La HS2, projet britannique colossal aux coûts qui déraillent

Des gens attendent un train à la gare de Clapham Junction, dans le sud de Londres, le 16 mars 2023 (Photo de JUSTIN TALLIS / AFP).
Des gens attendent un train à la gare de Clapham Junction, dans le sud de Londres, le 16 mars 2023 (Photo de JUSTIN TALLIS / AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 22 septembre 2023

La HS2, projet britannique colossal aux coûts qui déraillent

  • Les 215 kilomètres de voies entre Londres et Birmingham, premier tronçon de la ligne, coûteront 247 millions de livres (284 millions d'euros) par kilomètre, plus de huit fois plus cher que la LGV Tours-Bordeaux, entrée en service en 2017
  • «Contrairement à [ce qui se fait en] Espagne, HS2 transportera les gens directement au cœur des centres-villes dans certaines des zones foncières et immobilières les plus chères au monde»

LONDRES: La HS2, projet de deuxième ligne à grande vitesse au Royaume-Uni après celle vers le tunnel sous la Manche, a vu ses coûts dérailler en dix ans, malgré un tracé tronqué et qui pourrait encore l'être sous la pression budgétaire.

Conçue pour rapprocher de Londres les grandes villes du nord de l'Angleterre, son coût avait été estimé à 37,5 milliards de livres en 2013. Il s'est envolé depuis à quelque 100 milliards (115 milliards d'euros).

"C'est l'un des projets ferroviaires les plus chers du monde" au kilomètre, résume auprès de l'AFP Sam Dumitriu, responsable des politiques pour l'association pour la croissance économique Britain Remade, qui a comparé des projets d'infrastructure dans 14 pays.

Les 215 kilomètres de voies entre Londres et Birmingham, premier tronçon de la ligne, coûteront 247 millions de livres (284 millions d'euros) par kilomètre, plus de huit fois plus cher que la LGV Tours-Bordeaux, entrée en service en 2017, estime par exemple l'organisation.

Si la HS2, de par son ampleur, est particulièrement pointée du doigt outre-Manche, construire des rails, des tramways mais aussi des routes coûte bien plus cher dans ce pays que dans les autres pays européens, relève M. Dumitriu.

Pour expliquer cet écart, il cite notamment les larges possibilités données aux riverains et défenseurs de l'environnement de faire des objections qui "sont souvent prises en compte", ce qui se traduit par exemple, dans le cas de la HS2, par une multiplication des tronçons en tunnels, plus onéreux.

Autres explications selon lui: un manque de personnel qualifié, en raison de grands chantiers trop rares (HS2 est la première ligne construite au nord de Londres en 150 ans), ou encore des projets aux ambitions souvent pharaoniques, et donc plus chers qu'ailleurs.

"Pourquoi est-il plus coûteux de construire en Grande-Bretagne qu’en Chine?" s'interrogeait en février Jon Thompson, président de l'entreprise publique HS2, dans une tribune dans le journal The Telegraph.

"Ici, nous ne bafouons pas l'environnement, le droit de l'urbanisme, les autorités et les populations locales", martelait-il.

Projet amputé, coûts «incontrôlables»

"Contrairement à [ce qui se fait en] Espagne, HS2 transportera les gens directement au cœur des centres-villes dans certaines des zones foncières et immobilières les plus chères au monde", poursuivait-il.

Et contrairement à la France, "nous choisissons de creuser des tunnels plutôt que de démolir des communautés entières et des pans de campagne", avait-il ajouté.

Sauf que la facture fait grincer des dents Downing Street, qui n'a pas hésité, en novembre 2021, à enterrer un tronçon qui devait relier Birmingham à Leeds, au grand dam d'élus locaux qui accusent le gouvernement de renier ses promesses aux régions défavorisées du nord.

En mars, toujours dans un effort pour réduire la facture, l'exécutif a repoussé de deux ans d'autres tronçons et annoncé que la ligne n'irait pas, dans un premier temps, jusqu'à la gare de Euston, dans le centre de Londres, mais s'arrêterait dans la banlieue ouest de la capitale.

L'autorité britannique des infrastructures et projets a estimé en juillet que le projet "semblait irréalisable" dans sa forme actuelle.

Mais même amputé, il pourrait tout de même coûter plus de 90 milliards de livres une fois la récente envolée de l'inflation prise en compte, a estimé cette semaine le Financial Times.

Selon la presse britannique, le gouvernement planche encore sur l'annulation d'un autre tronçon, entre Birmingham et Manchester.

Le gouvernement assure n'avoir rien décidé, mais le ministre des Finances Jeremy Hunt, interrogé jeudi sur les appréhensions des élus locaux, a rétorqué sur la radio LBC: "ils seront aussi inquiets si nous avons un projet d'infrastructure dont les coûts deviennent totalement incontrôlables".

Pour John Kelsey, professeur associé de construction, gestion de projet et économie au University College de Londres, le secteur ferroviaire britannique, pionnier au XIXe siècle, souffre aujourd'hui de pratiques et d'infrastructures datées.

