De nouveaux hôpitaux de Gaza suspendent leurs activités après les bombardements d'Israël à Gaza

Un bombardement israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 novembre 2023, au milieu des combats en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas (Photo, AFP).
Un bombardement israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 novembre 2023, au milieu des combats en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 13 novembre 2023

De nouveaux hôpitaux de Gaza suspendent leurs activités après les bombardements d'Israël à Gaza

  • Le chef de l'Organisation mondiale de la santé appelant à ne pas «rester silencieux» devant des «scènes de mort» dans les hôpitaux
  • Dans la bande de Gaza, les bombardements israéliens incessants ont tué depuis le 7 octobre 11 180 personnes

JERUSALEM: Des milliers de personnes sont bloquées dimanche dans l'hôpital al-Chifa, le plus grand de la bande de Gaza, pris au piège des combats, le chef de l'Organisation mondiale de la santé appelant à ne pas "rester silencieux" devant des "scènes de mort" dans les hôpitaux.

Au 37e jour de la guerre déclenchée le 7 octobre par une attaque sanglante du mouvement islamiste, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a évoqué l'éventualité d'un accord potentiel pour libérer certains des quelque 240 otages enlevés par le Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

Israël a promis d'"anéantir" le mouvement palestinien, classé "organisation terroriste" par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne. Quelque 1.200 personnes, surtout des civils, avaient été massacrées dans l'attaque du 7 octobre, inédite dans l'histoire d'Israël.

Dans la bande de Gaza, les bombardements israéliens incessants ont tué depuis le 7 octobre 11.180 personnes, majoritairement des civils, incluant 4.609 enfants, selon le Hamas.

Les combats se concentrent au cœur de la ville de Gaza, dans le nord du territoire, notamment autour des hôpitaux.

Dimanche, le directeur des hôpitaux du territoire palestinien a alerté sur la "situation catastrophique" à l'hôpital al-Chifa dans la ville de Gaza. "Personne ne peut y entrer ou en sortir", a dit Mohammed Zaqout.

«Cinq bébés prématurés» morts

"Les chars (israéliens) assiègent complètement l'hôpital al-Chifa", a dit à l'AFP le vice-ministre de la Santé du Hamas, Youssef Abou Rich.

Selon lui, "650 patients, une quarantaine d'enfants en couveuse, tous menacés de mort et 15.000 déplacés" se trouvent dans cet hôpital.

Le Hamas a annoncé dimanche soir que "cinq bébés prématurés" et "sept patients en soins intensifs" étaient morts en raison du manque d'électricité à l'hôpital al-Chifa.

Dans un message sur X, le patron de l'OMS a qualifié la situation à l'hôpital al-Chifa de "grave et dangereuse" après "trois jours sans électricité, sans eau".

"Les échanges de tirs et les bombardements incessants dans les environs aggravent des circonstances déjà difficiles", a dit Tedros Adhanom Ghebreyesus, assurant que l'OMS avait pu entrer en contact avec des professionnels de santé à al-Chifa.

"Le monde ne peut rester silencieux quand les hôpitaux, qui devraient être des havres de paix, sont transformés en scènes de mort, de dévastation, de désespoir. Cessez-le-feu maintenant."

L'armée israélienne a accusé le Hamas d'empêcher l'hôpital al-Chifa de récupérer 300 litres de carburants. Son directeur, Mohammed Abou Salmiya, a dénoncé des "mensonges", soulignant qu'une telle quantité n'était de toute façon pas suffisante "pour faire fonctionner les générateurs plus d'un quart d'heure".

Appel à une «retenue maximale»

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) s'est alarmé dans un message sur X citant un de ses membres à Gaza faisant état de "gens morts dans les rues."

"Nous voyons des personnes se faire tirer dessus".

MSF a prévenu que les hôpitaux de Gaza-ville pourraient devenir "une morgue".

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a pour sa part lancé "un appel urgent en faveur de la protection des civils de Gaza pris au piège des combats".

"Les gens nous appellent jour et nuit, disant avoir peur d'ouvrir leur porte par crainte d'être tués et nous supplient de les aider à se mettre en sécurité", a déclaré William Schomburg, chef de la sous-délégation du CICR à Gaza.

L'armée israélienne accuse le Hamas d'utiliser des civils comme "boucliers humains", notamment dans des écoles et établissements de santé, et dément viser les hôpitaux délibérément.

