La HS2, projet britannique colossal aux coûts qui déraillent

Des gens attendent un train à la gare de Clapham Junction, dans le sud de Londres, le 16 mars 2023 (Photo de JUSTIN TALLIS / AFP).
Des gens attendent un train à la gare de Clapham Junction, dans le sud de Londres, le 16 mars 2023 (Photo de JUSTIN TALLIS / AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 22 septembre 2023

La HS2, projet britannique colossal aux coûts qui déraillent

  • Les 215 kilomètres de voies entre Londres et Birmingham, premier tronçon de la ligne, coûteront 247 millions de livres (284 millions d'euros) par kilomètre, plus de huit fois plus cher que la LGV Tours-Bordeaux, entrée en service en 2017
  • «Contrairement à [ce qui se fait en] Espagne, HS2 transportera les gens directement au cœur des centres-villes dans certaines des zones foncières et immobilières les plus chères au monde»

LONDRES: La HS2, projet de deuxième ligne à grande vitesse au Royaume-Uni après celle vers le tunnel sous la Manche, a vu ses coûts dérailler en dix ans, malgré un tracé tronqué et qui pourrait encore l'être sous la pression budgétaire.

Conçue pour rapprocher de Londres les grandes villes du nord de l'Angleterre, son coût avait été estimé à 37,5 milliards de livres en 2013. Il s'est envolé depuis à quelque 100 milliards (115 milliards d'euros).

"C'est l'un des projets ferroviaires les plus chers du monde" au kilomètre, résume auprès de l'AFP Sam Dumitriu, responsable des politiques pour l'association pour la croissance économique Britain Remade, qui a comparé des projets d'infrastructure dans 14 pays.

Les 215 kilomètres de voies entre Londres et Birmingham, premier tronçon de la ligne, coûteront 247 millions de livres (284 millions d'euros) par kilomètre, plus de huit fois plus cher que la LGV Tours-Bordeaux, entrée en service en 2017, estime par exemple l'organisation.

Si la HS2, de par son ampleur, est particulièrement pointée du doigt outre-Manche, construire des rails, des tramways mais aussi des routes coûte bien plus cher dans ce pays que dans les autres pays européens, relève M. Dumitriu.

Pour expliquer cet écart, il cite notamment les larges possibilités données aux riverains et défenseurs de l'environnement de faire des objections qui "sont souvent prises en compte", ce qui se traduit par exemple, dans le cas de la HS2, par une multiplication des tronçons en tunnels, plus onéreux.

Autres explications selon lui: un manque de personnel qualifié, en raison de grands chantiers trop rares (HS2 est la première ligne construite au nord de Londres en 150 ans), ou encore des projets aux ambitions souvent pharaoniques, et donc plus chers qu'ailleurs.

"Pourquoi est-il plus coûteux de construire en Grande-Bretagne qu’en Chine?" s'interrogeait en février Jon Thompson, président de l'entreprise publique HS2, dans une tribune dans le journal The Telegraph.

"Ici, nous ne bafouons pas l'environnement, le droit de l'urbanisme, les autorités et les populations locales", martelait-il.

Projet amputé, coûts «incontrôlables»

"Contrairement à [ce qui se fait en] Espagne, HS2 transportera les gens directement au cœur des centres-villes dans certaines des zones foncières et immobilières les plus chères au monde", poursuivait-il.

Et contrairement à la France, "nous choisissons de creuser des tunnels plutôt que de démolir des communautés entières et des pans de campagne", avait-il ajouté.

Sauf que la facture fait grincer des dents Downing Street, qui n'a pas hésité, en novembre 2021, à enterrer un tronçon qui devait relier Birmingham à Leeds, au grand dam d'élus locaux qui accusent le gouvernement de renier ses promesses aux régions défavorisées du nord.

En mars, toujours dans un effort pour réduire la facture, l'exécutif a repoussé de deux ans d'autres tronçons et annoncé que la ligne n'irait pas, dans un premier temps, jusqu'à la gare de Euston, dans le centre de Londres, mais s'arrêterait dans la banlieue ouest de la capitale.

