Guerre Israël-Hamas: un torrent de désinformation, que l'UE tente d'endiguer

Le commissaire européen français Thierry Breton, le 1er octobre 2023 (Photo de Fred TANNEAU / AFP).
Le commissaire européen français Thierry Breton, le 1er octobre 2023 (Photo de Fred TANNEAU / AFP).
Short Url
Publié le Lundi 16 octobre 2023

Guerre Israël-Hamas: un torrent de désinformation, que l'UE tente d'endiguer

  • Dimanche, TikTok a annoncé avoir supprimé plus de 500 000 vidéos et diffusions en direct
  • Meta a indiqué avoir supprimé ou habillé d'un message d'avertissement 795 000 messages en arabe ou en hébreu

PARIS: Assassinats filmés, appels à la haine, fausses images, détournement de jeux vidéo: la guerre entre Israël et le Hamas génère un tsunami de désinformation sur les réseaux sociaux, mis sous pression par l'UE qui leur demande d'endiguer le flot.

"On a vu sur les grandes plateformes une recrudescence des propos condamnables, notamment liés aux actes terroristes ou antisémites", a souligné lundi devant la presse, à Paris, le commissaire européen Thierry Breton.

Devant cette avalanche, M. Breton a écrit la semaine dernière à X (ex-Twitter), Meta (Facebook, Instagram), TikTok et YouTube pour leur réclamer davantage d'efforts pour juguler ces contenus, obligation désormais passible de sanctions financières de la part de l'Union européenne, en vertu du nouveau règlement européen sur le numérique (DSA).

Sommés de s'expliquer dans les 24 heures, tous ont répondu ces derniers jours en affirmant déployer d'importants moyens de modération et bannir la violence.

Dimanche, TikTok a annoncé avoir supprimé plus de 500 000 vidéos et diffusions en direct. Meta a indiqué avoir supprimé ou habillé d'un message d'avertissement 795 000 messages en arabe ou en hébreu. X a supprimé ou signalé des dizaines de millier de messages et bloqué des centaines de comptes, notamment pro-Hamas. YouTube a également dit avoir supprimé "des milliers de vidéos néfastes".

Pourtant, d'innombrables images violentes et propos haineux continuent à circuler.

Interrogé sur l'efficacité du DSA face à cette situation, Thierry Breton a jugé qu'au contraire, elle justifiait d'autant plus son action pour limiter les excès.

«Pire» que la guerre en Ukraine

Estimant les réponses de X insuffisantes, l'UE d'ailleurs a ouvert jeudi contre le réseau d'Elon Musk "un enquête approfondie", a rappelé le commissaire.

"Il n'est pas impossible qu'il y en ait d'autres", a-t-il averti.

Il s'agit de la première application du DSA, entré en vigueur fin août mais qui ne pourra aboutir à des sanctions qu'après mars 2024, une fois installé un comité européen des services numériques. Mais les sanctions pourront alors porter sur des faits passés, a-t-il insisté.

"Il y a aussi un effet de +name and shame+ (+nommer pour faire honte+, NDLR). Nous voyons une volonté coopérative des grandes plateformes. Ce sont des cas d'école que nous sommes en train de construire. Nous ne sommes pas naïfs, ce n'est pas parce qu'il y a une loi qu'on ne commet aucun délit. Mais on fait des lois pour les réduire", a ajouté M. Breton.

Pour les experts interrogés par l'AFP, le danger n'est pas seulement celui d'images qui polarisent l'opinion actuellement mais celui de l'effet à long terme d'un "stock d'images atroces".

"Cette séquence est probablement l'un des plus grands moments en termes de violence et de polarisation sur les réseaux sociaux, pire que les débuts de la Covid et de la guerre en Ukraine. Ce sont les mêmes influenceurs complotistes qui ont basculé sur ce confit", souligne Tristan Mendès France, expert en réseaux sociaux.

"Nous voyons des acteurs de désinformation des deux bords. Et devant la charge émotionnelle, le seuil de précaution des utilisateurs s'affaisse. Ils partagent davantage leur indignation", relève-t-il. "Chaque camp ne voit parfois qu'un seul aspect: d'un coté, les images d'horreur de l'attaque du Hamas, de l'autre, celles des bombardements à Gaza".

Des images qui restent

Outre les plateformes, des réseaux comme Telegram posent aussi problème: c'est là que circulent les images les plus choquantes, où se retrouvent "les complotistes" barrés des grandes plateformes, souligne Tristan Mendès France.

Pour Stéphanie Lamy, spécialiste des stratégies de manipulation, "ce phénomène va au-delà de l'approche vrai-faux: par l'émotion, l'attention est manipulée, parfois par de petites actions qui clivent davantage. Par exemple, des contenus choquants avec un appel à +liker pour Israël+ ou +retweeter pour la Palestine+".

"L'instrumentalisation des médias fait partie des stratégies terroristes pour en amplifier l'horreur", ajoute-t-elle.

"Ce qui m'inquiète", prévient Tristan Mendès France, "c'est la suite: la réaction militaire israélienne va produire des images atroces pendant des semaines. En termes de radicalisation des esprits, ce sera terrible".

La société de veille sur les réseaux sociaux Visibrain a déjà décompté 166 millions de messages liés au conflit depuis le 7 octobre.

À titre de comparaison, c'est 47% de plus que le volume comptabilisé pour la Coupe du monde de football de 2022, l'un des événements les plus commentés au monde.


L'ambassadeur de Turquie fait ses adieux et revient sur son séjour en Arabie saoudite

L'ambassadeur de Turquie, Fatih Ulusoy (Photo fournie)
L'ambassadeur de Turquie, Fatih Ulusoy (Photo fournie)
Short Url
  • Une cérémonie d'adieu a été organisée au Palais culturel, dans le quartier diplomatique de Riyad à la fin de la mission de l’ambassadeur de Turquie pendant deux ans et demi
  • «J’ai eu la chance d’être témoin de la transformation historique du Royaume, de ses progrès tangibles et de la dynamique positive dans les relations bilatérales», a affirmé l'ambassadeur

RIYAD: L'ambassadeur de Turquie en Arabie saoudite, Fatih Ulusoy, a fait ses adieux au Royaume à la fin de son mandat à Riyad, et s’est exprimé sur le développement des relations saoudo-turques au cours des deux dernières années et demie.

«J'ai passé d’excellents moments ici. On est généralement plus ou moins ému lorsque l’on fait ses adieux à un pays, mais quand on est diplomate, on est plutôt habitué à se déplacer d'un endroit à un autre», a indiqué M. Ulusoy à Arab News.

«Je me sens privilégié d’avoir été ambassadeur de Turquie à Riyad, car j'ai eu l'occasion d'être personnellement témoin de la transformation historique du Royaume, de ses progrès tangibles et de la dynamique positive dans les relations bilatérales entre la Turquie et l'Arabie saoudite», a affirmé l'ambassadeur.

«Au cours de mes deux ans et demi en poste, j'ai assisté à trois visites du président Recep Tayyip Erdogan en Arabie saoudite, et à la visite du prince héritier et Premier ministre Mohammed ben Salmane à Ankara au cours de cette période.»

«De retour de sa visite à Djeddah en avril 2022, le président Erdogan a annoncé le soutien ferme de la Turquie à la candidature de Riyad à l'Expo 2030. Nous sommes heureux de voir que Riyad accueillera l'Expo 2030, car cette année signifie beaucoup pour l'Arabie saoudite. Les entreprises turques seront prêtes à travailler avec leurs homologues saoudiennes pour faire de l’Expo 2030 un énorme succès», a soutenu M. Ulusoy.

«En marge de la visite d'Erdogan à Djeddah en juillet 2023, quatre protocoles d'accord gouvernementaux et un accord G2B ont été signés dans les domaines de la défense, de l'investissement, de l'énergie, des médias et de l'industrie de défense, rapprochant ainsi davantage la Turquie et l'Arabie saoudite, deux pays frères. Ce sont des secteurs clés pour notre future collaboration, cependant notre coopération avec l'Arabie saoudite ne se limite pas à ces domaines. Nous avons régulièrement des visites ministérielles de haut niveau entre les deux pays», a-t-il indiqué.

«À titre d’exemple, lors du FII7 fin octobre, notre ministre des Finances, Mehmet Simsek, a signé un accord de coopération dans le domaine financier avec son homologue saoudien, Mohammed al-Jadaan.»

«Le 29 octobre 2023 a été un jour spécial pour nous, celui de notre centenaire. Nous avons ainsi célébré notre fête nationale à notre ambassade avec une foule d'invités. J'ai été très heureux et ému de voir ce jour-là des drapeaux turcs sur les écrans géants du Riyadh Boulevard», a confié l'ambassadeur.

«À la mi-février, un forum d'investissement turco-saoudien s'est tenu à Istanbul avec la participation de quatre importants ministres de deux pays frères. J'ai été ravi de constater le grand intérêt pour ce forum clé, ainsi que la  présence de centaines d'entreprises des deux côtés», a-t-il poursuivi. 

«Au cours de l'année écoulée, nous avons assisté à des contacts fructueux entre deux pays frères dans le domaine de l'industrie militaire et de la défense. La Turquie a participé au Salon mondial de la défense en février 2024 avec 63 entreprises, couvrant 15 % de l'ensemble de la surface de l'exposition. J'étais vraiment heureux de voir nos équipes de voltigeurs, les Turkish Stars et les Saudi Hawks, effectuer leurs figures ensemble dans le ciel, côte à côte, lors du World Defence Show au début du mois», a aussi affirmé M. Ulusoy.

