Au salon du «made in France», comment les producteurs textiles réduisent leurs prix

Des entreprises du textile présentes au salon se sont attelées à diminuer leurs coûts de production pour rester concurrentielles, après un an et demi d'une folle inflation mondiale qui a bouleversé les habitudes des consommateurs (Photo d'illustration, AFP).
Des entreprises du textile présentes au salon se sont attelées à diminuer leurs coûts de production pour rester concurrentielles, après un an et demi d'une folle inflation mondiale qui a bouleversé les habitudes des consommateurs (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 10 novembre 2023

Au salon du «made in France», comment les producteurs textiles réduisent leurs prix

  • Christèle Merter, présidente de la marque La Gentle Factory, explique sa solution pour baisser le coût de revient de ses vêtements
  • Au salon du «Made in France» MIF Expo, qui a débuté jeudi à Paris, cette cheffe d'entreprise met en avant des jeans à 75 euros et des T-shirts à 25 euros

PARIS: "On a pris des fils légèrement plus gros, une maille plus grosse, et on a simplifié la confection sans dégrader la qualité": Christèle Merter, présidente de la marque La Gentle Factory, explique sa solution pour baisser le coût de revient de ses vêtements, et donc ses prix.

Au salon du "Made in France" MIF Expo, qui a débuté jeudi à Paris, cette cheffe d'entreprise met en avant des jeans à 75 euros et des T-shirts à 25 euros, moins que les prix habituels qui dépassent 120 euros pour les jeans. Ces nouveaux articles "permettent, en partie, de compenser la baisse du chiffre d’affaires" de sa société par une "baisse du prix de revient global", précise-t-elle.

Comme elle, d'autres entreprises du textile présentes au salon se sont attelées à diminuer leurs coûts de production pour rester concurrentielles, après un an et demi d'une folle inflation mondiale qui a bouleversé les habitudes des consommateurs.

A l'image de la start-up Le Slip français qui a réduit de moitié le prix de ses chaussettes et sous-vêtements.

Sa recette? Miser sur la "précommande" de gros volumes en pensant "le coût de la logistique, du packaging et du conditionnement" de manière à être le "plus performant économiquement", indique à l'AFP Guillaume Gibault, son fondateur. Résultat: "Notre prix de 40 euros le sous-vêtement en temps normal est passé à 20 euros et nous avons écoulé en trois semaines les 50.000 pièces", détaille-t-il.

Malgré ce "succès immédiat" et "l'engouement des gens", l'entrepreneur, qui a lancé mercredi une pétition pour "la mise en place d’un cadre économique en faveur des entreprises fabriquant en France", déplore le fait que "tout le monde ne peut pas encore se permettre" d'acheter du "Made in France".

TVA réduite?

Pour Johanna, visiteuse du salon âgée de 36 ans, le prix "repousse et limite les achats" de produits entièrement fabriqués en France, qu'elle réserve pour sa part "aux cadeaux ou objets originaux".

"Je ne peux pas mettre 50 euros dans une paire de chaussettes, mais je suis prêt à mettre un peu plus pour avoir de la qualité et pour aider les sociétés françaises qui ont du mal à rivaliser avec les productions étrangères", raconte de son côté Didier, enseignant retraité de 63 ans, tout en inspectant les articles de la société Missegle.

Cette société de 50 employés, basée dans le Tarn, propose par exemple des chaussettes entre 17 et 33 euros la paire, confectionnées à partir de fibres naturelles (dont le duvet de yack).

Pour limiter les coûts, l'entreprise "récupère les chutes de production" pour "refaire du fil avec", "réduit au maximum les intermédiaires" avec de la "vente directe auprès du consommateur sur internet ou par catalogue", fait "appel à un teinturier situé à 20 kilomètres" ou encore "produit 60%" de sa propre électricité à partir de "panneaux solaires", énumère Marie Rueda, directrice de la communication.

Quelques stands plus loin, la marque Archiduchesse, malgré tout contrainte "d'augmenter les prix" de ses articles, vend ses chaussettes entièrement fabriquées à Limoges entre 11 et 13 euros la paire.

Chez elle, l'augmentation a été limitée par une "meilleure gestion des stocks", "des partenaires historiques" et de la "vente sur internet uniquement", explique la directrice opérationnelle de l'entreprise, Marie Gombero.

En dehors de ces initiatives, la présidente de La Gentle Factory estime que "si le gouvernement veut soutenir la fabrication française, il y a tout intérêt à ce que nous vendions sur une TVA réduite".

Un double avantage, selon elle, qui, "pourrait permettre de réduire le prix d’achat pour les clients, sans que nous n’ayons besoin de rogner nos marges".


