Un scandale à la bourse JPEX jette l'opprobre sur le secteur crypto de Hong Kong

De gauche à droite : Cheng Tak-ka, directeur de l'application de la loi à la Securities and Futures Commission ; Elizabeth Wong, directrice de l'octroi de licences et chef de l'unité fintech à la Securities and Futures Commission ; le surintendant principal de la police Kung Hing-fun ; le surintendant de la police Lee Mo-yin ; l'inspecteur en chef par intérim Mak Wai-kwong tiennent une conférence de presse à Hong Kong le 19 septembre 2023 concernant l'arrestation de huit personnes ayant des liens avec la plateforme de crypto-monnaie JPEX.  (Photo Holmes Chan  AFP)
De gauche à droite : Cheng Tak-ka, directeur de l'application de la loi à la Securities and Futures Commission ; Elizabeth Wong, directrice de l'octroi de licences et chef de l'unité fintech à la Securities and Futures Commission ; le surintendant principal de la police Kung Hing-fun ; le surintendant de la police Lee Mo-yin ; l'inspecteur en chef par intérim Mak Wai-kwong tiennent une conférence de presse à Hong Kong le 19 septembre 2023 concernant l'arrestation de huit personnes ayant des liens avec la plateforme de crypto-monnaie JPEX. (Photo Holmes Chan AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 septembre 2023

Un scandale à la bourse JPEX jette l'opprobre sur le secteur crypto de Hong Kong

  • Le gendarme boursier local (SFC) a averti la semaine dernière que la plateforme prétendait à tort avoir une licence et présentait des caractéristiques suspectes, telles que des rendements mirobolants
  • Les enquêteurs se penchent sur les liens de JPEX avec des influenceurs et des boutiques de crypto-actifs, qu'ils soupçonnent de collusion pour gonfler la valeur des actifs et tromper les clients sur le statut légal de la bourse

HONG KONG, Chine : Jenny a découvert en mars les investissements dans les actifs numériques grâce à un magasin de cryptomonnaies à Hong Kong qui faisait la promotion de la bourse d'échanges crypto JPEX. Mais elle a vite déchanté.

En septembre, elle s'est retrouvée parmi les plus de 2.000 victimes «inexpérimentées» spoliées par la plateforme, selon la police.

«Beaucoup de mes camarades de classe et amis ont investi à fond» dans ces actifs, a indiqué à des journalistes Jenny - un nom d'emprunt - qui a perdu une somme à «six chiffres» en dollars de Hong Kong (100.000 dollars de Hong Kong équivalent à 12.000 euros). «Nous n'avions jamais pensé que ce serait une arnaque», a-t-elle affirmé.

Le scandale JPEX a débouché sur 11 arrestations dans la ville cette semaine pour «complot en vue de fraude», avec des pertes pour les victimes dépassant 165 millions d'euros.

La chute de JPEX vient entacher l'adoption par Hong Kong des actifs numériques, en révélant des lacunes juridiques trois mois seulement après l'entrée en vigueur d'une réglementation imposant aux bourses crypto d'obtenir une licence et de respecter les normes de protection des investisseurs.

Le gendarme boursier local (SFC) a averti la semaine dernière que la plateforme prétendait à tort avoir une licence et présentait des caractéristiques suspectes, telles que des rendements mirobolants.

La police a mené lundi des perquisitions dans 20 lieux, dont des entreprises et des domiciles privés, saisissant de l'argent liquide, du matériel informatique et des sacs à main de luxe.

Les enquêteurs se penchent sur les liens de JPEX avec des influenceurs et des boutiques de crypto-actifs, qu'ils soupçonnent de collusion pour gonfler la valeur des actifs et tromper les clients sur le statut légal de la bourse.

«Les victimes avaient souvent peur de rater une bonne occasion et croyaient impulsivement aux publicités», a déclaré l'inspecteur de police Kung Hing-fun, qualifiant l'ampleur de la fraude de «choquante».

JPEX – dont le siège est à Dubaï selon son site Internet – a qualifié ces mesures d'«injustes» et de «biaisées». La bourse n'a pas répondu aux multiples sollicitations de l'AFP.

- «Acteurs voyous» -

Le commerce des cryptomonnaies est interdit en Chine. Mais Hong Kong, qui dispose de sa propre réglementation financière, a reçu le feu vert de Pékin pour devenir une plaque tournante d'échanges d'actifs numériques.

Les régulateurs américains ont, eux, sévi sur le secteur après l'implosion de la bourse crypto FTX l'année dernière, qui a fait perdre des milliards de dollars aux investisseurs et déclenché une crise de confiance dans ces actifs.

