Charles III, un an de règne sans accroc pour tourner la page d'Elizabeth II

Le roi Charles III de Grande-Bretagne et la reine Camilla de Grande-Bretagne saluent depuis le balcon du palais de Buckingham après avoir assisté au défilé de l'anniversaire du roi, « Trooping the Colour », à Londres le 17 juin 2023. (Photo Adrian DENNIS / AFP)
Le roi Charles III de Grande-Bretagne et la reine Camilla de Grande-Bretagne saluent depuis le balcon du palais de Buckingham après avoir assisté au défilé de l'anniversaire du roi, « Trooping the Colour », à Londres le 17 juin 2023. (Photo Adrian DENNIS / AFP)
Short Url
Publié le Lundi 04 septembre 2023

Charles III, un an de règne sans accroc pour tourner la page d'Elizabeth II

  • La première année du monarque de 74 ans a alterné entre moments historiques et agenda plus traditionnel pour ce chef d'Etat de 15 nations, à la fonction largement protocolaire
  • Connu pour ses prises de positions fortes sur des sujets comme l'environnement, l'agriculture biologique ou l'éducation lorsqu'il était prince de Galles, Charles s'est glissé sans difficulté apparente dans la réserve constitutionnelle

LONDRES: Un an après avoir succédé à Elizabeth II, Charles III a endossé sans faux pas le lourd habit de souverain, et sans révolutionner la monarchie, a commencé à imprimer sa marque sur un règne souvent vu comme une transition avant celui de son fils William.

Deuil national, couronnement grandiose, nouveau Premier ministre, engagements officiels et scandale familial: la première année du monarque de 74 ans a alterné entre moments historiques et agenda plus traditionnel pour ce chef d'Etat de 15 nations, à la fonction largement protocolaire.

Connu pour ses prises de positions fortes sur des sujets comme l'environnement, l'agriculture biologique ou l'éducation lorsqu'il était prince de Galles, Charles s'est glissé sans difficulté apparente dans la réserve constitutionnelle.

"La transition a été beaucoup plus douce que certains ne l'avaient anticipé et qui ont été surpris que Charles semble bien s'adapter", analyse Pauline Maclaran, professeure à l'université Royal Holloway.

Cinq moments marquants de la première année de règne de Charles III

Discours, couronnement grandiose et première visite d'Etat, la première année du règne de Charles III a été marquée de beaucoup de moments inédits pour le monarque.

-Le temps du deuil: première allocution

Au lendemain de la mort de la reine Elizabeth II à 96 ans, son fils, devenu le roi Charles III, apparaît sur les écrans des Britanniques. Visiblement ému, il rend hommage au long règne de sa mère et promet de servir les Britanniques "avec loyauté, respect et amour".

"A ma maman chérie, alors que vous entamez votre dernier grand voyage pour rejoindre mon cher feu Papa, je veux simplement vous dire ceci: merci", affirme-t-il laissant transparaître ses sentiments.

Dans cette allocution enregistrée depuis le palais de Buckingham, Charles y désigne son fils ainé et héritier William prince de Galles, le titre qu'il a lui même porté jusqu'à son accession au trône, et exprime son "amour" pour le prince Harry et son épouse Meghan, désormais aux Etats-Unis.

Peu avant, revenant d'Ecosse où la reine était décédée le 8 septembre au château de Balmoral, le monarque avait longuement salué la foule venue rendre hommage à la défunte souveraine. Avant les funérailles, le deuil national dure 10 jours pendant lesquels le nouveau souverain va parcourir son royaume.

-Un discours de Noël très suivi

Le 25 décembre, Charles III prononce son premier discours de Noël, rendez-vous incontournable depuis 1932 et télévisé depuis 1957.

Enregistré depuis la chapelle Saint-Georges du château de Windsor, où reposent sa mère et

son père Philip, il y remercie les Britanniques "pour l'amour et la sympathie que vous avez manifesté à toute notre famille".

En pleine crise du coût de la vie et au moment où des grèves historiques secouent le pays, le roi pensent à ceux "qui cherchent des moyens de payer leurs factures ou de nourrir et chauffer leurs familles".

Plus de 10,6 millions de personnes regardent le discours, un record. -Un couronnement grandiose

Charles est officiellement couronné le 6 mai en grande pompe à l'abbaye de Westminster devant un parterre d'invités prestigieux mais sans grande ferveur populaire.

