Bahla, une oasis omanaise hantée par des croyances surnaturelles

L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles. (AFP)
L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles. (AFP)
L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles. (AFP)
L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles. (AFP)
L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles. (AFP)
L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles. (AFP)
L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles. (AFP)
L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 20 novembre 2023

Bahla, une oasis omanaise hantée par des croyances surnaturelles

  • Ici, on croit fermement à ces esprits vivant auprès des hommes. «Les djinns font partie des créations de Dieu (...) ce n'est donc pas étrange», explique un guide touristique dans le fort médiéval de Bahla'
  • «La légende parle de deux sœurs, toutes deux djinns, dont l'une a construit le mur pour se protéger (...) et l'autre a créé un système d'irrigation pour l'agriculture»

BAHLA: En plein désert d'Oman, se dresse Bahla', une oasis hantée par des croyances magiques, où se racontent encore des histoires de hyènes mangeuses de chameaux et d'hommes transformés en ânes.

Les plus superstitieux évitent cette ville aux allures de cité abandonnée, située à quelque 200 kilomètres de Mascate, la capitale du sultanat du Golfe, et connue pour abriter des "djinns", des créatures surnaturelles issues de la mythologie arabe préislamique et mentionnées plus tard dans le Coran.

Ici, on croit fermement à ces esprits vivant auprès des hommes. "Les djinns font partie des créations de Dieu (...) ce n'est donc pas étrange", explique Hamad Al Rabaani, guide touristique dans le fort médiéval de Bahla', classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

L'histoire de la ville est façonnée par des mythes populaires, comme celui selon lequel le rempart de 13 kilomètres qui l'entoure aurait été construit en une seule nuit par des forces surnaturelles.

"La légende parle de deux sœurs, toutes deux djinns, dont l'une a construit le mur pour se protéger (...) et l'autre a créé un système d'irrigation pour l'agriculture", raconte M. Rabaani, 55 ans.

«On ne voit jamais»

Les djinns sont très présents dans la culture arabe mais rares sont les villes qui y sont aussi associées que Bahla', où l'on raconte "des histoires d'hommes qui se transforment soudainement en ânes et autres animaux", poursuit-il.

Le guide cite le cas d'une vieille femme qui entendait souvent quelqu'un traire sa vache après minuit. "On entend mais on ne voit jamais, car on ne pourrait pas le supporter", dit-il.

Dans le vieux souk, où règne le silence après les prières de la mi-journée, certains habitants refusent d'aborder le sujet, tandis que d'autres comme Mohammad al-Hashemi, évoquent volontiers leurs souvenirs d'enfance.

A 70 ans, il affirme avoir été bercé par les histoires de hyènes cracheuses de flammes, parcourant le désert à la recherche de chameaux à manger. "On nous disait de ne pas sortir après le coucher du soleil à cause de la magie".

«Des histoires»

Selon Ali A Olomi, professeur d'histoire islamique à l'université Loyola Marymount de Los Angeles, la tradition orale et des textes anciens témoignent de l'étendue de ces croyances dans les confins de la péninsule arabique, surtout à Oman et au Yémen voisin.

Ces deux pays ont la réputation "d'être non seulement des lieux d'une grande importance historique, mais aussi des terres de djinns", rappelle-t-il.

"A Bahla', on raconte des histoires de flammes et d'incendies fantômes, de folles tempêtes dans le désert et même d'édifices construits par des forces surnaturelles", affirme ce spécialiste de l'ésotérisme islamique et de l'astrologie.

Le fait que la localité ait longtemps été isolée, entourée de désert et des spectaculaires montagnes de Hajar, n'est pas étranger à ces croyances.

"C'est l'histoire d'un peuple qui vit dans une région reculée, ayant peu de contacts avec d'autres humains, et qui ressent intensément la présence de la nature qui l'entoure", dit Ali A Olomi.

Bahla' compte aussi des sceptiques, comme Mazen Al Khaterri, un professeur de mathématiques de 24 ans.

"Ce ne sont que des histoires racontées par nos grands-parents" dit-il, assis dans un café du centre-ville. "Nous ne savons pas si elles sont vraies ou fausses".

Mais la réputation de la ville est difficile à défaire, jusque dans la capitale où les jeunes en ont souvent entendu parler.

"Ma famille ne me laisserait jamais y aller", affirme Hassan, un trentenaire de Mascate, qui n'a pas souhaité donner son nom. "Les rumeurs disent que c'est une ville de djinns, et qu'ils y vivent en toute liberté".


La Coupe d'Arabie saoudite débute à Riyad avec une présentation de la mode traditionnelle

Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Short Url
  • Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuses ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement
  • La Coupe d'Arabie dispose de prix de 35,4 millions de dollars, la course de la Coupe d'Arabie elle-même de 20 millions de dollars conservant sa position de « course comportant le plus important prix au monde »

RIYAD: La Saudi Cup, la course hippique internationale annuelle du Royaume, est de retour ce week-end à Riyad pour sa cinquième édition, avec une présentation de mode qui fait tourner toutes les têtes.

Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuses ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour cet événement, qui se tient les 23 et 24 février.

La princesse Nourah Al-Faisal, conseillère spéciale du président du Jockey Club d'Arabie saoudite, a parlé à Arab News de la mode lors de cet événement, ainsi que de la vision du prince héritier Mohammed ben Salmane pour l'événement.

La princesse Nourah Al-Faisal portait un voile de tulle finement brodé, sur une robe rehaussée de broderie sur les poignets. (Photo de Huda Bashatah)
La princesse Nourah Al-Faisal portait un voile de tulle finement brodé, sur une robe rehaussée de broderie sur les poignets. (Photo de Huda Bashatah)

«Il avait vraiment une vision particulière, et pas seulement pour la mode, mais il avait l’idée qu’il voulait que l’événement représente notre culture et notre patrimoine de toutes les manières possibles», a-t-elle affirmé.

«Je dois dire que j’en suis ravie et très enthousiasmée, surtout par cette réintroduction de notre patrimoine auprès de la jeune génération… (et) en voyant ce que cette jeune génération fait avec cela, vous en constatez les résultats», a-t-elle ajouté.

La princesse Nourah portait un voile de tulle finement brodé, sur une robe rehaussée de broderie sur les poignets, d'Art of Heritage.

L'influenceur et mannequin Rakan Alhamdan a également présenté des tenues inspirées de son pays.

«Aujourd’hui, je suis habillé en Siraj Sanad – c’est un (créateur) saoudien à Djeddah. Comme vous pouvez le voir, ce sont des vêtements de style patrimonial avec trois triangles brodés symbolisant le Najd», a-t-il indiqué, faisant référence à la région du Najd d’Arabie saoudite, célèbre pour ses triangles visibles dans l'architecture et la broderie.

L’influenceur et mannequin Rakan Alhamdan. (Photo de Huda Bashatah)
L’influenceur et mannequin Rakan Alhamdan. (Photo de Huda Bashatah)

D’autres invités ont arboré un arc-en-ciel de couleurs lors de cet événement avant-gardiste, avec des versions modernes de tenues saoudiennes repérées partout dans la salle – des burqas recouvertes de pierres précieuses aux élégants caftans ornés de fines broderies.

La Coupe d'Arabie saoudite dispose de prix de 35,4 millions de dollars, la course de la Coupe d'Arabie saoudite, elle-même d'une valeur de 20 millions de dollars, conservant elle-même sa position de « course comportant le plus important prix au monde ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 


Films et séries: LVMH mise sur l'audiovisuel pour promouvoir ses marques

Le géant français du luxe LVMH a annoncé la création d'une société dédiée à la promotion de ses marques à travers des partenariats avec l'industrie du divertissement (Photo, AFP).
Le géant français du luxe LVMH a annoncé la création d'une société dédiée à la promotion de ses marques à travers des partenariats avec l'industrie du divertissement (Photo, AFP).
Short Url
  • Baptisée «22 Montaigne Entertainment», en référence à l'adresse du groupe à Paris, la nouvelle entité sera supervisée par un comité dirigé par Antoine Arnault
  • La nouvelle entreprise «coordonnera les liens avec l'industrie du divertissement au nom» des plus de 75 maisons du groupe

PARIS: Le géant français du luxe LVMH a annoncé la création d'une société dédiée à la promotion de ses marques à travers des partenariats avec l'industrie du divertissement, nouveau signe que les frontières entre luxe, mode, séries et cinéma se brouillent.

Baptisée "22 Montaigne Entertainment", en référence à l'adresse du groupe à Paris, la nouvelle entité sera supervisée par un comité dirigé par Antoine Arnault, fils de Bernard Arnault et vice-président du conseil d'administration de la holding Christian Dior SE qui contrôle LVMH, et par le directeur de LVMH Amérique du Nord, Anish Melwani. Ce dernier la dirigera opérationnellement.

Ils travailleront en partenariat avec la société Superconnector Studios, spécialisée dans le lien entre le monde des grandes marques et l'industrie du divertissement, à Hollywood et ailleurs.

La nouvelle entreprise "coordonnera les liens avec l'industrie du divertissement au nom" des plus de 75 maisons du groupe en "collaborant avec les principaux créateurs, producteurs et distributeurs" pour "codévelopper, coproduire et cofinancer" des productions.

La société "s'appuiera" notamment sur des "initiatives réussies" comme le documentaire "Inside the Dream", consacré aux coulisses de la maison de haute joaillerie Bulgari, diffusé sur Prime Video, explique LVMH dans un communiqué.

