Le «Black Friday» est lancé, dans un contexte économique incertain aux États-Unis

Des personnes font leurs achats chez Macy's lors du "Black Friday" à New York, le 24 novembre 2023. (Photo, AFP)
Des personnes font leurs achats chez Macy's lors du "Black Friday" à New York, le 24 novembre 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 24 novembre 2023

Le «Black Friday» est lancé, dans un contexte économique incertain aux États-Unis

  • Un millier de personnes ont franchi les portes du grand magasin historique Macy's à Manhattan lorsqu'elles ont ouvert à 6 heures (11H00 GMT), après un compte à rebours symbolique
  • La fièvre liée à cette traditionnelle journée de promotions s'était emparée depuis plusieurs semaines des vitrines américaines et des boutiques sur internet. Les boîtes e-mail sont saturées de sollicitations

NEW YORK: La chasse aux bonnes affaires du "Black Friday" a débuté vendredi notamment aux États-Unis où les magasins affichent des réductions pouvant aller jusqu'à 75% dans un environnement économique meilleur qu'anticipé, mais vérolé par des incertitudes.

Un millier de personnes ont franchi les portes du grand magasin historique Macy's à Manhattan lorsqu'elles ont ouvert à 6 heures (11H00 GMT), après un compte à rebours symbolique.

"Des pulls, du maquillage, un veste... Il y a de belles promotions", s'est réjouie Shira Clements, 27 ans, venue avec son amie Dani Ditchek, 26 ans.

"C'est plus sympa" de venir en boutique que d'acheter sur internet. "On passe du temps ensemble. C'est une véritable expérience", ajoutent-elles.

"C'est Black Friday, il y a de grosses promotions. Il n'y a pas de meilleur endroit que Manhattan pour faire du shopping pour Noël", a expliqué Sandee Foster, 74 ans, qui a déjà fait quasiment toutes ses courses de Noël. "Donc maintenant, c'est juste pour moi".

Que cherche-t-elle avec son ami George Lawrence, 72 ans? Une quelconque bonne affaire "qui surgira". Ils viennent chaque année, pour "l'atmosphère".

Pour Cristina Carradero, venue de Porto Rico, le "Black Friday" est aussi une tradition avec sa mère. Elle sort de Macy's avec une bague pour ses trente ans, "avec une très belle promotion".

La fièvre liée à cette traditionnelle journée de promotions s'était emparée depuis plusieurs semaines des vitrines américaines et des boutiques sur internet. Les boîtes e-mail sont saturées de sollicitations.

De nombreuses enseignes offrent des réductions estampillées "Black Friday" de plus en plus tôt, tout particulièrement cette année, dès le mois d'octobre.

"Les commerçants sont inquiets. Ils essaient de capter les dépenses des consommateurs tôt pour être sûrs de les obtenir", relève Randy Allen, professeur de gestion à l'université Cornell.

Mais les "plus gros rabais sont attendus pour +Black Friday+ et +Cyber Monday+" lundi, qui devraient générer pour le e-commerce respectivement 9,6 milliards et 12 milliards, précise Adobe Analytics.

Au total, la "Cyberweek" — qui s'étend du jeudi de Thanksgiving le 23 novembre au lundi suivant — devrait rapporter 37,2 milliards sur internet (+5,4%).

Selon la Fédération nationale du commerce de détail (NRF), plus de 182 millions de personnes devraient faire des achats en boutique et sur internet pendant la "Cyberweek". C'est près de 16 millions de plus qu'en 2022 et un record depuis le début de son suivi en 2017.

Elle n'a pas fait de prévision en montant pour cette période, mais anticipe des ventes pour la saison des fêtes (novembre-décembre) allant jusqu'à 966,6 milliards (+4%).

Shopping utile

Les achats via des appareils mobiles devraient dépasser pour la première fois celles sur ordinateurs, d'après Adobe Analytics, spécialiste du e-commerce.

