Maroc: le système de vigilance sanitaire activé après une suspicion de punaises de lit en provenance de France

Cette photographie prise le 3 octobre 2023 montre un produit utilisé pour éradiquer les punaises de lit à l'Hygiène Premium, magasin antiparasitaire à Paris (Photo de MIGUEL MEDINA / AFP).
Cette photographie prise le 3 octobre 2023 montre un produit utilisé pour éradiquer les punaises de lit à l'Hygiène Premium, magasin antiparasitaire à Paris (Photo de MIGUEL MEDINA / AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 04 octobre 2023

Maroc: le système de vigilance sanitaire activé après une suspicion de punaises de lit en provenance de France

  • Le ministère de la Santé et de la protection sociale a annoncé l’activation du système de veille sanitaire aux frontières marocaines
  • Une décision prise à la suite d’une alerte lancée par le capitaine d’un bateau en provenance de Marseille sur de possibles punaises de lit dans la cabine de l’équipage

RABAT: Face à la prolifération de la punaises de lit en France, le Maroc a pris les devants. Mardi, le ministère de la Santé et de la protection sociale a annoncé l’activation du système de veille sanitaire aux frontières dans le pays. 

Une décision prise à la suite d’une alerte lancée par le capitaine d’un bateau en provenance de Marseille lundi sur des suspicions de punaises de lit dans la cabine de l’équipage. Aussitôt prévenue, la direction du port Tanger Med, où devait accoster le navire, a adopté en urgence une politique de vigilance sanitaire et environnementale, afin de prévenir la détection de ces insectes dangereux au Maroc.

Avant le débarquement, le navire et sa cargaison ont été soigneusement nettoyés et stérilisés, avant même que les passagers et leurs véhicules ne foulent le sol marocain. Il s’est finalement avéré qu’aucun insecte n’était à bord, y compris des punaises de lit.

«Les services de contrôle sanitaire du ministère au niveau du port Tanger Med et des autres points de transit maritime, aérien et terrestre, effectuent des inspections minutieuses et globales de tous les moyens de transport entrant ou sortant de ces postes frontaliers», affirme un communiqué du ministère de la Santé et de la protection sociale.

Panique en France

Dans l’Hexagone, les punaises de lit continuent de faire l’objet d’une inquiétude croissante dans l’opinion. Après des cinémas, des trains, le métro parisien, les punaises de lit – ces insectes qui se nourrissent de sang humain – se sont aussi manifestés dans des établissements scolaires. Au moins deux établissements scolaires infectés dans le sud du pays ont fermé temporairement. Dans le nord, un service d'urgence hospitalier a dû être délocalisé une journée après la découverte de foyers de punaises de lit. 

Face à l'angoisse croissante que suscite ce fléau, en particulier à un an des des jeux Olympiques de 2024, le gouvernement français se retrouve interpellé de toutes parts. Son porte-parole, Olivier Véran, a promis mardi d' «apporter rapidement des réponses aux Français», tandis qu'à l'Assemblée nationale, le chef de file des macronistes, Sylvain Maillard, a annoncé une proposition de loi sur ce sujet d'ici à décembre.


KSrelief poursuit ses projets d'aide au Liban et au Pakistan

KSrelief continue de distribuer du pain aux familles réfugiées dans le nord du Liban. (SPA)
KSrelief continue de distribuer du pain aux familles réfugiées dans le nord du Liban. (SPA)
Short Url
  • KSrelief a distribué 25 000 sacs de pain dans le gouvernorat du Akkar et le district de Miniyeh au Liban
  • Cette distribution s'inscrit dans le cadre du projet de boulangerie caritative Al-Amal du KSrelief visant à soutenir les familles de réfugiés syriens et palestiniens

RIYAD : L'organisation humanitaire saoudienne KSrelief a distribué 25 000 sacs de pain dans le gouvernorat du Akkar et le district de Miniyeh au Liban.

Cette distribution s'inscrit dans le cadre du projet de boulangerie caritative Al-Amal du KSrelief visant à soutenir les familles de réfugiés syriens et palestiniens, ainsi que la communauté d'accueil vivant dans le nord du Liban, au bénéfice de 125 000 personnes.

--
KSrelief continue de distribuer du pain aux familles réfugiées dans le nord du Liban. (SPA)

Ailleurs, KSrelief a mis en œuvre le programme de bénévolat saoudien Noor pour lutter contre la cécité et les maladies oculaires dans les provinces pakistanaises du Sindh et du Balouchistan, du 15 mai au 10 juillet.

Au cours de ce programme, mis en œuvre en coopération avec la Fondation internationale Albasar, l'équipe médicale bénévole de KSrelief a examiné 21 614 cas, distribué 4 683 lunettes et effectué 2 038 opérations oculaires avec succès.

