Niger: Le président déchu Mohamed Bazoum saisit la justice ouest-africaine pour sa libération

Une femme tient l'image du président nigérien déchu Mohamed Bazoum, détenu avec sa famille dans sa résidence officielle de Niamey depuis le 26 juillet, lors d'une manifestation devant l'ambassade du Niger, à Paris, le 5 août 2023 (Photo, AFP).
Une femme tient l'image du président nigérien déchu Mohamed Bazoum, détenu avec sa famille dans sa résidence officielle de Niamey depuis le 26 juillet, lors d'une manifestation devant l'ambassade du Niger, à Paris, le 5 août 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 21 septembre 2023

Niger: Le président déchu Mohamed Bazoum saisit la justice ouest-africaine pour sa libération

  • La requête déposée devant la Cour de justice de la Cedeao nvoque «l'arrestation arbitraire» et «la violation de la liberté d'aller et venir»
  • La Cour de justice de l'organisation est la principale juridiction de la Cedeao, composée de 5 juges choisis parmi les ressortissants des Etats membres

NIAMEY: Le président nigérien déchu Mohamed Bazoum a décidé de saisir la justice ouest-africaine pour obtenir sa libération et le rétablissement de l'ordre constitutionnel dans le pays, près de deux mois après un coup d'Etat opéré par des militaires qui l'ont renversé et le séquestrent toujours.

"Nous demandons (...) au vu de la violation des droits politiques, que l'Etat du Niger soit condamné au rétablissement immédiat de l'ordre constitutionnel par la remise du pouvoir au président Bazoum qui doit continuer de l'exercer jusqu'à la fin de son mandat le 2 avril 2026", a déclaré mercredi à l'AFP son avocat sénégalais, Maître Seydou Diagne.

La requête déposée devant la Cour de justice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) le 18 septembre invoque "l'arrestation arbitraire" et "la violation de la liberté d'aller et venir" du président Mohamed Bazoum, de sa femme Haziza et de son fils Salem, détenus avec lui au palais présidentiel depuis le coup d'État, le 26 juillet.

Selon Maître Diagne, ses "clients sont victimes de graves et intolérables violations des droits de l'homme. Ils ont le droit de saisir les juridictions compétentes. Ca ne peut pas aggraver leur situation, c'est un motif d'espoir que justice leur soit rendue".

En cas de décision favorable, "l'Etat du Niger a(ura) l'obligation juridique d'exécuter la décision", a-t-il assuré.

"Ce qui nous intéresse, c'est d'obtenir une condamnation de l'Etat du Niger par une décision de justice. Le combat de monsieur Bazoum est un combat par le droit", a-t-il souligné.

Maître Seydou Diagne a également affirmé que "le général (Abdourahamane) Tiani (à la tête du régime militaire, ndlr) n'est pas habilité par la loi nigérienne pour procéder à des arrestations. Il a été nommé par décret depuis 2011 pour assurer la sécurité du président".

La Cour de justice de l'organisation est la principale juridiction de la Cedeao, composée de 5 juges choisis parmi les ressortissants des Etats membres.

Mi-août, les auteurs du coup d'Etat avaient de leur côté annoncé leur intention de "poursuivre" Mohamed Bazoum pour "haute trahison" et "atteinte à la sûreté" du pays.

Bazoum et la Cedeao soutenus 
La Cedeao menace les auteurs du coup d'Etat d'une intervention militaire depuis le 30 juillet pour rétablir l'ordre constitutionnel.

Elle avait annoncé que le jour et les modalités de l'opération avaient été décidés, priorisant toutefois la voie diplomatique, mais reste désormais relativement silencieuse, bien que soutenue par plusieurs pays occidentaux.

L'Union européenne (UE) a rappelé mercredi son "soutien à la position de la Cedeao", appelant une nouvelle fois "à la libération immédiate et inconditionnelle du président Bazoum et de sa famille", et "ne reconnaît pas les autorités issues du putsch", a affirmé à l'AFP Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell.

Des propos déclarés le lendemain d'une convocation de l'ambassadeur de l'UE à Niamey, Salvador Pinto da França, par le Premier ministre du Niger nommé par les militaires au pouvoir, Ali Mahaman Lamine Zeine.

La Cedeao est également soutenue par la France, engagée dans un bras de fer avec le régime militaire.

Paris a suspendu début août la délivrance de visas à Niamey - suspendue également à Ouagadougou (Burkina) et Bamako (Mali) - pour entrer sur son territoire.

Paris refuse aussi le retour en France de son ambassadeur à Niamey, Sylvain Itté, "pris en otage" selon Emmanuel Macron, et dont l'expulsion a été ordonnée par les généraux au pouvoir fin août.

La France compte quelque 1.500 soldats au Niger, dont l'avenir est incertain.