Au-côté de son épouse Camilla, également couronnée reine, Charles reçoit de l'archevêque de Canterbury la couronne de Saint-Edouard au cours d'une cérémonie chrétienne marquée du poids de l'histoire de la monarchie. L'événement est quelque peu modernisé avec une durée plus courte, des représentants des principales religions et des invités témoignant davantage de la diversité du Royaume-Uni d'aujourd'hui.

Après une procession jusqu'au palais de Buckingham, la famille royale sacrifie au rituel du salut depuis le balcon, sans le prince Harry, qui avait quelques mois plus tôt publié des mémoires très durs envers sa famille.

-Une visite d'Etat... en Allemagne

Pour sa première visite d'Etat, Charles III devait se rendre en France fin mars afin de célébrer la longue amitié franco-britannique, avant d'aller dans la foulée en Allemagne. Mais cette visite française a dû être reportée, empêchée pour des raisons de sécurité en plein mouvement social contre la réforme des retraites.

Le couple royal se rendra finalement à Paris et Bordeaux, du 20 au 22 septembre.

A Berlin, dans un discours historique et majoritairement en allemand dans l'enceinte du Parlement, le roi a appelé à l'unité contre l'invasion russe en Ukraine, déplorant le retour du "fléau" de la guerre en Europe.

-Réveil des anti-monarchistes

Inaudibles sous la populaire Elizabeth II, les militants pro-République ont retrouvé de la vigueur, même s'ils restent très minoritaires.

Souvent présents dans la foule lors des déplacements officiels du roi, ils sont bien visibles avec leurs pancartes et t-shirts flanqués du slogan "Not my King".

Lors du couronnement, des centaines d'entre eux se sont rassemblés sur Trafalgar Square à Londres et une soixantaine ont été arrêtés dans une opération de police qui a fait polémique, certains criant à la répression de la liberté d'expression.

Le roi a dû aussi affronter à plusieurs reprises des jets d'oeufs lors de certains de ses déplacements, comme à York (nord de l'Angleterre) en novembre où un homme, ensuite condamné à 100 heures de travaux d'intérêt général, a justifié son acte par la "violence mise en oeuvre par l'Etat britannique".

Aucun événement public n'est prévu pour marquer l'anniversaire de l'accession au trône de Charles qui séjourne actuellement au château écossais de Balmoral, où Elizabeth II s'est éteinte le 8 septembre 2022 à 96 ans, après un règne record de 70 ans et auréolée d'une popularité considérable.

Point d'orgue de cette année, le couronnement du Charles et Camilla le 6 mai à l'abbaye de Westminster, devant des invités plus représentatifs de la diversité du pays, a illustré le respect d'une longue tradition tout comme une volonté de faire évoluer une monarchie jugée obsolète par une partie des Britanniques.

Il y aura "de petits changements, mais il prépare plutôt le terrain pour (son fils et héritier)

William qui pourrait être le vrai modernisateur de la monarchie", note Pauline Maclaran.

S'il reste moins aimé que la défunte reine ou que William, 41 ans, la popularité de Charles a progressé. Selon un sondage Yougov, 55% des Britanniques en ont une opinion positive, contre 44% il y a un an.

Sa première allocution de Noël, tradition incontournable, a été regardée par 10,6 millions de téléspectateurs, un record.

Plus humain

Lors de ses nombreux déplacements, Charles III, souvent accompagné de son épouse Camilla, apparait généralement accessible et chaleureux, loin de la réserve adoptée par Elizabeth II.

"Même les photos officielles qu'ils ont publiées sont plus détendues (...) il y a un peu plus d'humanité", note Jonathan Spangler, historien à l'université de Manchester.

Il a su se montrer "humble et abordable" dans une période économique difficile pour les Britanniques en proie à la crise du coût de la vie, souligne Pauline Maclaran, qui rappelle toutefois l'épisode du stylo défectueux, ayant révélé un roi impatient, seul accroc de communication à ce jour selon elle. En novembre en Irlande du Nord le roi s'était emporté contre un stylo qui fuyait: "Je ne peux pas supporter ce foutu truc!", s'était-il énervé, un écart devenu rapidement viral.

Pour autant, le mouvement pro-république connait un regain de vigueur depuis la disparition d'Elizabeth II, et Charles est souvent accueilli dans ses déplacements par des banderoles et slogans anti-monarchistes, et même des jets d'oeufs.

