Nouvelle journée de traque aux Etats-Unis après la tuerie dans le Maine

Les forces de l'ordre sont visibles devant la maison du père et du frère du suspect Robert Card à Bowdoin, dans le Maine, le 26 octobre 2023, à la suite d'une fusillade de masse à Lewiston, dans le Maine. (Photo Angela Weiss AFP)
Les forces de l'ordre sont visibles devant la maison du père et du frère du suspect Robert Card à Bowdoin, dans le Maine, le 26 octobre 2023, à la suite d'une fusillade de masse à Lewiston, dans le Maine. (Photo Angela Weiss AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 27 octobre 2023

Nouvelle journée de traque aux Etats-Unis après la tuerie dans le Maine

  • Dans le Maine, Etat frontalier du Canada, les télévisions locales parlaient en boucle de la fusillade et projetaient régulièrement des photos des victimes identifiées
  • Du fait de la cavale du tireur, les habitants ont reçu l'ordre de se confiner chez eux, transformant Lewiston, une commune de 36.000 habitants, en ville fantôme

LEWISTON, Etats-Unis : Quarante heures après les tirs qui ont fait 18 morts dans le Maine, la police américaine intensifie vendredi sa traque dans le nord-est des Etats-Unis pour retrouver l'auteur de la tuerie, l'une des pires de ces dernières années.

Dans le Maine, Etat frontalier du Canada, les télévisions locales parlaient en boucle de la fusillade et projetaient régulièrement des photos des victimes identifiées.

Au petit matin, les conversations dans la ville de Lewiston tournaient autour du suspect principal de la tuerie, Robert Card, 40 ans et réserviste de l'armée. Il est accusé d'avoir ouvert le feu dans une salle de bowling et un bar-restaurant, faisant également 13 blessés.

Réagissant à la photo diffusée par les autorités, un habitant lance vendredi que si Robert Card est toujours en vie, «il ne ressemble sûrement plus à ça!»

La quête avait semblé s'accélérer jeudi soir: les forces de l'ordre s'étaient rassemblées devant une maison appartenant, selon un voisin interrogé par l'AFP, à la famille du suspect. Drones, hélicoptère et véhicules blindés avaient aussi été appelés en renfort.

«Sortez s'il vous plaît», a répété dans la nuit la police au mégaphone, «nous aimerions vous parler».

Mais les forces de l'ordre sont ensuite reparties sans faire de déclarations aux journalistes - en nombre sur place - et les autorités ont semblé doucher les espoirs que le suspect identifié ait été localisé.

- «Jour noir» -

Du fait de la cavale du tireur, les habitants ont reçu l'ordre de se confiner chez eux, transformant Lewiston, une commune de 36.000 habitants, en ville fantôme.

Ecoles et commerces ont fermé leurs portes et le parking du lycée a été investi par des policiers en treillis, armés jusqu'aux dents.

«C'est un jour noir pour le Maine», a déclaré jeudi matin Janet Mills, la gouverneure de l'Etat, en annonçant le très lourd bilan.

Sept personnes, une femme et six hommes, ont perdu la vie dans le bowling, huit dans le bar-restaurant à une douzaine de minutes de là, et enfin trois blessés ont succombé à l'hôpital.

Des témoins présents au bowling «Just-In-Time recreation» ont raconté comment des clients se sont cachés sous les tables et dans les machines au bout des pistes. «J'étais couchée au-dessus de ma fille, ma mère était couchée au-dessus de moi», a décrit Riley Dumont à ABC.

Une photo diffusée par la police montre un homme vêtu d'un haut marron entrant dans l'établissement, fusil de type semi-automatique en position épaulée.

Les autorités n'ont pas communiqué les identités des victimes, mais parmi les vies fauchées au restaurant «Schemengees» figure Joseph Walker, 57 ans, qui travaillait dans l'établissement, a déclaré son père à plusieurs médias américains.

Selon lui, la police a confié à la famille que son fils avait tenté d'arrêter le tueur avec un couteau de cuisine avant d'être tué.

- Enième appel -

Joe Biden a déploré un acte «tragique et insensé» et ordonné la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments fédéraux.

«Une nouvelle fois, notre nation est en deuil», s'est lamenté le président américain, appelant le Congrès à adopter «une interdiction des armes d'assaut» - énième appel du genre par le démocrate, malgré une majorité introuvable depuis des décennies pour un tel changement de législation.

La tuerie de mercredi est la pire aux Etats-Unis depuis celle de l'école d'Uvalde au Texas, où un tireur avait abattu 19 enfants et deux enseignantes en mai 2022.

Le pays paie un très lourd tribut à la dissémination des armes à feu sur son territoire et à la facilité avec laquelle les Américains y ont accès.

Les Etats-Unis comptent davantage d'armes individuelles que d'habitants. Hors suicides, plus de 15.000 personnes sont mortes dans des violences par armes à feu depuis le début de l'année dans le pays, selon l'association Gun Violence Archive (GVA).

Le Maine est l'un des Etats avec le taux d'homicide par habitant le plus faible, et les 18 morts de mercredi représentent, selon l'association Everytown, davantage que la moyenne annuelle d'homicides par arme à feu dans l'Etat.


Amnesty se félicite de l’annonce du possible abandon des poursuites contre l’équipage du navire d’une ONG

Le navire de sauvetage Iuventa, exploité par l’ONG allemande Jugend Rettet («La jeunesse sauve»), saisi par les autorités judiciaires dans le port de Trapani, le 12 juillet 2018 (AFP)
Le navire de sauvetage Iuventa, exploité par l’ONG allemande Jugend Rettet («La jeunesse sauve»), saisi par les autorités judiciaires dans le port de Trapani, le 12 juillet 2018 (AFP)
Short Url
  • Des membres de l’équipage du navire Iuventa ont été inculpés de «facilitation de l'immigration irrégulière vers l’Italie depuis la Libye»
  • Cette semaine, les procureurs ont indiqué que l’absence de preuves signifiait l’abandon des poursuites

LONDRES: Amnesty International s’est félicitée de l’annonce de l’abandon possible des poursuites engagées contre l’équipage du navire Iuventa appartenant à une ONG, qui a œuvré au sauvetage de milliers de personnes en Méditerranée.

En 2017, les autorités italiennes ont ouvert une enquête sur les activités de l’Iuventa. Quatre membres d’équipage ont finalement été inculpés de «facilitation de l'immigration irrégulière vers l’Italie depuis la Libye». Il semblerait qu’ils aient collaboré avec des trafiquants d’êtres humains, ce qui pourrait leur valoir des peines allant jusqu’à vingt ans d’emprisonnement.

Un tribunal de la ville italienne de Trapani doit se prononcer samedi sur l’inculpation de l’équipage ainsi que des membres de Médecins sans frontières et de Save the Children. Cependant, mercredi, les procureurs ont indiqué que l’absence de preuves signifiait l’abandon des poursuites.

«L’équipage de l’Iuventa a enduré six ans et demi de procédures judiciaires avec une grâce et une résistance inébranlables. Nous sommes heureux qu’il y ait un nouvel espoir que les poursuites soit finalement abandonnées» a déclaré Elisa De Pieri, chercheuse régionale à Amnesty International.

«Le navire Iuventa a secouru plus de 14 000 personnes, notamment des enfants, et son équipage l’a fait en respectant le droit de la mer. Nous appelons les autorités à cesser d’abuser des procédures pénales et des accusations de facilitation de la migration irrégulière pour entraver les activités de sauvetage», a-t-elle poursuivi. 

«L’humanité doit passer avant tout. Nous saluons l’intrépidité de l’équipage de l’Iuventa et des autres personnes qui luttent contre les horreurs qui se déroulent dans les eaux tumultueuses de la Méditerranée.»

«Leurs actes de solidarité avec les réfugiés et les migrants devraient être encouragés et ne jamais être punis. Sans eux, le nombre déjà élevé de morts en Méditerranée centrale ne ferait qu’augmenter», a conclu Mme De Pieri.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Grèves en Corée du Sud: le gouvernement offre de négocier avec les médecins

Le gouvernement sud-coréen s'est engagé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65 pour cent, invoquant la pénurie de professionnels de santé et une crise démographique imminente (Photo, AFP).
Le gouvernement sud-coréen s'est engagé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65 pour cent, invoquant la pénurie de professionnels de santé et une crise démographique imminente (Photo, AFP).
Short Url
  • Les internes affirment que ce plan nuirait à la qualité du service
  • Séoul affirme avoir l'un des ratios médecins-patients les plus faibles parmi les pays développés

SÉOUL: Le gouvernement sud-coréen a indiqué jeudi chercher à ouvrir des négociations avec les jeunes médecins en grève qui paralysent le système de santé du pays, les exhortant à revenir au travail pour ne pas risquer de poursuites.

Près de 10.000 internes en médecine, soit 80% des effectifs, ont débrayé depuis la semaine dernière pour protester contre une réforme ouvrant plus largement l'admission dans les facultés de médecine.

Le gouvernement leur a donné jusqu'à ce jeudi pour reprendre le travail, faute de quoi ils risquent des arrestations ou de perdre leur licence.

"J'ai envoyé un message demandant une rencontre (aux représentants des médecins) (...) Je dois me rendre sur place aujourd'hui pour voir combien de personnes seront présentes", a déclaré le deuxième vice-ministre de la Santé, Park Min-soo, lors d'un point de presse.

Les jeunes médecins rejettent le plan du gouvernement qui prévoit d'augmenter considérablement les admissions dans les écoles de médecine. Les autorités entendent ainsi faire face aux pénuries de personnel de santé et au vieillissement de la population.

Les internes affirment que ce plan nuirait à la qualité du service, et une association de médecins sud-coréens (KMA) a accusé mercredi le gouvernement d'"intimidations".

Selon M. Park, des médecins ont commencé à retourner travailler dans les hôpitaux jeudi. "Nous avons observé une diminution du mouvement de grève depuis deux jours consécutifs", a-t-il déclaré. Mais le ministre de la Santé Cho Kyoo-hong a indiqué jeudi aux médias locaux qu'"un retour massif (des jeunes médecins) ne s'est pas encore concrétisé". "Je les implore de le faire pour les patients", a-t-il déclaré.

M. Cho a souligné que le gouvernement était déterminé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65%.

L'organisation de médecins KMA n'a pas commenté l'offre de négociations, mais un groupe de jeunes médecins sur un réseau social a partagé la capture d'écran d'un message du gouvernement avec la réponse : "Vous devez plaisanter".

«L'impasse va se poursuivre»

Les analystes estiment que la ligne dure du gouvernement pourrait lui être favorable dans la perspective des prochaines élections.

"Si le gouvernement devait faire marche arrière maintenant, cela serait perçu comme un revers majeur avant les élections législatives du 10 avril", a indiqué à l'AFP Kim Jae-heon, responsable d'une ONG en faveur de la gratuité des soins médicaux.

Mais les médecins "pensent que reculer à ce stade serait en leur défaveur. Il semble que l'impasse actuelle va se poursuivre pendant un certain temps".

Les partisans de la réforme estiment que les médecins sont surtout préoccupés par le fait que les changements pourraient dégrader leurs salaires et leur statut social.

Séoul affirme avoir l'un des ratios médecins-patients les plus faibles parmi les pays développés, et le gouvernement insiste pour admettre 2.000 étudiants supplémentaires dans les écoles de médecine chaque année, à partir de l’an prochain.

Près de 75% de la population est en faveur des réformes, selon des sondages, et la ligne dure adoptée par le président Yoon Suk Yeol dans cette crise lui a permis de voir sa cote de popularité augmenter.

Mais Kim Sung-ju, président du Conseil coréen pour les droits des patients atteints de cancer, estime que la vie des patients est "prise en otage".

"C'est incroyable (que les médecins) utilisent la vie des patients comme levier pour promouvoir leurs propres intérêts", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le débrayage massif a entraîné des annulations et des reports d'opérations chirurgicales pour les patients atteints de cancer et de césariennes pour les femmes enceintes.

Pour Kim Tae-hyeon, responsable d'une association de patients de maladie neurodégénérative, les internes en grève sont "pires que des criminels". "Dans les services de soins palliatifs et les unités de soins intensifs les patients luttent pour rester en vie".


Poutine met en garde les Occidentaux contre une «menace réelle» de guerre nucléaire

D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine (Photo, AFP).
D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • Conforté par les succès russes en Ukraine, le chef d'État russe s'est aussi félicité de l'avancée de ses troupes sur le front
  • Dans ses discours à la Nation, Vladimir Poutine fait traditionnellement le bilan de l'année écoulée et définit de nouvelles orientations stratégiques

MOSCOU: Vladimir Poutine a averti jeudi les Occidentaux contre une "menace réelle" de guerre nucléaire en cas d'escalade du conflit en Ukraine, dans son discours annuel à la Nation, grand-messe annuelle lors de laquelle il a défini les priorités pour la Russie.

Conforté par les succès russes en Ukraine, le chef d'État russe s'est aussi félicité de l'avancée de ses troupes sur le front, à deux semaines d'une élection présidentielle qu'il devrait remporter sans surprise.

D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine.

"Ils (les Occidentaux) ont parlé de la possibilité d'envoyer en Ukraine des contingents militaires occidentaux (...) Mais les conséquences de ces interventions seraient vraiment plus tragiques", a-t-il déclaré, depuis le Gostiny Dvor, un palais des Congrès situé près de la place Rouge à Moscou.