Tunisie: où va l'Utica?

Samir Majoul, huitième président de l’Utica, élu en 2018. (AFP).
Samir Majoul, huitième président de l’Utica, élu en 2018. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 10 novembre 2023

Tunisie: où va l'Utica?

  • Les contestataires reprochent à Samir Majoul de prendre des décisions importantes «sans consultation des instances statutaires»
  • Pour sortir de ce qu’ils appellent «une grave crise», les pétitionnaires réclament une réunion du Conseil national, l’instance la plus élevée de l’organisation

TUNIS: Il y a bientôt dix mois que le congrès national de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) aurait dû se tenir, durant la troisième semaine de janvier 2023. La précédente édition – la 16e – avait eu lieu le 17 janvier 2018.

Il est vrai que la centrale patronale historique n’a jamais été totalement respectueuse de la règle qui lui impose de tenir son rendez-vous national tous les cinq ans, puisque les 14e et 15e congrès avaient été organisés avec près d’un mois de retard. C’est pourtant la première fois que la tenue de la réunion la plus importante du syndicat patronal le plus important du pays se fait attendre à ce point. Mais ce n’est pas le seul ni le plus grave manquement que ses opposants reprochent à Samir Majoul, huitième président de l’Utica, élu en 2018.

Instances gelées

En effet, depuis cinq ans, les principales instances de l’organisation (conseil national, bureau exécutif, conseil administratif, commission de la fiscalité, commission économique, commission des affaires sociales) sont gelées. D’autres auraient dû être créées après le 16e congrès, les commissions de contrôle financier et d’éthique; cela n’a pas été le cas.

L’Utica est donc aujourd’hui en crise. Demeuré secret pendant plus de trois ans, le malaise a éclaté au grand jour lorsque, le 8 décembre 2020, un membre du bureau exécutif, Taoufik Laribi, et deux membres du Conseil national, Abdelaziz Halleb et Nejib Chahed, ont adressé au président de la centrale patronale une lettre ouverte dans laquelle ils détaillent leurs griefs.

Pour les signataires de la pétition, le mal a pris racine dans la manière même dont la dernière édition a été organisée.

Outre le fait que «pratiquement, aucune instance centrale statutaire ne s'est réunie depuis le dernier congrès», les contestataires reprochent à Samir Majoul de prendre des décisions importantes «sans consultation des instances statutaires» et ils se posent des questions: «Est-ce dû à la crainte d'opinions contraires, à la faiblesse des arguments, à la conviction d'avoir toujours raison ou à la garantie d’une impunité? Un peu tout cela, sans doute.»

Pour les signataires de la pétition, le mal a pris racine dans la manière même dont la dernière édition a été organisée. Malgré «la participation de plus de deux mille congressistes, le congrès a été expédié en une journée sans aucun débat, sans que se dessine une perspective pour l'avenir, sans aucune motion pour fixer la ligne d'horizon et tracer un chemin».

«Une grave crise»

Pour sortir de ce qu’ils appellent «une grave crise», les pétitionnaires réclament une réunion du Conseil national, l’instance la plus élevée de l’organisation, entre deux congrès. L’objectif est de «prendre les mesures indispensables pour remédier au blocage actuel et pour remettre l’Utica en ordre de marche». Il s’agit en outre pour eux de «dégager une voie vers l’avenir tout en veillant à ce qu’il ne se transforme pas en une plate-forme de règlements de comptes et d’attaques personnelles».

Près de quatre ans après cette pétition, la situation n’a pas bougé d’un pouce. C’est la raison pour laquelle, d’après une source interne qui veut garder l’anonymat, les présidents de plusieurs structures de l’Utica ont récemment lancé un ultimatum à M. Majoul: avant la fin de novembre, il doit annoncer la date du 17e congrès. S’il ne le fait pas, ils démissionneront, à l’instar de Montassar Dridi, président de la Chambre nationale des fabricants de plastique et de caoutchouc, à la fin du mois d’août dernier – une information que la direction de la centrale patronale n’a pas souhaité commenter.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères se rend au Pakistan pour renforcer les liens économiques

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Short Url
  • Le prince Faisal préside une délégation de haut niveau chargée de se concerter sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre
  • Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan

ISLAMABAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. Les médias locaux ont largement diffusé des images de son accueil par le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Ishaq Dar.

La visite du ministre saoudien des Affaires étrangères intervient un peu plus d’une semaine après l’entretien du prince héritier, Mohammed ben Salmane, avec le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif à La Mecque. Cette visite réaffirme l’engagement du Royaume à mettre en œuvre rapidement un programme d’investissement d’une valeur de 5 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) qui avait été discuté précédemment.

À son arrivée à la base aérienne de Nur Khan, dans la ville de garnison de Rawalpindi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, qui préside une délégation de haut niveau comprenant plusieurs ministres de premier plan, a été accueilli par les responsables pakistanais.

«Une semaine après la visite du Premier ministre, Shehbaz Sharif, en Arabie saoudite (du 6 au 8 avril), une délégation saoudienne de haut niveau se rendra au Pakistan», annonce le ministère pakistanais de l’Information dans un communiqué.

«La délégation saoudienne se concertera sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre», ajoute le communiqué, précisant que l’investissement prévu par l’Arabie saoudite dans le projet d’exploitation minière d’or et de cuivre de Reko Diq sera également discuté au cours de la visite.

Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan, dans le sud-ouest du pays. Il s’agit de l’une des plus grandes régions inexploitées en matière de cuivre et d’or au monde.

De même, Riyad souhaite investir dans l’agriculture, le commerce, l’énergie, les minéraux, les technologies de l’information, les transports et d’autres secteurs au Pakistan, selon le communiqué.

«Grâce à cette visite, la capacité d’exportation du Pakistan augmentera, des entreprises communes seront créées et de nouvelles possibilités se présenteront.»

La semaine dernière, le ministère pakistanais des Affaires étrangères a indiqué que la délégation saoudienne serait composée du ministre des Affaires étrangères, du ministre de l’Eau et de l’Agriculture, du ministre de l’Industrie et des Ressources minérales, du vice-ministre de l’Investissement, ainsi que de hauts responsables du ministère saoudien de l’Énergie.

La délégation saoudienne devrait se réunir avec le président pakistanais, le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères et d’autres ministres, ainsi qu’avec le chef de l’armée et les membres du comité supérieur du Conseil spécial de facilitation des investissements du Pakistan, créé l’année dernière pour superviser l’ensemble des financements étrangers.

 

 Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Le ministre saoudien des A.E. insiste sur l’importance de la coopération CCG-Asie centrale pour la stabilité régionale

Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan
  • L’Arabie saoudite et l’Ouzbékistan signent un accord d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a souligné aujourd’hui l’importance de la promotion des intérêts des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et des États d’Asie centrale afin que les deux régions deviennent sûres, stables et prospères, dans l’espoir d’un avenir meilleur pour tous.

Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan.

Dans son discours, il a insisté sur l’importance de continuer à renforcer la coordination et la consultation entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur la base de valeurs, d’intérêts et de liens historiques communs, notant le développement important des relations au cours des dernières années.

Le prince Faisal a évoqué le large consensus entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur l’importance de l’instauration de la paix, de la promotion des solutions négociées et du soutien de la sécurité, de la stabilité et du développement.

Il a mis l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts pour garantir les droits internationalement reconnus du peuple palestinien et pour instaurer la paix par la négociation, conformément à l’Initiative de paix arabe et aux principes du droit international.

Le ministre saoudien a par ailleurs salué les efforts actuellement déployés pour parvenir à la paix et à la stabilité dans la région, et il a insisté sur la nécessité de mettre en place un cessez-le-feu durable, de lever le blocus de la bande de Gaza et d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire et des secours.

Il a appelé à la cessation des déplacements forcés de Palestiniens et il a mis l’accent sur la nécessité pour la communauté internationle et le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre un terme définitif à l’agression d’Israël contre le peuple palestinien.

Le prince Faisal s’est ensuite entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux.

Les deux parties ont tenu des pourparlers officiels au cours desquels elles ont discuté de stratégies visant à accroître la coopération, ainsi que des opportunités de renforcer les liens bilatéraux et multilatéraux sur des questions d’intérêt commun.

Aujourd’hui également, le Conseil ministériel du CCG a tenu une réunion extraordinaire à l’ambassade du Qatar à Tachkent sur l’escalade militaire au Moyen-Orient.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, le Conseil s’est déclaré profondément préoccupé par l’escalade militaire dans la région et son impact négatif sur la sécurité et la stabilité.

Il a indiqué qu’il était crucial de freiner immédiatement l’escalade afin de maintenir la sécurité et la stabilité régionales, et il a ajouté que toutes les parties devaient régler leurs différends par la voie diplomatique, faire preuve de la plus grande retenue et épargner à la région et à ses habitants les dangers de la guerre.

Le Conseil ministériel du CCG a également appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à assumer ses responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales, en particulier au Moyen-Orient, et à empêcher l’exacerbation de la crise dans cette région, qui aura de graves conséquences si elle s’étend.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com