Pour Kristi Swartz, avocate spécialiste des fintechs au cabinet DLA Piper, Hong Kong est confrontée à un exercice d'équilibre difficile car elle veut attirer des entreprises du secteur des crypto tout en installant des garde-fous pour protéger les investisseurs.

Le système de licences, adopté en juin, cible les bourses mais exclut les courtiers en crypto-actifs qui disposent de magasins physiques, une «lacune», selon l'avocate.

Les régulateurs ont «peut-être été un peu durs» avec JPEX, estime-t-elle, «mais je pense que c'est le bon message». «C'est un domaine où il y a beaucoup d'acteurs voyous.»

Certains courtiers s'allient à des influenceurs pour attirer les clients en promettant des gains rapides et organisent des sessions de formation où les clients potentiels, comme Jenny, sont soumis à de fortes pressions pour investir.

- «Signal d'alarme» -

Il est temps «de renforcer et d'étendre notre régime de licence et de supervision aux magasins de courtage de cryptomonnaies», au vu du marketing «agressif» de ces boutiques, a indiqué à l'AFP, Clara Chiu, ex-responsable des licences du SFC.

Le scandale «pourrait être un signal d'alarme» pour les autorités, estime Carlton Lai, responsable de la recherche sur la blockchain et les cryptomonnaies chez Daiwa Capital Markets.

Davantage de réglementation est nécessaire, notamment pour éviter le blanchiment d'argent, mais il sera difficile de réguler les influenceurs, note-t-il.

Malgré ses problèmes, JPEX a dévoilé mercredi un «plan de dividendes» qui permet à ses utilisateurs de voter, et d'investir, dans l'avenir de l'entreprise. «Même face à une telle oppression et à ce traitement injuste, notre plateforme continuera à fonctionner comme d'habitude», annonce-t-elle sur son site.


Expansion du commerce mondial: Les exportations égyptiennes augmentent de 9,8%

Les exportations au cours de la période comprenaient des agrumes frais et séchés pour une valeur de 721 millions de dollars. (Shutterstock)
Les exportations au cours de la période comprenaient des agrumes frais et séchés pour une valeur de 721 millions de dollars. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministère a pour objectif de renforcer les exportations dans tous les secteurs vers divers marchés mondiaux dans la phase à venir
  • Il met l’accent sur la collaboration entre les entités gouvernementales, les communautés d’affaires et les exportateurs égyptiens pour améliorer la qualité et la compétitivité des produits

RIYAD: Les exportations de marchandises de l’Égypte ont grimpé de 9,8% en glissement annuel au cours des cinq premiers mois de 2024 pour atteindre 16,55 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro), selon un haut responsable.

Les exportations ont augmenté chaque mois au cours de la période, soulignant la croissance continue du pays d’Afrique du Nord au sein du commerce mondial, selon le ministre égyptien du Commerce et de l’Industrie, Ahmed Samir.

Parmi les principaux articles qui ont contribué à la croissance, on compte les agrumes frais et séchés évalués à 721 millions de dollars, les fils électriques à 353 millions de dollars et les huiles de pétrole manufacturées à 186 millions de dollars.

Les principaux secteurs d’exportation comprennent également les matériaux de construction, évalués à 3,86 milliards de dollars, l’industrie alimentaire à 2,64 milliards de dollars et les produits chimiques et engrais estimés à 2,49 milliards de dollars.

Les cultures agricoles valaient 2,26 milliards de dollars, selon un communiqué.

Le ministère a pour objectif de renforcer les exportations dans tous les secteurs vers divers marchés mondiaux dans la phase à venir, en mettant l’accent sur la collaboration entre les entités gouvernementales, les communautés d’affaires et les exportateurs égyptiens pour améliorer la qualité et la compétitivité des produits.

Cet effort soutient l’objectif de l'Égypte d’atteindre 100 milliards de dollars d’exportations annuelles de marchandises.

En outre, le communiqué révèle que l’Arabie saoudite est devenue le premier marché pour les exportations de marchandises égyptiennes au cours de cette période, totalisant 1,39 milliard de dollars.

Après l’Arabie saoudite, la Turquie a totalisé 1,31 milliard de dollars; les Émirats arabes unis, 1,13 milliard de dollars; l’Italie, 974 millions de dollars et les États-Unis, 904 millions de dollars.

Au mois de mai, l’Agence centrale égyptienne pour la mobilisation publique et les statistiques a révélé que la valeur des exportations égyptiennes vers les pays arabes a augmenté de 8,7% en glissement annuel, atteignant 13,6 milliards de dollars en 2023.

L’Arabie saoudite est en tête des pays arabes en matière d’importations d’Égypte, avec des exportations totalisant 2,7 milliards de dollars au cours de l’année, selon le communiqué publié le mois dernier.

Cette tendance souligne la croissance considérable des relations commerciales, des partenariats, des projets communs et des investissements dans le développement entre les deux pays au cours des dernières années.

Le mois dernier, le Fonds monétaire international (FMI) a prévu que les entrées de capitaux étrangers de l’Égypte proviendraient de cinq sources, notamment les exportations de matières premières, le tourisme et les revenus du canal de Suez, ainsi que les transferts privés et les investissements directs étrangers nets.

Le total de l’exercice financier 2023-2024 s’élèvera à environ 107,3 milliards de dollars, contre environ 93,6 milliards de dollars en 2022-2023.

Cependant, le FMI prévoit que les entrées diminueront à nouveau au cours du prochain exercice, passant sous le niveau de l’année précédente à près de 91,2 milliards de dollars.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Rapport: Riyad parmi les cinq meilleurs écosystèmes de start-up dans la région Mena

Riyad est également l’un des deux écosystèmes de la région Mena figurant sur la liste mondiale des villes comptant quatre licornes ou plus au cours des dix dernières années. (Shutterstock)
Riyad est également l’un des deux écosystèmes de la région Mena figurant sur la liste mondiale des villes comptant quatre licornes ou plus au cours des dix dernières années. (Shutterstock)
Short Url
  • Le Royaume a également été félicité pour son approche proactive en matière d’intelligence artificielle
  • Le rapport souligne l’engagement du pays, à hauteur de 40 milliards de dollars, pour stimuler la technologie

RIYAD: Riyad, la capitale de l’Arabie saoudite, figure parmi les cinq meilleurs écosystèmes de start-up de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), selon de nouvelles données.

L’organisation internationale de conseil et de recherche en politique, Startup Genome, en collaboration avec le Global Entrepreneurship Network, révèle que trois des villes du Royaume figurent parmi les écosystèmes de start-up les mieux classés de la région.

Riyad se classe quatrième, avec Djeddah et Alkhobar également sur la liste, selon le dernier rapport Global Startup Ecosystem de Startup Genom.

Les critères pour figurer sur la liste exigent que les écosystèmes soient classés parmi les quarante premiers leaders mondiaux, les deux cents premiers environnements émergents ou qu’ils aient une valeur supérieure à 200 millions de dollars (1 dollar = 0,93 euro).

De plus, Riyad est également l’un des deux écosystèmes de la région Mena figurant sur la liste mondiale des villes comptant quatre licornes ou plus au cours des dix dernières années, l’autre étant Dubaï.

Une entreprise est qualifiée de «licorne» lorsqu’elle atteint une valorisation de 1 milliard de dollars sans être cotée en bourse.

Le rapport souligne que la capitale figure parmi les places cinquante et un à soixante à l’échelle internationale, avec un niveau de financement classé sept sur dix.

Le Royaume a également été félicité pour son approche proactive en matière d’intelligence artificielle. En effet, le rapport souligne l’engagement du pays, à hauteur de 40 milliards de dollars, pour stimuler la technologie.

La capitale des Émirats arabes unis, Abu Dhabi, est classée comme l’écosystème de start-up à la croissance la plus rapide de la région, avec un classement mondial entre soixante et un et soixante-dix.

«Dans une nation enhardie par sa vision stratégique de devenir un pôle technologique mondial dominant, la capitale Abu Dhabi apparaît comme l’une des destinations les plus importantes au monde pour les entreprises technologiques à forte croissance», indique le rapport.

L’écosystème d’Abu Dhabi a été évalué à 4,2 milliards de dollars, avec une licorne entre 2021 et 2023. La ville a également connu un financement médian de 825 000 dollars lors des cycles d’amorçage. Le financement total en capital-risque s’est élevé à 1,1 milliard de dollars entre 2019 et 2023, avec seize sorties au cours de la même période.

La région a connu une croissance significative dans les domaines du capital-risque et du développement des start-up ces dernières années, principalement soutenue par l’Arabie saoudite.

En 2023, le Royaume a obtenu 52% du financement total en capital-risque dans la région Mena, soit une augmentation substantielle par rapport à la part de 31% qu’il détenait en 2022.

L’écosystème des start-up d’Arabie saoudite s’est classé au premier rang des activités régionales de financement en capital-risque en 2023, amassant un capital sans précédent d’1,38 milliard de dollars.