Et jusqu'ici le règne de ce roi qui suscite peu de ferveur n'a pas connu de "moment décisif", souligne l'historienne Anna Whitelock. "D'importantes questions restent en suspens", comme sa réponse aux appels à des excuses sur l'héritage colonial de la monarchie ou ses avantages fiscaux, pointe-t-elle.

En France fin septembre

Il n'a pour l'instant effectué qu'un déplacement officiel à l'étranger, en Allemagne, sa visite d'Etat en France en mars ayant été reportée à cause des risques de violences dans un Hexagone en ébullition contre la réforme des retraites.

Il s'y rendra fin septembre, avant, selon des médias britanniques, un probable déplacement en Afrique.

Le souverain a toutefois reçu plusieurs dirigeants étrangers, comme les présidents américain Joe Biden et sud-africain Cyril Ramaphosa - premier a être accueilli pour une visite d'Etat - ou encore le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Si Elizabeth II avait un intérêt marqué pour le Commonwealth, réunissant d'anciennes colonies britanniques, Charles "a une approche plus mondiale, c'est un changement

intéressant", estime Jonathan Spangler, citant son engagement sur le changement climatique ou en faveur des réfugiés ukrainiens.

Loin des enjeux globaux, le roi a vu son début de règne entaché par un nouvel épisode de la saga Harry et Meghan, après la publication des mémoires de son fils cadet et la diffusion d'un documentaire à charge contre la famille royale par les "Sussex", désormais aux Etats-Unis.

"Charles l'a bien géré. Il s'en est tenu au mantra de la reine +ne pas expliquer, ne pas se plaindre+", estime Pauline Maclaran.

Charles III n'en a pas fini avec les premières. Le 7 novembre, il prononcera son premier discours d'ouverture de la session parlementaire en tant que souverain.


Belgique: arrestation de quatre jeunes soupçonnés de planifier un «attentat terroriste»

Les arrestations de dimanche découlent d'une opération de police visant à identifier des personnes «potentiellement violentes et soupçonnées d'être liées à l'extrémisme islamiste» (Photo, AFP).
Les arrestations de dimanche découlent d'une opération de police visant à identifier des personnes «potentiellement violentes et soupçonnées d'être liées à l'extrémisme islamiste» (Photo, AFP).
Short Url
  • La police belge a arrêté dimanche un adulte et trois mineurs, soupçonnés d'avoir échangé des messages autour d'un projet «d'attentat terroriste»
  • Les quatre suspects sont actuellement auditionnés et un juge d'instruction devra déterminer la suite à donner à l'affaire

BRUXELLES: La police belge a arrêté dimanche un adulte et trois mineurs, soupçonnés d'avoir échangé des messages autour d'un projet "d'attentat terroriste", a confimé à l'AFP le parquet fédéral chargé de l'enquête.

Les quatre jeunes, trois mineurs "en fin d'adolescence" et un jeune homme de 18 ans, ont été arrêtés lors de perquisitions menées à Bruxelles, Ninove, Charleroi et Liège, a précisé le porte-parole du parquet, Eric Van Der Sypt.

Ils sont soupçonnés de planifier un attentat terroriste en Belgique", a-t-il ajouté.

Selon la RTBF, les arrestations de dimanche découlent d'une opération de police visant à identifier des personnes "potentiellement violentes et soupçonnées d'être liées à l'extrémisme islamiste".

Aucune arme ou explosif n'a été trouvé. La police a saisi des téléphones mobiles et des ordinateurs portables pour les analyser, a-t-il ajouté, confirmant les informations des médias belges RTBF et HLN.

Les messages échangés par les quatre suspects étaient "suffisamment inquiétants pour que l'on intervienne et que l'on procède à des perquisitions", a déclaré M. Van Der Sypt.

"Ce n'est pas qu'ils prévoyaient quelque chose pour demain, mais c'était suffisamment imminent pour intervenir", a-t-il ajouté.

La relative jeunesse des suspects a renforcé la méfiance des autorités. "Ils sont très flexibles. Si quelqu'un leur donne une arme, par exemple, les choses peuvent aller très, très vite. Nous ne voulons donc prendre aucun risque", a déclaré le porte-parole.

Les quatre suspects sont actuellement auditionnés et un juge d'instruction devra déterminer la suite à donner à l'affaire.

Les autorités belges restent sur le qui-vive depuis les attentats jihadistes de 2016 perpétrés par des kamikazes qui avaient fait 32 morts dans des explosions à l'aéroport de Bruxelles et dans le métro de la ville.