«Je veux mettre en avant le domaine du tourisme, qui représente un énorme potentiel de coopération entre nos pays frères. La Turquie est prête à faire partager son expérience à l'Arabie saoudite, car nous sommes l'une des principales destinations touristiques du monde. Nous avons annoncé l'entrée sans visa en Turquie pour les citoyens saoudiens en décembre 2023, et nous sommes impatients d'accueillir chaque année de plus en plus de frères et sœurs saoudiens», a souligné l’ambassadeur.

«Les touristes saoudiens voyageant en Turquie peuvent bénéficier d'une entrée sans visa depuis la décision en décembre dernier d'Erdogan d’accorder aux citoyens saoudiens une exemption de visa, leur permettant de visiter la Turquie à des fins touristiques sans obtenir de visa au préalable. Ils sont autorisés à séjourner jusqu'à quatre-vingt-dix jours sur une période de six mois.

«Nous attendons la visite de notre ministre du Commerce, Omer Bolat, en Arabie saoudite au cours de la première semaine de mars. Une foire commerciale et un forum d'affaires turcs se tiendront également à Riyad au cours de la même semaine», a assuré M. Ulusoy.

«Nous espérons également que davantage d’accords seront signés dans un avenir proche entre nos deux pays frères. La philosophie centrale de notre coopération avec l'Arabie saoudite est de conjuguer nos forces et d'obtenir des résultats gagnant-gagnant. Alors que le pays connaît une très importante transformation, cette époque représente d’énormes opportunités pour faire prospérer davantage nos relations et notre coopération. Nous avons contribué au développement de l'Arabie saoudite dans le passé, et nous l’accompagnerons tout au long de son important parcours, dans le cadre de la Vision 2030 », a affirmé l’ambassadeur.

Le doyen du corps diplomatique accrédité auprès du Royaume a organisé une cérémonie d'adieu au Palais culturel, dans le quartier diplomatique de Riyad, à la fin de la mission d'Ulusoy comme ambassadeur de Turquie, à laquelle ont participé de nombreux ambassadeurs et leurs épouses.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Des chirurgiens saoudiens entament une opération complexe de quatorze heures pour séparer des jumelles siamoises nigérianes

Short Url
  • Les jumelles, arrivées en Arabie saoudite en octobre dernier, partagent des parties du bas-ventre, du bassin, du bas de la colonne vertébrale et des nerfs rachidiens inférieurs
  • Le chef de l’équipe médicale, le Dr Abdallah al-Rabeeah, a assuré que l’opération avait un taux de réussite de 70%

RIYAD: Une équipe de chirurgiens saoudiens a entamé jeudi la procédure complexe de séparation des jumelles siamoises Hassana et Hassina à l’hôpital spécialisé du roi Abdallah pour enfants, dans la cité médicale du roi Abdelazi.

Les jumelles, arrivées en Arabie saoudite en octobre dernier, partagent des parties du bas-ventre, du bassin, du bas de la colonne vertébrale et des nerfs rachidiens inférieurs.

L’opération de séparation devrait durer environ quatorze heures et impliquer 38 consultants, spécialistes, techniciens, infirmiers et auxiliaires médicaux, a précisé l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Dans la journée de jeudi, la chaîne Al-Ekhbariya a rapporté que la quatrième phase de l’opération avait commencé.

Le chef de l’équipe médicale, le Dr Abdallah al-Rabeeah, a assuré que l’opération avait un taux de réussite de 70% et qu’elle se déroulait en neuf étapes.

Il s’agit de la 60e opération réalisée par le programme saoudien de séparation des jumeaux siamois. Au cours des 34 dernières années, le programme a pris en charge 135 paires de jumeaux provenant de 25 pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Irak: deux combattants liés au PKK tués dans une frappe imputée à la Turquie

Une frappe de drone turc dans le nord de l'Irak a tué jeudi deux combattants des Unités de résistance de Sinjar (YBS), une milice affiliée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont indiqué des sources sécuritaires irakiennes (Photo, AFP).
Une frappe de drone turc dans le nord de l'Irak a tué jeudi deux combattants des Unités de résistance de Sinjar (YBS), une milice affiliée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont indiqué des sources sécuritaires irakiennes (Photo, AFP).
Short Url
  • Ankara vise également un mouvement allié au PKK issu de la minorité yazidie, les Unités de résistance du Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak
  • Aucun commentaire n'a été fait dans l'immédiat par l'armée turque

ERBIL: Deux membres d'un mouvement yazidi lié au PKK turc ont été tués jeudi dans une frappe de drone menée par l'armée turque dans le nord-ouest de l'Irak, ont indiqué les services antiterroristes de la région autonome du Kurdistan.

Aucun commentaire n'a été fait dans l'immédiat par l'armée turque qui mène régulièrement en Irak des opérations terrestres et aériennes contre le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), classé organisation "terroriste" par la Turquie.

Ankara vise également un mouvement allié au PKK issu de la minorité yazidie, les Unités de résistance du Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak.