Violation de la trêve au Liban-Sud: drones et tirs sur des agriculteurs

Des membres de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) à côté d’un véhicule armé près du village de Markaba, au Liban-Sud, le 24 novembre 2023. (AFP)
Des membres de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) à côté d’un véhicule armé près du village de Markaba, au Liban-Sud, le 24 novembre 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 26 novembre 2023

Violation de la trêve au Liban-Sud: drones et tirs sur des agriculteurs

  • Des forêts et des vergers ont été endommagés par des obus au phosphore tirés par l’armée israélienne
  • L’armée israélienne a tiré en l’air pour intimider les agriculteurs qui cultivaient les terres de la vallée de Hunin

BEYROUTH: Le calme prudent à la frontière sud du Liban a été ébranlé, samedi, à la suite d’une série de lancements de missiles et d’opérations de drones.

Ces opérations interviennent au deuxième jour de la trêve temporaire conclue entre Israël et le Hamas.

L’ambassade du Royaume-Uni au Liban a immédiatement renouvelé son appel au calme sur la plate-forme X. Elle déclare: «Le Royaume-Uni réitère l’appel de la Finul à la cessation des hostilités de l’autre côté de la ligne bleue et à la mise en œuvre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU.»

L’ambassade soutient que la paix qui a régné vendredi aux alentours de la ligne bleue – frontière entre le Liban et Israël – offre la possibilité de se recentrer sur des solutions à long terme.

Les événements survenus dans la région ont également été au centre des entretiens tenus à Ankara entre le Premier ministre libanais par intérim, Najib Mikati, et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, cheikh Naim Qassem, a réagi aux banderoles brandies à Beyrouth et dans certaines régions par des militants de la société civile et des partis d’opposition sur lesquelles on pouvait lire: «Le Liban ne veut pas de guerre avec Israël.»

Il dit: «Nous avons décidé de soutenir Gaza sur le front sud. Le sang de dizaines de martyrs a déjà été versé.»

Le cheikh Qassem affirme que le Hezbollah a infligé de nombreuses pertes aux Israéliens, en plus du déplacement d’environ 70 000 colons et du déploiement d’environ 100 000 soldats israéliens à la frontière. Par ailleurs, Israël a déployé 50 pour cent de sa capacité aérienne.

«Tout cela allège le fardeau qui pèse sur Gaza et affectera le cours de la bataille, si jamais elle se poursuit à l’avenir.»

Quant aux banderoles brandies à Beyrouth, il dit: «Il est vrai que nous ne voulons pas la guerre, mais nous n’acceptons pas la capitulation.»

Il ajoute: «Si nous pouvons écarter les dangers posés par Israël, libérer la terre et devenir une véritable puissance dans la région au moyen de la résistance, alors nous soutiendrons cette guerre. Elle permettra de redonner l’indépendance et la dignité au Liban et à la région; par ailleurs, Israël ne pourra plus effrayer les Libanais.»

L’armée israélienne, quant à elle, a tiré cinq balles sur le véhicule d’un citoyen libanais de la ville de Kfar Kila, dans la zone frontalière de Wazzani, sans pour autant blesser le conducteur.

Une patrouille de l’armée libanaise a mis l’homme à l’abri.

Pour la deuxième journée consécutive, les personnes déplacées des villages frontaliers sont retournées inspecter leurs propriétés et leurs terres après la cessation des hostilités de 48 jours entre l’armée israélienne et le Hezbollah.

Outre les pertes humaines, les combats ont entraîné des destructions de biens côté libanais.

Des forêts et des vergers ont été endommagés par des obus au phosphore tirés par l’armée israélienne.

Les agriculteurs des zones frontalières de Chebaa et de Kfar Chouba ont repris la récolte des olives. L’armée israélienne a tiré en l’air pour intimider les agriculteurs qui cultivaient les terres de la vallée de Hunin.

Les avions d’espionnage israéliens MK ont intensifié leurs vols au-dessus des fermes de Chebaa, d’Arqoub et de la région de Hasbaya, violant l’espace aérien de la Bekaa occidentale et d’Iqlim al-Touffah à moyenne altitude.

La première violation de la trêve a eu lieu vendredi soir.

Les médias israéliens rapportent «l’infiltration de drones et le tir de missiles antichar depuis le Liban jusqu’à la frontière nord, entraînant des pertes importantes».

Un missile d’interception a explosé dans l’espace aérien des villes de Mays al-Jabal et Blida, dans le district de Marjayoun. Le son a résonné dans toute la partie sud.