Beaucoup de consommateurs se limitent aux emplettes pour les cadeaux de fin d'année: vêtements, cartes cadeaux, jouets, livres, jeux vidéos, produits d'hygiène et de beauté, selon la NRF.

De plus en plus d'Américains utilisent l'option "Acheter maintenant, Payer plus tard", qui devrait générer 17 milliards (+16,9% sur un an) sur internet, pour étaler encore davantage leurs dépenses.

"Les clients vont chercher les articles dont ils ont vraiment envie et besoin plutôt qu'acheter beaucoup de choses par impulsivité", explique Neil Saunders, directeur à GlobalData. "Ce qui n'est pas forcément bon pour les commerçants".

Pression

De leur côté, "les enseignes font prudemment des rabais ciblés plutôt que de vastes promotions tous azimuts", ajoute-t-il.

Leur objectif consiste surtout à écouler leurs stocks, selon les analystes.

La récession tant annoncée ne s'est pas concrétisée et le consommateur américain s'est montré particulièrement "résilient", soulignent plusieurs experts, mais les incertitudes macroéconomiques incitent à la prudence.

L'inflation est freinée, mais pas au niveau souhaité par la Banque centrale américaine (Fed), qui fait une pause depuis juillet dans le relèvement des taux directeurs, au plus haut depuis vingt-deux ans.

Les économies accumulées durant la pandémie ont fondu, s'établissant même sous le niveau pré-Covid, le moratoire sur le remboursement des prêts étudiants n'existe plus et l'endettement sur cartes de crédit atteint des sommets tout comme leurs taux d'intérêt qui flirtent avec les 20%.

Côté positif: le taux de chômage reste stable à des niveaux historiquement bas.

"L'emploi est la charpente de l'économie américaine depuis le début de l'année", souligne Zachary Warring, analyste de CFRA Research.

Le "Black Friday" s'est exporté, notamment en France et au Royaume-Uni, où Hargreaves Lansdown s'attend à une édition "difficile" dans un environnement "super difficile".

En moyenne, les Français comptent dépenser 416 euros, d'après un sondage OpinionWay pour le spécialiste du commerce Bonial.

Au Fnac-Darty du Forum des Halles au centre de Paris dans le rayon jeux vidéo, Noam Terki, 19 ans, scrute les promotions sur les consoles Playstation.

L'étudiant en médecine n'exclut pas de monter jusqu'à "600-700 euros, si on parle de cadeaux", explique-t-il à l'AFP.

Par ailleurs, plusieurs centaines de salariés d'Amazon font grève vendredi en Allemagne et au Royaume-Uni, dans le cadre d'un long conflit salarial. Selon les syndicats, ce "Black Friday" pourrait être la plus grosse journée de grève de l'histoire d'Amazon.


Clarifications sur les 45 milliards d'euros d'investissements évoqués par Pedro Sánchez au Maroc

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez (à gauche) assiste à une réunion avec le Premier ministre marocain Aziz Akhannouch, au Palais Royal de Rabat (Photo, AFP).
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez (à gauche) assiste à une réunion avec le Premier ministre marocain Aziz Akhannouch, au Palais Royal de Rabat (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette somme représente en réalité le volume d’investissements marocains destinés à moderniser l’économie du pays
  • Cette précision intervient après que Sánchez a mentionné un montant impressionnant de 45 milliards d'euros d'investissements au Maroc

CASABLANCA: L'Espagne a récemment clarifié la nature des investissements évoqués par le Premier Ministre Pedro Sánchez lors de sa visite officielle au Maroc, soulignant un engagement profond dans le développement économique bilatéral, mais sous une lumière différente de celle initialement perçue. Cette précision intervient après que Sánchez a mentionné un montant impressionnant de 45 milliards d'euros d'investissements, suscitant un vif intérêt quant à leur origine et leur destination.

Engagement

Durant son séjour à Rabat, où il a été accueilli par le roi Mohammed VI, Sánchez a vanté la dynamique positive des échanges commerciaux entre les deux nations, avec un volume dépassant les 20 milliards d'euros en 2022. Il a évoqué "des investissements publics prévus d'environ 45 milliards d'euros d'ici 2050", laissant entendre une implication financière directe de l'Espagne dans le royaume chérifien.

Toutefois, des sources officielles espagnoles ont rapidement clarifié pour l'agence EFE que ces 45 milliards d'euros représentent en réalité des investissements marocains, auxquels les entreprises espagnoles peuvent aspirer.

Cette somme, déjà évoquée lors d'une réunion de haut niveau l'année précédente, souligne les ambitions du Maroc de moderniser son économie avec le soutien potentiel de partenaires espagnols, notamment dans les secteurs de l'infrastructure et du traitement de l'eau. 

Cette dynamique de coopération est notamment illustrée par le projet ambitieux de candidature conjointe à l'organisation de la Coupe du Monde de football 2030, en collaboration avec le Portugal. Cette initiative, au-delà de son enjeu sportif, symbolise la volonté des deux pays de transcender les différends passés


La sonde lunaire d'une entreprise américaine a probablement atterri sur le côté

La première vue de la Terre prise lors de la mission IM-1 le 16 février 2024 (Photo, AFP).
La première vue de la Terre prise lors de la mission IM-1 le 16 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • La sonde Odysseus d'Intuitive Machines s'est posée sur la Lune à 23H23 GMT jeudi, au terme d'une descente finale pleine de rebondissements, après une défaillance de son système de navigation et une communication compliquée juste après l'atterrissage
  • Cette sonde est le premier appareil américain a avoir atterri sur la Lune depuis plus de 50 ans

WASHINGTON: L'entreprise américaine Intuitive Machines, la première société privée à avoir réussi à alunir, a annoncé vendredi que sa sonde était probablement allongée sur un côté sur la surface de la Lune, et non à la verticale comme annoncé la veille.

La sonde Odysseus d'Intuitive Machines s'est posée sur la Lune à 23H23 GMT jeudi, au terme d'une descente finale pleine de rebondissements, après une défaillance de son système de navigation et une communication compliquée juste après l'atterrissage.

"Nous pensons" qu'Odysseus s'est "pris le pied sur la surface et que l'alunisseur s'est renversé", a expliqué lors d'une conférence de presse Steve Altemus, PDG et co-fondateur d'Intuitive Machines.

A l'aide d'une maquette de l'alunisseur, il a montré l'appareil sur un côté, mais avec sa partie supérieure probablement appuyée sur "une roche", lui permettant d'être partiellement "surélevée", selon les analyses de cette jeune société, fondée en 2013 et basée à Houston, au Texas.

La société avait déclaré jeudi soir que l'appareil avait atterri "debout", mais ces données étaient erronées, a-t-il ajouté.

L'alunisseur peut malgré tout produire de l'énergie grâce à ses panneaux solaires et donc fonctionner, a-t-il dit, précisant que des photos étaient attendues "ce week-end", qui devraient confirmer la position d'Odysseus.

Cette sonde est le premier appareil américain a avoir atterri sur la Lune depuis plus de 50 ans.

L'appareil transporte notamment des instruments scientifiques de la Nasa, qui souhaite explorer le pôle sud de la Lune avant d'y envoyer ses astronautes dans le cadre de ses missions Artémis.

Outre les images prises par Odysseus lui-même, un petit engin équipé de caméras et appelé EagleCam, développé par l'université d'aéronautique Embry-Riddle, devait être éjecté de l'alunisseur au dernier moment pour capturer de l'extérieur l'atterrissage.

Malheureusement, à cause des complications rencontrées durant cette phase, le déploiement d'EagleCam a été reporté, a déclaré l'université vendredi. Celui-ci est désormais prévu durant la mission au sol, ce qui permettrait malgré tout d'obtenir une vue externe de l'alunisseur.

Solution de secours

Intuitive Machines a d'ores et déjà reçu des félicitations du monde entier, y compris de sociétés concurrentes ayant elles-mêmes tenté la manoeuvre récemment, sans succès: la start-up japonaise ispace, qui s'était écrasée sur la Lune l'année dernière, et l'américaine Astrobotic, qui n'était pas parvenue à atteindre l'astre en janvier.

L'alunissage marque également une réussite pour la Nasa, qui avait passé un contrat à 118 millions de dollars avec Intuitive Machines pour qu'elle transporte six instruments scientifiques lors de cette mission, nommée IM-1.

L'un d'entre eux a d'ailleurs vraisemblablement sauvé le voyage. Le système de navigation de l'alunisseur n'ayant pas fonctionné comme prévu, l'entreprise a dû improviser.

Durant un tour de Lune supplémentaire ajouté juste avant la descente tant redoutée, des employés ont programmé in extremis un système de lasers de la Nasa pour qu'il guide l'alunisseur.

Ce système, qui a pour but d'améliorer la précision des atterrissages, devait être activé pour la première fois dans l'espace durant cette mission, lors d'un test. Mais il a finalement été utilisé avec succès comme système de navigation principal.

Odysseus doit désormais fonctionner durant sept jours environ, avant que la nuit ne s'installe sur le pôle sud lunaire.

Economie lunaire

Cette mission est la première pour Intuitive Machines, mais la deuxième du nouveau programme de livraisons lunaires de la Nasa, nommé CLPS. Une première mission, celle d'Astrobotic, avait échoué le mois dernier.

Au lieu d'envoyer des instruments scientifiques sur la Lune à l'aide de véhicules lui appartenant, l'agence spatiale américaine a décidé de commander ce service à des entreprises privées.

Cette stratégie doit lui permettre de faire le voyage plus souvent et pour moins cher. Mais aussi de stimuler le développement d'une économie lunaire, capable de soutenir une présence humaine durable sur la Lune -- l'un des buts du programme Artémis de la Nasa.

L'action d'Intuitive Machines était en hausse d'environ 20% à la Bourse de New York en milieu de journée vendredi.

Au total, quatre missions lunaires américaines supplémentaires sont officiellement prévues cette année dans le cadre du programme CLPS, dont deux autres d'Intuitive Machines.


En Grèce, des seniors en quête d'habitat partagé face à la précarité

Une femme vérifie le plan d'un appartement qu'elle envisage d'habiter avec un colocataire à Athènes le 14 février 2024, dans le cadre de ce que l'on appelle le "logement solidaire". (AFP).
Une femme vérifie le plan d'un appartement qu'elle envisage d'habiter avec un colocataire à Athènes le 14 février 2024, dans le cadre de ce que l'on appelle le "logement solidaire". (AFP).
Short Url
  • Depuis que la Grèce a tourné la page des années de crise financière, les loyers ont augmenté de plus de 20% à Athènes, selon la Banque de Grèce
  • Dans un pays à la population vieillissante, l'idée d'habitat partagé entre personnes âgées gagne du terrain face au recul de l'Etat providence, l'augmentation des loyers et la cherté de la vie

ATHENES: Dans un café athénien, Malamo, Thalia, Maria et Tonia se penchent sur les plans d'un immeuble appelé à être rénové pour devenir une "habitation solidaire" pour seniors, une première en Grèce face à la précarité grandissante des personnes âgées.

Dans un pays à la population vieillissante, l'idée d'habitat partagé entre personnes âgées gagne du terrain face au recul de l'Etat providence, l'augmentation des loyers et la cherté de la vie.

"Les prestations sociales diminuent, les retraites restent basses et les prix des logements s'envolent ce qui accroît le sentiment" de précarité, explique à l'AFP Malamo Stergiou, ancienne employée du privé aujourd'hui en retraite.

Depuis que la Grèce a tourné la page des années de crise financière, les loyers ont augmenté de plus de 20% à Athènes, selon la Banque de Grèce.

Pour Malamo Stergiou tout est parti il y a deux ans du groupe Facebook baptisé "Kinotites sygatikikis" (communautés de cohabitation) qu'elle a fondé "pour les seniors et les non seniors".

Rapidement ce groupe dont la vocation est de promouvoir l'habitat partagé entre seniors, a atteint 8.000 abonnés.

En septembre dernier, Malamo Stergiou fonde l'ONG Nama pour financer la rénovation d'un immeuble de quatre étages à Athènes, proposé par son propriétaire pour un loyer modéré.

La bâtiment qui date de 1938 comprendra "15 appartements indépendants et des espaces communs pour la vie sociale des locataires", détaille-elle.

La rénovation va commencer "dès que possible", ajoute-t-elle et les habitants ne payeront qu'un loyer modéré.

Comme la majorité des adeptes du projet, Malamo Stergiou vit seule. Sa fille unique travaille à l'étranger.

« Ecroulement démographique »

Le départ de nombreux jeunes partis pour de meilleurs salaires à l'étranger pendant la crise a frappé de plein fouet la famille traditionnelle grecque : de nombreuses personnes âgées se sont retrouvées seules sans le soutien de leurs enfants.

"Ce qui manque c'est la solidarité face aux problèmes quotidiens, financiers ou émotionnels", résume Thalia Novaki, fonctionnaire retraitée.

Depuis plus d'un an, un autre groupe Facebook avec le même but a vu le jour à Thessalonique, la deuxième ville de Grèce.

"J'ai peur de la solitude, je ne suis pas propriétaire et l'idée de cohabiter me réjouit", confie Olympia Manoussoyannaki, professeure du secondaire, proche de l'âge de la retraite.

Des membres du collectif ont visité des structures en Allemagne et au Danemark pour s'informer sur "les outils nécessaires pour y arriver", relève Filippos Polatsidis, 48 ans, employé, l'un des fondateurs du collectif.

Avec 22,7% de sa population âgée de 65 ans et plus en 2021, la Grèce figure en quatrième position sur la liste des 27 pays de l'UE ayant le plus grand nombre de personnes âgées après l'Italie (23,8%), le Portugal (23,7%) et le Finlande (23,1%), selon Eurostat.

Et avec un taux de fécondité à 1,43 enfant par femme en 2021, la Grèce reste en dessous de la moyenne de l'UE (1,53 en 2021), selon Eurostat.

Pour le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, la Grèce subit un "écroulement démographique" et le vieillissement de la population constitue "un danger national".

Mesures « inclusives »

Pour y parer, le gouvernement a annoncé une hausse de la prime à la naissance, à 2.400 euros pour le premier enfant, 2.700 euros au deuxième et à 3.000 euros au troisième.

Mais des experts préviennent que les mesures ne doivent pas seulement viser à accroître les naissances.

"Il faut répondre aux besoins des familles" avec des infrastructures pour la garde des enfants et des aides aux parents et "à ceux des personnes âgées", estime Valia Aranitou, professeure de Sociologie à l'Université d'Athènes.

Le déclin démographique se manifeste surtout en province. Athènes et Thessalonique rassemblent à elles deux presque la moitié des 10,4 millions d'habitants du pays.

Petrokerassa, un village près de Thessalonique, qui a perdu plus de la moitié de sa population ces dernières décennies, ne compte plus que 137 habitants dont 80% de seniors.

"Nous sommes ici tous seuls avec nos problèmes. L'hiver si on appelle à l'aide, personne ne nous entend. On n'a même pas un magasin pour les produits nécessaires", déplore Thodoris Yannoudis, 62 ans, bûcheron.