Les violences économiques conjugales: Un phénomène insidieux qui sort de l'ombre

Une femme sur quatre se dit victime de la part de son partenaire actuel de violences économiques en France (Photo d'illustration, AFP).
Une femme sur quatre se dit victime de la part de son partenaire actuel de violences économiques en France (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 16 novembre 2023

Les violences économiques conjugales: Un phénomène insidieux qui sort de l'ombre

  • Pendant vingt ans, Florence a vécu au rythme des violences infligées par son mari, jusqu'à ce que ce dernier la poignarde sur son lieu de travail
  • Une femme sur quatre (23%) se dit victime de la part de son partenaire actuel de violences économiques

PARIS: "Tu n'es rien, tu n'as rien, tout est à moi": longtemps éclipsées par les violences physiques dont elles sont souvent le corollaire, les violences économiques faites aux femmes commencent à sortir de l'ombre et à être, lentement, prises en compte.

Pendant vingt ans, Florence a vécu au rythme des violences infligées par son mari. Jusqu'à ce que ce dernier la poignarde sur son lieu de travail. Elle a survécu et lui est décédé avant son procès pour tentative de meurtre.

Moins directes que les coups, les violences économiques sont insidieuses, raconte à l'AFP cette Jurassienne de 59 ans. "Je me rappelle m'acheter une voiture, il met la carte grise à son nom, on était mariés donc sur le moment je n'ai pas sourcillé mais je me rends compte que quasiment tout est à son nom".

"Quand je faisais les courses, s'il me passait sa carte, il fallait que je lui rapporte la note", poursuit-elle. "Il m'a fait croire toutes ces années que je ne ramenais rien. Sa phrase fétiche, c'était +tu n'es rien, tu n'as rien, tout est à moi+. Au final, j'ai tout perdu, la maison, les véhicules, mes affaires personnelles".

Deux ans après un rapport parlementaire passé relativement inaperçu, un sondage Ifop pour la newsletter Les Glorieuses publié début novembre a braqué les projecteurs sur les violences économiques dont près d'une femme sur quatre (23%) se dit victime de la part de son partenaire actuel.

En 2021 déjà, 25% des faits dénoncés au 3919, numéro dédié aux femmes victimes de violences conjugales, concernaient ce type de violences, selon la Fédération nationale solidarité femmes, association qui gère ce numéro.

"Ça peut aller du prêt contracté sans que la femme soit au courant, à l'engagement de dépenses auxquelles elle n'a pas forcément donné son accord", énumère sa présidente Françoise Brié. Elle cite le cas de femmes "enfermées pendant des jours dans des maisons isolées jusqu'à ce qu'elles signent, sous la menace, des donations de leurs biens".

Ça m'a sauvée

Certaines se voient privées de carte bancaire et se retrouvent totalement dépendantes de leur conjoint, qui, parfois, les a poussées à quitter leur travail.

Une "emprise" qui complique par la suite toute tentative de quitter le domicile conjugal, insiste Élise Sélimovic-Lartillier, du collectif féministe "Nous toutes", évoquant un "véritable frein".

Une analyse partagée par Virginie (son prénom a été changé). Elle a occupé des postes importants dans le secteur de l'hôtellerie avant de rejoindre l'entreprise de son mari.

Lorsqu'elle lui annonce son intention de quitter ce travail, à la suite de "problèmes de santé liés aux violences" qu'il lui inflige, il "menace" de la "détruire" en ne finançant pas les études des enfants, "car il avait compris que j'allais aussi le quitter", raconte à l'AFP cette femme âgée de la cinquantaine.

Mais "le fait d'avoir toujours travaillé, de savoir que je pourrais travailler ailleurs et être indépendante financièrement" m'a "évidemment aidée à partir", dit-elle. "Ca m'a sauvée".

Son départ ne signe pas pour autant la fin des pressions. Son ex-conjoint a notamment "baissé volontairement ses revenus pour réduire le montant de la pension alimentaire", détaille Virginie, encore "profondément choquée".

