Libye: après l'«apocalypse», les rescapés de Derna veulent des réponses

Des gens se rassemblent pour une manifestation devant la mosquée Al-Sahaba, dans la ville de Derna, dans l'est de la Libye, le 18 septembre 2023, pour protester contre la négligence du gouvernement à l'égard des deux barrages qui se sont rompus et ont conduit aux crues éclair meurtrières qui ont frappé la ville la semaine précédente. (Photo, AFP)
Des gens se rassemblent pour une manifestation devant la mosquée Al-Sahaba, dans la ville de Derna, dans l'est de la Libye, le 18 septembre 2023, pour protester contre la négligence du gouvernement à l'égard des deux barrages qui se sont rompus et ont conduit aux crues éclair meurtrières qui ont frappé la ville la semaine précédente. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 19 septembre 2023

Libye: après l'«apocalypse», les rescapés de Derna veulent des réponses

  • "Il y a deux ans, il y avait déjà eu des fuites sur le grand barrage alors qu'il n'était rempli qu'à moitié. On avait prévenu la municipalité et réclamé des réparations", raconte Abdelqader al-Omrani depuis son lit d'hôpital à Benghazi
  • "Après tous ces morts chez nous, le pays est enfin uni, tout le monde est venu pour nous aider", se félicite M. Omrani, qui veut croire que Derna deviendra "une cause à défendre"

BENGHAZI: Une semaine après les inondations meurtrières en Libye, les rescapés de Derna veulent des réponses: pourquoi les demandes de réparations des barrages sont-elles restées lettres mortes et qui va les aider face au risque d'épidémies?

"Il y a deux ans, il y avait déjà eu des fuites sur le grand barrage alors qu'il n'était rempli qu'à moitié. On avait prévenu la municipalité et réclamé des réparations", raconte à l'AFP Abdelqader al-Omrani depuis son lit d'hôpital à Benghazi, la grande ville de l'Est.

Pour ce Libyen de 48 ans, qui a vu passer sous ses yeux les corps sans vie de six proches emportés par les flots dans sa ville dévastée, les milliers de morts auraient pu être évités. Les responsables qui n'ont pas effectué les réparations "ont nos morts sur la conscience", dit-il.

Après une manifestation de centaines d'habitants, le chef de l'exécutif dans l'Est de la Libye, Oussama Hamad, a dissout lundi le conseil municipal de Derna, contre lequel il a aussi ordonné l'ouverture d'une enquête.

Ezzedine Miftah, 32 ans, pointe également du doigt les autorités locales, derrière son masque à oxygène en soins intensifs.

Pour cet employé du secteur privé dont la famille a survécu aux inondations, "c'est la faute des responsables qui n'ont pas fait leur travail et ont laissé les barrages s'effondrer".

Le raz-de-marée qui s'en est suivi a réduit le coeur de la ville de 100.000 habitants en un tas de boue qui sèche au soleil, ratissé par les secouristes pour sortir des corps ou les bulldozers pour creuser des fosses communes.

«Il faut un Etat»
"Après tous ces morts chez nous, le pays est enfin uni, tout le monde est venu pour nous aider", se félicite M. Omrani, qui veut croire que Derna deviendra "une cause à défendre".

Mais pour cela, renchérit son voisin de lit souhaitant rester anonyme et encore tremblant quand il raconte s'être "littéralement cogné la tête contre le plafond lorsque l'eau a rempli tout le salon", "il faut un Etat".

Il faut "des milliards, un nouveau réseau de tout-à-l'égout", énumère à l'AFP ce père de famille de 53 ans qui n'en finit pas de remercier "la société civile".

Une intervention de l'Etat? Une gageure en Libye rongée par les divisions depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 et gouvernée par deux administrations rivales: l'une à Tripoli (ouest), reconnue par l'ONU et dirigée par le Premier ministre Abdelhamid Dbeibah, l'autre dans l'Est, affilié au camp du puissant maréchal Khalifa Haftar.

"La Libye est allée de problèmes en problèmes, mais maintenant, il nous faut un Etat car Derna est sinistrée et il y a encore 70.000 personnes menacées par les épidémies là-bas", lance-t-il, lunettes à épaisses montures relevées sur le front.

"Les gens ne peuvent ni boire ni se laver avec l'eau, comment vont-ils faire?", ajoute-t-il, lui- même en attente d'une opération après avoir été atteint par des infections qui ont proliféré sur ses fractures aux mains et aux pieds à force de nager dans les eaux usées.

«Tout se mélangeait»
Car, poursuit-il, personne n'imaginait "le tsunami" qui a ravagé Derna.

Dans la soirée, "on a reçu une alerte disant que le niveau de la mer allait augmenter, j'ai mis ma femme et mes quatre enfants à l'abri chez ma belle-famille dans les montagnes qui surplombent la ville".

De retour seul à Derna, il dit avoir demandé conseil aux autorités locales qui lui ont assuré que sa maison n'était pas dans la zone menacée.

Après, tout est allé très vite, raconte M. Omrani: "les morts, les disparus, la destruction de Derna, tout ça s'est produit entre 03H00 et 04H30 du matin".

D'un seul coup, sa maison, proche d'un des deux barrages qui ont cédé, a été submergée. Lui a pu sauter du toit-terrasse, escalader un arbre puis gagner la montagne.

Quand l'eau s'est finalement retirée, il n'y avait "ni bâtiment ni arbre, plus que la montagne et aucune âme qui vive: j'ai vécu l'apocalypse, sans exagération", raconte-t-il à l'AFP, en marquant une pause pour ne pas pleurer.

