Des scénarios réalistes pour l'après-guerre à Gaza, irréalisables alors que le conflit s'intensifie

Des Palestiniens fuyant la ville de Gaza marchent au milieu des combats entre Israël et le Hamas. (Photo, AFP)
Des Palestiniens fuyant la ville de Gaza marchent au milieu des combats entre Israël et le Hamas. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 11 novembre 2023

Des scénarios réalistes pour l'après-guerre à Gaza, irréalisables alors que le conflit s'intensifie

  • Anthony Blinken, secrétaire d'État américain, a déclaré qu'il ne fallait laisser ni Israël ni le Hamas gérer Gaza
  • L'Autorité palestinienne a indiqué qu'elle était prête à gérer Gaza si Washington s'engageait en faveur de la solution à deux États

LONDRES: Les spéculations sur l'avenir de Gaza après le conflit se sont multipliées ces dernières semaines, allant de la suggestion d'une prise de contrôle israélienne permanente et de l'expulsion de la population palestinienne à une éventuelle force de maintien de la paix dirigée par les Arabes qui remettrait le contrôle à l'Autorité palestinienne.

Israël a lancé sa campagne militaire pour anéantir le Hamas dans la bande de Gaza après que le groupe militant palestinien a lancé une attaque transfrontalière contre le sud d'Israël le 7 octobre, faisant 1 400 morts et prenant environ 240 personnes en otage.

Le Hamas est l'organe dirigeant de facto de la bande de Gaza depuis 2007, date à laquelle il a chassé l'Autorité palestinienne du pouvoir. Principalement présent à Gaza, le Hamas est également présent en Cisjordanie, dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban, et dispose d'un bureau politique à Doha et d'un bureau de représentation à Téhéran.

1
Des Palestiniens prient aux côtés des corps des membres de la famille Hijazi, tués lors de frappes israéliennes à Rafah. (Photo, AFP)

Après les premières indications selon lesquelles Israël prévoyait d'occuper totalement la bande de Gaza une fois que le Hamas aurait été mis hors d'état de nuire par l'opération terrestre en cours des forces de défense israéliennes, le gouvernement israélien semble avoir fait marche arrière, probablement sous la pression de Washington.

S'exprimant sur Fox News jeudi soir, Benjamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, a minimisé la notion d'occupation, soulignant au contraire que l'objectif était de «démilitariser, déradicaliser et reconstruire» la bande de Gaza.

Ses commentaires s'écartent nettement des propos tenus trois jours plus tôt par Netanyahou, qui avait indiqué que l'occupation était effectivement le but recherché, en déclarant à ABC News qu'Israël aurait «la responsabilité globale de la sécurité à Gaza pour une période indéterminée».

Cette apparente volte-face fait suite à une sévère réprimande d'Antony Blinken, secrétaire d'État américain, concernant la perspective d'une occupation israélienne. Le diplomate de haut rang a déclaré aux journalistes, à l'issue des discussions du G7 au Japon mercredi, que ni Israël ni le Hamas ne pouvaient être laissés à la tête de la bande de Gaza.

Lors de son interview sur Fox News, Netanyahou a indiqué: «Nous ne cherchons pas à gouverner Gaza, nous ne cherchons pas à l'occuper.» Au lieu de cela, il a signalé qu'Israël devrait trouver un «gouvernement civil» pour gérer le territoire.

1
Des soldats israéliens dans le nord de la bande de Gaza. (Photo, Reuters)

Yossi Mekelberg, professeur de relations internationales et membre associé du programme MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) à la Chatham House de Londres, estime que cette incertitude reflète la manière dont le conflit s'est déroulé de façon plus générale.

«Il ne faut pas oublier que cette guerre n'a pas été planifiée par Israël et qu'elle a été déclenchée par surprise. Il n'est donc pas surprenant que l'incertitude règne quant à la suite des événements», a expliqué Mekelberg à Arab News.

«Il y a des gens de droite en Israël qui veulent prendre Gaza et construire des colonies. Au Moyen-Orient, je ne dirais jamais rien, mais je ne suis pas certain que ce soit l'intention. Les colonies sont très difficiles à supprimer et Blinken a été clair sur ce qui serait toléré», a-t-il ajouté.

En effet, les lignes rouges américaines ne se limitent pas à la question de l'occupation. Alors que les membres de la Knesset insistaient sur l'idée d'autoriser les colonies de Cisjordanie à s'étendre à Gaza, Blinken a clairement indiqué qu'il ne devait y avoir «aucun déplacement forcé de Palestiniens de Gaza, ni aujourd'hui, ni après la guerre.»

1
Une vue d'ensemble de Beit Hanoun, dans la bande de Gaza, le 21 octobre 2023. (Photo, AFP/MAXAR)

Mekelberg s'est félicité d'une opposition aussi franche à l'expulsion des Palestiniens de Gaza, mais il a reconnu que l'impact de ces paroles était aussi indéterminé que le sort de Gaza.

«Le fait que les propos de Blinken soient pris au sérieux en Israël dépend de la mesure dans laquelle le gouvernement israélien pense que les États-Unis y croient réellement», a-t-il estimé.

«Les États-Unis doivent s'assurer que c'est bien leur politique. Non seulement parce qu'elle sert les États-Unis, mais aussi parce qu'elle sert Israël», a précisé Mekelberg.

La réaction des États-Unis, pour l'instant du moins, semble concerner l'ensemble de l'administration. La déclaration de Blinken fait suite à celle publiée mardi par John Kirby, le porte-parole de la Maison Blanche chargé de la sécurité nationale, qui a souligné que le président Joe Biden ne pensait pas qu'une occupation de Gaza était «la bonne chose à faire».

Ziad Asali, président de l'association à but non lucratif American Task Force on Palestine, se montre prudent quant à l'éventualité d'une occupation. Bien qu'Israël n'ait «aucun avantage» à occuper Gaza, Asali croit qu'il est «susceptible de gagner tout ce qu'il peut entre-temps».

Asali s'est également montré moins sûr de la longévité du statu quo, même après que Blinken a souligné mercredi que l'on ne pouvait pas laisser perdurer l'affrontement actuel entre le Hamas et Israël à Gaza.

«Israël peut à peine gérer les Palestiniens actuellement sous son contrôle», a-t-il déclaré à Arab News. «Il est également susceptible d'être confronté à de nouveaux défis immédiats qui ne peuvent être résolus par la seule force militaire. À en juger par l'expérience passée, je soupçonne que le statu quo pourrait durer plus longtemps qu'on ne le pense.»

En ce qui concerne la «recherche» par Israël d'un nouveau gouvernement civil, Mekelberg a signalé qu'il était «évident» que le Hamas n'aurait pas sa place dans la bande de Gaza après le conflit. De même, il a souligné la nécessité d'avoir des «partis qui représentent la population», si l'objectif ultime est d'éviter que les attaques du 7 octobre ne se reproduisent.

«Gaza et la Cisjordanie doivent être gouvernées par le même organe», a-t-il suggéré. «Le fait d'être divisé n'aide personne et perpétue la situation. Maintenant, nous savons que ce ne sera pas le Hamas, car, l'Iran et peut-être le Qatar mis à part, personne ne s'engagera avec eux.»

«Il faut donc un parti qui représente les Palestiniens. Son identité reste incertaine et dépendra en partie de la manière dont les combats seront menés à terme», a précisé Mekelberg.

1
La petite fille palestinienne Orheen al-Dayah, blessée lors d'une frappe israélienne, se fait recoudre sans anesthésie à cause d'une pénurie de médicaments, à l'hôpital Al-Shifa de Gaza. (Photo, Reuters)

Les solutions à part l'occupation israélienne ont consisté à mettre en place l'Autorité palestinienne. Étant donné que les Palestiniens de Gaza l'ont rejetée en faveur du Hamas, sa légitimité reste remise en question. En outre, comme l'a mentionné sans ambages Mekelberg, «ils ne sont pas dans l'État pour prendre la relève».

L'Autorité palestinienne semble penser différemment, mais avec une mise en garde importante.

Dans une récente interview accordée au New York Times, Hussein al-Cheikh, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine, a déclaré que si Washington s'engageait en faveur d'une «véritable solution à deux États», l'Autorité palestinienne serait prête à assumer le rôle de gouverneur de la bande de Gaza d'après-guerre.

Al-Cheikh a déclaré que cela dépendrait de la capacité des États-Unis à forcer Israël à respecter un tel accord — un scénario qu'il estime que l'administration Biden est «capable» de réaliser.

Il n'est pas le seul à sentir l'opportunité de renouveler les efforts en faveur d’une solution à deux État. Ehud Barak, l'ancien Premier ministre israélien, a également apporté son soutien à la nécessité de relancer cette initiative.

«Je pense qu'il est nécessaire en Israël, dans les conditions les plus lourdes et les plus difficiles, de ne jamais perdre de vue l'objectif», a déclaré Barak au magazine TIME cette semaine.

«La bonne voie consiste à rechercher la solution à deux État, non pas pour rendre justice aux Palestiniens, ce qui n'est pas ma priorité absolue, mais parce qu'il est impératif de se désengager des Palestiniens pour protéger notre propre sécurité, notre propre avenir et notre propre identité», a-t-il précisé.

1
Azzam al-Ahmad du Fatah (à droite) et Saleh al-Aruri (à gauche) du Hamas ont signé en 2017 un accord de réconciliation au siège des services de renseignement égyptiens au Caire. (Photo, AFP/Archives)

La question de savoir qui précisément serait un leader unificateur capable de surmonter les divisions entre Palestiniens reste ouverte, bien que des commentateurs aient suggéré quelqu'un de la stature de Salam Fayyad, l'ancien Premier ministre de l'Autorité palestinienne.

Dans un tweet récent, Asali a même suggéré que Marwan Barghouti, le leader emprisonné de la première et de la deuxième Intifada, serait un candidat digne de confiance pour la présidence d'un État palestinien unifié si Israël acceptait de le libérer dans le cadre d'un échange d'otages.

Outre le rétablissement de l'Autorité palestinienne au pouvoir à Gaza, des appels ont également été lancés en faveur d'une force internationale de maintien de la paix, une idée qui a reçu un certain soutien de la part des États-Unis, Kirby ayant déclaré aux journalistes à bord d'Air Force One mercredi que l'administration Biden discutait de ce à quoi devrait ressembler la bande de Gaza après le conflit.

«Si cela signifie une sorte de présence internationale, alors c'est quelque chose dont nous parlons», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il n'y avait «aucun plan ou intention» d'impliquer des forces américaines.

Asali a reconnu que Washington ne souhaitait pas que les États-Unis se retrouvent «dans un autre pétrin au Moyen-Orient» qui exigerait du président plus qu'il ne peut fournir en cette année électorale, indiquant qu'une force régionale pourrait s'avérer nécessaire.

«Gaza et ses dirigeants seront bientôt confrontés à un énorme problème humanitaire qui devra être résolu par des personnes extérieures. Les fournisseurs de cette aide auront plus d'influence sur Gaza que n'importe qui d'autre», a-t-il jugé.

«Mais je ne crois pas que le Moyen-Orient dispose du type de dirigeants qui n'accepteraient pas la responsabilité de décisions stratégiques concernant la question palestinienne ou l'énigme actuelle à Gaza», a-t-il poursuivi.

1
Un homme se repose sur une rangée de tombes fraîchement creusées dans un cimetière à Rafah. (Photo, AFP)

Asali n'est pas le seul à partager ce point de vue. L’Égypte est l’un des prétendants annoncés, mais Mekelberg estime que les autorités du Caire «ne veulent pas le faire». Tout en espérant «qu'il s'agira d'un groupement régional», il soupçonne qu'il devra être «international», avertissant qu'il y aura beaucoup de travail à faire.

«La première chose que doit faire celui qui arrive est de stabiliser la sécurité et d'amener les infrastructures à un niveau tel qu'il puisse s'assurer qu'une aide suffisante entre à Gaza pour fournir aux gens ce dont ils ont besoin», a soutenu Mekelberg.

«Après cela, ils devront se pencher sur la mise en place des organes et la reconstruction des institutions nécessaires à la gestion d'un État», a-t-il conclu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Qui sont les chefs du Hamas visés par les mandats réclamés par le procureur de la CPI?

Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du mouvement islamiste palestinien Hamas basé à Doha, alors qu'il s'adresse à la presse à Téhéran le 26 mars 2024, et présumé chef militaire palestinien du mouvement radical Hamas, Mohammed Deif (au centre) et chef de Yahya Sinwar, l'aile politique du mouvement palestinien Hamas dans la bande de Gaza (Photo, AFP).
Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du mouvement islamiste palestinien Hamas basé à Doha, alors qu'il s'adresse à la presse à Téhéran le 26 mars 2024, et présumé chef militaire palestinien du mouvement radical Hamas, Mohammed Deif (au centre) et chef de Yahya Sinwar, l'aile politique du mouvement palestinien Hamas dans la bande de Gaza (Photo, AFP).
Short Url
  • Mechaal, M. Haniyeh, 60 ans, s'était fait connaître aux yeux du monde en 2006 en devenant Premier ministre de l'Autorité palestinienne
  • Chef des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, c'est lui qui a annoncé dans un enregistrement diffusé par le mouvement, le 7 octobre au matin

JERUSALEM: Trois dirigeants du Hamas sont visés par des mandats d'arrêt réclamés par le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité présumés commis depuis l'attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien en territoire israélien le 7 octobre.

Voici leurs portraits:

Ismaïl Haniyeh, le leader politique:

Elu chef du bureau politique du Hamas en 2017 pour succéder à Khaled Mechaal, M. Haniyeh, 60 ans, s'était fait connaître aux yeux du monde en 2006 en devenant Premier ministre de l'Autorité palestinienne après la victoire surprise de son mouvement aux législatives.

Mais la cohabitation avec Fatah, le parti du président Mahmoud Abbas, fut de courte durée. Le Hamas l'a évincé par la force de la bande de Gaza en 2007, deux ans après le retrait unilatéral d'Israël de ce territoire.

M. Haniyeh, qui vit en exil volontaire entre le Qatar et la Turquie, plaide de longue date pour concilier résistance armée et combat politique au sein du mouvement, considéré comme "terroriste" par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël.

Connu pour son calme et son discours posé, M. Haniyeh, le visage rond encadré par une barbe poivre et sel, entretient de bonnes relations avec les chefs des différents mouvements palestiniens, y compris rivaux.

Il a été emprisonné à plusieurs reprises par Israël et expulsé pour six mois vers le sud du Liban.

Sur des images diffusées par les médias du Hamas peu après le déclenchement de l'attaque sanglante contre Israël, on peut voir M. Haniyeh discuter sur un ton jubilatoire avec d'autres chefs du Hamas, dans son bureau à Doha, en train de regarder le reportage d'une télévision arabe montrant des commandos du Hamas s'emparer de jeeps de l'armée israélienne.

Alors que plus de sept mois de guerre ont laissé des pans entiers de Gaza en ruines, M. Haniyeh a insisté à plusieurs reprises sur le fait que le groupe ne libérerait les otages que si les combats cessaient définitivement.

Mohammed Deif, le «chef d'état-major»?

Chef des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, c'est lui qui a annoncé dans un enregistrement diffusé par le mouvement, le 7 octobre au matin, le début de l'opération "Déluge d'Al-Aqsa".

Sur l'enregistrement, illustré par une photo de Mohammed Deif dans la pénombre comme le fait toujours le Hamas pour qu'il ne soit pas identifié, on l'entend annoncer que "les positions et les fortifications de l'ennemi ont été visées par 5.000 roquettes et obus lors des 20 premières minutes" de l'attaque.

L'attaque a fait plus de 1.170 morts, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Le Hamas a pris en otage 252 personnes.

Celui que le Hamas présente comme "le chef d'état-major de la résistance" est une cible pour Israël depuis de nombreuses années. Il a échappé à au moins six tentatives d'élimination connues.

La plus récente a eu lieu en 2014 lorsqu'un raid aérien israélien le visant dans la bande de Gaza a entraîné la mort de son épouse et de l'un de leurs enfants.

Depuis près de 30 ans, l'homme, né en 1965 dans le camp de réfugiés de Khan Younès (sud de la bande de Gaza), est mêlé aux coups les plus durs portés contre Israël: enlèvements de soldats, attentats suicide, tirs de roquettes...

Désigné en 2002 à la tête de la branche armée du Hamas, après la mort de son prédécesseur Salah Chéhadé, tué dans un raid israélien, Mohammed Deif a une longue histoire militante et clandestine entamée dans les années 1980.

En 2000, au début de la Seconde Intifada dans les territoires palestiniens contre l'occupation israélienne, il s'est échappé -- ou a été libéré -- d'une prison de l'Autorité palestinienne de Yasser Arafat. Au grand dam des Israéliens qui l'avaient dans le collimateur.

Juste après son accession au commandement des Brigades al-Qassam, il est la cible d'une tentative d'élimination par Israël dont il sort grièvement blessé, une paraplégie étant évoquée mais non confirmée.

Il gagne chez ses ennemis le surnom de "chat aux neuf vies" et devient aux yeux des Palestiniens une figure légendaire, aussi résolu dans son combat contre Israël que mystérieux.

Il a été inscrit en 2015 sur la liste américaine des "terroristes internationaux".


Syrie: l'épouse du président Bachar al-Assad atteinte de leucémie

Asma Assad, épouse du président syrien Bashar al-Assad (Photo, AFP).
Asma Assad, épouse du président syrien Bashar al-Assad (Photo, AFP).
Short Url
  • Elle a précisé que l'épouse du président syrien, âgée de 48 ans, allait subir un traitement spécialisé
  • En août 2019, l'épouse du président syrien, mère de deux garçons et d'une fille, avait annoncé être totalement guérie d'un cancer du sein

BEYROUTH: L'épouse du chef de l'Etat syrien Bachar al-Assad, Asma, qui s'était rétablie d'un cancer du sein, est atteinte de leucémie, a annoncé mardi la présidence du pays ravagé par 13 ans de guerre.

"Après avoir présenté différents symptômes et signes cliniques, et à la suite d'une série d'examens médicaux, la première dame, Asma al-Assad, a été diagnostiquée d'une leucémie myéloïde aiguë", a indiqué la présidence dans un communiqué.

Elle a précisé que l'épouse du président syrien, âgée de 48 ans, allait subir un traitement spécialisé pendant lequel elle allait renoncer à ses engagements publics.

En août 2019, l'épouse du président syrien, mère de deux garçons et d'une fille, avait annoncé être totalement guérie d'un cancer du sein au terme d'un an de traitement.

Elle apparaît souvent, selon les images sur les réseaux sociaux, rendant visite à des blessés de guerre ou menant des activités caritatives, comme elle a accompagné le président syrien au cours de ses récentes visites à l'étranger.

Qualifiée de "Rose du désert" par le magazine américain Vogue avant le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011, Asma al-Assad a ensuite été vivement critiquée pour son silence face à la répression sanglante des manifestations prodémocratie puis de la rébellion.

Plus d'un demi-million de personnes ont été tuées depuis le soulèvement pacifique de 2011 qui a dégénéré en guerre civile et a morcelé la Syrie.

Née en 1975 en Grande-Bretagne d'un père cardiologue et d'une mère diplomate, Asma al-Assad travaillait avant son mariage pour JP Morgan à Londres, où elle avait fait la connaissance de Bachar al-Assad.

En 2000, il avait succédé à son père, Hafez al-Assad, à la mort de ce dernier, et Asma avait tenté de moderniser l'image de la première dame syrienne, avant l'éclatement de la guerre.

Elle a fondé l'organisation caritative Syria Trust for Development, basée à Damas et qui est l'une des rares organisations de ce type autorisées à travailler dans les zones contrôlées par le gouvernement.

Au cours des dernières années, elle a également consolidé son influence sur les milieux d'affaires syriens, selon ses détracteurs.

"Le secteur humanitaire en Syrie est devenu de plus en plus rentable, en particulier pour des personnes sanctionnées comme Asma", écrivait en 2023 la revue économique en ligne Syria report.

Elle fait l'objet de sanctions américaines depuis 2020 dans le cadre de la "loi César", aux côtés d'autres personnes et entités parmi lesquelles le président syrien et de nombreux membres de sa famille.

Elle avait alors été présentée par le secrétaire d'Etat américain de l'époque, Mike Pompeo, comme "l'une des plus célèbres profiteuses de la guerre en Syrie".

César est le pseudonyme d'un ex-photographe de la police militaire syrienne qui a fait défection en 2013 en emportant 55.000 images illustrant la brutalité et les abus commis dans les prisons syriennes.


La vaccination des personnes âgées, un droit et une nécessite nationale

La vaccination des personnes âgées, un droit et une nécessite nationale
La vaccination des personnes âgées, un droit et une nécessite nationale
Short Url
  • L'événement, s'est concentré sur la valeur et l'impact de la prévention par la vaccination, en particulier dans le contexte d'une société vieillissante
  • la prévention est l'un des meilleurs investissements qui soient pour les patients, les communautés, les systèmes de santé, l'environnement et les économies.

RIYAD : Le 23 avril, une conférence de presse virtuelle intitulé « Libérer le pouvoir de la prévention pour faire de la vaccination des adultes une norme de soins dans un monde vieillissant », a été organisée pour débattre sur la production de vaccins et l'importance de la vaccination des adultes dans le cadre de l'initiative de la Semaine mondiale de la vaccination lancée par l'Organisation mondiale de la santé en collaboration avec le Conseil des Nations unies.

L'événement, s'est concentré sur la valeur et l'impact de la prévention par la vaccination, en particulier dans le contexte d'une société vieillissante où, avec l'âge, le système immunitaire devient moins efficace, ce qui accroît la vulnérabilité à certaines maladies infectieuses.

L'Arabie saoudite attache une grande importance à la prise en charge des personnes âgées. Dans le Royaume, de nombreuses initiatives ont été lancées pour améliorer la qualité de vie et relever le niveau des services fournis aux personnes âgées dans la société en général et dans les maisons de retraite supervisées par le ministère de la Santé en particulier.

Le ministère fournit aux personnes âgées des soins complets (sanitaires, sociaux et psychologiques) par l'intermédiaire de foyers sociaux répartis dans tout le Royaume, en plus de fournir une aide financière et en nature aux personnes âgées nécessiteuses et à leurs familles par l'intermédiaire de l'Agence de sécurité sociale.

Dans le cadre du programme national de transformation, le ministère travaille sur des initiatives visant à créer cinq oasis modèles pour les personnes âgées, compatibles avec leurs besoins, comprenant tous les services de santé, la physiothérapie et un club de santé, et permettant au secteur familial de créer 13 ONG spécialisées pour les personnes âgées dont les services couvrent toutes les régions du Royaume.

La vaccination des personnes âgées, un droit et une nécessite nationale
La vaccination des personnes âgées, un droit et une nécessite nationale

La vaccination sauve des millions de vies chaque année et est largement reconnue comme l'une des interventions sanitaires les plus efficaces au monde. Pourtant, près de 20 millions d'enfants dans le monde ne reçoivent toujours pas les vaccins dont ils ont besoin, et beaucoup n'ont pas accès à des vaccins vitaux à l'adolescence, à l'âge adulte et à la vieillesse.

Le Dr Madeleine Breckon a déclaré que les vaccinations contribuent à protéger les personnes à tous les stades de la vie, depuis la petite enfance, l'enfance et l'adolescence jusqu'à l'âge adulte et la vieillesse, et qu'elles permettent d'éviter 3,5 à 5 millions de décès dans le monde chaque année.

En 1991, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté les Principes pour les personnes âgées : Le principe d’« indépendance » : Le droit des personnes âgées à une alimentation adéquate, à l'eau, au logement, à l'habillement, aux soins de santé, à l'accès à un travail rémunéré et à l'accès à l'éducation et à la formation.

La prévention est au cœur de ce que nous entendons par « vaincre la maladie ensemble ». À l'échelle et à l'impact, la prévention est l'un des meilleurs investissements qui soient pour les patients, les communautés, les systèmes de santé, l'environnement et les économies.

L'impact économique de la prévention est à la fois direct et indirect, et les programmes d'investissement dans la vaccination ont toujours montré un retour sur investissement significatif. Par exemple, environ 330 000 personnes âgées sont hospitalisées chaque année dans le monde à cause du seul virus respiratoire syncytial.

La vaccination des personnes âgées, un droit et une nécessite nationale
La vaccination des personnes âgées, un droit et une nécessite nationale

Le Dr Piyali Mukherjee a évoqué la tendance démographique au vieillissement de la population, l'espérance de vie devant augmenter de 4,4 ans entre 2016 et 2040.

Elle a ajouté : Le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans devrait également dépasser celui des personnes âgées de 10 à 24 ans d'ici 2050. En 2100, près de 30 % de la population aura plus de 60 ans.

On estime à 1 000 milliards de dollars les pertes de productivité annuelles dans les pays du G20 dues à des affections évitables chez les personnes âgées de 50 à 64 ans, de sorte que l'ambition des patients dans un monde vieillissant est de faire de la vaccination des adultes une norme de soins.

Les besoins de santé des personnes âgées deviennent de plus en plus importants à mesure que la population mondiale vieillit, et les avantages de la vaccination vont au-delà de la santé de l'individu et profitent à l'ensemble de la population et de la société.

 

.