Cette réalisation a placé le Royaume à l’avant-garde du financement en capital-risque au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dépassant pour la première fois la barre du milliard de dollars, comme l’a rapporté Magnitt dans son rapport sur l’exercice 2023 en Arabie saoudite.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les Bourses mondiales peinent à prendre position avant des décisions de banques centrales

Après une séance globalement dans le rouge mercredi, les indices européens ont ainsi débuté en légère progression: Paris montait de 0,31%, Londres de 0,09%, Francfort de 0,47% et Milan de 0,38% vers 07H10 GMT. (AFP).
Après une séance globalement dans le rouge mercredi, les indices européens ont ainsi débuté en légère progression: Paris montait de 0,31%, Londres de 0,09%, Francfort de 0,47% et Milan de 0,38% vers 07H10 GMT. (AFP).
Short Url
  • "Les risques politiques français restent d'actualité et de nombreux investisseurs hésitent à revenir sur les indices boursiers français et européens à l'approche des élections législatives"
  • Après une séance globalement dans le rouge mercredi, les indices européens ont ainsi débuté en légère progression: Paris montait de 0,31%, Londres de 0,09%, Francfort de 0,47% et Milan de 0,38% vers 07H10 GMT

PARIS: Les Bourses européennes ont ouvert en légère hausse jeudi en attendant des décisions de plusieurs banques centrales, dont celle d'Angleterre, toujours dans un climat de défiance sur les actions du continent.

Après une séance globalement dans le rouge mercredi, les indices européens ont ainsi débuté en légère progression: Paris montait de 0,31%, Londres de 0,09%, Francfort de 0,47% et Milan de 0,38% vers 07H10 GMT.

"Les risques politiques français restent d'actualité et de nombreux investisseurs hésitent à revenir sur les indices boursiers français et européens à l'approche des élections législatives", a noté Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote.

Signe de la tension, l'écart entre les taux allemands et français s'est de nouveau agrandi mercredi après l'annonce, attendue, que la Commission européenne a ouvert la voie à une procédure pour déficits publics excessifs contre la France. Jeudi, l'écart entre les taux à 10 ans, l'échéance qui fait référence, restait à un haut niveau (3,21% pour le taux français contre 2,42% pour l'allemand).

L'agenda est toutefois davantage rempli jeudi pour occuper les investisseurs. Plusieurs banques centrales, comme la Norvège et la Suisse, doivent donner des décisions sur leur taux d'intérêt directeur.

En dépit d'une inflation britannique revenue à son objectif, la Banque d'Angleterre (BoE) ne devrait pas baisser son taux directeur avant les législatives convoquées au Royaume-Uni début juillet, estiment les analystes.

Longtemps la plus élevée des pays du G7, l'inflation britannique est désormais inférieure à celles des Etats-Unis et de la zone euro. Mais l'inflation dans le secteur des services, légèrement freinée à 5,7% sur un an en mai, contre 5,9% le mois précédent, reste supérieure aux attentes des économistes.

Le sentiment du consommateur européen pour juin est aussi attendu en fin de séance.

Vendredi, la séance sera consacrée aux premiers éléments sur l'activité économique en juin en zone euro et aux Etats-Unis, avec la publication des indices PMI.

En Asie, les indices ont terminé dans l'ensemble en baisse, sans l'élan des valeurs technologiques généralement impulsé par Wall Street, fermée mercredi.

En Chine, les investisseurs ont aussi été refroidis notamment après les propos du gouverneur de la banque centrale qui a écarté l'idée d'un important plan de relance pour stimuler la deuxième économie mondiale.

Hong Kong reculait de 0,61% dans les derniers échanges, Shanghai de 0,41%, tandis qu'au Japon, Tokyo a grappillé 0,16%.

 

Danone coupe l'appétit

Le poids lourd de l'alimentaire Danone cédait 2,72% vers 07H10 GMT, pire performance du CAC 40 parisien, après la présentation de son plan stratégique aux investisseurs. Le groupe, qui a été secoué par une crise interne et la perte de ses actifs russes, a affiché son "ambition de proposer des rendements attractifs" dans les années à venir, notamment "une croissance du chiffre d'affaires à données comparables [à périmètre et taux de change constants] comprise entre +3 et +5%".

Du côté du pétrole

Sur le marché du pétrole, le baril de Brent de la mer du Nord prenait 0,16% à 85,21 dollars, vers 07H00 GMT, tandis que le baril de WTI américain reculait de 0,13% à 81,46 dollars.

L'euro reculait un peu face au dollar (-0,11%), à 1,0732 dollar pour un euro. La livre cédait 0,09% à 1,2708 dollar pour une livre.

Le bitcoin avançait de 1,01% à 65.510 dollars.