Son voisin aussi dit avoir survécu à "la pire horreur du monde". Quand il a enfin retrouvé sa famille après une heure et demie de marche entre débris et cadavres, "ils ont cru voir un fantôme, ils étaient sûrs que j'étais mort", raconte-t-il.

M. Omrani, lui, a l'impression de revivre "les films américains qu'on voyait avant, avec tout le monde qui meurt dedans". "Je vous parle et je ne réalise même pas pourquoi je suis là dans un hôpital", lâche-t-il.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères se rend au Pakistan pour renforcer les liens économiques

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Short Url
  • Le prince Faisal préside une délégation de haut niveau chargée de se concerter sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre
  • Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan

ISLAMABAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. Les médias locaux ont largement diffusé des images de son accueil par le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Ishaq Dar.

La visite du ministre saoudien des Affaires étrangères intervient un peu plus d’une semaine après l’entretien du prince héritier, Mohammed ben Salmane, avec le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif à La Mecque. Cette visite réaffirme l’engagement du Royaume à mettre en œuvre rapidement un programme d’investissement d’une valeur de 5 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) qui avait été discuté précédemment.

À son arrivée à la base aérienne de Nur Khan, dans la ville de garnison de Rawalpindi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, qui préside une délégation de haut niveau comprenant plusieurs ministres de premier plan, a été accueilli par les responsables pakistanais.

«Une semaine après la visite du Premier ministre, Shehbaz Sharif, en Arabie saoudite (du 6 au 8 avril), une délégation saoudienne de haut niveau se rendra au Pakistan», annonce le ministère pakistanais de l’Information dans un communiqué.

«La délégation saoudienne se concertera sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre», ajoute le communiqué, précisant que l’investissement prévu par l’Arabie saoudite dans le projet d’exploitation minière d’or et de cuivre de Reko Diq sera également discuté au cours de la visite.

Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan, dans le sud-ouest du pays. Il s’agit de l’une des plus grandes régions inexploitées en matière de cuivre et d’or au monde.

De même, Riyad souhaite investir dans l’agriculture, le commerce, l’énergie, les minéraux, les technologies de l’information, les transports et d’autres secteurs au Pakistan, selon le communiqué.

«Grâce à cette visite, la capacité d’exportation du Pakistan augmentera, des entreprises communes seront créées et de nouvelles possibilités se présenteront.»

La semaine dernière, le ministère pakistanais des Affaires étrangères a indiqué que la délégation saoudienne serait composée du ministre des Affaires étrangères, du ministre de l’Eau et de l’Agriculture, du ministre de l’Industrie et des Ressources minérales, du vice-ministre de l’Investissement, ainsi que de hauts responsables du ministère saoudien de l’Énergie.

La délégation saoudienne devrait se réunir avec le président pakistanais, le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères et d’autres ministres, ainsi qu’avec le chef de l’armée et les membres du comité supérieur du Conseil spécial de facilitation des investissements du Pakistan, créé l’année dernière pour superviser l’ensemble des financements étrangers.

 

 Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Le ministre saoudien des A.E. insiste sur l’importance de la coopération CCG-Asie centrale pour la stabilité régionale

Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan
  • L’Arabie saoudite et l’Ouzbékistan signent un accord d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a souligné aujourd’hui l’importance de la promotion des intérêts des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et des États d’Asie centrale afin que les deux régions deviennent sûres, stables et prospères, dans l’espoir d’un avenir meilleur pour tous.

Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan.

Dans son discours, il a insisté sur l’importance de continuer à renforcer la coordination et la consultation entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur la base de valeurs, d’intérêts et de liens historiques communs, notant le développement important des relations au cours des dernières années.

Le prince Faisal a évoqué le large consensus entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur l’importance de l’instauration de la paix, de la promotion des solutions négociées et du soutien de la sécurité, de la stabilité et du développement.

Il a mis l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts pour garantir les droits internationalement reconnus du peuple palestinien et pour instaurer la paix par la négociation, conformément à l’Initiative de paix arabe et aux principes du droit international.

Le ministre saoudien a par ailleurs salué les efforts actuellement déployés pour parvenir à la paix et à la stabilité dans la région, et il a insisté sur la nécessité de mettre en place un cessez-le-feu durable, de lever le blocus de la bande de Gaza et d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire et des secours.

Il a appelé à la cessation des déplacements forcés de Palestiniens et il a mis l’accent sur la nécessité pour la communauté internationle et le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre un terme définitif à l’agression d’Israël contre le peuple palestinien.

Le prince Faisal s’est ensuite entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux.

Les deux parties ont tenu des pourparlers officiels au cours desquels elles ont discuté de stratégies visant à accroître la coopération, ainsi que des opportunités de renforcer les liens bilatéraux et multilatéraux sur des questions d’intérêt commun.

Aujourd’hui également, le Conseil ministériel du CCG a tenu une réunion extraordinaire à l’ambassade du Qatar à Tachkent sur l’escalade militaire au Moyen-Orient.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, le Conseil s’est déclaré profondément préoccupé par l’escalade militaire dans la région et son impact négatif sur la sécurité et la stabilité.

Il a indiqué qu’il était crucial de freiner immédiatement l’escalade afin de maintenir la sécurité et la stabilité régionales, et il a ajouté que toutes les parties devaient régler leurs différends par la voie diplomatique, faire preuve de la plus grande retenue et épargner à la région et à ses habitants les dangers de la guerre.

Le Conseil ministériel du CCG a également appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à assumer ses responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales, en particulier au Moyen-Orient, et à empêcher l’exacerbation de la crise dans cette région, qui aura de graves conséquences si elle s’étend.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com