L'autorité britannique des infrastructures et projets a estimé en juillet que le projet "semblait irréalisable" dans sa forme actuelle.

Mais même amputé, il pourrait tout de même coûter plus de 90 milliards de livres une fois la récente envolée de l'inflation prise en compte, a estimé cette semaine le Financial Times.

Selon la presse britannique, le gouvernement planche encore sur l'annulation d'un autre tronçon, entre Birmingham et Manchester.

Le gouvernement assure n'avoir rien décidé, mais le ministre des Finances Jeremy Hunt, interrogé jeudi sur les appréhensions des élus locaux, a rétorqué sur la radio LBC: "ils seront aussi inquiets si nous avons un projet d'infrastructure dont les coûts deviennent totalement incontrôlables".

Pour John Kelsey, professeur associé de construction, gestion de projet et économie au University College de Londres, le secteur ferroviaire britannique, pionnier au XIXe siècle, souffre aujourd'hui de pratiques et d'infrastructures datées.

Des appels d'offres plus innovants ou une meilleure collaboration entre entrepreneurs du secteur pourraient "réduire les coûts à long terme ou (...) augmenter l'efficacité", explique-t-il à l'AFP.

Les infrastructures vieillissantes ajoutent aux difficultés pour "les nouveaux projets lorsqu'ils doivent se connecter au réseau ferroviaire existant", ajoute-t-il.

Les travaux de la HS2 ont commencé en avril 2020 pour le premier tronçon, et les premiers trains devraient s'élancer entre 2029 et 2033.


Une exposition commerciale entre l’Arabie saoudite et l’Australie se tiendra à Riyad en octobre

L’événement est organisé par le Trademark Group of Companies, un conglomérat dont la mission est de faciliter l’expansion des entreprises australiennes dans le Royaume et dans la région élargie du Conseil de coopération du Golfe. (Shutterstock)
L’événement est organisé par le Trademark Group of Companies, un conglomérat dont la mission est de faciliter l’expansion des entreprises australiennes dans le Royaume et dans la région élargie du Conseil de coopération du Golfe. (Shutterstock)
Short Url
  • La 1re édition de l’Aussie Expo, qui se tiendra du 21 au 22 octobre au centre de conférence KAFD de Riyad, se focalisera également sur la technologie, l’infrastructure et l’exploitation minière
  • Au mois de mai, l’Arabie saoudite et l’Australie ont conclu un accord visant à améliorer la coopération dans plusieurs secteurs et à renforcer les liens commerciaux bilatéraux

RIYAD: L’agriculture, les soins de santé et l’éducation figurent parmi les secteurs qui bénéficieront d’une nouvelle conférence visant à stimuler les accords de partenariat entre l’Arabie saoudite et l’Australie.

La 1re édition de l’Aussie Expo, qui se tiendra du 21 au 22 octobre au centre de conférence KAFD de Riyad, se focalisera également sur la technologie, l’infrastructure et l’exploitation minière.

L’événement est organisé par le Trademark Group of Companies, un conglomérat dont la mission est de faciliter l’expansion des entreprises australiennes dans le Royaume et dans la région élargie du Conseil de coopération du Golfe (CCG), et d’aider les entreprises de ces régions à pénétrer le marché national.

«Depuis deux ans et demi, le Trademark Group of Companies œuvre à la création d’un pont entre les entreprises australiennes et saoudiennes. Pour la toute première fois, une exposition australienne qui présente les talents, les produits et les services australiens à la région se tiendra à Riyad, en Arabie saoudite. Je tiens à remercier toutes les parties prenantes qui ont contribué à la réussite de cet événement», déclare Sam Jamsheedi, président et fondateur du Trademark Group of Companies.