Le régime militaire, qui prévoit une transition d'une durée maximum de trois ans, cherche des alliés.

Il se tourne notamment vers le Mali et le Burkina voisins, également dirigés par des militaires arrivés au pouvoir par un coup d'Etat, avec qui il a lancé samedi une coopération de défense, avec la création de l'Alliance des Etats du Sahel (AES).


Ukraine: Deux morts dans le sud, Kiev affirme avoir abattu dix drones russes

Deux personnes sont décédées lors de frappes russes dans la région de Kherson (Photo, AP).
Deux personnes sont décédées lors de frappes russes dans la région de Kherson (Photo, AP).
Short Url
  • Dans la nuit, les forces russes ont lancé douze drones Shahed, appareils de fabrication iranienne fréquemment utilisés par Moscou contre son voisin
  • Cette localité est située au bord du fleuve Dniepr, qui marque la ligne de front dans la région, les forces russes en occupant la rive gauche

KIEV: Deux personnes sont décédées lors de frappes russes dans la région de Kherson, dans le sud, ont annoncé les autorités, qui ont par ailleurs affirmé avoir abattu un missile et la majorité des drones lancés par la Russie lors d'une nouvelle attaque nocturne.

Un homme, âgé de 78 ans, est mort dimanche matin lors d'un bombardement du village de Sadové, a indiqué le chef de l'administration militaire de Kherson, Roman Mrotchko.

Cette localité est située au bord du fleuve Dniepr, qui marque la ligne de front dans la région, les forces russes en occupant la rive gauche.

Dans l'après-midi, d'autres frappes sur la capitale régionale, Kherson, ont tué une femme qui "se trouvait dans la rue" et blessé quatre autres personnes, selon le bureau du procureur local.

Deux hôpitaux ont également été visés, et leurs façades ont été endommagées, a-t-il ajouté sur Telegram.

Dans la nuit, les forces russes ont lancé douze drones Shahed, appareils de fabrication iranienne fréquemment utilisés par Moscou contre son voisin, a déclaré l'armée de l'air, disant en avoir abattu dix.

Un missile aérien guidé Kh-59 a également été abattu, ont indiqué les forces armées dans leur rapport quotidien.

Besoin en armement

Kiev a renforcé ses systèmes de défense aérienne avec des armes occidentales depuis l'hiver dernier, au cours duquel la Russie avait frappé systématiquement ses infrastructures d'énergie.

Des millions de personnes avaient été privées de courant en pleine vague de froid, ce que l'Ukraine veut à tout prix éviter cette année.

Mais le pays affirme avoir besoin de beaucoup plus d'armements pour protéger les régions vulnérables.

La Russie a accusé dimanche Kiev d'avoir mené plusieurs frappes dans sa région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, sans faire de victimes ni de dégâts majeurs.

Des drones et des tirs d'artillerie ont visé plusieurs villages de la zone, selon le gouverneur local Viatcheslav Gladkov.


La Maison Blanche estime qu'Israël «fait des efforts» pour minimiser les pertes civiles à Gaza

"Nous pensons qu'ils ont été réceptifs à nos messages sur le fait d'essayer de minimiser les pertes civiles", a indiqué sur la chaîne ABC, John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche (Photo, AFP).
"Nous pensons qu'ils ont été réceptifs à nos messages sur le fait d'essayer de minimiser les pertes civiles", a indiqué sur la chaîne ABC, John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous pensons qu'ils ont été réceptifs à nos messages sur le fait d'essayer de minimiser les pertes civiles» a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche
  • Plus de 15.200 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza depuis le début du conflit, «à 70% des femmes et des enfants»

WASHINGTON: La Maison Blanche a estimé dimanche qu'Israël "fai(sait) des efforts" pour minimiser les pertes civiles à Gaza depuis la reprise des combats après une trêve de sept jours, au moment où les appels de la communauté internationale à protéger les civils palestiniens s'intensifient.

"Nous pensons qu'ils ont été réceptifs à nos messages sur le fait d'essayer de minimiser les pertes civiles", a indiqué sur la chaîne ABC, John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

L'armée israélienne a repris son offensive dans le nord de Gaza "de façon plus réduite et précise", a-t-il ajouté, soulignant que ces deux derniers jours, Israël avait publié en ligne une carte des lieux où les civils pouvaient se rendre pour trouver refuge et fuir les combats.

"Il n'y a pas beaucoup d'armées modernes qui feraient ça", a poursuivi M. Kirby. "Ils font des efforts".

La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent menée par le Hamas en Israël le 7 octobre, qui a fait 1.200 morts, en majorité des civils, selon les autorités.

En représailles, Israël a mené des bombardements dévastateurs contre le territoire palestinien, où il a lancé le 27 octobre une offensive terrestre.

Plus de 15.200 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza depuis le début du conflit, "à 70% des femmes et des enfants", selon un dernier bilan du gouvernement du Hamas.

"Trop de Palestiniens innocents ont été tués" avait insisté samedi la vice-présidente américaine Kamala Harris depuis la COP28 à Dubaï, s'alarmant d'images "dévastatrices" de Gaza.

Elle avait ainsi appelé "Israël" a "en faire plus pour protéger les civils innocents".

La "sécurité" d'Israël ne pourra être garantie si elle "se fait au prix des vies palestiniennes" avait abondé le président français Emmanuel Macron lors du même événement.

John Kirby a par ailleurs insisté sur le fait que les services de renseignements américains n'avaient a priori "aucune connaissance" du plan du Hamas visant à perpétrer l'attaque du 7 octobre.

Des responsables israéliens avaient obtenu plus d'un an à l'avance le plan du mouvement islamiste palestinien visant à mener une attaque sans précédent contre Israël mais avaient jugé ce scénario irréaliste, a en effet rapporté jeudi le New York Times.

Le président israélien Benjamin Netanyahou a reconnu qu'il y avait manifestement eu "des défaillances dans les services de renseignements concernant le 7 octobre" et ils les "passeront en revue", a déclaré M. Kirby.


Le Royaume-Uni va effectuer des vols au dessus de Gaza pour localiser les otages

Le Royaume-Uni va lancer des vols de surveillance à Gaza pour aider à retrouver des otages (Photo, AFP)
Le Royaume-Uni va lancer des vols de surveillance à Gaza pour aider à retrouver des otages (Photo, AFP)
Short Url
  • Mais près de 140 personnes sont encore détenus dans la bande de Gaza, selon les autorités israéliennes
  • Londres n'a pas indiqué combien de Britanniques sont retenus en otage

LONDRES: Le Royaume-Uni va effectuer des vols de surveillance au-dessus d'Israël et de Gaza pour aider à localiser les otages retenus par le mouvement islamiste palestinien Hamas, a annoncé le ministère de la Défense britannique.

"Depuis les attaques terroristes du 7 octobre 2023 contre Israël, le gouvernement britannique travaille avec ses partenaires dans toute la région pour obtenir la libération des otages, y compris des ressortissants britanniques, qui ont été enlevés", écrit le ministère dans un communiqué publié samedi soir.

"La sécurité des ressortissants britanniques est notre priorité absolue", ajoute-t-il.

Le Royaume-Uni va effectuer des vols de surveillance au-dessus d'Israël et de Gaza pour aider à localiser les otages retenus par le mouvement islamiste palestinien Hamas, a annoncé le ministère de la Défense britannique.

"Depuis les attaques terroristes du 7 octobre 2023 contre Israël, le gouvernement britannique travaille avec ses partenaires dans toute la région pour obtenir la libération des otages, y compris des ressortissants britanniques, qui ont été enlevés", écrit le ministère dans un communiqué publié samedi soir.

Sécurité des ressortissants 

"La sécurité des ressortissants britanniques est notre priorité absolue", ajoute-t-il.

"Pour soutenir les opérations de libération d'otages, le ministère britannique de la Défense effectuera des vols de surveillance au-dessus de la Méditerranée orientale, y compris dans l'espace aérien au-dessus d'Israël et de Gaza", indique le ministère.

Ces avions "ne seront pas armés" et "n'auront pas de rôle de combat", précise-t-il. Ils auront "pour seule mission de localiser les otages". "Seules les informations relatives à la libération d'otages seront transmises aux autorités compétentes chargées de la libération d'otages".

Quelque 240 personnes ont été enlevées le 7 octobre lors de l'attaque meurtrière sans précédent du Hamas dans le sud d'Israël, puis emmenées dans la bande de Gaza.

Une trêve de sept jours a permis la libération d'une centaine d'otages entre les mains du Hamas et de 240 prisonniers palestiniens détenus en Israël.

Mais près de 140 personnes sont encore détenus dans la bande de Gaza, selon les autorités israéliennes.

Les combats ont repris vendredi dans le territoire palestinien.

En représailles à l'attaque du 7 octobre, qui a fait 1.200 morts en majorité civils selon les autorités israéliennes, Israël a lancé une campagne de bombardements massifs sur Gaza, suivis d'une opération au sol.

Les opérations israéliennes ont fait plus de 15.000 morts, majoritairement civils, selon le Hamas, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007.

Londres n'a pas indiqué combien de Britanniques sont retenus en otage.

Après le 7 octobre, Downing Street avait déclaré qu'au moins 12 ressortissants britanniques avaient été tués dans l'attaque et que cinq autres étaient portés disparus.