L'Arabie saoudite devrait être en tête des introductions en bourse dans la région Mena

Selon l'analyse, l'activité des introductions en bourse en 2024 dépendra en grande partie de la stabilité économique mondiale et d'un historique positif des récentes performances post-introduction en bourse (Photo, AN).
Selon l'analyse, l'activité des introductions en bourse en 2024 dépendra en grande partie de la stabilité économique mondiale et d'un historique positif des récentes performances post-introduction en bourse (Photo, AN).
Short Url
  • Selon le rapport, la privatisation des entités soutenues par le gouvernement entraîne une plus grande diversification économique
  • Le Centre financier international de Dubaï souligne que le marché de la dette dans la région Mena suivra la tendance mondiale et croîtra à un rythme négligeable cette année

RIYAD: L'Arabie saoudite mènera les introductions en bourse dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (Mena) en 2024, avec 27 entreprises visant à s’introduire sur le marché principal du Royaume, selon une analyse.

Dans son dernier rapport, le Centre financier international de Dubaï (CFID), en association avec le London Stock Exchange Group, indique que le portefeuille des introductions en bourse dans la région Mena semble prometteur cette année, car plusieurs entreprises ont reporté leurs cotations de 2023 au début et à la mi-2024 dans l'attente de conditions de marché plus favorables.

«Les transactions seront principalement menées par l'Arabie saoudite, où 27 sociétés ont exprimé leur intention de s'inscrire à la Bourse saoudienne (Tadawul), en plus des émissions de suivi attendues d'Aramco et de Savola», déclare le CFID.

«Entre-temps, le portefeuille des introductions en bourse aux Émirats arabes unis (EAU) comprend des cotations de Parkin, Lulu Group et Tabby», ajoute-t-il.

Selon le rapport, la privatisation des entités soutenues par le gouvernement entraîne une plus grande diversification économique, le développement du secteur privé et la création de liquidités souveraines dans la région Mena.

«Portés par la hausse des introductions en bourse, les marchés des capitaux de la région Menaont connu une croissance significative, avec des réformes dédiées à l'amélioration de l'infrastructure du marché, attirant des flux d'investissements étrangers encore plus importants», précise Arif Amiri, PDG de l'Autorité du CFID.

Dans ce rapport, Nadim Najjar, directeur général pour l'Europe centrale, orientale, le Moyen-Orient et l'Afrique chez LSEG, souligne que le marché des introductions en bourse de la région Mena a connu une forte hausse en 2022, sous l'impulsion des programmes de privatisation aux EAU et en Arabie saoudite, dans un contexte de difficultés du marché.

«La tendance croissante des entreprises publiques et privées à chercher à s'introduire en bourse incite les banques d'investissement mondiales à élargir leurs services de conseil et de souscription dans l'émirat. Ces perspectives d'investissement émergentes attirent par conséquent une vague de capitaux privés, accompagnés de gestionnaires de patrimoine et d'actifs chargés de superviser ces investissements», déclare M. Najjar.

Selon l'analyse, les introductions en bourse en 2024 dépendront largement de la stabilité économique mondiale et d'un bilan positif des récentes performances postintroduction en bourse.

Le rapport ajoute que l'amélioration des conditions économiques renforcerait l'optimisme quant à une reprise du marché en 2024, tandis que d'autres variables telles que les taux d'intérêt et la volatilité du marché auront une plus grande influence sur le sentiment du marché plus tard dans l'année.

Le CFID souligne également que le marché de la dette dans la région Mena suivra la tendance mondiale et croîtra à un rythme négligeable cette année, car les taux d'intérêt et les coûts de refinancement restent élevés.

«Les taux d'intérêt seront le principal déterminant de la croissance des émissions de dette en 2024, avec les principales banques centrales approchant de la fin de leurs cycles de hausse des taux. Cependant, les taux d'intérêt devraient rester élevés plus longtemps que prévu par les marchés, maintenant une pression sur les marchés tout au long de l'année», déclare le CFID.

Selon l'étude, les gouvernements continueront à stimuler les émissions dans la région pour combler les déficits budgétaires attendus en raison de la baisse des prix du pétrole, refinancer les dettes arrivant à échéance et financer les grands projets de développement.

On s’attend toutefois à ce que les émissions de dette des entreprises connaissent un ralentissement en raison du maintien des coûts d'emprunt élevés.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Accord entre une co-entreprise de TotalEnergies et la Tunisie pour un méga-projet de fabrication d'hydrogène

L'eau nécessaire à l'électrolyse viendra, elle, du dessalement d'eau de mer (Photo, AFP).
L'eau nécessaire à l'électrolyse viendra, elle, du dessalement d'eau de mer (Photo, AFP).
Short Url
  • Le transport par pipeline est moins coûteux que la double transformation en ammoniac qu'exigerait un acheminement par bateaux
  • Mais le responsable n'a pas caché les nombreux défis à relever

PARIS: TE H2, co-entreprise des groupes TotalEnergies et Eren, et l'électricien autrichien Verbund ont annoncé mardi la signature d'un protocole d’accord avec la Tunisie en vue d'édifier un grand complexe de production et exportation d'hydrogène vert dans le sud du pays.

Baptisé "H2 Notos", ce projet, qui en est à son tout début, vise à produire de l'hydrogène par électrolyse, à base d'électricité solaire et éolienne, pour l'exporter par pipeline vers l'Europe.

Durant sa phase initiale, vers 2030, ce projet, qui se chiffre en "nombreux milliards de dollars", vise 200.000 tonnes d’hydrogène par an, produites à partir de 3 GW de capacités électriques, a indiqué David Corchia, le directeur général de TE H2. Il ambitionne ensuite d'atteindre "1 million de tonnes par an".

L'hydrogène serait acheminé par pipeline construit spécialement jusqu'à la côte nord tunisienne, avant de passer par un gazoduc marin transportant aujourd'hui du gaz, puis par le futur pipeline "SoutH2 corridor" prévu d'ici 2030 et remontant vers l'Europe par l'Italie, a expliqué M. Corchia à des journalistes.

Le transport par pipeline est moins coûteux que la double transformation en ammoniac qu'exigerait un acheminement par bateaux, a-t-il ajouté.

Mais le responsable n'a pas caché les nombreux défis à relever.

"Nous entrons à présent dans une phase de travaux techniques importants destinées à évaluer la faisabilité du projet. Il nous faudra pour cela continuer d’approfondir la collaboration constructive et fructueuse que nous avons déjà avec les autorités tunisiennes nationales et locales", a-t-il dit. C'est "un projet prometteur (mais) il y a encore beaucoup de travail pour sécuriser les terrains, sur l’impact environnemental de éoliennes, les possibilités de construction" du pipeline...

Electrolyse

L'eau nécessaire à l'électrolyse viendra, elle, du dessalement d'eau de mer, a-t-il précisé.

Pour la Tunisie, "l’accord conclu avec TE H2 et Verbund marque une étape importante dans notre démarche pour une énergie propre et durable", a déclaré Fatma Thabet Chiboub, la ministre de l’Énergie, citée dans le communiqué.

De nombreux acteurs industriels dans le monde tentent de se positionner dans la course à l'hydrogène vert, vu comme le moyen de décarboner l'industrie et les transports lourds, mais se heurtent encore à des problèmes de coûts et de complexité technique.

Outre le projet tunisien, TE H2 développe des projets sur d'autres grands sites à fort gisement solaire et éolien, au Maroc, en Mauritanie, Egypte mais aussi Finlande ou Australie, l'objectif étant de pouvoir exporter.

Son plus avancé se trouve à la pointe sud du Chili, où l'entreprise a sécurisé auprès d'un propriétaire privé près de 120.000 hectares, pour installer 8 à 10 GW d'éolien. L'endroit "nous sert aussi de laboratoire sur les aspects technologiques et coûts", a indiqué M. Corchia, qui appelle l'UE à "penser global" pour soutenir l'industrie de l'hydrogène vert en Europe.


Le ministre saoudien de l’Économie s’entretient avec des responsables de l’ONU et de l’Opep en Autriche

Le ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, a rencontré la directrice exécutive du bureau des Nations unies à Vienne, Ghada Waly. (SPA)
Le ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, a rencontré la directrice exécutive du bureau des Nations unies à Vienne, Ghada Waly. (SPA)
Le ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, a rencontré le ministre autrichien du Travail et de l’Économie, Martin Kocher. (SPA)
Le ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, a rencontré le ministre autrichien du Travail et de l’Économie, Martin Kocher. (SPA)
Le ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, a rencontré Abdelhamid Alkhalifa, président du Fonds Opep pour le développement international. (SPA)
Le ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, a rencontré Abdelhamid Alkhalifa, président du Fonds Opep pour le développement international. (SPA)
Short Url
  • La collaboration entre le Royaume et l’ONU sur les objectifs de développement durable et d’autres sujets d’intérêt commun ont été abordés
  • M. Al-Ibrahim a également rencontré Abdelhamid Alkhalifa, président du Fonds Opep pour le développement international

RIYAD: Le ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, a rencontré, lundi, la directrice exécutive du bureau des Nations unies à Vienne, Ghada Waly, dans la capitale autrichienne.

Au cours de la réunion, ils ont discuté de «la collaboration entre le Royaume et l’ONU sur les objectifs de développement durable, entre autres sujets d’intérêt commun», a indiqué le ministère dans un communiqué.

La réunion s’est tenue en marge de la visite du ministre en Autriche pour participer à la neuvième session du Comité conjoint saoudo-autrichien.

M. Al-Ibrahim a également rencontré Abdelhamid Alkhalifa, président du Fonds Opep pour le développement international, en vue d’explorer les initiatives à venir du fonds.

Il s’est également entretenu avec le ministre autrichien du Travail et de l’Économie, Martin Kocher, sur le renforcement de la coopération commerciale et économique entre les deux pays et sur les derniers événements d’intérêt commun.

Les réunions se sont déroulées en présence de l’ambassadeur du Royaume en Autriche, Abdallah Tawlah.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com