En octobre dernier, un Tunisien a abattu deux supporters de football suédois à Bruxelles avant d'être mortellement touché par la police.


Pakistan : Shehbaz Sharif, Premier ministre pour la deuxième fois

D'immenses posters de l'ancien premier ministre Nawaz Sharif (à gauche) et de son frère Shabaz Sharif sont affichés à l'entrée principale de leur résidence à Lahore, le 9 septembre 2007. (Photo Arif Ali AFP)
D'immenses posters de l'ancien premier ministre Nawaz Sharif (à gauche) et de son frère Shabaz Sharif sont affichés à l'entrée principale de leur résidence à Lahore, le 9 septembre 2007. (Photo Arif Ali AFP)
Short Url
  • Déjà chef du gouvernement d'avril 2022 à août 2023, Shehbaz Sharif, 72 ans, a été élu avec 201 voix contre 92 à Omar Ayub Khan, le candidat soutenu par l'ex-Premier ministre Imran Khan
  • Même si Imran Khan, une ancienne légende du cricket, n'avait pas été autorisé à se présenter aux élections, les candidats indépendants qu'il soutenait ont tout de même obtenu le plus grand nombre de sièges à l'Assemblée nationale

ISLAMABAD, Pakistan : Shehbaz Sharif est devenu dimanche pour la deuxième fois Premier ministre du Pakistan, en étant élu par l’Assemblée nationale issue des dernières législatives, dont le résultat avait été contesté avec virulence par les partisans d'Imran Khan.

Déjà chef du gouvernement d'avril 2022 à août 2023, Shehbaz Sharif, 72 ans, a été élu avec 201 voix contre 92 à Omar Ayub Khan, le candidat soutenu par l'ex-Premier ministre Imran Khan, trois semaines après les élections du 8 février, entachées de lourds soupçons de fraudes.

Ses premiers mots dimanche ont été pour son frère aîné, Nawaz Sharif, qui a déjà dirigé trois fois le pays et lui a, cette fois, laissé la place. «Je (le) remercie de m'avoir sélectionné pour ce poste», a-t-il déclaré devant l'Assemblée.

Emprisonné depuis août et condamné à de lourdes peines, Imran Khan affirme que le scrutin a été truqué de manière éhontée, à l'initiative de la puissante armée, afin d'empêcher son parti de revenir au pouvoir.

Pour reprendre le pouvoir, Shehbaz Sharif et son parti, la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N), ont dû conclure un accord de coalition avec leur rival historique, le Parti du peuple pakistanais (PPP) de Bilawal Bhutto Zardari, et plusieurs autres petits partis.

En contrepartie, l'ancien président Asif Ali Zardari (2008-2013), époux de l'ancienne Première ministre assassinée Benazir Bhutto et père de Bilawal, a été désigné par le PPP candidat commun à la présidence.

La séance parlementaire de dimanche a été houleuse et marquée par des échanges d’invectives avec les partisans du très populaire Imran Khan, lequel avait précédé Shehbaz Sharif au poste de Premier ministre entre 2018 et 2022, avant d'être évincé par une motion de censure.

Shehbaz Sharif doit prêter serment lundi pour un mandat de cinq ans. Aucun Premier ministre au Pakistan n’est toutefois allé au terme des cinq années.

- Manipulations massives -

Même si Imran Khan, une ancienne légende du cricket, n'avait pas été autorisé à se présenter aux élections, les candidats indépendants qu'il soutenait ont tout de même obtenu le plus grand nombre de sièges à l'Assemblée nationale.

Son parti, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), a malgré tout dénoncé des manipulations massives. Il a lancé des recours en justice, mais n’a quasiment aucune chance d'obtenir gain de cause.

Estimant avoir obtenu suffisamment de sièges pour être en mesure de gouverner seul, le PTI s'est refusé à toute alliance avec ses principaux rivaux, qu'il a qualifiés de «voleurs de mandat».

La nouvelle coalition au pouvoir ressemble fortement à celle qu'avait dirigée Shehbaz Sharif après avoir provoqué la chute d'Imran Khan. La PML-N s'était alors déjà associée au PPP, qui avait même occupé des postes ministériels.

Cette fois-ci, le PPP a laissé entendre qu'il se contenterait de soutenir le gouvernement Sharif, mais sans y entrer. Un revirement de dernière minute sur ce sujet n'est toutefois pas à exclure.

La composition du nouveau gouvernement devrait être annoncée dans les prochains jours.