Principal allié d'Israël, Washington a dit s'opposer aux combats dans les hôpitaux à Gaza, "où des personnes innocentes, des patients recevant des soins médicaux, sont pris dans des tirs croisés".

"Nous avons eu des discussions énergiques avec les forces de défense israéliennes là-dessus", a précisé le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, sur la chaîne CBS.

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, a appelé Israël à "une retenue maximale" pour protéger les civils tout en condamnant l'utilisation, selon lui, par le Hamas "d'hôpitaux et de civils comme boucliers humains".

La situation est aussi très compliquée dans d'autres hôpitaux selon Mohammed Zaqout, directeur des hôpitaux de la bande de Gaza: des patients "sont dans les rues sans soins" après les "évacuations forcées" de deux hôpitaux pédiatriques, al-Nasr et al-Rantissi.

L'armée israélienne avait indiqué avoir "sécurisé" des passages pour évacuer les civils de ces deux établissements ainsi que celui d'al-Chifa.

Un autre hôpital de Gaza-ville, al-Quds, a cessé de fonctionner dimanche en raison d'un manque de carburant et d'électricité, selon le Croissant-Rouge palestinien.

"L'armée israélienne nous a ordonné de sortir de l'hôpital al-Quds ce matin", raconte à l'AFP Islam Chamallah, après avoir fait une douzaine de kilomètres à pied avec sa fille dans les bras, son mari et leurs trois autres enfants qui avancent avec peine.

«Un accord potentiel?»

Depuis des semaines, de nombreux pays, organisations internationales et ONG, demandent un "cessez-le-feu", des appels rejetés par le Premier ministre israélien qui le conditionne à une libération des otages.

Les Etats-Unis sont également contre un cessez-le-feu.

Dimanche, dans un entretien à la chaîne américaine NBC,le Premier ministre israélien a évoqué la possibilité d'un accord sur une libération d'otages.

"Y a-t-il un accord potentiel?", a demandé à Benjamin Netanyahou la journaliste, concernant une éventuelle libération de femmes, d'enfants et de personnes âgées.

"Cela se pourrait", a-t-il répondu, "le moins je m'exprime sur le sujet, plus j'augmente les chances que cela se matérialise".

Le territoire palestinien, où plus de 1,5 des 2,4 millions d'habitants ont été déplacés selon l'ONU, est soumis à un siège total imposé par Israël depuis le 9 octobre, privant la population d'eau, d'électricité, de nourriture et de médicaments.

Près de 200.000 Palestiniens ont fui en trois jours le nord du territoire via des "corridors" ouverts quotidiennement pendant des "pauses", pour se réfugier dans le sud de la bande de Gaza, a affirmé samedi soir l'armée israélienne.

Mais le Sud est également ciblé par les frappes israéliennes.

A Bani Souheila, près de Khan Younès, un bombardement sur une dizaine de maisons a fait "10 morts, dont des femmes et des enfants", selon les services médicaux.

"Je n'ai même pas une galette de pain pour nourrir mes enfants", explique à l'AFP une femme de 42 ans, Oum Yaaqoub, arrivée à Khan Younès il y a trois jours avec son mari et ses sept enfants.

Par ailleurs, 20 blessés et accompagnateurs et plus de 800 détenteurs de passeports étrangers ont pu quitter Gaza via Rafah (sud) en direction de l'Egypte, selon les responsables palestiniens de ce poste-frontière, fermé depuis plusieurs jours.

La communauté internationale craint une extension du conflit à la frontière entre Israël et le Liban, où les échanges de tirs quotidiens se sont intensifiés dimanche.

Dix personnes ont été blessées en Israël par un missile antichar tombé dans le nord du pays, ont indiqué les services de secours, alors que l'armée israélienne dit avoir répliqué en visant l'origine du tir, dans le sud du Liban.


L'ambassadeur de Turquie fait ses adieux et revient sur son séjour en Arabie saoudite

L'ambassadeur de Turquie, Fatih Ulusoy (Photo fournie)
L'ambassadeur de Turquie, Fatih Ulusoy (Photo fournie)
Short Url
  • Une cérémonie d'adieu a été organisée au Palais culturel, dans le quartier diplomatique de Riyad à la fin de la mission de l’ambassadeur de Turquie pendant deux ans et demi
  • «J’ai eu la chance d’être témoin de la transformation historique du Royaume, de ses progrès tangibles et de la dynamique positive dans les relations bilatérales», a affirmé l'ambassadeur

RIYAD: L'ambassadeur de Turquie en Arabie saoudite, Fatih Ulusoy, a fait ses adieux au Royaume à la fin de son mandat à Riyad, et s’est exprimé sur le développement des relations saoudo-turques au cours des deux dernières années et demie.

«J'ai passé d’excellents moments ici. On est généralement plus ou moins ému lorsque l’on fait ses adieux à un pays, mais quand on est diplomate, on est plutôt habitué à se déplacer d'un endroit à un autre», a indiqué M. Ulusoy à Arab News.

«Je me sens privilégié d’avoir été ambassadeur de Turquie à Riyad, car j'ai eu l'occasion d'être personnellement témoin de la transformation historique du Royaume, de ses progrès tangibles et de la dynamique positive dans les relations bilatérales entre la Turquie et l'Arabie saoudite», a affirmé l'ambassadeur.

«Au cours de mes deux ans et demi en poste, j'ai assisté à trois visites du président Recep Tayyip Erdogan en Arabie saoudite, et à la visite du prince héritier et Premier ministre Mohammed ben Salmane à Ankara au cours de cette période.»

«De retour de sa visite à Djeddah en avril 2022, le président Erdogan a annoncé le soutien ferme de la Turquie à la candidature de Riyad à l'Expo 2030. Nous sommes heureux de voir que Riyad accueillera l'Expo 2030, car cette année signifie beaucoup pour l'Arabie saoudite. Les entreprises turques seront prêtes à travailler avec leurs homologues saoudiennes pour faire de l’Expo 2030 un énorme succès», a soutenu M. Ulusoy.

«En marge de la visite d'Erdogan à Djeddah en juillet 2023, quatre protocoles d'accord gouvernementaux et un accord G2B ont été signés dans les domaines de la défense, de l'investissement, de l'énergie, des médias et de l'industrie de défense, rapprochant ainsi davantage la Turquie et l'Arabie saoudite, deux pays frères. Ce sont des secteurs clés pour notre future collaboration, cependant notre coopération avec l'Arabie saoudite ne se limite pas à ces domaines. Nous avons régulièrement des visites ministérielles de haut niveau entre les deux pays», a-t-il indiqué.

«À titre d’exemple, lors du FII7 fin octobre, notre ministre des Finances, Mehmet Simsek, a signé un accord de coopération dans le domaine financier avec son homologue saoudien, Mohammed al-Jadaan.»

«Le 29 octobre 2023 a été un jour spécial pour nous, celui de notre centenaire. Nous avons ainsi célébré notre fête nationale à notre ambassade avec une foule d'invités. J'ai été très heureux et ému de voir ce jour-là des drapeaux turcs sur les écrans géants du Riyadh Boulevard», a confié l'ambassadeur.

«À la mi-février, un forum d'investissement turco-saoudien s'est tenu à Istanbul avec la participation de quatre importants ministres de deux pays frères. J'ai été ravi de constater le grand intérêt pour ce forum clé, ainsi que la  présence de centaines d'entreprises des deux côtés», a-t-il poursuivi. 

«Au cours de l'année écoulée, nous avons assisté à des contacts fructueux entre deux pays frères dans le domaine de l'industrie militaire et de la défense. La Turquie a participé au Salon mondial de la défense en février 2024 avec 63 entreprises, couvrant 15 % de l'ensemble de la surface de l'exposition. J'étais vraiment heureux de voir nos équipes de voltigeurs, les Turkish Stars et les Saudi Hawks, effectuer leurs figures ensemble dans le ciel, côte à côte, lors du World Defence Show au début du mois», a aussi affirmé M. Ulusoy.

«Je veux mettre en avant le domaine du tourisme, qui représente un énorme potentiel de coopération entre nos pays frères. La Turquie est prête à faire partager son expérience à l'Arabie saoudite, car nous sommes l'une des principales destinations touristiques du monde. Nous avons annoncé l'entrée sans visa en Turquie pour les citoyens saoudiens en décembre 2023, et nous sommes impatients d'accueillir chaque année de plus en plus de frères et sœurs saoudiens», a souligné l’ambassadeur.

«Les touristes saoudiens voyageant en Turquie peuvent bénéficier d'une entrée sans visa depuis la décision en décembre dernier d'Erdogan d’accorder aux citoyens saoudiens une exemption de visa, leur permettant de visiter la Turquie à des fins touristiques sans obtenir de visa au préalable. Ils sont autorisés à séjourner jusqu'à quatre-vingt-dix jours sur une période de six mois.

«Nous attendons la visite de notre ministre du Commerce, Omer Bolat, en Arabie saoudite au cours de la première semaine de mars. Une foire commerciale et un forum d'affaires turcs se tiendront également à Riyad au cours de la même semaine», a assuré M. Ulusoy.

«Nous espérons également que davantage d’accords seront signés dans un avenir proche entre nos deux pays frères. La philosophie centrale de notre coopération avec l'Arabie saoudite est de conjuguer nos forces et d'obtenir des résultats gagnant-gagnant. Alors que le pays connaît une très importante transformation, cette époque représente d’énormes opportunités pour faire prospérer davantage nos relations et notre coopération. Nous avons contribué au développement de l'Arabie saoudite dans le passé, et nous l’accompagnerons tout au long de son important parcours, dans le cadre de la Vision 2030 », a affirmé l’ambassadeur.

Le doyen du corps diplomatique accrédité auprès du Royaume a organisé une cérémonie d'adieu au Palais culturel, dans le quartier diplomatique de Riyad, à la fin de la mission d'Ulusoy comme ambassadeur de Turquie, à laquelle ont participé de nombreux ambassadeurs et leurs épouses.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Des chirurgiens saoudiens entament une opération complexe de quatorze heures pour séparer des jumelles siamoises nigérianes

Short Url
  • Les jumelles, arrivées en Arabie saoudite en octobre dernier, partagent des parties du bas-ventre, du bassin, du bas de la colonne vertébrale et des nerfs rachidiens inférieurs
  • Le chef de l’équipe médicale, le Dr Abdallah al-Rabeeah, a assuré que l’opération avait un taux de réussite de 70%

RIYAD: Une équipe de chirurgiens saoudiens a entamé jeudi la procédure complexe de séparation des jumelles siamoises Hassana et Hassina à l’hôpital spécialisé du roi Abdallah pour enfants, dans la cité médicale du roi Abdelazi.

Les jumelles, arrivées en Arabie saoudite en octobre dernier, partagent des parties du bas-ventre, du bassin, du bas de la colonne vertébrale et des nerfs rachidiens inférieurs.

L’opération de séparation devrait durer environ quatorze heures et impliquer 38 consultants, spécialistes, techniciens, infirmiers et auxiliaires médicaux, a précisé l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Dans la journée de jeudi, la chaîne Al-Ekhbariya a rapporté que la quatrième phase de l’opération avait commencé.

Le chef de l’équipe médicale, le Dr Abdallah al-Rabeeah, a assuré que l’opération avait un taux de réussite de 70% et qu’elle se déroulait en neuf étapes.

Il s’agit de la 60e opération réalisée par le programme saoudien de séparation des jumeaux siamois. Au cours des 34 dernières années, le programme a pris en charge 135 paires de jumeaux provenant de 25 pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Irak: deux combattants liés au PKK tués dans une frappe imputée à la Turquie

Une frappe de drone turc dans le nord de l'Irak a tué jeudi deux combattants des Unités de résistance de Sinjar (YBS), une milice affiliée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont indiqué des sources sécuritaires irakiennes (Photo, AFP).
Une frappe de drone turc dans le nord de l'Irak a tué jeudi deux combattants des Unités de résistance de Sinjar (YBS), une milice affiliée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont indiqué des sources sécuritaires irakiennes (Photo, AFP).
Short Url
  • Ankara vise également un mouvement allié au PKK issu de la minorité yazidie, les Unités de résistance du Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak
  • Aucun commentaire n'a été fait dans l'immédiat par l'armée turque

ERBIL: Deux membres d'un mouvement yazidi lié au PKK turc ont été tués jeudi dans une frappe de drone menée par l'armée turque dans le nord-ouest de l'Irak, ont indiqué les services antiterroristes de la région autonome du Kurdistan.

Aucun commentaire n'a été fait dans l'immédiat par l'armée turque qui mène régulièrement en Irak des opérations terrestres et aériennes contre le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), classé organisation "terroriste" par la Turquie.

Ankara vise également un mouvement allié au PKK issu de la minorité yazidie, les Unités de résistance du Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak.