préserver les écosystèmes, de promouvoir la diversification et la prospérité économique, d'intégrer les considérations relatives au changement climatique et à la biodiversité dans divers secteurs et de soutenir la réalisation des objectifs de développement durable de l'ONU à l'horizon 2030.

La propreté constante des eaux marines fait partie des objectifs de développement durable des Émirats arabes unis. (Photo fournie)
La propreté constante des eaux marines fait partie des objectifs de développement durable des Émirats arabes unis. (Photo fournie)

Tous ces plans sont essentiels si les pays de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord espèrent faire face aux effets du changement climatique, qui ont déjà une incidence sur les régimes de précipitations, provoquent une pénurie d'eau et nuisent à l'agriculture, menaçant ainsi les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire.

Dans les États du Golfe, en particulier, le changement climatique contribue déjà à l'augmentation de la salinité des eaux souterraines. Selon un rapport de l'Institut des États arabes du Golfe à Washington, les réserves d'eau du Golfe seront soumises à des pressions supplémentaires au cours des 20 prochaines années à cause de l'explosion démographique de la région et de la rareté des précipitations.

Les responsables de ces pays estiment donc qu'il est essentiel de planifier dès maintenant afin d'atténuer ces défis et de s'y adapter s'ils veulent protéger la croissance et la prospérité futures.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: Biden dit qu'il «espère» un cessez-le-feu d'ici le ramadan

Des enfants blessés lors des bombardements israéliens attendent d'être soignés à l'hôpital al-Najjar de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er mars 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le mouvement palestinien Hamas (AFP).
Des enfants blessés lors des bombardements israéliens attendent d'être soignés à l'hôpital al-Najjar de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er mars 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le mouvement palestinien Hamas (AFP).
Short Url
  • Le démocrate avait dit en début de semaine espérer d'ici au lundi suivant, le 4 mars, un accord pour une trêve de six semaines dans les combats entre Israël et le Hamas, mais il est revenu sur cet agenda
  • Les tirs israéliens et la bousculade pendant une distribution d'aide humanitaire, qui ont causé plus de 110 morts selon le Hamas, pourraient avoir compliqué les négociations

WASHINGTON: Joe Biden a déclaré vendredi qu'il "espère" qu'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza pourrait intervenir d'ici au ramadan, le mois saint musulman qui commence le soir du 10 mars ou le 11.

Interrogé par des journalistes sur la possibilité d'un accord sur une trêve dans le territoire palestinien d'ici cette date, le président américain a répondu: "J'espère bien, nous travaillons toujours beaucoup sur le sujet. On n'y est pas encore".

"Nous allons y arriver, mais on n'y est pas encore, et on pourrait ne pas y parvenir", a-t-il déclaré alors qu'il quittait la Maison Blanche pour passer le week-end dans la résidence présidentielle de Camp David, près de Washington.

Le démocrate avait dit en début de semaine espérer d'ici au lundi suivant, le 4 mars, un accord pour une trêve de six semaines dans les combats entre Israël et le Hamas, mais il est revenu sur cet agenda.

Les tirs israéliens et la bousculade pendant une distribution d'aide humanitaire, qui ont causé plus de 110 morts selon le Hamas, pourraient avoir compliqué les négociations, a reconnu plus tôt le président.

Vendredi, face à la situation désespérée à Gaza, Joe Biden s'est résolu à faire participer les Etats-Unis, "dans les prochains jours" et pour la première fois, à des largages aériens d'aide humanitaire dans la bande de Gaza, territoire palestinien assiégé par l'armée israélienne.


Les Soudanais vivent dans un climat de «pure terreur», selon l'ONU

Parade militaire à Gedaref, dans l’est du Soudan (Photo, AFP).
Parade militaire à Gedaref, dans l’est du Soudan (Photo, AFP).
Short Url
  • «La crise au Soudan est une tragédie qui semble s'être glissée dans le brouillard de l'amnésie mondiale», a déclaré Volker Turk
  • «Cette crise bouleverse le pays et menace profondément la paix, la sécurité et les conditions humanitaires dans toute la région», a-t-il ajouté

GENEVE: Les civils soudanais vivent dans un climat de "pure terreur" en raison du "conflit impitoyable et insensé" qui bouleverse leur pays et constitue un risque pour la paix régionale, a déclaré vendredi le Haut commissaire des Nations unies aux droits humains Volker Turk.

"La crise au Soudan est une tragédie qui semble s'être glissée dans le brouillard de l'amnésie mondiale", a déclaré Volker Turk devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

Il a qualifié ce conflit d'"impitoyable et insensé", avec des milliers de personnes tuées, "apparemment sans remords". Et les belligérants "ont créé un climat de pure terreur, forçant des millions de personnes à fuir".

La guerre fait rage depuis le 15 avril 2023 entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les Forces de soutien rapide (FSR, paramilitaires) du général Mohammed Hamdane Daglo, ancien numéro deux du pouvoir militaire.

Le Haut commissaire a ajouté que les deux parties avaient toujours agi en toute impunité, alors que les pourparlers en faveur de la paix stagnent. "Le Soudan est devenu un véritable cauchemar".

Ce conflit a fait des milliers de morts et déclenché une catastrophe humanitaire. Environ 25 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, ont besoin d'aide, dont près de 18 millions confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, selon des chiffres de l'ONU.

Un rapport soumis au Conseil des droits de l'homme de l'ONU met en lumière des violations flagrantes du droit international sur les droits de l'homme commises par les belligérants entre avril et décembre. Le document détaille également de graves violations du droit international humanitaire, dont beaucoup peuvent constituer des crimes de guerre.

M. Turk a déclaré qu'au moins 14.600 personnes avaient été tuées et 26.000 blessées, même si le bilan réel risque d'être bien plus élevé.

Outre l'artillerie lourde, "la violence sexuelle comme arme de guerre, y compris le viol, a été une caractéristique déterminante – et méprisable – de cette crise", a souligné M. Turk, qui s'est également dit profondément inquiet pour les milliers de civils détenus arbitrairement.

M. Turk a souligné que 80% des établissements hospitaliers étaient hors service, ajoutant que la destruction des hôpitaux et des écoles aurait des effets durables sur l'accès à la santé et à l'éducation.

"Avec plus de huit millions de personnes contraintes de fuir à l'intérieur du Soudan et vers les pays voisins, cette crise bouleverse le pays et menace profondément la paix, la sécurité et les conditions humanitaires dans toute la région", a-t-il ajouté.

M. Turk, qui a exhorté les pays à augmenter leurs dons en faveur du Soudan, a appelé la communauté internationale à "recentrer son attention sur cette crise déplorable avant qu'elle ne sombre encore plus dans le chaos".