Des appels d'offres plus innovants ou une meilleure collaboration entre entrepreneurs du secteur pourraient "réduire les coûts à long terme ou (...) augmenter l'efficacité", explique-t-il à l'AFP.

Les infrastructures vieillissantes ajoutent aux difficultés pour "les nouveaux projets lorsqu'ils doivent se connecter au réseau ferroviaire existant", ajoute-t-il.

Les travaux de la HS2 ont commencé en avril 2020 pour le premier tronçon, et les premiers trains devraient s'élancer entre 2029 et 2033.


NEOM, Qiddiya et Diriyah figurent parmi les projets qui ont suscité l'intérêt des investisseurs britanniques lors du sommet de Londres

Somment sur l'infrastructure durable entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite à Londres. SPA
Somment sur l'infrastructure durable entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite à Londres. SPA
Short Url
  • L'Arabie saoudite a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs britanniques pour son secteur des énergies renouvelables et ses infrastructures durables.
  • Les discussions ont porté sur l'importance de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Grande-Bretagne en matière de développement d'infrastructures durables, sur la progression vers des émissions nettes nulles.

RIYADH : L'Arabie saoudite a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs britanniques pour son secteur des énergies renouvelables et ses infrastructures durables, s'alignant ainsi sur sa Vision 2030 pour les initiatives vertes dans les projets environnementaux. 

C'est ce qui s'est passé lors du sommet anglo-saoudien sur les infrastructures durables qui s'est tenu à Londres le 24 juin, au cours duquel les opportunités offertes par les cinq principaux projets du Royaume - NEOM, Qiddiya, le projet de la mer Rouge, ROSHN et Diriyah - ont été mises en évidence, a rapporté l'agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency).  

Ces initiatives s'inscrivent dans le cadre de l'engagement plus large du Royaume en faveur d'objectifs climatiques ambitieux, qui comprennent la réduction des émissions de carbone de 278 millions de tonnes par an d'ici 2030 et l'augmentation de la capacité de production d'énergie renouvelable de 50 %. 

Organisé par le Saudi British Business Council en collaboration avec les chambres de commerce saoudiennes et la City of London Corporation, le sommet a rassemblé plus de 250 dirigeants des secteurs industriel et financier des deux pays, ainsi que des représentants clés de ces giga-projets. 

L'événement a également mis l'accent sur le financement et les technologies vertes dans le but de parvenir à des émissions nettes nulles. 

Les discussions ont porté sur l'importance de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Grande-Bretagne en matière de développement d'infrastructures durables, sur la progression vers des émissions nettes nulles, sur le comblement des déficits d'investissement et sur le rôle des partenariats public-privé.

Elles ont également porté sur les modèles de financement innovants, notamment les obligations vertes et les prêts liés à la durabilité, ainsi que sur la planification urbaine intelligente pour atteindre les objectifs de durabilité et mettre en œuvre des projets à grande échelle en utilisant des technologies innovantes à faible émission de carbone.

Le Saudi British Business Council, le Saudi British Sports Investment Forum et les secteurs de l'immobilier et de la finance ont organisé des réunions de groupes de travail sectoriels après le sommet afin de discuter de plans ambitieux pour développer le secteur du sport et le paysage de l'investissement au Royaume et au Royaume-Uni.

Une délégation de haut niveau du Royaume, conduite par la Fédération des chambres saoudiennes et le ministère de l'investissement, a participé à l'événement.

Lors de sa participation, le ministre de l'investissement, Khalid Al-Falih, a discuté, dans le cadre d'une table ronde, du partenariat stratégique entre les deux pays dans des secteurs d'intérêt mutuel et du développement de l'environnement d'investissement depuis le lancement de Saudi Vision 2030.

Le sommet s'est tenu à un moment où les relations économiques entre les deux pays se développent, et où le Royaume-Uni est le 25e partenaire commercial de l'Arabie saoudite.

Fin 2022, les deux pays ont signé un accord visant à renforcer leur collaboration dans le domaine de la finance verte, le Royaume cherchant de plus en plus à soutenir ses projets de transformation massive.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Airbus chute en Bourse après une baisse de ses prévisions financières et de livraisons

Airbus a abaissé ses prévisions de livraisons cette année, largement surveillées, à environ 770 avions contre environ 800 (Photo, Shutterstock).
Airbus a abaissé ses prévisions de livraisons cette année, largement surveillées, à environ 770 avions contre environ 800 (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • L'activité spatiale d'Airbus a représenté l'an passé environ 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les 65,4 milliards réalisés par le groupe
  • Elle entraînait aussi à la baisse le motoriste Safran, qui perdait plus de 4%

L'avionneur européen Airbus chutait de près de 9% dans les premiers échanges mardi à la Bourse de Paris, après avoir fait état de difficultés pour ses livraisons d'avions et sa division spatiale qui l'ont contraint à abaisser ses perspectives financières pour 2024.

Airbus, sixième plus grosse entreprise du CAC 40 où elle valait lundi plus de 115 milliards d'euros, perdait vers 7H30 GMT 8,98% à 135,42 euros, dans un marché en baisse de 0,52%.

