La guerre entre Israël et le Hamas à Gaza menace de replonger l'Irak dans la guerre

Des Irakiens brandissent des pancartes et des drapeaux palestiniens lors d'une manifestation à Bagdad, le 20 octobre 2023, en soutien au peuple palestinien sur fond de combats entre Israël et des groupes palestiniens (Photo, AFP).
Des Irakiens brandissent des pancartes et des drapeaux palestiniens lors d'une manifestation à Bagdad, le 20 octobre 2023, en soutien au peuple palestinien sur fond de combats entre Israël et des groupes palestiniens (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 31 octobre 2023

La guerre entre Israël et le Hamas à Gaza menace de replonger l'Irak dans la guerre

  • Les troupes américaines en Irak et en Syrie ont déjà été attaquées par des milices, provoquant des représailles
  • Le Premier ministre Al-Sudani a condamné les attaques, mais les analystes s'interrogent sur sa capacité à maîtriser les milices.

ERBIL: Avec ses coffres gonflés par les prix élevés du pétrole et ses politiciens mettant de côté leurs inimitiés, l'Irak semblait bien parti pour connaître une période de stabilité sans précédent depuis des dizaines d'années. Toutefois, la guerre entre Israël et le Hamas qui a éclaté au début du mois d'octobre pourrait compromettre ces modestes progrès, surtout si elle fait flamber la situation régionale et dégénère en un conflit plus large.

Plusieurs milices soutenues par l'Iran au Moyen-Orient ont menacé d'attaquer les intérêts américains dans la région si Washington s'impliquait ouvertement dans la guerre terrestre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza. Ces milices ont déjà attaqué des bases américaines en Irak et en Syrie à l'aide de roquettes et de drones au cours des derniers jours.

Dans une analyse pour le Centre arabe de Washington, Rend al-Rahim, ancienne ambassadrice irakienne aux États-Unis, écrit: «En l'espace d'un peu plus de deux semaines, la guerre d'Israël contre Gaza a bouleversé l'équilibre minutieux des relations extérieures de l'Irak et les efforts déployés par le Premier ministre irakien, Mohammed Shia al-Sudani, depuis un an pour maintenir la stabilité dans le pays.»

Les États-Unis ont ordonné le départ d'Irak de leur personnel «non urgent» et ont déconseillé aux Américains de se rendre dans le pays en raison de la menace élevée. Le Royaume-Uni a également retiré temporairement le personnel de son ambassade à Bagdad et déconseillé aux Britanniques de se rendre en Irak, à l'exception des voyages strictement essentiels au Kurdistan irakien.

Des F/A-18 Super Hornets de la Marine américaine, rattachés au Carrier Air Wing (CVW) 8, se préparent à des opérations de vol sur le pont d'envol du plus grand porte-avions du monde, l'USS Gerald R. Ford (CVN) 78, à l'est de la mer Méditerranée, le 13 octobre 2023 (Photo, AFP).

Environ 2 500 soldats américains sont actuellement stationnés en Irak avec l'autorisation de Bagdad. Ils conseillent et forment les forces irakiennes et kurdes dans la lutte qu'elles mènent contre Daech. Neuf cents autres sont déployés dans le nord-est de la Syrie, en partenariat avec les forces locales dirigées par les Kurdes dans leur propre lutte contre les vestiges du groupe extrémiste.

Depuis le 17 octobre, les troupes américaines ont été la cible d'attaques de roquettes et de drones sur la base aérienne d'Ain al-Asad, dans l'ouest de l'Irak, sur l'aérodrome de Harir, dans le Kurdistan irakien, et sur la garnison d'Al-Tanf, dans le sud de la Syrie. Vingt-et-un membres du personnel américain ont subi des «blessures mineures», mais ont pu reprendre rapidement leurs fonctions, tandis qu'un contractant civil est décédé des suites d'un incident cardiaque survenu lors de l'une de ces attaques.

Jeudi, les États-Unis ont lancé des «frappes d'autodéfense de précision» contre deux installations dans l'est de la Syrie utilisées par le puissant Corps des gardiens de la révolution islamique de l'Iran et ses alliés locaux. Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a décrit ces frappes comme une réponse à «une série d'attaques en cours et pour la plupart infructueuses contre le personnel américain en Irak et en Syrie par des milices soutenues par l'Iran».

Ces groupes, dont le Kataib Hezbollah, Asaib Ahl al-Haq et d'autres, ont menacé d'intensifier leurs attaques si Israël lançait une guerre terrestre d'envergure contre le Hamas à Gaza, augmentant ainsi le risque que les troupes américaines soient gravement blessées, voire tuées, et la possibilité d'une riposte plus vigoureuse de la part de l'armée américaine. Une telle escalade pourrait potentiellement déclencher une conflagration incontrôlable qui pourrait replonger l'Irak dans le chaos et la guerre.

