Algérie: une bourse de partenariat pour les investissements locaux et étrangers

La direction de l’AAPI ambitionne, avec la promulgation de la loi sur le foncier économique, d’atteindre 10 000 projets en 2024. (Photo fournie)
La direction de l’AAPI ambitionne, avec la promulgation de la loi sur le foncier économique, d’atteindre 10 000 projets en 2024. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 02 novembre 2023

Algérie: une bourse de partenariat pour les investissements locaux et étrangers

  • «Ce projet ambitieux consiste en un mécanisme par lequel les investisseurs, qu’ils soient nationaux ou étrangers, annoncent leurs intentions de partenariat et l’agence servira d’intermédiaire pour faciliter la concrétisation des projets proposés»
  • La direction de l’AAPI ambitionne, avec la promulgation de la loi sur le foncier économique, d’atteindre 10 000 projets en 2024

PARIS: L'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI) s'apprête à inaugurer la bourse de partenariat via sa plate-forme numérique pour faciliter les contacts entre les investisseurs algériens et étrangers, une initiative qui leur permettra de réaliser des projets communs.

«Ce projet ambitieux consiste en un mécanisme par lequel les investisseurs, qu’ils soient nationaux ou étrangers, annoncent leurs intentions de partenariat et l’agence servira d’intermédiaire pour faciliter la concrétisation des projets proposés», indique Omar Rekkache, directeur général de l’AAPI. «Cette bourse de partenariat a pour objectif de créer une dynamique dans le secteur des investissements et elle fera la promotion des expériences réussies conclues par le biais de la plate-forme.»

M. Rekkache précise que la mise en œuvre de cette initiative permettra «l’interopérabilité des systèmes d’information avec les services des douanes et de la direction générale des impôts» et elle servira à «l’identification, en temps réel, des projets qui commencent à bénéficier des avantages, ainsi que leur taux d’avancement et le nombre réel d’emplois créés».

img 1
Omar Rekkache, DG de L'AAPI. (Photo fournie)

Démarches d’investissement 

Dans un entretien accordé à Arab News en français sur la question de l’apport du numérique dans la facilitation des démarches entre investisseurs, Nazim Sini, professeur d’économie à l’université d’Aix-en-Provence, spécialiste des questions du numérique, explique que «les services de l’État et l’ensemble des administrations entament leurs mues technologiques en adoptant des processus numérisés afin de faciliter les démarches d’investissement».

Selon M. Sini, «l’exemple de l’AAPI est le plus parlant puisque cette institution a décidé de s’engager dans une démarche de digitalisation facilitant la prise d’information, mais aussi des procédures en lien avec l’acte d’investir. Cela peut paraître assez banal, mais en Algérie, c’est une véritable révolution, car cette plate-forme va tout simplement créer du lien là où il n’y en avait pas. C’est surtout un outil qui permet de rapprocher les communautés d’affaires nationales et étrangères.»

img 1
Nazim Sini, enseignant agrégé d’économie à l’université d’Aix-en-Provence et spécialiste du numérique. (Photo fournie)

L’AAPI a enregistré 3 120 projets d’investissement pour une valeur financière de plus de 1 700 milliards de dinars (1 dinar algérien = 0,0069 euro) entre novembre 2022 et juillet 2023, dont 3 000 sont des investissements locaux représentant une valeur de 896 milliards de dinars, lesquels pourraient permettre la création de plus de 70 000 emplois. Selon la direction, les projets finalisés concernent 17 investissements destinés à des mégaprojets, 41 projets de partenariat entre locaux et étrangers et 25 projets d’investisseurs étrangers. L’AAPI indique que 66 projets sont en cours d’études, dont 41 en partenariat locaux-étrangers et 25 investissements directs étrangers.

