Renault, au fond du trou, affiche une perte abyssale de 7,3 milliards

Le constructeur automobile français Renault a subi au premier semestre la perte nette la plus lourde de son histoire, à 7,3 milliards d'euros, plombé par les difficultés de son partenaire japonais Nissan et la crise sanitaire. (Photo d'archives AFP).
Le constructeur automobile français Renault a subi au premier semestre la perte nette la plus lourde de son histoire, à 7,3 milliards d'euros, plombé par les difficultés de son partenaire japonais Nissan et la crise sanitaire. (Photo d'archives AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juillet 2020

Renault, au fond du trou, affiche une perte abyssale de 7,3 milliards

  • La pandémie de Covid-19 a fortement impacté les résultats du groupe sur le premier semestre et est venue s'ajouter à des difficultés préexistantes
  • Sur les six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires a plongé de 34,3%, à 18,4 milliards d'euros. La perte d'exploitation a atteint 2 milliards

PARIS : Le constructeur automobile français Renault a subi au premier semestre la perte nette la plus lourde de son histoire, à 7,3 milliards d'euros, plombé par les difficultés de son partenaire japonais Nissan et la crise sanitaire.

Le groupe, déjà en difficulté avant la pandémie de coronavirus, et qui avait annoncé fin mai 15.000 suppressions d'emplois dans le monde (dont 4.600 en France), a indiqué jeudi qu'il renonçait à toute prévision de résultat financier pour 2020 face aux incertitudes sanitaires, mais a promis un rebond.

"La situation est sans précédent, elle n'est pas sans appel", a commenté le nouveau directeur général, Luca de Meo, qui a pris ses fonctions au début du mois. "J'ai toute confiance en la capacité du groupe à rebondir", a-t-il ajouté.

La pandémie de Covid-19 "a fortement impacté les résultats du groupe sur le premier semestre et est venue s'ajouter à nos difficultés préexistantes", a expliqué la directrice générale adjointe Clotilde Delbos.

La perte historique s'explique principalement par la contribution du constructeur automobile Nissan, détenu à 43% par Renault. Il a pénalisé le groupe au losange à hauteur de 4,8 milliards d'euros.

Ces chiffres contrastent avec ceux du rival français PSA (Peugeot, Citroën) qui a réussi à gagner de l'argent au premier semestre malgré la crise, avec un bénéfice net de 595 millions d'euros.

Renault (qui regroupe aussi les marques Dacia, Lada, Alpine et Samsung Motors) souffre de surcapacités de production au niveau mondial. Il a donc été particulièrement frappé par la chute du marché.

Mais le constructeur a prévu de réduire ses coûts de 2 milliards d'euros sur trois ans, dont 600 millions dès cette année. En janvier, il annoncera un nouveau plan stratégique "sur six ou sept ans".

"Nous touchons en ce moment le point bas d'une courbe négative qui a démarré il y a plusieurs années", a déclaré M. de Meo, lors d'une conférence téléphonique, en référence à la course aux volumes attribuée à l'ancien patron Carlos Ghosn, déchu après avoir été interpelé au Japon pour des malversations présumées et qui s'est réfugié au Liban.

Se définissant comme un "homme de produits", le nouveau patron a souligné qu'il allait désormais "privilégier la valeur sur les volumes" et renouveler la gamme du constructeur en visant une "rentabilité liée au succès de nos modèles".

Le modèle PSA

Il a reconnu que la stratégie de Carlos Tavares, qui a repris PSA au bord de la faillite et l'a spectaculairement redressé à partir de 2014, était une "source d'inspiration". Comme son concurrent, Renault souhaite désormais se concentrer "sur les segments de marchés rentables et en croissance".

Jugeant que le potentiel du groupe au losange était "sous-estimé à l'extérieur", il a loué la qualité des nouveaux modèles hybrides E-TECH et de la nouvelle plateforme électrique de l'alliance avec Nissan et Mitsubishi, au top de l'industrie selon lui.

La citadine Clio et le petit SUV Captur "sont numéro un de leur segment", les Dacia se vendent bien, a-t-il mis en avant. Les ventes de la Zoe ont progressé de 50% et permettent à Renault d'être leader européen de l'électrique, un créneau en plein boom.

"Nous ne sommes pas naïfs et nous savons qu'un redressement prend du temps, a estimé Mme Delbos. Nous pensons que le troisième trimestre sera bon mais nous n'avons aucune visibilité sur le quatrième".

Sur les six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires a plongé de 34,3%, à 18,4 milliards d'euros. La perte d'exploitation a atteint 2 milliards.

Ce chiffre inclut des dépréciations d'actifs pour 445 millions d'euros, afin de prendre en compte des "hypothèses de volume revues" à la baisse "pour certains véhicules", ainsi que des provisions pour charges de restructuration pour 166 millions d'euros "principalement liées au plan de départs anticipés en France".

Enfin, l'échec du groupe en Chine est acté dans les comptes avec 153 millions d'euros de moins-value sur la cession des parts de Renault dans sa filiale commune avec Dongfeng Motor Corporation. Renault avait annoncé qu'il abandonnait la vente de voitures à motorisation thermique dans ce pays pour se concentrer sur les utilitaires et les véhicules électriques.

A la Bourse de Paris, l'action Renault perdait 3,46% vers 11H30 à 23,15 euros, dans un marché en baisse de 1%.


Le Nigeria lancera lundi une version numérique de sa monnaie, le eNaira

La monnaie numérique devait être officiellement activée le 1er octobre, mais la Banque centrale avait différé son lancement, invoquant les célébrations de l'anniversaire de l'indépendance du pays (Photo, AFP)
La monnaie numérique devait être officiellement activée le 1er octobre, mais la Banque centrale avait différé son lancement, invoquant les célébrations de l'anniversaire de l'indépendance du pays (Photo, AFP)
Short Url
  • A travers le monde, les banques centrales cherchent à créer des versions numériques de leurs monnaies
  • Le président Muhammadu Buhari doit dévoiler officiellement la monnaie digitale de la Banque centrale du Nigeria, connue sous le nom de eNaira le lundi 25 octobre au palais présidentiel

ABUJA: Le Nigeria va dévoiler lundi une version numérique de sa monnaie, le eNaira dont le lancement prévu début octobre avait été différé, a annoncé la Banque centrale (CBN) dans un communiqué publié dimanche.   

« Le président Muhammadu Buhari doit dévoiler officiellement la monnaie digitale de la Banque centrale du Nigeria, connue sous le nom de eNaira le lundi 25 octobre au palais présidentiel », indique ce communiqué.   

Cette monnaie numérique « doit être activée » le même jour, précise-t-il.   

A travers le monde, les banques centrales cherchent à créer des versions numériques de leurs monnaies, les CBDC, devant la croissance des paiements effectués en ligne et pour concurrencer les cryptomonnaies qui échappent à tout contrôle étatique ou des régulateurs mondiaux.  

Les Nigérians pourront télécharger l'application eNaira et alimenter leurs portefeuilles mobiles en utilisant leurs comptes bancaires existants.  

Avec ce lancement, le Nigeria, première économie d'Afrique en termes de PIB et pays le plus peuplé du continent (plus de 200 millions d'habitants), fait figure de pionnier sur le continent, au côté du Ghana qui teste depuis septembre son e-Cedi, comme nouveau moyen d'échange.  

La monnaie numérique devait être officiellement activée le 1er octobre, mais la Banque centrale avait différé son lancement, invoquant les célébrations de l'anniversaire de l'indépendance du pays.  

Les cryptomonnaies sont très utilisées au Nigeria, classé en 2020 troisième utilisateur de monnaies virtuelles au monde après les Etats-Unis et la Russie, par une étude du cabinet de recherche spécialisé Statista.  

Avec les cryptomonnaies, les Nigérians cherchent surtout à échapper à la dépréciation constante du naira ces dernières années. Elles leur permettent également de recevoir plus facilement de l'argent de la diaspora ou de faire sortir leur épargne du pays.  

Depuis quelques années, la Banque centrale du Nigeria s'inquiète de l'impact des cryptomonnaies sur son économie, arguant notamment qu'elles sont utilisées pour le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.  

La Chine est devenue la première économie majeure à lancer, l'an dernier, la version test d'une monnaie numérique. Depuis, au moins cinq pays ont lancé leurs monnaies virtuelles, selon le groupe de réflexion américain Atlantic Council.  


France, Royaume-Uni, Etats-Unis : face à la pénurie, Noël en péril ?

Enseigne d’un magasin de jouets à Paris (Photo, AFP).
Enseigne d’un magasin de jouets à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • La demande mondiale en semi-conducteurs, matériaux essentiels au fonctionnement des voitures modernes, des smartphones ou des consoles de jeux, submerge déjà l’offre depuis plus d’un an
  • Noël approchant, les professionnels français du jouet craigne une augmentation des prix

PARIS: Pénuries en tout genre : à quelques semaines de Noël, les membres de l’Alliance française du Commerce se sont réunis pour faire face au problème. Pas de panique, mais des préoccupations face à une situation qui est amenée à durer. De manière à gâcher les fêtes de fin d’année ? De plus en plus de secteurs d’activité sont concernés par la question.

La demande mondiale en semi-conducteurs, matériaux essentiels au fonctionnement des voitures modernes, des smartphones ou des consoles de jeux, submerge déjà l’offre depuis plus d’un an.

La marque de vêtements Nike a annoncé fin septembre que certains de ses produits pourraient manquer d’ici à Noël. Le constructeur automobile Renault a de son côté révélé vendredi qu'il produirait quelque 500.000 véhicules de moins que prévu en 2021 faute de composants électroniques

Les professionnels français sont partagés sur leurs estimations concernant la date de la reprise. Certains espèrent un retour à la normale dès le 1er semestre 2022, tandis que d’autres anticipent que les pénuries se poursuivront tout au long de l’année prochaine.

"Normalement, dans cette période-là, les emplacements sont complétement remplis. Il nous arrive même de mettre de la marchandise sur le sol", explique la directrice commerciale Déborah Vital pour le média France TV. 35% de la marchandise venant d’Asie lui fait aujourd’hui défaut. Noël approchant, les professionnels français du jouet craigne une augmentation des prix : du fait des problèmes liés à la logistique et à l’approvisionnement. Livraisons retardées et matières premières manquantes d’ajoute au contexte d’incertitude provoqué par l’épidémie et ses multiples variants.

Brexit, manque de livreurs : le Royaume-Uni en difficulté

Le manque d'environ 100.000 chauffeurs de camions au Royaume-Uni entraîne depuis plusieurs semaines de graves problèmes de livraison et son lot d'étalages dégarnis et des stations-service à cours d'essence.

A cela s'ajoute depuis quelques jours un engorgement du port de Felixstowe, le premier au Royaume-Uni, avec des porte-conteneurs plein d'articles de Noël déroutés vers le continent.

Le Brexit est également source de tracas administratifs et de coûts supplémentaires pour des firme comme The Entertainer, enseigne de jouets dont les échanges entre la maison mère et sa filiale espagnole ont été considérablement compliqués.

"Nous devons maintenant verser des droits de douanes que nous n'avions jamais eu à payer auparavant", se désole Gary Grant, président de l’entreprise. "Quitter l'Europe a aussi eu un impact important sur notre efficacité".

Le prix de l'acheminement par conteneurs depuis l'Asie "est dix fois plus élevé" qu'il y a un an, et ceux "du plastique, du bois ou encore du carton ont littéralement explosé au cours des trois derniers mois" égrène-t-il, de même que les composants électroniques indispensables à certains jouets.

Le Père Noël verra la différence sur sa facture: évoquant pudiquement la "pression inflationniste" qui dépasse largement son secteur, M. Grant table sur une augmentation de l'ordre de 10% à 15% du prix des jouets en provenance d'Asie au cours des douze prochains mois.

Aux Etats-Unis, les commerçants se démènent pour garnir les rayons

Avec la persistance de la pandémie, les foyers américains pourraient bien vivre une saison des fêtes moins opulente, certains produits ne parvenant pas à se frayer un chemin jusqu'aux étagères des magasins à cause des problèmes mondiaux d'approvisionnement. 