--
KSrelief a mis en œuvre le programme de bénévolat saoudien Noor pour lutter contre la cécité et les maladies oculaires dans les provinces pakistanaises du Sindh et du Balouchistan, du 15 mai au 10 juillet. (SPA)

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: le président Kais Saied brigue un nouveau mandat

Le président tunisien Kais Saied prononce un discours lors de la cérémonie d'ouverture de la 10e réunion ministérielle du Forum de coopération Chine-États arabes à la Maison d'hôtes d'État Diaoyutai à Beijing, le 30 mai 2024. (Photo : AFP)
Le président tunisien Kais Saied prononce un discours lors de la cérémonie d'ouverture de la 10e réunion ministérielle du Forum de coopération Chine-États arabes à la Maison d'hôtes d'État Diaoyutai à Beijing, le 30 mai 2024. (Photo : AFP)
Short Url
  • Le président tunisien Kais Saied, au pouvoir depuis 2019 et accusé de dérive autoritaire par ses détracteurs, a annoncé sans surprise vendredi qu'il briguerait un nouveau mandat lors de l'élection prévu le 6 octobre
  • Il a fait adopter une nouvelle Constitution par référendum à l'été 2022 instituant un nouveau système de deux chambres aux pouvoirs très limités, faisant passer la Tunisie d'un régime parlementaire à un système ultra-présidentialiste

TUNIS: Le président tunisien Kais Saied, au pouvoir depuis 2019 et accusé de dérive autoritaire par ses détracteurs, a annoncé sans surprise vendredi qu'il briguerait un nouveau mandat lors de l'élection prévu le 6 octobre.

Spécialiste de la Constitution, élu démocratiquement en octobre 2019, M. Saied accapare tous les pouvoirs depuis son coup de force de juillet 2021 lorsqu'il avait, après plusieurs mois de blocage politique, limogé le Premier ministre et gelé le Parlement avant de le dissoudre.

Il a fait adopter une nouvelle Constitution par référendum à l'été 2022 instituant un nouveau système de deux chambres aux pouvoirs très limités, faisant passer la Tunisie d'un régime parlementaire à un système ultra-présidentialiste qui consacre selon ses détracteurs la dérive autoritaire de M. Saied.

"J'annonce officiellement ma candidature à l'élection présidentielle du 6 octobre prochain pour poursuivre le combat dans la bataille de libération nationale", a déclaré M. Saied, dans une vidéo diffusée par la présidence.

Parlant depuis la région de Tataouine dans le sud tunisien, il a affirmé  répondre à "l'appel sacré de la patrie".

"J'appelle tous ceux qui s'apprêtent à parrainer (des candidats) à se garder de toute sorte de malversation", a-t-il ajouté. "Je les appelle aussi à n'accepter aucun centime de la part de personne et s'ils le font, je ne leur pardonnerai jamais".

En s'emparant de tous les pouvoirs en 2021, M. Saied, 66 ans, a fait vaciller la jeune démocratie tunisienne née de la première révolte du "Printemps arabe" en 2011.

Depuis le printemps 2023, les principaux opposants ont été emprisonnés, notamment le chef du parti islamo-conservateur Ennahdha, Rached Ghannouchi, et la présidente du Parti destourien libre, Abir Moussi, nostalgique des dictatures du héros de l'indépendance Habib Bourguiba et de Zine El Abidine Ben Ali, renversé en 2011.

Ennahdha, bête noire de M. Saied, a dominé les coalitions des dix années qui ont suivi la révolution de 2011 contre le régime de Ben Ali.

Depuis février dernier, une vingtaine d'opposants et personnalités, qualifiés de "terroristes" par M. Saied, ont été emprisonnés et sont "accusés de complot contre la sûreté de l'Etat". Des ONG dont Amnesty International ont dénoncé "une chasse aux sorcières motivée par des considérations politiques".

- "Durcissement de la répression" -

Lotfi Mraihi, candidat déclaré à la présidentielle, a été condamné jeudi à huit mois de prison et à une inéligibilité à vie, alors que des ONG dénoncent une multiplication des obstacles pour les rivaux potentiels du président Saied.

Chef de l'Union populaire républicaine, un parti de gauche opposé au président, M. Mraihi avait été arrêté le 3 juillet pour des soupçons de corruption financière.

Plusieurs personnalités politiques ayant annoncé leur candidature sont poursuivies en justice ou en prison comme Mme Moussi.

Parmi les autres candidats présomptifs emprisonnés, Issam Chebbi, chef du parti d'opposition Al Joumhouri, arrêté le 25 février 2023 pour "complot contre la sûreté de l'Etat", a retiré jeudi sa candidature faute d'avoir pu obtenir les formulaires de parrainages, selon son parti.

Egalement candidat déclaré, l'ancien ministre Abdellatif Mekki, chef du parti Travail et réalisation, et ex-dirigeant d'Ennadha, a été interdit le 12 juillet de quitter le territoire.

Amnesty International a dénoncé cette semaine un "durcissement de la répression contre l'opposition" en Tunisie après l'arrestation du secrétaire général d'Ennahda, Ajmi Ouirimi, et de deux membres du parti.

De son côté, l'ONG tunisienne I Watch a dénoncé des "procédures compliquées" pour le scrutin d'octobre, notamment pour les postulants se trouvant en détention préventive, ainsi qu'"une absence méthodique de transparence" de l'Instance organisant les élections (Isie).

La grave crise politique que traverse la Tunisie depuis le coup de force de M. Saied se double de graves difficultés économiques avec une croissance poussive (environ 2%), un taux de pauvreté en hausse (4 millions de Tunisiens sur 12 millions d'habitants) et un chômage très élevé (15%).

La Tunisie est, avec la Libye, l'un des principaux points de départ des migrants qui risquent des traversées périlleuses en mer Méditerranée dans l'espoir de rejoindre l'Europe.

Depuis un discours aux accents xénophobes du président Saied en février 2023, des milliers de ressortissants d’Afrique subsaharienne séjournant illégalement en Tunisie ont perdu leur logement et leur travail le plus souvent informel.


Présidentielle en Algérie: dépôt officiel des candidatures, Tebboune grand favori

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune arrive pour assister à une séance de travail sur l'intelligence artificielle (IA), l'énergie, l'Afrique-Méditerranée au Borgo Egnazia resort lors du sommet du G7 à Savelletri près de Bari, en Italie, le 14 juin 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune arrive pour assister à une séance de travail sur l'intelligence artificielle (IA), l'énergie, l'Afrique-Méditerranée au Borgo Egnazia resort lors du sommet du G7 à Savelletri près de Bari, en Italie, le 14 juin 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • Une dizaine de personnalités ont déposé leur candidature jeudi en vue de l'élection présidentielle du 7 septembre en Algérie
  • M. Tebboune, 78 ans, qui a annoncé le 11 juillet vouloir briguer un deuxième mandat, a remis son dossier en personne à l'autorité électorale Anie

ALGER: Une dizaine de personnalités ont déposé leur candidature jeudi en vue de l'élection présidentielle du 7 septembre en Algérie pour laquelle le président actuel Abdelmadjid Tebboune part en position de grand favori.

M. Tebboune, 78 ans, qui a annoncé le 11 juillet vouloir briguer un deuxième mandat, a remis son dossier en personne à l'autorité électorale Anie.

"Je remercie tous ceux qui me soutiennent, les partis, les organisations et les citoyens. J'espère que l'autorité acceptera le dossier que je viens de déposer", a-t-il déclaré.

M. Tebboune avait décidé en mars d'anticiper -de quatre mois- à début septembre l'organisation de la présidentielle dans le pays nord-africain de 45 millions d'habitants, riche en hydrocarbures et premier exportateur de gaz d'Afrique.

Il avait été élu en décembre 2019 lors d'un scrutin à faible participation (environ 40%), dans la foulée du Hirak, ces manifestations massives prodémocratie qui avaient entraîné la chute en avril de la même année de son prédécesseur Abdelaziz Bouteflika après 20 ans de pouvoir.

M. Tebboune est d'ores et déjà assuré de l'appui de quatre formations politiques de premier plan qui ont formé une alliance, dont l'ancien parti unique FLN (Front de libération nationale) et le mouvement islamiste El Bina d'Abdelkader Bengrina, arrivé deuxième à la présidentielle de 2019.

En février, Amnesty International a estimé que le pouvoir algérien continuait de "réprimer les droits à la liberté d'expression et de réunion pacifique", en "ciblant les voix critiques de la dissidence".

Youcef Aouchiche, le candidat du Front des forces socialistes (FFS), le plus vieux parti d'opposition, très implanté en Kabylie (est), a déploré un "climat peu propice à l'activité politique", se réjouissant d'avoir "surmonté de nombreux obstacles", lors d'une conférence de presse avant son dépôt de dossier.

Avant d'officialiser sa candidature, Saida Neghza, responsable d'une des plus grandes organisations patronales, a souhaité que le "processus électoral se déroule dans un climat de transparence et d'intégrité, sans favoritisme aucun".

Après le retrait de la course de la cheffe du Parti des travailleurs (trotskiste), Louisa Hanoune, seules deux femmes sont en lice: Mme Neghza et Zoubida Assoul, une avocate engagée dans la défense des libertés.

Mme Neghza a évoqué un "processus très difficile" pour "collecter le nombre de soutiens nécessaires".

Pour se porter candidat, les prétendants devaient présenter une liste comportant au moins 600 signatures individuelles de membres élus de différentes assemblées et réparties à travers 29 préfectures, ou bien une liste comportant a minima 50.000 signatures individuelles d'électeurs inscrits sur une liste électorale, avec au moins 1.200 signatures par préfecture.

Le président du principal parti islamiste, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abdelaali Hassani, a ouvert le bal des dépôts de dossiers, fort de "plus de 90.000 signatures de citoyens" et "de 2.200 élus", selon Ahmed Sadok, un responsable du MSP.

La liste des candidats retenus sera annoncée le 27 juillet et la Cour Constitutionnelle tranchera sur de possibles recours le 3 août.