La précédente coalition était restée en place jusqu'en août dernier. Conformément à la constitution, l'Assemblée nationale avait alors été dissoute et un gouvernement formé de technocrates avait été chargé de préparer les élections.

- Coalition fragile -

Sous le premier gouvernement Shehbaz, le Pakistan, profondément endetté et manquant de liquidités, avait frôlé le défaut de paiement, n'évitant le pire que grâce à un nouveau renflouement du Fonds monétaire international (FMI).

Un nouveau plan d'aide du FMI apparaît inévitable et devra être négocié dans les prochains mois, en échange de mesures d'austérité qui devraient se révéler une nouvelle fois très impopulaires.

Les 240 millions de Pakistanais ont été confrontés pendant plus d'un an à une inflation avoisinant les 30%, qui commence toutefois à baisser, et la croissance économique ne devrait pas dépasser les 2% en 2024, selon les projections du FMI.

Mais la légitimité contestée du gouvernement, la fragilité de sa coalition avec un PPP en mesure à tout moment de modifier les équilibres et l'opposition résolue du PTI rendent très compliquée la tâche de Shehbaz Sharif.

Nawaz Sharif était pressenti pour reprendre la tête du pays, après être rentré en octobre de quatre années d'exil à Londres. Mais la deuxième place de la PML-N au scrutin, malgré le soutien apparent de l’armée, l'en a finalement dissuadé.

Reconnu pour son sens du compromis mais parfois critiqué pour son indécision, Shehbaz Sharif devra maintenir la cohésion de son gouvernement et composer avec l'armée, dont l'ombre a lourdement pesé sur les élections.

Il devra aussi garantir la sécurité du pays, qui s'est dégradée ces derniers mois. Et il devra répondre aux exigences financières des provinces, dont celle du Pendjab (centre-est), la plus peuplée, dirigée par sa nièce Maryam Nawaz Sharif, qui a déjà énoncé un ambitieux programme en faveur des jeunes, des femmes et des minorités.

 


Canada: une soirée avec Trudeau et Meloni annulée pendant une manifestation pro-palestinienne

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau accueille le Premier ministre italien Giorgia Meloni à Toronto, au Canada, le 2 mars 2024. (Photo Carlos Osorio, Pool AFP)
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau accueille le Premier ministre italien Giorgia Meloni à Toronto, au Canada, le 2 mars 2024. (Photo Carlos Osorio, Pool AFP)
Short Url
  • Plus tôt dans la journée, les deux dirigeants du G7 avaient tenu une rencontre bilatérale au cours de laquelle ils ont discuté de plusieurs enjeux, dont la «crise très difficile au Moyen-Orient», selon Mme Meloni
  • L'entrée de certains invités à la réception a été bloquée par des manifestants opposés à la façon dont le Canada réagit dans le conflit entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza

MONTRÉAL, Canada : Une soirée réunissant à Toronto le Premier ministre du Canada Justin Trudeau et son homologue italienne Giorgia Meloni a été annulée samedi pour des «raisons de sécurité», a indiqué le bureau de M. Trudeau, alors qu'une manifestation pro-palestinienne se déroulait près du lieu de l'événement.

Selon des médias canadiens, des centaines de manifestants pro-Palestiniens s'étaient rassemblés devant le Musée des beaux-arts de l'Ontario, en plein coeur de la métropole canadienne, où la soirée était organisée.

«L'événement a été annulé pour des raisons de sécurité», a indiqué tard dans la soirée à l'AFP Jenna Ghassabeh, attachée de presse du bureau du Premier ministre, sans fournir plus de détails.

Plus tôt dans la journée, les deux dirigeants du G7 avaient tenu une rencontre bilatérale au cours de laquelle ils ont discuté de plusieurs enjeux, dont la «crise très difficile au Moyen-Orient», selon Mme Meloni.

Selon la télévision publique CBC, l'entrée de certains invités à la réception a été bloquée par des manifestants opposés à la façon dont le Canada réagit dans le conflit entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza. Entre 200 et 300 manifestants ont pris part à la contestation, selon le diffuseur canadien.

Des vidéos et photos circulant sur les réseaux sociaux montrent également une forte présence policière à proximité du musée.

La guerre déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent menée par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël a entraîné la mort d'au moins 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, Israël a juré «d'anéantir» le Hamas et lancé une vaste offensive terrestre et aérienne qui a fait plus de 30.300 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.