À Strasbourg, Borne vante l'Europe comme «la solution»

La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours lors de la cérémonie du 70e anniversaire du Parlement européen, lors d'une session plénière au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France, le 22 novembre 2022 (Photo, AFP).
La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours lors de la cérémonie du 70e anniversaire du Parlement européen, lors d'une session plénière au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France, le 22 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 22 novembre 2023

À Strasbourg, Borne vante l'Europe comme «la solution»

  • «L'Europe, c'est plus que jamais la solution», a-t-elle martelé devant des militants réunis dans un restaurant de Strasbourg
  • «Nous allons repartir en campagne» et «on aura besoin de vous», leur a-t-elle lancé

STRASBOURG: Elisabeth Borne a vanté mardi au Parlement de Strasbourg la "vitalité de la démocratie européenne" et invité les militants de la majorité à "repartir en campagne" pour les élections européennes de juin en attendant la désignation de la tête de liste qui fera face à l'extrême droite, donnée favorite pour ce scrutin.

La Première ministre a appelé à "puiser dans l'exemple" de Simone Veil, première femme présidente du Parlement européen, en inaugurant un bâtiment de l'institution à son nom. Elle a su "faire de blessures indicibles le moteur de son engagement au service de la paix et de l'unité des Européens", a salué la Première ministre.

"L'Europe, c'est plus que jamais la solution", a-t-elle martelé devant des militants réunis dans un restaurant de Strasbourg, en les exhortant à "la porter" et à "la défendre" en vue du scrutin du 9 juin, "face à des extrêmes qui continuent à vouloir moins d'Europe" ou la "détruire".

"Nous allons repartir en campagne" et "on aura besoin de vous", leur a-t-elle lancé.

Dans un sondage OpinionWay paru lundi, la liste du Rassemblement national conduite par son président Jordan Bardella recueille 28% d'intentions de vote, neuf points de plus que celle de la majorité.

La cheffe du gouvernement français a vanté des "décisions" de l'Union européenne "aux effets très concrets": "Les vaccins pour tous, le plan de relance, la réponse forte face à la Russie". "Demain, face aux défis climatiques (et) migratoires, face à la révolution de l'intelligence artificielle, (...) c'est en Européens que nous apporterons les bonnes réponses".

«Pas mon projet»

La cheffe du gouvernement avait auparavant fait la tournée, hors presse, de sa famille européenne et notamment échangé avec le groupe Renew où siègent les eurodéputés macronistes.

Début octobre, elle avait déjà souligné que seuls les partis de la majorité étaient "pro-européens" avant de louer la semaine dernière les valeurs républicaines qui restent "un combat", au moment où les mouvements populistes et d'extrême droite ont le vent en poupe sur le continent.

A Strasbourg, l'eurodéputée Fabienne Keller a salué la "ténacité" et la "robustesse" d'Elisabeth Borne, qui "reste droite, solide, ferme et à l'écoute".

Plusieurs noms circulent par ailleurs pour mener la liste de la majorité: Stéphane Séjourné, qui dirige le parti Renaissance, Thierry Breton, commissaire européen, ou Laurence Boone, secrétaire d'Etat chargée de l'Europe, tous présents mardi.

"Il faut quand même un profil assez politique, mais qui ne soit pas trop 'techno', et qui parle de ce que ça change, l'Europe, dans nos vies. Il faut vraiment arriver à humaniser l'Europe", plaide une ministre, qui préfèrerait qu'Elisabeth Borne reste à Matignon.

Elisabeth Borne exclut d'être tête de liste aux Européennes

"Ce n'est pas mon projet – mais je ne doute pas qu'on aura une bonne tête de liste pour porter des projets auxquels, vous l’aurez compris, nous croyons beaucoup", a déclaré la cheffe du gouvernement dans un entretien avec les lecteurs des Dernières nouvelles d'Alsace en marge d'un déplacement à Strasbourg.

La rumeur d'une candidature d'Elisabeth Borne va de pair avec celle d'un remaniement gouvernemental qui refait surface après de nombreuses semaines de spéculations au printemps et finalement la confirmation de la cheffe du gouvernement en juillet.

«Inégalités»

Outre la tête de liste, promise pour janvier, la stratégie de campagne n'est pas tout à fait arrêtée. "Soit on fait une campagne défensive" et "on fédère notre socle autour de Breton ou Séjourné", soit la campagne est "offensive" et "il faut une tête de liste qui accepte de porter le fer" contre Jordan Bardella, expose une source au sein de l'exécutif.

Cette campagne sera surtout "la dernière" d'Emmanuel Macron, note un autre ministre.

"On n'a pas besoin de connaître la tête de liste, on est au taquet", a assuré à Elisabeth Borne un militant dans le restaurant de tartes flambées, spécialité de la région.

Mais l'Europe ne dominait pas les échanges. Christophe Vautrin, militant à Metz, l'a interrogée sur "les inégalités" qui risquent de ne plus garantir "une société apaisée" tandis que la jeune Salwa a demandé plus "d'humanité" dans le projet de loi sur l'immigration, qui divise la majorité.

Selon la militante, "le travail va être fait", lui a répondu Mme Borne.


Navalny «influencera l'histoire», assure à Paris sa principale avocate

La principale avocate d'Alexeï Navalny, Olga Mikhailova, s'exprime lors d'une conférence de l'opposition russe à Paris le 21 février 2024 (Photo, AFP).
La principale avocate d'Alexeï Navalny, Olga Mikhailova, s'exprime lors d'une conférence de l'opposition russe à Paris le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Mme Mikhail a défendu le principal opposant au président Vladimir Poutine pendant 16 ans dans les multiples procédures judiciaires lancées contre lui
  • L'équipe de défense de M. Navalny est désormais dans le collimateurs des autorités russes

PARIS: La principale avocate d'Alexeï Navalny, Olga Mikhailova, a déclaré mercredi que, même mort, il "influencerait le cours de l'histoire", alors qu'elle rendait à Paris hommage à l'opposant russe mort le 16 février.

Mme Mikhailova, figure majeure de l'équipe de juristes aux côtés de M. Navalny, a défendu le principal opposant au président Vladimir Poutine pendant 16 ans dans les multiples procédures judiciaires lancées contre lui.

Visée à son tour par une enquête criminelle, elle a quitté la Russie et demandé l'asile en France.

"Alexeï Navalny est un homme politique étonnant, courageux et charismatique", a déclaré Mme Mikhailova, visiblement bouleversée, lors d'une réunion organisée dans la capitale française par l'opposition russe.

"Les autorités affirment qu'il est mort. Même si c'est le cas et qu'il a été tué, je suis sûre qu'il ne restera pas seulement dans l'histoire, mais qu'il influencera aussi le cours futur de l'histoire", a déclaré Mme Mikhailova à plusieurs dizaines de personnes, la voix parfois brisée par l'émotion.

Les autorités russes ont annoncé vendredi la mort soudaine de M. Navalny, 47 ans, dans sa prison de la région Arctique. L'annonce a bouleversé ses partisans dans le monde entier.

Des fleurs sont placées autour des portraits du défunt chef de l'opposition russe Alexei Navalny, décédé dans une prison russe de l'Arctique, sur un mémorial devant l'ancien consulat russe à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 20 février 2024 (Photo, AFP).
Des fleurs sont placées autour des portraits du défunt chef de l'opposition russe Alexei Navalny, décédé dans une prison russe de l'Arctique, sur un mémorial devant l'ancien consulat russe à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 20 février 2024 (Photo, AFP).

Lors de l'événement organisé par l'association Russie-Libertés, Mme Mikhailova a parfois évoqué M. Navalny au présent. "Il n'est pas comme les gens ordinaires. C'est un homme de fer", a-t-elle dit.

M. Navalny a survécu de justesse à un empoisonnement au Novichok, un agent neurotoxique de conception soviétique, en 2020. Après un traitement en Allemagne, il est retourné en Russie en 2021 et a été immédiatement arrêté, puis emprisonné.

Mme Mikhailova a raconté l'avoir mis en garde contre un retour en Russie.

"A Berlin, je lui ai dit : +Tu seras emprisonné pendant dix ans+. "Il m'a répondu avec un sourire : +Tu dis toujours que je serai emprisonné. Alors, tu me défendras+".

L'équipe de défense de M. Navalny est désormais dans le collimateurs des autorités russes. En octobre, trois de ses avocats ont été arrêtés et accusés de participer à une "organisation extrémiste".

Mme Mikhailova a indiqué qu'elle était à ce moment-là en vacances à l'étranger et avait décidé de ne pas rentrer en Russie, où elle serait jetée en prison.

Mi-février, un tribunal de Moscou a lancé un mandat d'arrêt contre elle.


Grève SNCF: Circulation «normale» ce weekend avec «quelques perturbations localisées»

Un assistant de la compagnie ferroviaire nationale française SNCF attend d'informer les voyageurs à la gare de l'est lors d'une deuxième journée de grèves et de manifestations à l'échelle nationale contre le plan de réforme des retraites du gouvernement, à Paris le 31 janvier 2023 (Photo, AFP).
Un assistant de la compagnie ferroviaire nationale française SNCF attend d'informer les voyageurs à la gare de l'est lors d'une deuxième journée de grèves et de manifestations à l'échelle nationale contre le plan de réforme des retraites du gouvernement, à Paris le 31 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les aiguilleurs, chargés de réguler la circulation sur le réseau, sont appelés à cesser le travail par Sud-Rail les vendredi 23 et samedi 24 février, une semaine après une grève des contrôleurs très suivie
  • Ces dates ont pour particularité d'être communes aux trois zones de vacances scolaires A, B et C

PARIS: La circulation ferroviaire sera "normale ce weekend" avec "quelques perturbations localisées" en raison d'une grève des aiguilleurs, a annoncé la direction de la SNCF mercredi.

Les aiguilleurs, chargés de réguler la circulation sur le réseau, sont appelés à cesser le travail par Sud-Rail les vendredi 23 et samedi 24 février, une semaine après une grève des contrôleurs très suivie qui a entraîné l'annulation d'un train sur deux sur les grandes lignes.

Ces dates ont pour particularité d'être communes aux trois zones de vacances scolaires A, B et C.

Les aiguilleurs sont appelés à se mobiliser pour demander "un vrai plan massif d'embauches", une "majoration de la prime opérationnelle de circulation" à 300 euros contre 60 euros actuellement et des questions d'organisation du travail avec des plannings plus prévisibles, d'après Julien Troccaz, secrétaire fédéral Sud-Rail.

"La mobilisation risque d'être importante dans les Alpes, la région parisienne ou la Nouvelle-Aquitaine", prévenait M. Troccaz mardi.

Du côté de SNCF Réseau, le gestionnaire d'infrastructure, on assure que l'entreprise a fait des efforts de recrutement ces dernières années, en passant de 508 embauches en 2020 à 654 en 2022, puis 902 en 2023.

Lors de la dernière grève des aiguilleurs en décembre 2022, une cinquantaine de TGV sur 1 300 avaient été supprimés, pendant le premier weekend des vacances de Noël.


Attal amorce la campagne des Européennes en ciblant le RN

Le Premier ministre français Gabriel Attal s'exprime lors d'une conférence de presse à l'hôtel Matignon, à Paris, le 21 février 2024, pour répondre aux agriculteurs qui protestent contre les salaires, les impôts et la réglementation (Photo, AFP).
Le Premier ministre français Gabriel Attal s'exprime lors d'une conférence de presse à l'hôtel Matignon, à Paris, le 21 février 2024, pour répondre aux agriculteurs qui protestent contre les salaires, les impôts et la réglementation (Photo, AFP).
Short Url
  • Gabriel Attal a accusé mardi soir le Rassemblement national de n'avoir «ni bilan, ni cohérence» sur l'agriculture
  • Attal s'est dit prêt à «se mobiliser» pour les Européennes et il pourrait participer à des meetings, selon une source au sein de l'exécutif

PARIS: En attendant la nomination de la tête de liste aux élections européennes, Gabriel Attal a donné le ton de la campagne de la majorité en installant avec virulence le match contre le Rassemblement national, favori du scrutin, au risque de porter la lumière sur son adversaire.

Gabriel Attal a accusé mardi soir le Rassemblement national de n'avoir "ni bilan, ni cohérence" sur l'agriculture, juste avant que le parti présidentiel Renaissance ne fasse savoir que la majorité lancerait sa campagne le 9 mars à Lille, "en présence de sa tête de liste" dont le nom n'est toujours pas connu.

Sur l'agriculture ou sur le travail, le RN est "pétri de contradictions" et "flou sur beaucoup de sujets", accuse son entourage.

Ce n'est pas la première fois que Gabriel Attal s'en prend au RN. Il l'avait exclusivement ciblé après sa déclaration de politique générale, accusant Marine Le Pen d'être "tellement contre tout" qu'à la fin elle "en (finit) par ne plus défendre les intérêts de notre pays".

Marine Le Pen "c'est la championne de l'arrogance", a-t-il encore fustigé la semaine dernière devant les parlementaires de la majorité. "Elle a réponse à tout" mais "si on l'écoute, (...) on n'est plus dans l'UE, elle remet la peine de mort, elle ne soigne pas le Covid avec les vaccins".

Gabriel Attal s'est dit prêt à "se mobiliser" pour les Européennes et il pourrait participer à des meetings, selon une source au sein de l'exécutif.

Il est "le meilleur choix" pour ces élections dans 4 mois, estime un ministre qui prédit un "moment électoral compliqué" alors que la liste de l'extrême droite est donnée à 10 points devant celle de la majorité.

Réponse «générationnelle»

Emmanuel Macron a choisi un Premier ministre âgé de 34 ans, "pour sa popularité" qui représente aussi une "réponse générationnelle parfaite" à Jordan Bardella, tête de liste du RN âgé de 28 ans, fait valoir le même ministre.

Mais sa mise en avant ne règle pas pour autant les tâtonnements stratégiques de la majorité, accusée à gauche et jusque dans ses rangs de chasser sur les terres du RN avec la loi immigration. Quel positionnement adopter face à un parti en quête de notabilisation et qui a le vent dans le dos dans les sondages?

M. Attal, qui s'est érigé en tenant de l'autorité, a lui-même entretenu la confusion en intégrant le RN dans "l'arc républicain" des partis,contrairement à sa prédecesseure ou à un Emmanuel Macron lui-même ambivalent sur le sujet. Sa justification: il faut "écouter tout le monde" par "respect" pour les électeurs et mettre les partis "face à leurs responsabilités".

En ce sens, le chef de la majorité a fait savoir mardi qu'il entendait débattre avec Marine Le Pen, au sujet de l'agriculture. Mais le match a tourné au jeu d'esquive: la cheffe des députés RN a décliné, proposant plutôt à M. Attal une joute face à M. Bardella, ce que le Premier ministre a refusé en arguant qu'il n'était pas tête de liste aux Européennes. Il faudra donc attendre.

«Manque de vision»

En fustigeant le RN, Gabriel Attal met aussi la lumière sur un adversaire qui gagne paradoxalement en notoriété.

"Nos adversaires sont fascinants. Ils nous mettent sans cesse au centre du jeu", se réjouit un cadre du RN. "Macron est un peu obnubilé par nous. C'est comme dire que le RN va gagner, ça nous fait monter".

La stratégie d'un face-à-face entre Bardella et Attal, "c'est bon pour Bardella", abonde un haut dirigeant politique.

Car "un grand principe en politique, c'est de ne jamais parler de son adversaire, de l’ignorer (c’est du Chirac). Il faut essayer de s’imposer par soi-même, ses idées, sa propre dynamique", souligne-t-il.

Une source au sein d'un parti allié de la majorité y voit une absence de projet: "Les seuls arguments qu'on entende (...) c'est: anti-RN. On n'est pas sur un projet".

"Il y a un manque de vision à moyen et long terme, dans tous les domaines. Pas de perspective, pas de feuille de route. Sur l'Europe je suis incapable de dire quelle sera la campagne de la liste présidentielle", déplore-t-il.