10 000 projets en 2024

La direction de l’AAPI ambitionne, avec la promulgation de la loi sur le foncier économique, d’atteindre 10 000 projets en 2024. Omar Rekkache précise que la Chine et la Turquie arrivent en tête en matière d’investissement dans le pays avec respectivement 25 et 11 projets validés et il affirme que près de 100 sociétés étrangères ont manifesté leur volonté d’investir en Algérie, dont des multinationales. Quant aux secteurs d’activités visés, l’industrie vient en pole position avec 51% du total des projets, suivie par le secteur du bâtiment, travaux publics et l’hydraulique, avec 1 595 projets; les transports (455); l’agriculture (198); les services (192); le tourisme (124), et enfin, la santé (94).

Interrogé sur la question de l’apport de la plate-forme pour faire fructifier les investissements, Nazim Sini explique que «l’un des avantages de cette dernière consiste à identifier et à cartographier les besoins en matière de coopération commerciale entre deux entreprises. On a souvent reproché à l’Algérie de manquer de lisibilité dans ses dispositifs réglementaires, mais avec cette plate-forme, on aura accès à tout type d’information en temps réel», souligne-t-il. «Il est primordial de se doter de ce type de plate-forme afin d’être en phase avec les attentes des investisseurs qui recherchent une information fiable, une actualisation de celle-ci, mais aussi une passerelle à même de la connecter avec des partenaires potentiels. Il reste encore beaucoup de choses à accomplir, mais le pays est sur la bonne voie», conclut-il.

 


L'Algérie justifie le refoulement d'un journaliste par l'hostilité de Jeune Afrique

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Short Url
  • Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc
  • Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France

ALGER: L’Algérie met en cause les "positions hostiles" de l'hebdomadaire Jeune Afrique afin de justifier le refoulement d'un de ses journalistes à son arrivée à l'aéroport d'Alger, selon les déclarations du ministre algérien de la Communication Mohamed Laagab.

"Farid Alilat est un citoyen algérien, mais en même temps il est journaliste dans un magazine indésirable, et lorsque ce média profite de sa nationalité algérienne et s'immisce de manière sournoise dans l'exercice du travail journalistique, cela est inacceptable", a déclaré jeudi le ministre algérien.

M. Laagab a assuré que "séparer les deux est difficile, mais en tant qu'algérien, il est le bienvenu. Il exerce un travail journalistique pour son média, qui a choisit de prendre des positions hostiles à l'Algérie et ceci est intolérable".

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc, le rival régional de l'Algérie.

"La question ne le concerne pas en tant que citoyen algérien, mais plutôt le magazine Jeune Afrique où il exerce, qui a adopté des positions éditoriales hostiles à l'égard de l'Algérie. Ce média publie tantôt des informations incorrectes tantôt des informations exagérées", a affirmé le ministre.

Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France.

Farid Alilat, établi depuis 2004 en France où il dispose d'une carte de séjour, se rendait pourtant régulièrement en Algérie.

Selon lui, les policiers l'ont interrogé notamment sur ses écrits, sur la ligne éditoriale de son journal, sur l'objet de son voyage, et sur les opposants algériens à l'étranger et ont fouillé ses deux téléphones et son ordinateur.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a condamné, dans un message sur X, une "expulsion sans justification" et dénoncé "une entrave inacceptable à la liberté de la presse".


Syrie: 20 combattants pro-gouvernement tués dans deux attaques de l'EI

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas
  • "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal"

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas, a annoncé jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs", selon cette ONG basée en Grande-Bretagne et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie. "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal", a ajouté l'OSDH.


L'Autorité palestinienne fustige le veto américain à l'ONU

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
Short Url
  • Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU
  • Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre".

"Cette politique américaine agressive envers la Palestine, son peuple et ses droits légitimes représente une agression flagrante contre le droit international et un encouragement à la poursuite de la guerre génocidaire contre notre peuple (...) qui poussent encore davantage la région au bord du gouffre", a déclaré le bureau de M. Abbas dans un communiqué.

Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU, ont ajouté les services de M. Abbas en remerciant les Etats ayant voté en faveur de l'adhésion pleine et entière des Palestiniens à l'ONU.

"Le monde est uni derrière les valeurs de vérité, de justice, de liberté et de paix que représente la cause palestinienne", a fait valoir l'Autorité palestinienne, qui siège à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions.