La guerre entre Israël et le Hamas à Gaza menace de replonger l'Irak dans la guerre

Des Irakiens brandissent des pancartes et des drapeaux palestiniens lors d'une manifestation à Bagdad, le 20 octobre 2023, en soutien au peuple palestinien sur fond de combats entre Israël et des groupes palestiniens (Photo, AFP).
Des Irakiens brandissent des pancartes et des drapeaux palestiniens lors d'une manifestation à Bagdad, le 20 octobre 2023, en soutien au peuple palestinien sur fond de combats entre Israël et des groupes palestiniens (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 31 octobre 2023

La guerre entre Israël et le Hamas à Gaza menace de replonger l'Irak dans la guerre

  • Les troupes américaines en Irak et en Syrie ont déjà été attaquées par des milices, provoquant des représailles
  • Le Premier ministre Al-Sudani a condamné les attaques, mais les analystes s'interrogent sur sa capacité à maîtriser les milices.

ERBIL: Avec ses coffres gonflés par les prix élevés du pétrole et ses politiciens mettant de côté leurs inimitiés, l'Irak semblait bien parti pour connaître une période de stabilité sans précédent depuis des dizaines d'années. Toutefois, la guerre entre Israël et le Hamas qui a éclaté au début du mois d'octobre pourrait compromettre ces modestes progrès, surtout si elle fait flamber la situation régionale et dégénère en un conflit plus large.

Plusieurs milices soutenues par l'Iran au Moyen-Orient ont menacé d'attaquer les intérêts américains dans la région si Washington s'impliquait ouvertement dans la guerre terrestre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza. Ces milices ont déjà attaqué des bases américaines en Irak et en Syrie à l'aide de roquettes et de drones au cours des derniers jours.

Dans une analyse pour le Centre arabe de Washington, Rend al-Rahim, ancienne ambassadrice irakienne aux États-Unis, écrit: «En l'espace d'un peu plus de deux semaines, la guerre d'Israël contre Gaza a bouleversé l'équilibre minutieux des relations extérieures de l'Irak et les efforts déployés par le Premier ministre irakien, Mohammed Shia al-Sudani, depuis un an pour maintenir la stabilité dans le pays.»

Les États-Unis ont ordonné le départ d'Irak de leur personnel «non urgent» et ont déconseillé aux Américains de se rendre dans le pays en raison de la menace élevée. Le Royaume-Uni a également retiré temporairement le personnel de son ambassade à Bagdad et déconseillé aux Britanniques de se rendre en Irak, à l'exception des voyages strictement essentiels au Kurdistan irakien.

Des F/A-18 Super Hornets de la Marine américaine, rattachés au Carrier Air Wing (CVW) 8, se préparent à des opérations de vol sur le pont d'envol du plus grand porte-avions du monde, l'USS Gerald R. Ford (CVN) 78, à l'est de la mer Méditerranée, le 13 octobre 2023 (Photo, AFP).

Environ 2 500 soldats américains sont actuellement stationnés en Irak avec l'autorisation de Bagdad. Ils conseillent et forment les forces irakiennes et kurdes dans la lutte qu'elles mènent contre Daech. Neuf cents autres sont déployés dans le nord-est de la Syrie, en partenariat avec les forces locales dirigées par les Kurdes dans leur propre lutte contre les vestiges du groupe extrémiste.

Depuis le 17 octobre, les troupes américaines ont été la cible d'attaques de roquettes et de drones sur la base aérienne d'Ain al-Asad, dans l'ouest de l'Irak, sur l'aérodrome de Harir, dans le Kurdistan irakien, et sur la garnison d'Al-Tanf, dans le sud de la Syrie. Vingt-et-un membres du personnel américain ont subi des «blessures mineures», mais ont pu reprendre rapidement leurs fonctions, tandis qu'un contractant civil est décédé des suites d'un incident cardiaque survenu lors de l'une de ces attaques.

Jeudi, les États-Unis ont lancé des «frappes d'autodéfense de précision» contre deux installations dans l'est de la Syrie utilisées par le puissant Corps des gardiens de la révolution islamique de l'Iran et ses alliés locaux. Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a décrit ces frappes comme une réponse à «une série d'attaques en cours et pour la plupart infructueuses contre le personnel américain en Irak et en Syrie par des milices soutenues par l'Iran».

Ces groupes, dont le Kataib Hezbollah, Asaib Ahl al-Haq et d'autres, ont menacé d'intensifier leurs attaques si Israël lançait une guerre terrestre d'envergure contre le Hamas à Gaza, augmentant ainsi le risque que les troupes américaines soient gravement blessées, voire tuées, et la possibilité d'une riposte plus vigoureuse de la part de l'armée américaine. Une telle escalade pourrait potentiellement déclencher une conflagration incontrôlable qui pourrait replonger l'Irak dans le chaos et la guerre.

M. Al-Sudani a condamné les récentes attaques contre les troupes américaines en Irak, les qualifiant d'«inacceptables», et a ordonné aux forces de sécurité de l'État d'en poursuivre les auteurs.

Un jeune Irakien porte une photo du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, lors d'une manifestation de soutien au peuple palestinien à Bagdad, le 20 octobre 2023 (Photo, AFP).

De nombreuses milices soutenues par l'Iran en Irak font partie des forces paramilitaires de mobilisation populaire sanctionnées par l'État, dont certains dirigeants sont membres du gouvernement Al-Sudani. Malgré cela, M. Al-Sudani n'a peu ou pas de contrôle sur ces groupes armés.

«Des rapports indiquent qu'il (Al-Sudani) a averti les groupes pro-Iran que s'ils s'impliquaient directement à Gaza, les États-Unis et Israël riposteraient contre eux en Irak», a déclaré Joel Wing, auteur du blog Musings on Iraq, à Arab News. «À part cela, il ne peut les contraindre.»

En effet, peu après le début de la guerre entre Israël et le Hamas, l'homme politique irakien Hadi al-Amiri, chef de l'organisation Badr, liée à l'Iran, qui constitue une grande partie des unités de mobilisation populaire, a déclaré: «S'ils (les États-Unis) interviennent, nous interviendrons [...] nous considérerons toutes les cibles américaines comme légitimes.»

Les forces irakiennes et les unités de mobilisation populaire (Hached al-Chaabi) avancent vers la ville d'Al-Qaim, dans l'ouest de la province d'Anbar, à la frontière syrienne, dans leur lutte contre les dernières poches de Daech, le 1er novembre 2017 (Photo, AFP).

Ryan Bohl, analyste principal pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à la société de renseignement sur les risques RANE, pense également que le gouvernement Al-Sudani serait «largement spectateur» en cas d'escalade significative, Téhéran et Washington «menant les événements sur le terrain» plutôt que Bagdad.

«Les manœuvres diplomatiques de l'Irak resteront probablement très critiques à l'égard d'Israël et même des États-Unis à certains moments, bien qu'il ne semble pas encore qu'elles pousseront les troupes américaines à quitter le pays», a indiqué M. Bohl à Arab News.

EN CHIFFRES

42 millions: Population de l'Irak

11 millions: Population active

14,19%: Taux de chômage total

27,2%: Taux de chômage des jeunes

27%: Dette publique en pourcentage du PIB

Moqtada al-Sadr, puissante figure chiite et chef de milice qui s'est à plusieurs reprises opposé aux factions pro-iraniennes en Irak, a déjà rassemblé ses partisans en force pour condamner Israël. Les analystes pensent qu'il pourrait chercher à tirer parti de la crise actuelle pour revenir sur la scène politique et défier ses rivaux soutenus par l'Iran.

Selon M. Wing, Moqtada al-Sadr, comme d'autres dirigeants politiques en Irak, «espère exploiter»  la crise à Gaza à ses propres fins. En effet, les manifestations de rue qu'il a organisées ces derniers jours pourraient marquer le début d'une campagne en vue des élections de décembre.

M. Bohl reconnaît qu'il est probable que Moqtada al-Sadr utilisera la crise pour obtenir «un gain politique au moins marginal». Toutefois, il n'est pas certain que cette question ramènera Al-Sadr sur la scène politique, étant donné que les «facteurs qui l'ont poussé à partir» ne sont pas liés au conflit israélo-palestinien.

«D'un autre côté, en cas d'escalade régionale majeure impliquant l'Irak, Al-Sadr pourrait être l'un des hommes politiques chiites vers lesquels l'Irak se tournerait pour prendre la direction des opérations, étant donné son rôle dans la manière dont le pays aurait été entraîné dans le conflit», a relevé M. Bohl.

Des membres du mouvement musulman chiite irakien Al-Nujaba brandissent le drapeau palestinien lors d'un rassemblement à Bagdad le 8 octobre 2023, pour exprimer leur soutien à l'opération «Déluge d'Al-Aqsa» lancée la veille par les militants du Hamas contre Israël depuis la bande de Gaza (Photo, AFP).

Le risque d'un conflit plus large est considérable. M. Wing affirme que certains groupes irakiens discutent déjà de «l'escalade de leurs attaques en cours» si une guerre terrestre commence à Gaza. Il prédit qu'une telle escalade se traduirait «probablement par des tirs de roquettes et de drones sur l'ambassade américaine» à Bagdad.

«J'ai lu que les factions sont divisées sur la question de savoir s'il faut s'impliquer directement dans le conflit. Et si elles le font, ce sera avec le Hezbollah au Liban et non avec le Hamas à Gaza», a-t-il ajouté.

M. Bohl estime que si une incursion terrestre israélienne dans la bande de Gaza reste une «forte possibilité» d'entraîner une grave instabilité en Irak, «il y a d'autres facteurs à prendre en compte».

«Si ces milices s'en prennent excessivement aux États-Unis, elles pourraient déclencher une réaction régionale des États-Unis à l'égard de l'Iran et de ses mandataires, ce qui ne serait pas dans l'intérêt de l'Iran», a-t-il déclaré.

«Je m'attends à ce qu'elles se livrent à des actes de harcèlement et à des attaques ponctuelles plutôt qu'à des attaques massives destinées à faire de nombreuses victimes.»

Des Syriens brandissent des drapeaux et une pancarte représentant (de gauche à droite) le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, le président syrien, Bachar al-Assad, le chef des Houthis du Yémen, Abdelmalik al-Houthi, et le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei à Alep, le 7 mai 2021 (Photo, AFP).

Les deux experts estiment que les dernières attaques visent à démontrer la capacité de ces milices à frapper les forces américaines plutôt qu'à leur infliger des pertes.

M. Wing a résumé les attaques actuelles comme étant «complètement symboliques», expliquant que si ces milices voulaient lancer «de véritables assauts pour faire des dégâts», elles «utiliseraient des douzaines de roquettes et de drones».

«Les attaques en cours se limitent à quelques tirs de roquettes et à l'utilisation d'un ou deux drones», a-t-il déclaré. «Si elles causaient de sérieuses pertes américaines, Washington riposterait, et je ne pense pas que les factions irakiennes le souhaitent.»

Pour M. Bohl, il s'agit «d'attaques de harcèlement contre des cibles américaines destinées à gagner en légitimité politique et à signaler aux États-Unis et à Israël les risques d'une escalade de leur part».

La défense aérienne syrienne intercepte un missile israélien dans le ciel de Damas, la capitale de la Syrie, le 24 février 2020 (Photo, AFP).

En février 2021, une attaque à la roquette menée par une milice contre la base américaine de l'aéroport international d'Erbil, dans le Kurdistan irakien, a tué un contractant civil. Les États-Unis ont riposté contre les milices soutenues par l'Iran en Syrie plutôt qu'en Irak, probablement pour éviter de déstabiliser la situation en Irak par des échanges de tirs.

Il n'est pas clair si tel était l'objectif des frappes de représailles de jeudi en Syrie ou si les États-Unis envisageraient des représailles en Irak à l'avenir.

«Je pense que cela dépend entièrement de la situation, notamment du lieu de l'attaque et de la nature des victimes américaines», a déclaré M. Wing. «Plus le nombre de soldats américains tués est élevé, plus la réaction de Washington sera importante.»

«Si beaucoup d'Américains sont tués, on peut s'attendre à des frappes de représailles américaines en Syrie et en Irak. Si un ou deux soldats sont tués, les États-Unis frapperont probablement un dépôt de munitions d'une faction irakienne», a-t-il ajouté.

Un partisan irakien des unités de mobilisation populaire (Hached al-Chaabi) passe devant une affiche représentant le commandant irakien Abu Mahdi al-Muhandis (à droite) et le commandant des Gardiens de la révolution iraniens Qassem Soleimani, dans la capitale Bagdad, le 30 décembre 2020, avant le premier anniversaire de leur assassinat dans une attaque de drone américain (Photo, AFP).

M. Bohl pense également que les futures frappes de représailles américaines «resteront proportionnelles et se concentreront sur les origines des attaques» plutôt que sur une «campagne globale» visant les mandataires de l'Iran dans toute la région.

«Mais cela changerait si les États-Unis estiment que l'Iran se prépare à une escalade dans toute la région, auquel cas les États-Unis essaieraient probablement d'empêcher une telle escalade par une campagne préemptive plus rigoureuse.»

Pour ce qui est de l'avenir, Mme Al-Rahim, ancienne diplomate et analyste irakienne, a déclaré: «Ce qui est certain, c'est que le regain de force des partisans de la ligne dure en Irak se traduira par une ingérence accrue de l'Iran dans les affaires intérieures et les choix de politique étrangère du pays.»

Elle s'attend à ce que les calculs régionaux de Téhéran «déterminent l'ampleur et les modalités de la belligérance de ses alliés irakiens, entraînant une pression accrue» sur M. Al-Sudani et son gouvernement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le procureur de la CPI demande des mandats d'arrêts contre Netanyahu et des dirigeants du Hamas

Une activiste musulmane tient un écriteau représentant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une manifestation contre Israël et en soutien aux Palestiniens à Gaza, devant l'ambassade des États-Unis à Jakarta, en Indonésie, le 17 mai 2024. (REUTERS)
Une activiste musulmane tient un écriteau représentant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une manifestation contre Israël et en soutien aux Palestiniens à Gaza, devant l'ambassade des États-Unis à Jakarta, en Indonésie, le 17 mai 2024. (REUTERS)
Short Url
  • Karim Khan a déclaré dans un communiqué qu'il demandait des mandats d'arrêt contre M. Netanyahu et le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant
  • Pour des crimes tels que « le fait d’affamer délibérément des civils », «homicide intentionnel » et «extermination et/ou meurtre »

LA HAYE : Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé lundi des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et des dirigeants du Hamas pour des crimes de guerre et crimes contre l'humanité présumés commis dans la bande de Gaza.

Karim Khan a déclaré dans un communiqué qu'il demandait des mandats d'arrêt contre M. Netanyahu et le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant pour des crimes tels que "le fait d’affamer délibérément des civils", "homicide intentionnel" et "extermination et/ou meurtre".

"Nous affirmons que les crimes contre l'humanité visés dans les requêtes s'inscrivaient dans le prolongement d’une attaque généralisée et systématique dirigée contre la population civile palestinienne dans la poursuite de la politique d’une organisation. D’après nos constatations, certains de ces crimes continuent d’être commis", a affirmé M. Khan en référence à MM. Netanyahu et Gallant.

Les accusations portées contre les dirigeants du Hamas, dont Yahya Sinwar, le chef du mouvement, incluent "l'extermination", "le viol et d'autres formes de violence sexuelle" et "la prise d'otages en tant que crime de guerre".

"Nous affirmons que les crimes contre l'humanité visés dans les requêtes s'inscrivaient dans le prolongement d’une attaque généralisée et systématique menée par le Hamas ainsi que d’autres groupes armés dans la poursuite de la politique d'une organisation", est-il écrit dans le communiqué.

 


L'Iran en deuil après la mort du président Raïssi dans un accident d'hélicoptère

Des membres de l'équipe de secours travaillent sur le site du crash d'un hélicoptère transportant le président iranien Ebrahim Raisi à Varzaghan, dans le nord-ouest de l'Iran, le 20 mai 2024. (Agence de presse du MOJ/AFP)
Des membres de l'équipe de secours travaillent sur le site du crash d'un hélicoptère transportant le président iranien Ebrahim Raisi à Varzaghan, dans le nord-ouest de l'Iran, le 20 mai 2024. (Agence de presse du MOJ/AFP)
Des membres de l'équipe de secours travaillent sur le site du crash d'un hélicoptère transportant le président iranien Ebrahim Raisi à Varzaghan, dans le nord-ouest de l'Iran, le 20 mai 2024. (Agence de presse du MOJ/AFP)
Des membres de l'équipe de secours travaillent sur le site du crash d'un hélicoptère transportant le président iranien Ebrahim Raisi à Varzaghan, dans le nord-ouest de l'Iran, le 20 mai 2024. (Agence de presse du MOJ/AFP)
Short Url
  • Le décès de M. Raïssi à 63 ans ouvre une période d'incertitude politique en Iran
  • En attendant, c'est le premier vice-président Mohammad Mokhber, un homme de l'ombre de 68 ans, qui assumera les fonctions de président par intérim

TEHERAN: L'Iran a décrété lundi cinq jours de deuil pour rendre hommage à son président, Ebrahim Raïssi, décédé dans un accident d'hélicoptère trois ans après l'arrivée au pouvoir de cet ultraconservateur qui était considéré comme l'un des favoris pour succéder au Guide suprême, Ali Khamenei.

Le décès de M. Raïssi à 63 ans ouvre une période d'incertitude politique en Iran, au moment où le Moyen-Orient est secoué par la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas palestinien, un allié de la République islamique.

Sa mort brutale va entraîner une élection présidentielle au suffrage universel qui devra être organisée "dans les 50 jours", soit d'ici au 1er juillet.

Mohammad Mokhber

En attendant, c'est le premier vice-président Mohammad Mokhber, un homme de l'ombre de 68 ans, qui assumera les fonctions de président par intérim.

A ce stade, aucun nom ne se dégage comme prétendant pour la présidentielle, qui se déroulera quatre mois avant le scrutin présidentiel aux Etats-Unis, principal ennemi de la République islamique avec Israël.

Elu président en 2021, Ebrahim Raïssi était, lui, considéré comme l'un des favoris pour succéder au Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, âgé de 85 ans.

"La nation iranienne a perdu un serviteur sincère et précieux", a déclaré le chef de l'Etat dans une déclaration. En soulignant que "ses ennuis dus à l'ingratitude et aux railleries de certains méchants ne l'empêchaient pas de travailler jour et nuit".

Le gouvernement a rendu hommage au "président du peuple iranien, travailleur et infatigable" qui "a sacrifié sa vie pour la nation".

L'annonce de son décès avait été faite en début de matinée par les agences de presse et les sites d'information après la découverte de l'épave de l'hélicoptère à l'aube. La télévision d'Etat a parallèlement diffusé des chants religieux en montrant des photos du président.

L'hélicoptère du président avait disparu dimanche en début d'après-midi alors qu'il survolait une région de l'Iran escarpée et boisée dans des conditions météorologiques difficiles, avec de la pluie et un épais brouillard.

«grande perte»

La perspective de découvrir vivants le président et les huit autres passagers, avait progressivement diminué durant la nuit.

Parmi eux figurait Hossein Amir-Abdollahian, 60 ans, nommé à la tête de la diplomatie par M. Raïssi en juillet 2021. Etaient également présents le gouverneur de la province d'Azerbaïdjan oriental, le principal imam de la région, ainsi que le chef de la sécurité du président et trois membres d'équipage.

Les secours ont récupéré lundi matin les dépouilles des neuf passagers éparpillés au milieu des débris de l'appareil, un Bell 212. Elles ont été transportées à  Tabriz, la grande ville du nord-ouest, où débuteront mardi les cérémonies de funérailles.

L'épave de l'hélicoptère a été découverte à l'aube sur le flanc d'une montagne qu'il aurait heurté pour une raison encore inconnue, selon des médias. Il s'était envolé dans des conditions météorologiques difficiles, avec des pluies et un épais brouillard.

De nombreux dirigeants, dont certains de pays entretenant des relations tièdes avec Téhéran, ont envoyé des messages de condoléances.

Le président russe, Vladimir Poutine, a rendu hommage à un  "politicien remarquable" et à un "véritable ami" de la Russie. Son décès est une "grande perte pour le peuple iranien", a salué le président chinois Xi Jinping.

«Pas de perturbations»

M. Raïssi, qui avait le titre d'ayatollah, présidait la République islamique depuis près de trois ans.

Considéré comme un ultraconservateur, il avait été élu le 18 juin 2021 dès le premier tour d'un scrutin marqué par une abstention record pour une présidentielle et l'absence de concurrents de poids.

Toujours coiffé de son turban noir et vêtu d'un long manteau de religieux, il avait succédé au modéré Hassan Rohani, qui l'avait battu à la présidentielle de 2017.

Il était soutenu par la principale autorité de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a appelé dimanche "le peuple iranien" à "ne pas s'inquiéter" car "il n'y aura pas de perturbation dans l'administration du pays".

Dernier message pro-palestinien 

Raïssi s'était rendu dimanche dans la province d'Azerbaïdjan oriental, où il a notamment inauguré un barrage en compagnie du président d'Azerbaïdjan, Ilham Aliev, à la frontière entre les deux pays.

Au cours d'une conférence de presse commune, il a de nouveau apporté son soutien au Hamas face à Israël. "Nous pensons que la Palestine est la première question du monde musulman", a-t-il dit.

Dans un message de condoléances, le Hamas a salué un "soutien à la résistance palestinienne".

L'Iran avait lancé une attaque inédite le 13 avril contre Israël, avec 350 drones et missiles, dont la plupart ont été interceptés avec l'aide des Etats-Unis et de plusieurs autres pays alliés.

M. Raïssi était sorti renforcé des législatives qui se sont tenues en mars, premier scrutin national depuis le mouvement de contestation qui a secoué l'Iran fin 2022 à la suite du décès de Mahsa Amini, une jeune femme arrêtée pour non-respect du code vestimentaire strict de la République islamique.

Né en novembre 1960, Raïssi a effectué l'essentiel de sa carrière dans le système judiciaire, en étant notamment procureur général de Téhéran puis procureur général du pays, des postes où s'est construite sa réputation de fermeté envers les "ennemis" de la République islamique.

M. Raïssi figurait sur la liste noire américaine des responsables iraniens sanctionnés par Washington pour "complicité de graves violations des droits humains", des accusations balayées comme nulles et non avenues par Téhéran.


Dans le désert syrien, des milliers de déplacés oubliés

Dans un camp d'une région désertique aux confins de la Syrie, des milliers de déplacés fuyant la guerre dans leur pays sont "pris au piège" depuis des années, dépendant d'une aide qui ne leur parvient qu'au compte-gouttes. (AFP)
Dans un camp d'une région désertique aux confins de la Syrie, des milliers de déplacés fuyant la guerre dans leur pays sont "pris au piège" depuis des années, dépendant d'une aide qui ne leur parvient qu'au compte-gouttes. (AFP)
Short Url
  • "Nous sommes pris au piège", regrette Khaled, un policier de 50 ans ayant fait défection, qui refuse de donner son nom de famille pour des raisons de sécurité
  • Khaled a fui il y a huit ans sa région du centre de la Syrie, pour échapper aux exactions des jihadistes du groupe Etat islamique et aux forces du régime

BEYROUTH: Dans un camp d'une région désertique aux confins de la Syrie, des milliers de déplacés fuyant la guerre dans leur pays sont "pris au piège" depuis des années, dépendant d'une aide qui ne leur parvient qu'au compte-gouttes.

Au milieu d'un paysage lunaire balayé par les tempêtes du désert, le camp de Rokbane est situé dans un no man's land près de la frontière avec l'Irak et la Jordanie, qui ont tous deux fermé leurs frontières aux réfugiés syriens.

"Nous sommes pris au piège", regrette Khaled, un policier de 50 ans ayant fait défection, qui refuse de donner son nom de famille pour des raisons de sécurité.

"Nous ne pouvons pas nous rendre (dans les autres régions) de Syrie car nous sommes recherchés par le régime, et nous ne pouvons pas entrer en Jordanie ou en Irak", ajoute-t-il.

Khaled a fui il y a huit ans sa région du centre de la Syrie, pour échapper aux exactions des jihadistes du groupe Etat islamique et aux forces du régime.

Le conflit en Syrie s'est déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, et s'est complexifié au fil des ans avec l'implication d'acteurs régionaux, de puissances étrangères et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Le camp de Rokbane est situé dans une enclave protégée par une base militaire de la coalition internationale antijihadiste dirigée par Washington.

Le régime syrien contrôle les zones tout autour et le passage de l'aide est tributaire de son bon vouloir.

Rokbane a été établi en 2014, au plus fort de la guerre et a compté à un moment plus de 100.000 résidents, mais il n'en reste plus que 8.000 aujourd'hui.

« De pain et de thé »

Poussés par la faim, la pauvreté et l'absence de soins, un grand nombre de déplacés sont partis, surtout depuis que la Jordanie a fermé sa frontière en 2016.

L'ONU qualifie la situation de "désespérée" dans le camp où aucun convoi d'aide humanitaire n'a pénétré depuis 2019. Les vivres y sont acheminées en contrebande et revendues à prix d'or.

Mais les habitants risquent de ne plus recevoir ces maigres réserves. Ils affirmant que les postes de contrôle du régime ont mis fin à tous les itinéraires de contrebande vers le camp il y a environ un mois.

"Mes filles vivent de pain et de thé. Les vivres commencent à manquer", déplore Khaled, joint au téléphone par l'AFP.

La plupart des familles subsistent grâce à l'envoi d'argent par leurs proches à l'étranger ou aux salaires de quelque 500 hommes qui travaillent dans la base américaine voisine pour 400 dollars par mois, explique Mohammad Derbas al-Khalidi.

Ce père de 14 enfants, qui dirige le conseil local du camp, indique être recherché par le régime pour avoir aidé des déserteurs au début de la guerre.

"Si je n'avais pas peur pour mes enfants et pour moi-même, je ne serais pas resté dans ce désert", assure-t-il.

Déportés de Jordanie

Les seuls nouveaux arrivants dans le camp sont chaque année quelques dizaines de Syriens déportés à leur sortie de prison par les autorités jordaniennes, selon le conseil local du camp et l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Depuis début 2024, 24 Syriens ont été déportés, dont Mohammed al-Khalidi, un mécanicien de 38 ans, qui était emprisonné en Jordanie pour trafic de drogue.

Il dit craindre d'être arrêté s'il revient dans la région de Homs dont il est originaire, sous contrôle des forces gouvernementales syriennes, et où il ne lui reste ni maison ni famille.

"Mes proches sont tous en Jordanie, et tous ceux qui étaient en Syrie ont été tués ou sont partis", affirme-t-il à l'AFP qui l'a contacté par téléphone.

Interrogé par l'AFP, un responsable jordanien a affirmé sous couvert de l'anonymat que le royaume "n’a pas forcé et ne forcera aucun réfugié syrien à retourner en Syrie".

« Comme une prison »

"Ce camp a les pires conditions de vie", affirme à l'AFP Mouaz Moustafa, de l'association Syrian Emergency Task Force, basée aux Etats-Unis, qui s'est rendu à Rokbane.

Son groupe a réussi à y acheminer de l'aide par avion, avec l'aide de la base américaine voisine.

"Mais ils ont besoin en premier, avant même la nourriture, de médecins", souligne Mouaz Moustafa, évoquant le cas d'un nouveau né souffrant de problèmes respiratoires ou d'accouchements compliqués.

Après un appel aux dons, Mohammed, 22 ans, a pu partir pour Homs dans le centre de la Syrie, pour subir une intervention chirurgicale au foie.

Quelques mois plus tard, il a échappé au service militaire en Syrie en fuyant au Liban. "N'importe quel endroit sur terre est mieux que Rokbane", dit-il à l'AFP, joint au téléphone.

Il n'a plus vu sa mère et ses deux frères depuis deux ans, ces derniers étant toujours bloqués à Rokbane. "Ma famille sait qu'elle ne sortira jamais (...) Ce camp est comme une prison."