Selon la base de données des Nations unies sur les statistiques du commerce des produits de base (UN Comtrade), les exportations de l’Australie vers l’Arabie saoudite s’élevaient à 789,65 millions de dollars (1 dollar = 0,93 euro) en 2023. Les exportations du Royaume vers l’Australie s’élevaient quant à elles à 702,75 millions de dollars sur la même période de douze mois.

Le 1er juin, le Trademark Group of Companies a ouvert un bureau à Riyad en vue de profiter des opportunités économiques en Arabie saoudite et de fournir une plate-forme aux entreprises australiennes pour explorer et approfondir les liens commerciaux avec le Royaume.

Sous le thème «Accélérer les partenariats, débloquer de nouvelles opportunités», Aussie Expo Riyadh 2024 présentera l’excellence dans divers secteurs d’activité, d’après son site Web.

Cet objectif sera réalisé grâce à une série de conférences et d’ateliers auxquels participeront des responsables gouvernementaux, des chefs d’entreprise, des décideurs et des entrepreneurs des deux pays.

Ces possibilités de réseautage devraient constituer un attrait majeur pour les participants, car elles leur permettront d’explorer des partenariats potentiels qui favoriseront leur réussite mutuelle.

Les énergies renouvelables et le développement durable, le tourisme et l’hôtellerie, le commerce de détail et les biens de consommation, ainsi que le transport et la logistique seront abordés lors de la conférence.

S’adressant à Arab News en marge de l’Australian Saudi Business Networking Event à Riyad au début du mois de juin, l’ambassadeur australien, Mark Donovan, a déclaré que l’ouverture du bureau du Trademark Group of Companies dans le Royaume aiderait les deux pays à explorer les possibilités d’investissement dans divers secteurs.

Au mois de mai, l’Arabie saoudite et l’Australie ont conclu un accord visant à améliorer la coopération dans plusieurs secteurs et à renforcer les liens commerciaux bilatéraux.

L’Australia Saudi Business Council and Forum et l’Export Council of Australia ont conclu un accord visant à stimuler la collaboration dans les domaines de l’industrie, de l’exploitation minière, de l’alimentation, de la technologie et de l’intelligence artificielle, dans le but d’accroître les possibilités pour les exportateurs australiens de travailler avec des entités saoudiennes, renforçant ainsi la coopération bilatérale.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Chimie : l'émirati Adnoc propose un rachat de Covestro pour 12 milliards d'euros

Un ingénieur entre dans les installations ADNOC à Fujairah le 28 novembre 2023 (Photo, AFP).
Un ingénieur entre dans les installations ADNOC à Fujairah le 28 novembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les premières approches d'Adnoc comprenaient un prix de rachat de 55 puis 57 euros par action
  • Après cette annonce, le cours du chimiste allemand gagnait 4,84% à 53,70 euros à 10h08 GMT

BERLIN: Le fabricant allemand de plastique et de produits chimiques Covestro a annoncé lundi "entrer dans des négociations concrètes" sur son rachat par la compagnie nationale pétrolière émirati Adnoc, sur la base d'une offre valorisant le groupe à près de 12 milliards d'euros.

"Le conseil d'administration de Covestro a décidé aujourd'hui après consultation du conseil de surveillance, d'entrer dans des négociations concrètes avec Adnoc" avec comme "point de départ des discussions sur une offre possible de 62 euros par action", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Cette offre, qui sera soumise aux "résultats d'un audit" réalisé par Adnoc, valoriserait Covestro à 11,72 milliards d'euros, selon un calcul de l'AFP.

"A l'heure actuelle, il n'est pas certain que les négociations à venir aboutissent à un accord", même si "les discussions menées jusqu'à présent ont montré que Covestro et Adnoc peuvent s'entendre sur les aspects essentiels d'une éventuelle transaction," a toutefois précisé Covestro.

Discussions 

Après cette annonce, le cours du chimiste allemand gagnait 4,84% à 53,70 euros à 10h08 GMT, sur un indice DAX en hausse de 0,51%.