Intention de nuire

Face à cette forme de violences encore mal identifiée, des mesures commencent à voir le jour.

En 2021, un rapport parlementaire a dressé une série de recommandations, dont la prise en compte, en droit, de la notion de violences économiques, afin d'aboutir à leur pénalisation.

Un an plus tard, la loi dite Rixain impose que tous les salaires et prestations sociales payés par virement soient désormais versés sur le compte bancaire du salarié ou  bénéficiaire (ou sur un compte commun auquel le salarié a -théoriquement- accès).

Autre avancée saluée par les associations féministes, la récente déconjugalisation de l'allocation aux adultes handicapés (AAH).

Mais au niveau pénal, les progrès avancent lentement. "Démontrer qu'il y un élément moral, une intention de nuire au prisme de l'analyse de la comptabilité ou de la gestion financière d'une entité familiale est extrêmement compliqué", souligne Anne Bouillon, avocate spécialisée en droits des femmes.

"La frontière est floue entre une femme qui ne s'occupe pas de l'argent du couple en disant +ça ne m'intéresse pas+ et une situation de dépossession", abonde Céline Bessière, sociologue et co-autrice du "Genre du Capital".

"L'intérêt de qualifier cela de violences économiques, c'est de dire +c'est un vol, c'est passible de la justice pénale+. Mais on n'y est pas encore", ajoute-t-elle.


Imbroglio autour du débat entre Macron et le monde agricole au Salon de l'Agriculture

Mis sous pression par la FNSEA, l'Elysée a finalement préféré ne pas convier le collectif (Photo, AFP).
Mis sous pression par la FNSEA, l'Elysée a finalement préféré ne pas convier le collectif (Photo, AFP).
Short Url
  • L'échange entre Emmanuel Macron et le monde agricole a été plombé avant même son ouverture
  • «Décidément, Macron n’incarne rien d’autre que la confusion, le mépris et le désordre» a réagi Marine Le Pen

PARIS: Mis sous pression par la FNSEA dont le président Arnaud Rousseau a refusé de débattre avec Macron si les Soulèvements de la Terre étaient invités, l'Elysée a finalement préféré ne pas convier à son grand débat le collectif dont le gouvernement voulait la dissolution il y a quelques mois.

Voulu par la présidence sur le modèle des grandes discussions organisées pendant la crise des "gilets jaunes", l'échange entre Emmanuel Macron et le monde agricole a été plombé avant même son ouverture, samedi, au Salon de l'Agriculture.

"L'invitation par le PR [président de la République] au #SIA d'un groupuscule dont la dissolution a été demandée par son propre gouvernement est une provocation inacceptable pour les agriculteurs. J'avais accepté de participer à un débat. Dans ces conditions, je refuse de prendre part à ce qui ne sera qu'une mascarade", a posté sur X dans la soirée de jeudi Arnaud Rousseau, le président du premier syndicat agricole.

L'invitation du collectif, qualifié d'"éco-terroriste" par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a également provoqué la colère du président des Jeunes Agriculteurs Arnaud Gaillot. "Il n'y a pas de débat possible avec ces gens violents", a-t-il posté sur X, refusant lui aussi de participer.

L'opposition s'est aussitôt engouffrée dans la brèche. "Décidément, Macron n’incarne rien d’autre que la confusion, le mépris et le désordre", a réagi la cheffe de file de l'extrême droite Marine Le Pen. Le président des Républicains Eric Ciotti a lui dénoncé un "+en même temps+ macroniste (...) insupportable".

Après quelques instants de flottement, l'Elysée a finalement décidé de ne pas convier les Soulèvements de la Terre, "pour garantir la sérénité des débats".

Ce débat doit permettre d'"esquisser l'avenir" de la filière, d'après l'Elysée. "L’ensemble des acteurs pourront donner leur point de vue, faire des propositions, confronter des idées", a promis la présidence.

Il doit durer au moins deux heures et est censé réunir les principaux responsables des syndicats agricoles (FNSEA, Jeunes agriculteurs, Coordination rurale, Confédération paysanne, etc.), mais aussi des représentants de la grande distribution et des industriels.

Plusieurs responsables d'associations environnementales sont également invités comme le Réseau Action Climat et Générations Futures.

La présidence, qui veut des échanges "ouverts, francs et transparents", "sans filtre", "dans un état d'esprit républicain" a malgré tout été contrainte de plier face à la pression des syndicats agricoles en désinvitant les Soulèvements de la Terre.

«Rien de concret»

Les atermoiements autour de ce débat sont survenus alors que les agriculteurs, en colère depuis plusieurs semaines, maintiennent la pression sur le gouvernement. Une centaine d'entre eux ont manifesté jeudi à Arras à l'appel de la Coordination rurale pour réclamer des "actes".

"Je ne pensais pas encore une fois redescendre dans la rue, je préférerais être dans ma ferme à travailler", mais "des annonces ont été faites et il n'y toujours rien de concret", a déploré par exemple Adrien Spriet, venu garer son tracteur devant la préfecture où une délégation a été reçue dans l'après-midi.

Dans l'Oise, des agriculteurs ont défilé à Beauvais sur 80 tracteurs jusque devant le préfecture. Des opérations escargot ont aussi eu lieu sur les routes de ce département, à l'initiative de 400 agriculteurs, d'après la FDSEA.

"On attend l'intervention du président (Emmanuel Macron) parce que ce qu'a annoncé le Premier ministre Gabriel Attal ne nous satisfait pas", a expliqué Linda Monnier, directrice de la FDSEA de l'Oise.

M. Attal se rendra vendredi en Charente-Maritime où il visitera le marché de Royan puis rencontrera notamment des représentants des agriculteurs.

Agriculteurs espagnols

Mercredi, le Premier ministre a récapitulé les dizaines d'engagements et chantiers déjà lancés pour répondre à la colère du monde agricole.

De nouvelles mesures ont  été annoncées sur les visas des saisonniers étrangers, les pesticides, avec l'abandon d'un indicateur controversé, ou encore la rémunération. Ces déclarations n'ont pas empêché plusieurs actions de protestation un peu partout en France.

Jeudi, une vingtaine d'actions ont eu lieu sur le territoire, dont un tiers engagées depuis mercredi, selon une source policière (blocages de plateformes, bases logistiques, échangeurs autoroutiers…). Des préfectures et sous-préfectures ont aussi été visées.

D'après une source policière, des agriculteurs espagnols envisagent la semaine prochaine des blocages à la frontière avec la France, en espérant être rejoints par des agriculteurs français.


Macron organise une réunion internationale de soutien à l'Ukraine lundi à Paris

Le président français Emmanuel Macron organise une réunion de soutien à l'Ukraine lundi à Paris avec des dirigeants d'autres pays, deux ans après le début de l'offensive russe, a annoncé jeudi l'Elysée (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron organise une réunion de soutien à l'Ukraine lundi à Paris avec des dirigeants d'autres pays, deux ans après le début de l'offensive russe, a annoncé jeudi l'Elysée (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux ans après le début de l'offensive russe Emmanuel Macron organise une réunion de soutien à l'Ukraine lundi à Paris
  • L'Ukraine se retrouve dans une position «extrêmement difficile» sur le front, a reconnu Volodymyr Zelensky

PARIS: Le président français Emmanuel Macron organise une réunion de soutien à l'Ukraine lundi à Paris avec des dirigeants d'autres pays, deux ans après le début de l'offensive russe, a annoncé jeudi l'Elysée.

Il réunira "plusieurs chefs d'État et de gouvernement ou leurs représentants ministériels, à l'occasion d'une réunion de soutien à l'Ukraine", a indiqué la présidence française.

"Cette réunion de travail permettra d'étudier les moyens disponibles pour renforcer la coopération des partenaires en soutien à l'Ukraine", a-t-elle ajouté sans plus de précisions.

Le président polonais Andrzej Duda a annoncé sur la chaîne Polsat que son homologue français avait convié "toute une série de dirigeants européens à Paris pour discuter de nouvelles propositions de solutions et d'assistance pour l'Ukraine" et qu'il s'y rendrait .

Alors que le 24 février marquera le 2e anniversaire du déclenchement de l'attaque à grande échelle de Moscou, l'Ukraine se retrouve dans une position "extrêmement difficile" sur le front, a reconnu lundi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

L'armée ukrainienne fait face à de multiples assauts russes qu'elle a d'autant plus de mal à repousser qu'elle souffre d'une pénurie de munitions et du gel de l'aide américaine, bloquée par les rivaux républicains du président Joe. Biden au Congrès.

Dans ce contexte, Emmanuel Macron a appelé les Européens à un « sursaut collectif » lors de la signature d'un accord bilatéral de sécurité avec le président Zelensky le 16 février à Paris.


Menaces russes contre des patrouilles françaises, selon le ministre des Armées

Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu (Photo, AFP).
Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu (Photo, AFP).
Short Url
  • Lecornu a appelé ce week-end au renforcement des mesures de sécurité face aux menaces de «sabotage et de cyberattaque» russes
  • Cet incident remonte au mois de novembre et a visé un avion français de type AWACS

PARIS: Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu a dénoncé jeudi de récentes "tentatives de prises de contrôle" russes sur des patrouilles aériennes et maritimes françaises, citant notamment un récent incident en mer Noire.

"Vous avez des tentatives de prises de contrôle de la part des Russes d'un certain nombre de nos patrouilles. (...) Un système de contrôle aérien russe a menacé d'abattre des avions français en mer Noire alors que nous étions dans une zone internationalement libre dans laquelle nous patrouillons", a-t-il déclaré à la radio française RTL.

Cet incident remonte au mois de novembre et a visé un avion français de type AWACS, spécialisé dans les opérations aériennes de contrôle et de détection, a précisé lors d'un point presse jeudi le ministère des Armées.

"C’était un échange radio particulièrement agressif", a détaillé le ministère, précisant qu'une telle tentative d'intimidation dans cette zone était "une première" même si d'autres interactions aériennes avec les forces armées russes ont déjà eu lieu par le passé dans d'autres zones géographiques.

"L’avion est revenu en France, ça ne nous a pas empêché de reprogrammer ce genre de mission", a ajouté le ministère, soulignant que cet incident avait eu lieu alors que l'avion français survolait "les eaux internationales, en parfaite cohérence avec le respect du droit international".

Un navire de guerre russe en baie de Seine

"Vous avez des opérateurs russes qui menacent des pilotes français d'abattre leurs aéronefs", a-t-il poursuivi.

Il s'agit de patrouilles aériennes et maritimes censées garantir la liberté de circulation sur plusieurs mers du globe.

Le ministre a également évoqué un navire de guerre russe qui a mouillé en baie de Seine, certes dans une zone internationale mais "comme pour venir intimider la France".

Le gouvernement souligne depuis plusieurs jours un positionnement russe "agressif" et hybride, c'est-à-dire dans plusieurs domaines comme le cyber, la désinformation, l'énergie, l'alimentation, outre les attaques militaires frontales.

"C'est vieux comme la guerre froide" mais "la Russie joue avec les seuils en matière d'agressivité", a-t-il conclu, citant une attaque cyber cette fois visant une entreprise de défense française et notamment sa production d'armements.

Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu a appelé ce week-end au renforcement des mesures de sécurité face aux menaces de "sabotage et de cyberattaque" russes qui visent son ministère "au premier chef", dans une note interne dont l'AFP a eu connaissance mardi.