La justice annule la sanction d'une enseignante des Deux-Sèvres opposée au nouveau baccalauréat

Des élèves masqués arrivent pour apprendre les résultats du baccalauréat au lycée Jean-de-La-Fontaine dans le 16e arrondissement de Paris. (AFP)
Des élèves masqués arrivent pour apprendre les résultats du baccalauréat au lycée Jean-de-La-Fontaine dans le 16e arrondissement de Paris. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 24 décembre 2020

La justice annule la sanction d'une enseignante des Deux-Sèvres opposée au nouveau baccalauréat

  • Le rectorat de Poitiers avait sanctionné en novembre quatre enseignants du lycée Desfontaines de Melle pour avoir perturbé fin 2019 et début 2020 des épreuves du contrôle continu du nouveau baccalauréat provoquant leur report à plusieurs reprises
  • Les trois enseignants sont en attente de la décision du tribunal administratif

POITIERS : Le tribunal administratif de Poitiers a ordonné la réintégration dans son établissement d'une enseignante de Melle (Deux-Sèvres) sanctionnée par une mutation pour avoir perturbé des épreuves du contrôle continu du nouveau baccalauréat, a-t-on appris mercredi auprès du comité de soutien des enseignants.

Le rectorat de Poitiers avait sanctionné en novembre quatre enseignants du lycée Desfontaines de Melle pour avoir perturbé fin 2019 et début 2020 des épreuves du contrôle continu du nouveau baccalauréat provoquant leur report à plusieurs reprises.

Une professeure d'anglais avait été mutée d'office à Bressuire, à plus de 80 km de Melle. Saisi en référé, le tribunal administratif de Poitiers, «qui ne s'est pas exprimé sur le fond», a annulé la sanction , permettant à l'enseignante de regagner son lycée d'origine, selon le comité de soutien des enseignants.

Une exclusion de fonctions pendant 15 jours sans salaire pour une professeur de mathématiques, un abaissement d'échelon pour un professeur de philosophie et un blâme pour un autre professeur de mathématiques avaient également été prononcés par le rectorat.

Les trois enseignants sont en attente de la décision du tribunal administratif.

Les quatre enseignants, trois représentants et une adhérente du syndicat Sud-Education, s'étaient mobilisés contre les épreuves de contrôle continu du nouveau bac : refus de surveiller les épreuves, panne de vidéo-projecteur, formation de chaîne humaine... Ces perturbations avaient provoqué le report, à plusieurs reprises, des épreuves.

 


La crise de l'eau à Mayotte est «gravissime», selon le ministre des Outre-mer

Depuis le 4 septembre, la population mahoraise est privée d'eau deux jours sur trois (Photo de Chafion MADI / AFP).
Depuis le 4 septembre, la population mahoraise est privée d'eau deux jours sur trois (Photo de Chafion MADI / AFP).
Short Url
  • Les déficits pluviométriques sont aggravés par un manque d'infrastructures et d'investissements dans un département qui, sous pression de l'immigration clandestine venue notamment des Comores voisines, connaît une croissance démographique de 4% par an
  • Le préfet de Mayotte a intensifié les coupures d'eau ces derniers mois

PARIS: La situation est "gravissime" à Mayotte, dont la population est privée d'eau potable deux jours sur trois depuis trois semaines, a déclaré mardi le ministre délégué aux Outre-mer, à la veille d'un déplacement dans l'archipel français de l'océan Indien.

"La situation de Mayotte, vous l'avez décrite, elle est inédite, elle est gravissime, et avec le gouvernement je peux vous dire que nous sommes totalement mobilisés", a souligné Philippe Vigier en réponse à une question au gouvernement de la députée Liot de ce territoire, Estelle Youssouffa.

Le ministre doit se rendre mercredi et jeudi à Mayotte, pour sa deuxième visite en moins d'un mois dans le département le plus pauvre de France. Le 2 septembre, Philippe Vigier avait profité d'un déplacement à La Réunion pour passer quelques heures sur le territoire mahorais.

Il avait alors annoncé une aide de 35 millions d'euros pour des mesures d'urgence (distribution de bouteilles, forages, interconnexion des réseaux d'eau potable...) dans un territoire qui subit sa plus grave sécheresse depuis 1997.

