Le Hamas n'acceptera pas un «gouvernement de Vichy» à Gaza, selon un responsable

Une voiture passe devant une affiche géante représentant le Hamas intitulée «Opération Al-Aqsa» dans la capitale libanaise Beyrouth, le 2 novembre 2023 (Photo de JOSEPH EID / AFP).
Une voiture passe devant une affiche géante représentant le Hamas intitulée «Opération Al-Aqsa» dans la capitale libanaise Beyrouth, le 2 novembre 2023 (Photo de JOSEPH EID / AFP).
Short Url
Publié le Lundi 06 novembre 2023

Le Hamas n'acceptera pas un «gouvernement de Vichy» à Gaza, selon un responsable

  • Israël a annoncé que le but de sa guerre en cours à Gaza était d'«anéantir le Hamas»
  • «A ceux qui pensent que le Hamas va disparaître, le Hamas restera ancré dans la conscience (...) de notre peuple, et aucune force sur terre ne pourra l'anéantir ou le marginaliser», a déclaré le chef du mouvement au Liban

BEYROUTH: Un dirigeant du Hamas au Liban a affirmé lundi que le mouvement islamiste palestinien resterait à Gaza et n'accepterait pas "un gouvernement de Vichy" dans ce territoire qu'il contrôle.

Israël a annoncé que le but de sa guerre en cours à Gaza était d'"anéantir le Hamas", en riposte aux attaques du 7 octobre du mouvement islamiste sur son sol ayant fait au moins 1 400 morts, en majorité des civils, selon les autorités. Les bombardements israéliens menés en représailles ont fait plus de 10 000 morts dans la bande de Gaza, essentiellement des civils, selon le Hamas.

"A ceux qui pensent que le Hamas va disparaître, le Hamas restera ancré dans la conscience (...) de notre peuple, et aucune force sur terre ne pourra l'anéantir ou le marginaliser", a déclaré lors d'une conférence de presse le chef du mouvement au Liban, Oussama Hamdane.

"Notre peuple ne permettra pas aux Etats-Unis d'imposer ses plans visant à créer une administration qui lui convienne et qui convienne à l'occupation (Israël, ndlr), et notre peuple n'acceptera pas un nouveau gouvernement de Vichy", a-t-il ajouté, en référence au régime collaborationniste français sous l'occupation nazie, lors de la Seconde Guerre mondiale.

Mardi au Congrès, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken avait affirmé que l'Autorité palestinienne devrait reprendre "à un moment donné" le contrôle de la bande de Gaza au Hamas, et que de tierces parties internationales pourraient peut-être jouer un rôle lors d'une période intérimaire.

"La bande de Gaza est partie intégrante de l'Etat de Palestine", a affirmé dimanche le président palestinien Mahmoud Abbas, dont l'Autorité a été délogée de Gaza par le Hamas en 2007.

"Nous prendrons nos responsabilités entières dans le cadre d'une solution politique globale pour la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza", a-il ajouté en recevant M. Blinken à Ramallah, où siège son Autorité qui ne gouverne qu'en Cisjordanie, occupée par Israël depuis 1967.

Les dernières élections législatives palestiniennes remontent à 2006 et elles avaient été remportées par le Hamas. Empêché d'exercer un réel pouvoir malgré cette victoire, le mouvement islamiste a pris le contrôle de la bande de Gaza par la force l'année suivante en mettant en déroute les services de sécurité de l'Autorité palestinienne.

Avant cela, le petit territoire a été occupé par Israël en 1967 jusqu'à son retrait unilatéral en 2005.