Selon les médias israéliens, les sirènes d’alarme auraient retenti dans certaines zones de Galilée pour alerter les habitants de l’infiltration de drones en provenance du Liban.

L’armée israélienne a annoncé avoir abattu, dans la matinée, un missile sol-air lancé depuis le Liban vers un drone israélien.

Aucune partie n’a revendiqué la responsabilité du lancement du missile.

Le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, déclare: «À la suite de l’alerte concernant l’infiltration d’un objet aérien dans le nord, un missile d’interception a été lancé vers une cible aérienne suspecte, déclenchant des alarmes et mettant fin à l’incident.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un Syrien arrêté en Turquie, accusé d'espionner pour la France

Des policiers turcs bloquent la rue dans le district de Gebze à Kocaeli, près d'Istanbul, le 1er février 2024 (Photo, AFP).
Des policiers turcs bloquent la rue dans le district de Gebze à Kocaeli, près d'Istanbul, le 1er février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Ahmed Katie a disparu le 27 novembre 2023, selon ses proches
  • Son épouse avait signalé sa disparition le 30 novembre

ISTANBUL: Un opposant syrien en Turquie, investi dans la défense des réfugiés, a été arrêté et accusé d'espionnage au profit de la France, a indiqué mercredi une source proche du dossier, confirmant une information de la presse locale.

Selon le quotidien pro-gouvernemental Sabah, Ahmed Katie a été arrêté en compagnie de deux autres ressortissants syriens à Bursa (130 km au sud d'Istanbul) et accusé "d'espionnage au profit de la DGSE", les services de renseignement extérieur français.

Sabah précise que Katie, qui réside légalement en Turquie depuis 2013, avait été gardé sous étroite surveillance avant d'être interpellé et placé en détention.

Selon un proche du dossier refusant d'être cité, Ahmed Katie "a été coincé" alors qu'il s'apprêtait à quitter la Turquie avec sa famille pour gagner la France afin d'y déposer une demande d'asile quand il a été interpellé.

L'avocat d'Ahmed Katie, Halim Yilmaz, n'avait pu être joint mercredi par l'AFP.

Militant des droits de l'homme et opposant au régime syrien de Bachar al-Assad, plusieurs fois emprisonné et torturé en Syrie, Ahmed Katie a disparu le 27 novembre 2023, selon ses proches.

Son épouse avait signalé sa disparition le 30 novembre.

Quelques jours plus tard, plusieurs organisations turques et syriennes de défense des droits humains avaient donné une conférence de presse, s'inquiétant de sa disparition.

Fin octobre, Ahmed Katie avait posté un message sur sa page Facebook, annonçant qu'il suspendait ses activités au côté des réfugiés syriens en raison de "circonstances" particulières et de "pressions".

Les autorités turques ont conduit récemment de nombreuses arrestations de personnes accusées d'espionnage au profit d'Israël ou de l'Iran.

La Turquie accueille officiellement plus de 3 millions de réfugiés syriens qui ont fui la guerre dans leur pays.


La situation à Gaza est «inhumaine», dénonce le directeur de l'OMS

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, prononce un discours lors d'une conférence de presse avec des correspondants de presse des Nations Unies (ACANU) à l'OMS (Photo, AFP).
Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, prononce un discours lors d'une conférence de presse avec des correspondants de presse des Nations Unies (ACANU) à l'OMS (Photo, AFP).
Short Url
  • L'OMS a relevé que les niveaux de malnutrition sévère dans la bande de Gaza ont augmenté de façon spectaculaire depuis le début de la guerre
  • Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine dans la bande de Gaza

GENEVE: Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a affirmé mercredi que la situation "sanitaire et humanitaire" dans la bande de Gaza est "inhumaine" après plus de quatre mois de guerre, déclenchée par l'attaque du Hamas.

"Dans quel monde vivons-nous lorsque les gens ne peuvent pas se procurer de la nourriture et de l'eau, ou lorsque des personnes qui ne peuvent même pas marcher ne peuvent pas recevoir de soins ?" a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une conférence de presse régulière à Genève.

"Dans quel monde vivons-nous lorsque le personnel de santé risque d'être bombardé lorsqu'il effectue son travail ? Dans quel monde vivons-nous lorsque les hôpitaux doivent fermer parce qu'il n'y a plus d'électricité ou de médicament pour sauver les patients, et qu'ils sont la cible des militaires ?" a-t-il poursuivi.

A ses yeux, "la situation sanitaire et humanitaire à Gaza est inhumaine et continue de se détériorer".

Plus généralement, "Gaza est devenue une zone de mort", a assuré le chef de l'OMS, reprenant une expression qu'il a déjà utilisée. "Une grande partie du territoire a été détruite, plus de 29 000 personnes sont mortes, beaucoup d'autres sont portées disparues, présumées mortes, et beaucoup, beaucoup d'autres sont blessées", a-t-il ajouté.

Il a également relevé que les niveaux de malnutrition sévère dans la bande de Gaza ont augmenté de façon spectaculaire depuis le début de la guerre, passant de moins de 1% à plus de 15% à certains endroits.

"Nous avons besoin d'un cessez-le-feu maintenant ! Les otages doivent être libérés, les bombes doivent cesser de tomber et l'accès à l'aide humanitaire doit être libre. L'humanité doit prévaloir", a lancé le Dr Tedros.

Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine dans la bande de Gaza, assiégée par Israël depuis le début de la guerre.

La situation est particulièrement alarmante dans le nord, en proie "au chaos et à la violence", selon le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies qui a suspendu mardi la distribution de son aide dans ce secteur.

L'aide humanitaire, soumise au feu vert d'Israël, entre à Gaza essentiellement par Rafah via l'Egypte, mais son acheminement vers le nord est rendu presque impossible par les destructions et les combats qui isolent cette région du reste du territoire.

L'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre a fait environ 1 160 morts en Israël, pour la plupart des civils, selon un bilan de l'AFP reposant sur des chiffres officiels israéliens.

L'offensive déclenchée en réponse par Israël a depuis fait au moins 29 313  morts, selon le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas.


Irak: La justice somme le gouvernement fédéral de payer les fonctionnaires du Kurdistan

Les locaux d'un aérodrome utilisé par les forces kurdes irakiennes sont photographiés à Arbat, près de Sulaymaniyah, dans le Kurdistan irakien (Photo, AFP).
Les locaux d'un aérodrome utilisé par les forces kurdes irakiennes sont photographiés à Arbat, près de Sulaymaniyah, dans le Kurdistan irakien (Photo, AFP).
Short Url
  • Le budget des salaires sera déduit des financements versés par Bagdad au gouvernement régional du Kurdistan
  • Le Kurdistan continue néanmoins de bénéficier des revenus tirés de plusieurs points de passage à ses frontières avec la Turquie, la Syrie et l'Iran voisins

BAGDAD: La justice irakienne a sommé mercredi le gouvernement fédéral de verser directement les salaires aux fonctionnaires dans le Kurdistan, et non plus en passant par les autorités locales de cette région autonome du nord de l'Irak, après plusieurs mois d'impayés.

Le verdict de la Cour suprême fédérale, plus haute instance judiciaire d'Irak, vient en réponse à une plainte déposée par des avocats et des fonctionnaires de Souleimaniyeh, deuxième ville du Kurdistan, où des enseignants ont fait grève et manifesté plusieurs semaines en raison de trois mois de salaires impayés fin 2023.

Le gouvernement fédéral avait annoncé en septembre le versement annuel aux autorités du Kurdistan de trois tranches de 700 milliards de dinars (plus de 490 millions d'euros), pour payer les salaires publics.

Mais dans son verdict diffusé à la télévision publique, le juge Jassem al-Amiri a ordonné mercredi à Bagdad de verser les salaires, les pensions de retraite et les prestations sociales par virement sur les comptes bancaires des bénéficiaires.

Toutes les instances étatiques concernées doivent adopter ce mécanisme "sans en référer" aux autorités locales du Kurdistan, a souligné le juge.

Le budget des salaires sera déduit des financements versés par Bagdad au gouvernement régional du Kurdistan.

Litige entre l'Irak et la Turquie

Le verdict somme également Erbil, capitale régionale du Kurdistan, de "remettre au gouvernement fédéral tous ses revenus pétroliers et non-pétroliers", et réclame un audit des comptes.

Des années durant, le Kurdistan autonome disposait de financements indépendants grâce à ses exportations pétrolières.

Mais désormais, ces ventes de pétrole, actuellement suspendues en raison d'un litige entre l'Irak et la Turquie, devront passer par Bagdad, en échange de quoi un pourcentage du budget fédéral est alloué à la région autonome.

Le Kurdistan continue néanmoins de bénéficier des revenus tirés de plusieurs points de passage à ses frontières avec la Turquie, la Syrie et l'Iran voisins.

Les relations entre Bagdad et le Kurdistan, autonome depuis 1991, sont depuis toujours en dents de scie et la question du versement des salaires des fonctionnaires vient régulièrement empoisonner leurs rapports.