Les déficits pluviométriques sont aggravés par un manque d'infrastructures et d'investissements dans un département qui, sous pression de l'immigration clandestine venue notamment des Comores voisines, connaît une croissance démographique de 4% par an.

Dans ce contexte, le préfet de Mayotte a intensifié les coupures d'eau ces derniers mois. Depuis le 4 septembre, la population mahoraise (310 000 habitants au 1er janvier 2023, selon l'Insee) est privée d'eau deux jours sur trois.

A Mamoudzou, Philippe Vigier doit présider un "comité de suivi de la ressource en eau avec tous les acteurs engagés dans cette crise", a indiqué le ministère.

Une visite du Centre hospitalier de Mayotte (CHM), qui souffre d'un sous-effectif chronique, est également prévue.


Macron en Corse pour un discours très attendu devant les élus de l'île

Le président français Emmanuel Macron arrive au Palazzo Montecitorio, qui accueille la Chambre des députés italienne, pour assister aux funérailles nationales non religieuses du défunt président italien Giorgio Napolitano à Rome le 26 septembre 2023 (Photo de Filippo MONTEFORTE / AFP).
Le président français Emmanuel Macron arrive au Palazzo Montecitorio, qui accueille la Chambre des députés italienne, pour assister aux funérailles nationales non religieuses du défunt président italien Giorgio Napolitano à Rome le 26 septembre 2023 (Photo de Filippo MONTEFORTE / AFP).
Short Url
  • Le président prononcera un discours jeudi matin devant l'Assemblée de Corse à Ajaccio à l'issue de discussions ces derniers mois entre élus corses et représentants de l'Etat
  • Emmanuel Macron assistera à des commémorations jeudi à Ajaccio et Bastia puis partira vendredi pour Malte pour un Sommet MED9 des pays du sud de l’Union européenne

PARIS: Emmanuel Macron se rendra de mercredi à vendredi en Corse où il pourrait faire des annonces sur l'autonomie de l'île et commémorera le 80e anniversaire de sa libération en 1943, a annoncé mardi l'Elysée.

Le président prononcera un discours jeudi matin devant l'Assemblée de Corse à Ajaccio à l'issue de discussions ces derniers mois entre élus corses et représentants de l'Etat "à tous les étages", de l'Elysée aux ministères, a précisé un conseiller ministériel.

Après la mort en mars 2022 du militant indépendantiste Yvan Colonna, agressé à la prison d'Arles où il purgeait une peine de perpétuité pour l'assassinat du préfet Erignac, et les manifestations violentes qui avaient suivi dans l'île, le gouvernement avait ouvert la possibilité de discussions pouvant "aller jusqu'à l'autonomie".

"Tout n'est pas encore stabilisé", "il y a encore des calages", mais le président pourrait se prononcer sur une évolution du statut de l'île si un accord est trouvé entre les élus corses, a souligné l'Elysée, notant que les "positions évoluent dans le sens d'un rapprochement acceptable".

"Nous pensons, d'après les informations que nous avons, notamment les plus récentes, qu'un accord peut être possible entre une majorité des groupes qui siègent à l'Assemblée corse pour engager des évolutions institutionnelles conformes au cadre républicain", a souligné la présidence.

Si un accord est trouvé, "le président de la République dira certainement qu'il est prêt à envisager une évolution institutionnelle conforme à ce cadre", a-t-on ajouté.

Dans un texte adopté le 5 juillet, les nationalistes, qui contrôlent l'Assemblée, ont réclamé la "reconnaissance juridique du peuple corse", "un statut de co-officialité de la langue corse" et la reconnaissance du "lien entre le peuple corse et sa terre" via "un statut de résident".

Pour l'Elysée, la co-officialité de la langue n'est pas recevable, ce "qui n'exclut pas qu'on fasse un effort en matière de bilinguisme". Le statut de résident constitue également "une ligne rouge" car il reviendrait à "créer deux catégories de citoyens dans la République", de même que la "volonté de prioriser l'emploi pour les habitants de l'île".

Durant son déplacement, qui le conduira aussi à Bastia, le président honorera la "mémoire des Corses résistants" à l'occasion du 80e anniversaire de la libération de l'île. La Corse a été le premier territoire français libéré, le 4 octobre 1943, grâce à une insurrection populaire, puis l'aide des troupes françaises d'Afrique.

Emmanuel Macron assistera à des commémorations jeudi à Ajaccio et Bastia puis partira vendredi pour Malte pour un Sommet MED9 des pays du sud de l’Union européenne.


Emmanuel Macron a rencontré Giorgia Meloni à Rome

Le président français Emmanuel Macron arrive avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni avant une réunion au Palazzo Chigi à Rome le 26 septembre 2023 (Photo de Filippo MONTEFORTE / AFP).
Le président français Emmanuel Macron arrive avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni avant une réunion au Palazzo Chigi à Rome le 26 septembre 2023 (Photo de Filippo MONTEFORTE / AFP).
Short Url
  • Le chef de l'Etat, qui avait reçu Mme Meloni en juin à Paris, a effectué un court déplacement dans la capitale italienne pour participer aux obsèques de l'ancien président Giorgio Napolitano
  • M. Macron et Mme Meloni ont récemment multiplié les déclarations d'apaisement et de volonté d'agir de concert pour gérer les flux de migrants

ROME: Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu mardi à Rome avec la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni, en plein débat européen sur le dossier migratoire.

Le chef de l'Etat, qui avait reçu Mme Meloni en juin à Paris, a effectué un court déplacement dans la capitale italienne pour participer aux obsèques de l'ancien président Giorgio Napolitano.

M. Macron et la dirigeante d'extrême droite sont arrivés ensemble à pied vers 13H30 (11H30 GMT) au Palazzo Chigi, siège de la présidence du conseil, a constaté un photographe de l'AFP. Ils ont échangé en tête-à-tête pendant une heure environ, sans faire de déclarations à l'issue de l'entrevue.

Leur entretien, "long et cordial", a permis d'aborder "les principales questions internationales, avec une attention particulière à la gestion du phénomène migratoire et aux priorités économiques européennes", ont indiqué les services de Mme Meloni dans un communiqué.

Ils se reverront vendredi à Malte à l'occasion du 10ème sommet des pays du sud de l'Union européenne avant une réunion informelle du Conseil européen le 4 octobre à Grenade (Espagne).

M. Macron et Mme Meloni ont récemment multiplié les déclarations d'apaisement et de volonté d'agir de concert pour gérer les flux de migrants après l'arrivée en quelques jours mi-septembre de milliers de personnes sur la petite île italienne de Lampedusa, située à 150 km des côtes tunisiennes en Méditerranée.

"On ne peut pas laisser les Italiens seuls", a estimé Emmanuel Macron dimanche soir à la télévision. Une main tendue que Mme Meloni a immédiatement dit "accueillir avec beaucoup d'intérêt".

Le nombre des arrivants en Italie sur des bateaux en provenance d'Afrique du Nord a augmenté, avec plus de 133 000 migrants enregistrés jusqu'à présent cette année, contre près de 70 000 pour la même période de 2022.

Les chiffres n'ont toutefois pas encore dépassé ceux de 2016, lorsque plus de 181 000 personnes, dont beaucoup de Syriens qui fuyaient la guerre, étaient parvenues en Italie.

Les relations entre Paris et Rome s'étaient crispées en novembre 2022, lorsque l'Italie avait refusé d'accueillir le navire humanitaire Ocean Viking et les 230 migrants à son bord, poussant Paris à le laisser accoster à Toulon, tout en dénonçant le comportement "inacceptable" de Rome.

Mme Meloni, à la tête du parti post-fasciste Fratelli d'Italia, reproche aux autres Etats européens de ne pas prendre leur part dans l'accueil des migrants, alors que l'Italie est en première ligne.

A l'invitation de la dirigeante italienne, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est rendue à Lampedusa et a présenté un plan d'aide d'urgence en dix points consistant à renforcer les contrôles en mer, à lutter contre les passeurs et à accélérer les procédures d'examen des demandes d'asile.

A Rome, Emmanuel Macron a assisté aux funérailles civiles de l'ancien président italien (2006-2015) Giorgio Napolitano, dirigeant historique du Parti communiste et promoteur de la construction européenne, décédé vendredi à l'âge de 98 ans.