Il s'agit de "formaliser notre approche de la promotion de nos marques à travers des formats de divertissement", a commenté M. Melwani, cité dans le communiqué.

"Il y a une demande" pour des collaborations avec les marques du groupe et "nous faisons et avons fait des choses". Mais "nous n'étions pas organisés", a-t-il détaillé auprès du média Deadline, lançant un appel aux professionnels de l'audiovisuel qui seraient "intéressés pour raconter les histoires de chaque maison".

"Nous sommes prêts à partager la mission et la vision de 22 Montaigne Entertainment avec Hollywood", ont réagi dans le communiqué Jae Goodman et John Kaplan, fondateurs de Superconnector Studios.

Les ambitions de LVMH de conquérir davantage le monde des séries, du cinéma ou des podcasts reflètent les liens de plus en plus fréquents entre luxe et divertissement.

Les défilés-spectacles ne sont pas nouveaux, particulièrement pour les marques du groupe LVMH comme Dior ou Louis Vuitton.

L'été dernier, le premier défilé-événement du musicien, producteur et styliste Pharrell Williams pour Louis Vuitton, après avoir été nommé directeur artistique, avait été remarqué pour la présence de nombreuses stars: la chanteuse et femme d'affaires Rihanna ou encore la chanteuse Beyoncé et son époux, le rappeur Jay-Z, qui a donné un concert.

Une décennie après avoir vu son créateur incarné deux fois la même année à l'écran, par Pierre Niney et Gaspard Ulliel, la maison Yves Saint Laurent, qui appartient à Kering, concurrent de LVMH, est devenue en 2023 la première marque de luxe à fonder sa propre société de production.

Toujours dans le groupe Kering, la famille Gucci s'est vu consacrer un film, "House of Gucci", avec Lady Gaga, Adam Driver, Al Pacino ou Jared Leto.

Et Artémis, la holding de la famille Pinault, a annoncé l'automne dernier un accord pour prendre le contrôle de l'agence de talents américaine Creative Artists Agency (CAA), l'une des plus importantes au monde et présente dans le divertissement et le sport.


Imad Kehdy fait ses débuts à Dubaï avec son spectacle spécial «Hamburger»

Imad Kehdy, un humoriste basé à Beyrouth, au Liban, est reconnu pour sa polyvalence, alternant entre un contenu léger et familial à un humour parfois plus sombre, s'inspirant de ses expériences quotidiennes (Photo fournie).
Imad Kehdy, un humoriste basé à Beyrouth, au Liban, est reconnu pour sa polyvalence, alternant entre un contenu léger et familial à un humour parfois plus sombre, s'inspirant de ses expériences quotidiennes (Photo fournie).
Short Url
  • Le comédien Imad Kehdy se prépare à enchanter Dubaï avec son tout premier spectacle spécial, «Hamburger»
  • Prévu pour le jeudi 29 février au Théâtre Zabeel, situé à l'hôtel Jumeirah Zabeel Saray, cet événement promet d'être mémorable

RABAT: Le comédien Imad Kehdy se prépare à enchanter Dubaï avec son tout premier spectacle spécial, «Hamburger». Prévu pour le jeudi 29 février au Théâtre Zabeel, situé à l'hôtel Jumeirah Zabeel Saray, cet événement promet d'être mémorable.

Imad Kehdy, un humoriste basé à Beyrouth, au Liban, est reconnu pour sa polyvalence, alternant entre un contenu léger et familial à un humour parfois plus sombre, s'inspirant de ses expériences quotidiennes. En plus de sa carrière de stand-up, il est également populaire pour ses sketches en ligne couvrant une variété de sujets.

Sa première apparition sur scène avec awk.word à l'âge de 30 ans l'a propulsé rapidement du stand-up comme passe-temps à une carrière professionnelle à part entière. Son spectacle d'une heure, «Hamburger», lancé en avril 2023, a rencontré un vif succès, préparant le terrain pour cette tournée internationale très attendue.

Ce spectacle marque le début de la tournée inaugurale d'Imad Kehdy, qui traversera divers paysages, allant de l'Europe au monde arabe. Après ses débuts à Amman le 18 février, Imad Kehdy apportera son flair comique unique à des villes telles que Muscat, Doha, Riyad, Luxembourg, Bruxelles, Amsterdam, Berlin, Madrid, Genève, Barcelone, Londres, et enfin, Paris le 2 avril.

View this post on Instagram

A post shared by awk.word (@awkwordcomedy)

Les portes ouvriront à 19h, et Imad Kehdy est prêt à captiver le public de Dubaï pour la toute première fois. Les billets pour cet événement sont disponibles dès maintenant et peuvent être sécurisés via le lien dans la bio de awk.word sur Instagram.