Les discussions entre les deux entreprises durent depuis plusieurs mois. Leur existence a été confirmée par Covestro en septembre dernier.

Les premières approches d'Adnoc comprenaient un prix de rachat de 55 puis 57 euros par action, selon l'agence financière Bloomberg. Ce montant a ensuite été progressivement relevé au cours des discussions entre les deux entreprises.

La compagnie nationale Adnoc est le géant pétrolier des Emirats arabes unis, qui compte parmi les premiers exportateurs de brut au monde. Son patron, Sultan Al Jaber, a notamment été président de la COP28.

Covestro affiche de son côté une technologie et une expertise dans des domaines tels que le recyclage chimique et la réutilisation du CO2. Adnoc s'intéresse à ces technologies cruciales pour l'avenir de la chimie.

Le portefeuille de produits de Covestro donne aussi accès aux marchés finaux, notamment les véhicules électriques, l'isolation thermique et les adhésifs.

La chimie allemande, incarnée par des poids lourds comme BASF ou Bayer, traverse une grave crise industrielle liée au renchérissement des coûts de l'énergie depuis l'interruption des livraisons de gaz russe.


La 8e réunion du Conseil saoudo-américain du commerce et de l'investissement se tient à Washington

Réunion du Conseil de l'accord-cadre sur le commerce et l'investissement entre l'Arabie saoudite et les États-Unis (Tifa) en 2018. (Photo fournie)
Réunion du Conseil de l'accord-cadre sur le commerce et l'investissement entre l'Arabie saoudite et les États-Unis (Tifa) en 2018. (Photo fournie)
Short Url
  • La délégation saoudienne, menée par l'Autorité générale du commerce extérieur (Gaft), regroupe vingt entités gouvernementales
  • Le conseil vise à superviser les relations commerciales et d'investissement afin d'identifier les opportunités d'expansion

RIYAD: La 8e réunion du Conseil de l'accord-cadre sur le commerce et l'investissement (Tifa) entre l'Arabie saoudite et les États-Unis a débuté ce dimanche à Washington.

La délégation saoudienne, menée par l'Autorité générale du commerce extérieur (Gaft), regroupe vingt entités gouvernementales.

Le conseil vise à superviser les relations commerciales et d'investissement afin d'identifier les opportunités d'expansion, d’éliminer les obstacles commerciaux et d'investissement, d’optimiser un environnement favorable au commerce et à l’investissement ainsi que de promouvoir le développement économique entre les deux pays.

En outre, il traite des questions commerciales et d'investissement bilatérales. Ainsi, il favorise l'accès au marché, protège et fait respecter les droits de propriété intellectuelle, gère les données et le commerce électronique et renforce les capacités. En outre, il examine les politiques commerciales et d'investissement.

Par ailleurs, la délégation saoudienne participera à plusieurs séances et ateliers en marge de la réunion, qui se poursuivra jusqu'à vendredi.

Cela comprend un atelier dont le thème est «Les opportunités commerciales entre le Moyen-Orient et les États-Unis». Les ambassadeurs américains dans les pays du Golfe y participeront, ainsi que la session d'ouverture du Select USA Investment Summit, présidée par la secrétaire américaine au commerce, Gina Raimondo.

La délégation participera également au 5e Forum de dialogue commercial et d'investissement CCG-États-Unis, à une table ronde intitulée «Investissement saoudien dans la technologie», au Forum saoudo-américain, qui a pour thème «Investir dans notre avenir commun», à la table ronde CCG-États-Unis et à la table ronde saoudo-américaine. Il est à noter que toutes ces rencontres incluent la participation du secteur privé des deux pays.

En 2023, le volume des échanges commerciaux entre l'Arabie saoudite et les États-Unis s'élevait à environ 34 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro). Les principales exportations saoudiennes vers les États-Unis comprenaient des produits minéraux et des engrais, tandis que les machines et les équipements mécaniques, les pièces détachées, les automobiles et leurs pièces détachées constituaient les principales importations américaines.