Avec une demande en hausse au moment où les Etats-Unis rouvrent leur économie, les commerçants américains travaillent dur pour ne pas ternir les festivités, en faisant leur possible pour surmonter les obstacles. 

Parmi les mesures les plus symboliques: Walmart et d'autres chaînes de grands magasins ont affrété leurs propres bateaux pour contourner les retards chaotiques dans les ports de la côte Ouest.

D'autres ont choisi de recevoir leurs importations plus tôt qu'à l'accoutumée, de lancer en avance leurs promotions de Noël ou d'abandonner le transport maritime pour l'aérien. 

"Un grand nombre d'entreprises ont pris cette décision ces 30 derniers jours", a expliqué Neel Jones Shah, responsable du fret aérien chez Flexport, un société de transport de marchandises. "Elles sont obligées de passer par les airs, sinon elles vont complètement rater leur saison." 

Mais même avec ces mesures, selon Scott Case, un vétéran de l'industrie logistique, "il y aura des manques visibles dans ce qui sera disponible cette saison des fêtes". 

(Avec AFP).


Le Sri Lanka interdit des engrais chinois contaminés

Une Haute Cour de commerce a interdit tout paiement à Qingdao Seawin Biotech Group Co., Ltd pour les 96 000 tonnes d'engrais, a ajouté un communiqué officiel. (AFP)
Une Haute Cour de commerce a interdit tout paiement à Qingdao Seawin Biotech Group Co., Ltd pour les 96 000 tonnes d'engrais, a ajouté un communiqué officiel. (AFP)
Short Url
  • Les autorités ont interrompu la transaction de 42 millions de dollars le mois dernier
  • Les cultivateurs de thé, principal produit d'exportation avec le riz, ont prévenu que les rendements pourraient être réduits de moitié sans produits chimiques

COLOMBO: Le Sri Lanka a interdit l'accès à un navire chinois transportant des engrais organiques dont le pays a désespérément besoin mais contaminés par des bactéries nocives, ont déclaré des responsables dimanche. 


Le gouvernement a déclaré que les services nationaux de quarantaine végétale avaient testé un échantillon provenant du navire chinois non identifié et "confirmé la présence d'organismes, y compris certains types de bactéries nocives". 


Une Haute Cour de commerce a interdit tout paiement à Qingdao Seawin Biotech Group Co., Ltd pour les 96 000 tonnes d'engrais, a ajouté un communiqué officiel. 


Les autorités ont interrompu la transaction de 42 millions de dollars le mois dernier, mais des rapports ont indiqué que la cargaison avait tout de même été expédiée et devait arriver à Colombo.


Cette mesure intervient alors que le Sri Lanka lutte contre les pénuries alimentaires causées par une crise monétaire et que les agriculteurs ont déclaré que l'interdiction des engrais chimiques par le gouvernement pourrait ruiner leurs récoltes cette année. 


Les autorités portuaires sri-lankaises ont déclaré que le ministère de l'agriculture leur avait ordonné samedi d'empêcher le déchargement de l'engrais dans n'importe quel port et de refouler le navire chinois. 


L'emplacement du navire n'a pas été révélé. 


Le Sri Lanka avait initialement commandé l'engrais organique à la Chine dans le cadre de ses efforts pour devenir la première nation au monde à pratiquer une agriculture 100 % biologique. 


Les nutriments organiques pour plantes en provenance de Chine étaient censés remplacer les produits chimiques éliminés progressivement au cours de la principale saison de culture du riz qui a débuté le 15 octobre. 


À la suite des nombreuses protestations des agriculteurs, qui craignaient que l'abandon des produits agrochimiques n'affecte gravement les rendements, le gouvernement a levé la semaine dernière l'interdiction des engrais chimiques imposée en mai. 


Depuis, le pays a importé d'Inde 30 000 tonnes de chlorure de potassium et quelque trois millions de litres de nutriments pour plantes à base d'azote. 


Les cultivateurs de thé, principal produit d'exportation avec le riz, ont prévenu que les rendements pourraient être réduits de moitié sans produits chimiques.