A l'ouverture, le titre a plongé de plus de 9%, sa pire chute depuis mars 2022, ce qui a effacé tous ses gains depuis le début de l'année.

Elle entraînait aussi à la baisse le motoriste Safran, qui perdait plus de 4%.

L'avionneur européen a indiqué lundi soir qu'il ne serait pas en mesure de respecter la feuille de route fixée en début d'année: il prévoit de ne livrer que 770 avions, contre 800 annoncés auparavant, en raison de difficultés persistantes de sa chaîne de fournisseurs.

Difficultés 

Il a également annoncé une nouvelle provision de 900 millions d'euros au premier semestre, liée à "certains programmes spatiaux de télécommunications, de navigation et d'observation".

Le tout amputera son bénéfice: Airbus, qui prévoyait un bénéfice opérationnel ajusté pour 2024 compris "entre 6,5 et 7,0 milliards d'euros", ne table plus que sur 5,5 milliards d'euros.

"Cet avertissement" est stupéfiant, soulignent les analystes de Deutsche Bank, qui ne recommandent plus d'acheter l'action. "La poussière doit retomber avant que nous puissions redevenir positifs."

Airbus "fait face à plus de défis qu'attendu", résume Chloe Lemarie, analyste de Jefferies.

L'annonce est un "vent contraire" à "la crédibilité de la direction sur le marché de l'espace", expliquent les analystes de RBC dans une note.

Dans le secteur spatial, l'industriel avait déjà dû passer une charge de 600 millions d'euros l'an passé en raison de l'estimation du coût de développement et des perspectives commerciales de certains programmes, notamment les nouveaux satellites géostationnaires de télécommunications Onesat.

L'activité spatiale d'Airbus a représenté l'an passé environ 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les 65,4 milliards réalisés par le groupe.

Airbus présentera ses résultats semestriels le 30 juillet.


Le Premier ministre chinois appelle à «s'opposer au découplage» économique

Les drapeaux de l'Union européenne et de la Chine sont représentés lors du sommet Chine-UE au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 12 juillet 2016 (Photo, Reuters).
Les drapeaux de l'Union européenne et de la Chine sont représentés lors du sommet Chine-UE au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 12 juillet 2016 (Photo, Reuters).
Short Url
  • L'UE a annoncé mi-juin être prête à augmenter ses droits de douane - qui iraient ainsi jusqu'à 38% - sur les importations chinoises de voitures électriques à partir du 4 juillet
  • Ces surtaxes deviendraient définitives à partir de novembre

DALIAN, Chine: Le Premier ministre chinois Li Qiang a appelé mardi à "s'opposer au découplage" économique, au moment où l'Union européenne (UE), partenaire commercial clé de Pékin, s'apprête à imposer des surtaxes douanières sur les véhicules électriques chinois.

Les frictions entre l'Occident et la deuxième économie mondiale se sont intensifiées ces dernières années, sur fond de soutien chinois à l'économie russe, de tensions en mer de Chine méridionale et de rivalité Pékin-Washington dans les technologies de pointe.

"Nous devrions avoir un état d'esprit grand ouvert, travailler en étroite collaboration, abandonner cette idée de former des camps idéologiques et nous opposer au découplage", a indiqué le Premier ministre Li Qiang, qui en Chine est spécifiquement chargé des questions économiques.

Le "découplage" consiste pour un pays à couper tout lien économique avec un pays, ou du moins de limiter sa dépendance à son égard.

Le discours de Li Qiang, prononcé à l'ouverture du Forum économique mondial à Dalian (nord-est de la Chine), connu familièrement sous le nom de "Davos d'été", intervient à un moment de défiance en Occident vis-à-vis des dépendances économiques vis-à-vis du géant asiatique.

Le Premier ministre a également appelé à "maintenir la stabilité et le bon fonctionnement des chaînes industrielles et d'approvisionnement" ou encore à "déployer d'importants efforts en faveur de la croissance économique mondiale".

L'UE a annoncé mi-juin être prête à augmenter ses droits de douane - qui iraient ainsi jusqu'à 38% - sur les importations chinoises de voitures électriques à partir du 4 juillet, si les discussions avec les autorités chinoises n'aboutissent pas.

La Commission européenne reproche à Pékin d'avoir, selon elle, faussé la concurrence en subventionnant massivement ce secteur.

Surtaxe 

Ces surtaxes deviendraient définitives à partir de novembre.

La Chine qualifie régulièrement ces surtaxes de "purement protectionnistes". Elle argue que le succès de son secteur électrique est dû à l'innovation et aux chaînes d'approvisionnement performantes.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, plaide toutefois officiellement pour une "réduction des risques" de l'UE vis-à-vis de la Chine mais pas pour un "découplage".

De leur côté, les Etats-Unis ont annoncé le mois dernier une augmentation très sensible des droits de douane appliqués à l'équivalent de 18 milliards de dollars (16,8 milliards d'euros) de produits chinois, notamment les voitures électriques et batteries pour ces véhicules.

Cette décision va selon la Chine "porter gravement préjudice" aux relations bilatérales.