Sanctions américano-britanniques après les dernières attaques houthies

Le vraquier battant pavillon grec Sea Champion est amarré au port d'Aden, au Yémen, où il est arrivé après avoir été attaqué dans la mer Rouge dans ce qui semble avoir été une frappe de missile erronée par la milice Houthi, le 21 février 2024 (Photo, Reuters).
Le vraquier battant pavillon grec Sea Champion est amarré au port d'Aden, au Yémen, où il est arrivé après avoir été attaqué dans la mer Rouge dans ce qui semble avoir été une frappe de missile erronée par la milice Houthi, le 21 février 2024 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le Trésor américain accuse les Houthis de vendre des matières premières iraniennes à des acteurs étrangers pour financer les opérations militaires
  • Un responsable houthi, Ibrahim al-Nashiri, est aussi visé par les sanctions

WASHINGTON: Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont annoncé mardi sanctionner un commandant du Corps des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, ainsi qu'un responsable houthi, après les récentes attaques aériennes contre le commerce maritime international.

Etant donné que les Houthis "menacent constamment la sécurité d'un commerce maritime international pacifique, les Etats-Unis et le Royaume-Uni continueront à agir contre les voies de financement qui permettent ces actions déstabilisatrices", a justifié le sous-secrétaire américain au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, cité dans le communiqué.

Est notamment ciblé par ces sanctions Mohammad Reza Falahzadeh, l'actuel commandant-adjoint de la Force Qods, la branche des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution iraniens.

Sanctions 

Le Trésor américain accuse les Houthis et la Force Qods, une unité d'élite, de vendre des matières premières iraniennes à des acteurs étrangers pour financer les opérations militaires des Houthis.

Un responsable houthi, Ibrahim al-Nashiri, est aussi visé par les sanctions.

Les Houthis, qui contrôlent de vastes régions du Yémen, mènent depuis novembre des attaques contre des navires dans la région de la mer Rouge et du Golfe d'Aden. Ils affirment agir en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza, où Israël mène une guerre sanglante contre le Hamas en représailles à l'attaque sans précédent du 7 octobre sur le sol israélien.

Londres et Washington ont en réponse mené plusieurs raids aériens conjoints contre des cibles houthies au Yémen, depuis le 11 janvier.


Campus France organise le deuxième salon universitaire Choose France à Riyad et Djeddah

Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Short Url
  • Le salon Choose France permet aux futurs étudiants de rencontrer des représentants de Campus France et de poser des questions sur les programmes universitaires
  • Le salon réunit une douzaine d’établissements français d’excellence, et est organisé à Djeddah et à Riyad du 25 au 27 février

RIYAD: Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah.

Cet événement est l’unique occasion pour les jeunes Saoudiens et Saoudiennes, ainsi que les partenaires saoudiens, de rencontrer des représentants de 12 prestigieux établissements d'enseignement supérieur français, notamment trois universités publiques, deux écoles d’ingénieurs, quatre établissements d’enseignement supérieur spécialisés, Media School International, ainsi que deux centres de langue française. 

 


Le prince héritier saoudien reçoit le président ukrainien à Riyad

 le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad. (SPA)
le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad. (SPA)
M. Zelensky a été reçu au Royal Lounge de l’aéroport international du roi Khaled par le prince Mohammed ben Abdelaziz, vice-gouverneur de la région de Riyad. (SPA)
M. Zelensky a été reçu au Royal Lounge de l’aéroport international du roi Khaled par le prince Mohammed ben Abdelaziz, vice-gouverneur de la région de Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le président a déclaré qu’il se trouvait au Royaume pour poursuivre son «dialogue régulier avec le prince héritier Mohammed ben Salmane.»
  • M. Zelensky a annoncé sur la plate-forme X qu’il discuterait des prisonniers de guerre et des déportés avec le prince héritier

RIYAD: Mardi, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad.

Le président a déclaré qu’il se trouvait dans le Royaume pour poursuivre son «dialogue régulier avec le prince héritier Mohammed ben Salmane».

M. Zelensky a annoncé sur la plate-forme X qu’il discuterait des prisonniers de guerre et des déportés avec le prince héritier.

«Les dirigeants du Royaume ont déjà contribué à la libération de notre peuple. Je suis convaincu que cette réunion portera également ses fruits», écrit-il.

Le président a ajouté qu’il discuterait «des domaines prometteurs de la coopération économique et de la participation de l’Arabie saoudite à la reconstruction de l’Ukraine».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com