M. Al-Sudani a condamné les récentes attaques contre les troupes américaines en Irak, les qualifiant d'«inacceptables», et a ordonné aux forces de sécurité de l'État d'en poursuivre les auteurs.

Un jeune Irakien porte une photo du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, lors d'une manifestation de soutien au peuple palestinien à Bagdad, le 20 octobre 2023 (Photo, AFP).

De nombreuses milices soutenues par l'Iran en Irak font partie des forces paramilitaires de mobilisation populaire sanctionnées par l'État, dont certains dirigeants sont membres du gouvernement Al-Sudani. Malgré cela, M. Al-Sudani n'a peu ou pas de contrôle sur ces groupes armés.

«Des rapports indiquent qu'il (Al-Sudani) a averti les groupes pro-Iran que s'ils s'impliquaient directement à Gaza, les États-Unis et Israël riposteraient contre eux en Irak», a déclaré Joel Wing, auteur du blog Musings on Iraq, à Arab News. «À part cela, il ne peut les contraindre.»

En effet, peu après le début de la guerre entre Israël et le Hamas, l'homme politique irakien Hadi al-Amiri, chef de l'organisation Badr, liée à l'Iran, qui constitue une grande partie des unités de mobilisation populaire, a déclaré: «S'ils (les États-Unis) interviennent, nous interviendrons [...] nous considérerons toutes les cibles américaines comme légitimes.»

Les forces irakiennes et les unités de mobilisation populaire (Hached al-Chaabi) avancent vers la ville d'Al-Qaim, dans l'ouest de la province d'Anbar, à la frontière syrienne, dans leur lutte contre les dernières poches de Daech, le 1er novembre 2017 (Photo, AFP).

Ryan Bohl, analyste principal pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à la société de renseignement sur les risques RANE, pense également que le gouvernement Al-Sudani serait «largement spectateur» en cas d'escalade significative, Téhéran et Washington «menant les événements sur le terrain» plutôt que Bagdad.

«Les manœuvres diplomatiques de l'Irak resteront probablement très critiques à l'égard d'Israël et même des États-Unis à certains moments, bien qu'il ne semble pas encore qu'elles pousseront les troupes américaines à quitter le pays», a indiqué M. Bohl à Arab News.

EN CHIFFRES

42 millions: Population de l'Irak

11 millions: Population active

14,19%: Taux de chômage total

27,2%: Taux de chômage des jeunes

27%: Dette publique en pourcentage du PIB

Moqtada al-Sadr, puissante figure chiite et chef de milice qui s'est à plusieurs reprises opposé aux factions pro-iraniennes en Irak, a déjà rassemblé ses partisans en force pour condamner Israël. Les analystes pensent qu'il pourrait chercher à tirer parti de la crise actuelle pour revenir sur la scène politique et défier ses rivaux soutenus par l'Iran.

Selon M. Wing, Moqtada al-Sadr, comme d'autres dirigeants politiques en Irak, «espère exploiter»  la crise à Gaza à ses propres fins. En effet, les manifestations de rue qu'il a organisées ces derniers jours pourraient marquer le début d'une campagne en vue des élections de décembre.

M. Bohl reconnaît qu'il est probable que Moqtada al-Sadr utilisera la crise pour obtenir «un gain politique au moins marginal». Toutefois, il n'est pas certain que cette question ramènera Al-Sadr sur la scène politique, étant donné que les «facteurs qui l'ont poussé à partir» ne sont pas liés au conflit israélo-palestinien.

«D'un autre côté, en cas d'escalade régionale majeure impliquant l'Irak, Al-Sadr pourrait être l'un des hommes politiques chiites vers lesquels l'Irak se tournerait pour prendre la direction des opérations, étant donné son rôle dans la manière dont le pays aurait été entraîné dans le conflit», a relevé M. Bohl.

Des membres du mouvement musulman chiite irakien Al-Nujaba brandissent le drapeau palestinien lors d'un rassemblement à Bagdad le 8 octobre 2023, pour exprimer leur soutien à l'opération «Déluge d'Al-Aqsa» lancée la veille par les militants du Hamas contre Israël depuis la bande de Gaza (Photo, AFP).

Le risque d'un conflit plus large est considérable. M. Wing affirme que certains groupes irakiens discutent déjà de «l'escalade de leurs attaques en cours» si une guerre terrestre commence à Gaza. Il prédit qu'une telle escalade se traduirait «probablement par des tirs de roquettes et de drones sur l'ambassade américaine» à Bagdad.

«J'ai lu que les factions sont divisées sur la question de savoir s'il faut s'impliquer directement dans le conflit. Et si elles le font, ce sera avec le Hezbollah au Liban et non avec le Hamas à Gaza», a-t-il ajouté.

M. Bohl estime que si une incursion terrestre israélienne dans la bande de Gaza reste une «forte possibilité» d'entraîner une grave instabilité en Irak, «il y a d'autres facteurs à prendre en compte».

«Si ces milices s'en prennent excessivement aux États-Unis, elles pourraient déclencher une réaction régionale des États-Unis à l'égard de l'Iran et de ses mandataires, ce qui ne serait pas dans l'intérêt de l'Iran», a-t-il déclaré.

«Je m'attends à ce qu'elles se livrent à des actes de harcèlement et à des attaques ponctuelles plutôt qu'à des attaques massives destinées à faire de nombreuses victimes.»

Des Syriens brandissent des drapeaux et une pancarte représentant (de gauche à droite) le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, le président syrien, Bachar al-Assad, le chef des Houthis du Yémen, Abdelmalik al-Houthi, et le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei à Alep, le 7 mai 2021 (Photo, AFP).

Les deux experts estiment que les dernières attaques visent à démontrer la capacité de ces milices à frapper les forces américaines plutôt qu'à leur infliger des pertes.

M. Wing a résumé les attaques actuelles comme étant «complètement symboliques», expliquant que si ces milices voulaient lancer «de véritables assauts pour faire des dégâts», elles «utiliseraient des douzaines de roquettes et de drones».

«Les attaques en cours se limitent à quelques tirs de roquettes et à l'utilisation d'un ou deux drones», a-t-il déclaré. «Si elles causaient de sérieuses pertes américaines, Washington riposterait, et je ne pense pas que les factions irakiennes le souhaitent.»

Pour M. Bohl, il s'agit «d'attaques de harcèlement contre des cibles américaines destinées à gagner en légitimité politique et à signaler aux États-Unis et à Israël les risques d'une escalade de leur part».

La défense aérienne syrienne intercepte un missile israélien dans le ciel de Damas, la capitale de la Syrie, le 24 février 2020 (Photo, AFP).

En février 2021, une attaque à la roquette menée par une milice contre la base américaine de l'aéroport international d'Erbil, dans le Kurdistan irakien, a tué un contractant civil. Les États-Unis ont riposté contre les milices soutenues par l'Iran en Syrie plutôt qu'en Irak, probablement pour éviter de déstabiliser la situation en Irak par des échanges de tirs.

Il n'est pas clair si tel était l'objectif des frappes de représailles de jeudi en Syrie ou si les États-Unis envisageraient des représailles en Irak à l'avenir.

«Je pense que cela dépend entièrement de la situation, notamment du lieu de l'attaque et de la nature des victimes américaines», a déclaré M. Wing. «Plus le nombre de soldats américains tués est élevé, plus la réaction de Washington sera importante.»

«Si beaucoup d'Américains sont tués, on peut s'attendre à des frappes de représailles américaines en Syrie et en Irak. Si un ou deux soldats sont tués, les États-Unis frapperont probablement un dépôt de munitions d'une faction irakienne», a-t-il ajouté.

Un partisan irakien des unités de mobilisation populaire (Hached al-Chaabi) passe devant une affiche représentant le commandant irakien Abu Mahdi al-Muhandis (à droite) et le commandant des Gardiens de la révolution iraniens Qassem Soleimani, dans la capitale Bagdad, le 30 décembre 2020, avant le premier anniversaire de leur assassinat dans une attaque de drone américain (Photo, AFP).

M. Bohl pense également que les futures frappes de représailles américaines «resteront proportionnelles et se concentreront sur les origines des attaques» plutôt que sur une «campagne globale» visant les mandataires de l'Iran dans toute la région.

«Mais cela changerait si les États-Unis estiment que l'Iran se prépare à une escalade dans toute la région, auquel cas les États-Unis essaieraient probablement d'empêcher une telle escalade par une campagne préemptive plus rigoureuse.»

Pour ce qui est de l'avenir, Mme Al-Rahim, ancienne diplomate et analyste irakienne, a déclaré: «Ce qui est certain, c'est que le regain de force des partisans de la ligne dure en Irak se traduira par une ingérence accrue de l'Iran dans les affaires intérieures et les choix de politique étrangère du pays.»

Elle s'attend à ce que les calculs régionaux de Téhéran «déterminent l'ampleur et les modalités de la belligérance de ses alliés irakiens, entraînant une pression accrue» sur M. Al-Sudani et son gouvernement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le ministre saoudien des Affaires étrangères se rend au Pakistan pour renforcer les liens économiques

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Short Url
  • Le prince Faisal préside une délégation de haut niveau chargée de se concerter sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre
  • Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan

ISLAMABAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. Les médias locaux ont largement diffusé des images de son accueil par le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Ishaq Dar.

La visite du ministre saoudien des Affaires étrangères intervient un peu plus d’une semaine après l’entretien du prince héritier, Mohammed ben Salmane, avec le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif à La Mecque. Cette visite réaffirme l’engagement du Royaume à mettre en œuvre rapidement un programme d’investissement d’une valeur de 5 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) qui avait été discuté précédemment.

À son arrivée à la base aérienne de Nur Khan, dans la ville de garnison de Rawalpindi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, qui préside une délégation de haut niveau comprenant plusieurs ministres de premier plan, a été accueilli par les responsables pakistanais.

«Une semaine après la visite du Premier ministre, Shehbaz Sharif, en Arabie saoudite (du 6 au 8 avril), une délégation saoudienne de haut niveau se rendra au Pakistan», annonce le ministère pakistanais de l’Information dans un communiqué.

«La délégation saoudienne se concertera sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre», ajoute le communiqué, précisant que l’investissement prévu par l’Arabie saoudite dans le projet d’exploitation minière d’or et de cuivre de Reko Diq sera également discuté au cours de la visite.

Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan, dans le sud-ouest du pays. Il s’agit de l’une des plus grandes régions inexploitées en matière de cuivre et d’or au monde.

De même, Riyad souhaite investir dans l’agriculture, le commerce, l’énergie, les minéraux, les technologies de l’information, les transports et d’autres secteurs au Pakistan, selon le communiqué.

«Grâce à cette visite, la capacité d’exportation du Pakistan augmentera, des entreprises communes seront créées et de nouvelles possibilités se présenteront.»

La semaine dernière, le ministère pakistanais des Affaires étrangères a indiqué que la délégation saoudienne serait composée du ministre des Affaires étrangères, du ministre de l’Eau et de l’Agriculture, du ministre de l’Industrie et des Ressources minérales, du vice-ministre de l’Investissement, ainsi que de hauts responsables du ministère saoudien de l’Énergie.

La délégation saoudienne devrait se réunir avec le président pakistanais, le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères et d’autres ministres, ainsi qu’avec le chef de l’armée et les membres du comité supérieur du Conseil spécial de facilitation des investissements du Pakistan, créé l’année dernière pour superviser l’ensemble des financements étrangers.

 

 Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Le ministre saoudien des A.E. insiste sur l’importance de la coopération CCG-Asie centrale pour la stabilité régionale

Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan
  • L’Arabie saoudite et l’Ouzbékistan signent un accord d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a souligné aujourd’hui l’importance de la promotion des intérêts des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et des États d’Asie centrale afin que les deux régions deviennent sûres, stables et prospères, dans l’espoir d’un avenir meilleur pour tous.

Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan.

Dans son discours, il a insisté sur l’importance de continuer à renforcer la coordination et la consultation entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur la base de valeurs, d’intérêts et de liens historiques communs, notant le développement important des relations au cours des dernières années.

Le prince Faisal a évoqué le large consensus entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur l’importance de l’instauration de la paix, de la promotion des solutions négociées et du soutien de la sécurité, de la stabilité et du développement.

Il a mis l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts pour garantir les droits internationalement reconnus du peuple palestinien et pour instaurer la paix par la négociation, conformément à l’Initiative de paix arabe et aux principes du droit international.

Le ministre saoudien a par ailleurs salué les efforts actuellement déployés pour parvenir à la paix et à la stabilité dans la région, et il a insisté sur la nécessité de mettre en place un cessez-le-feu durable, de lever le blocus de la bande de Gaza et d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire et des secours.

Il a appelé à la cessation des déplacements forcés de Palestiniens et il a mis l’accent sur la nécessité pour la communauté internationle et le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre un terme définitif à l’agression d’Israël contre le peuple palestinien.

Le prince Faisal s’est ensuite entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux.

Les deux parties ont tenu des pourparlers officiels au cours desquels elles ont discuté de stratégies visant à accroître la coopération, ainsi que des opportunités de renforcer les liens bilatéraux et multilatéraux sur des questions d’intérêt commun.

Aujourd’hui également, le Conseil ministériel du CCG a tenu une réunion extraordinaire à l’ambassade du Qatar à Tachkent sur l’escalade militaire au Moyen-Orient.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, le Conseil s’est déclaré profondément préoccupé par l’escalade militaire dans la région et son impact négatif sur la sécurité et la stabilité.

Il a indiqué qu’il était crucial de freiner immédiatement l’escalade afin de maintenir la sécurité et la stabilité régionales, et il a ajouté que toutes les parties devaient régler leurs différends par la voie diplomatique, faire preuve de la plus grande retenue et épargner à la région et à ses habitants les dangers de la guerre.

Le Conseil ministériel du CCG a également appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à assumer ses responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales, en particulier au Moyen-Orient, et à empêcher l’exacerbation de la crise dans cette région, qui aura de graves conséquences si elle s’étend.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com